Harcèlement scolaire : l’Etat à la traîne ?

Participation de Catherine Blaya, professeure en sciences de l’éducation à Université Côte d’Azur, membre de l’Urmis, dans l’émission Les Matins de France-Culture, le vendredi 9 juin 2023.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/l-invite-e-des-matins/harcelement-scolaire-l-etat-a-la-traine-6539949

Chaque année, près d’un élève sur dix serait concerné par un harcèlement scolaire. Un chiffre loin d’être anodin, comme l’illustrent les suicides de jeunes Lucas et Lindsay ces derniers mois. L’Etat a-t-il trop longtemps négligé ce fléau ? Comment lutter contre le harcèlement ?

Avec

  • Catherine Blaya Professeur en sciences de l’éducation
  • Nesrine Slaoui Journaliste

“Seule”, l’histoire de la mort tragique d’une adolescente harcelée

« Le livre Seule, je l’ai écrit après le 14 mars 2021. C’est le jour où je suis allée à la Marche blanche à Argenteuil, raconte Nesrine SlaouiAlisha, c’est une jeune adolescente de quatorze ans qui avait été harcelée par ses camarades. Et sa mort est tragique. Ils l’ont poussée dans la Seine, sous le pont de l’autoroute à Argenteuil. En me rendant sur place, en discutant à la fois avec les anciens camarades de classe d’Alisha, en discutant avec les professeurs, la famille, j’ai commencé à m’interroger. Comment on peut arriver à la mort tragique d’une adolescente ? Que ce soit par suicide ou parce qu’elles sont tuées, les dynamiques en réalité, sont malheureusement les mêmes. Ce qui m’avait d’ailleurs beaucoup marquée dans le parallèle entre Lindsay, la jeune fille qui s’est suicidée au mois de mai et Alisha, c’est le fait que des signalements avaient été fait plusieurs fois, que ce soit aux chefs d’établissement, aux CPE, aux parents des autres élèves ou à la police. Il y a une espèce d’atonie générale, où personne ne réagit ou en tout cas personne ne sait comment réagir, jusqu’au moment où ça devient fatal. »

Comment protéger une jeunesse hyper connectée ?

« Le harcèlement existe depuis tout temps et en tout lieu. Ce qui a changé massivement avec Internet, c’est que le harcèlement scolaire ne s’arrête pas à la porte de l’école et c’est là que cela devient dangereux, estime Nesrine SlaouiQuand on était victime de harcèlement scolaire, dans ma génération, on rentrait chez nous, on n’avait pas encore de téléphone, on pouvait oublier. On passait de très mauvaises nuits mais on pouvait avoir des sas de répit, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Les adolescents sont hyper connectés. Quand on va voir des professeurs et des chefs d’établissement en leur disant qu’on a un problème de harcèlement scolaire, ils vous disent d’éteindre vos téléphones et cette réponse-là ne peut plus marcher. C’est une réponse très dangereuse, c’est une inversion de la culpabilité. C’est considérer Internet comme un outil annexe. Il faut en tant que société, que l’on réalise qu’Internet, c’est la vraie vie. La seule manière de lutter contre ce qu’il s’y passe c’est de codifier Internet par les mêmes lois que dans l’espace public. »

« On a des jeunes qui sont particulièrement vulnérables, acquiesce Catherine BlayaIls n’ont aucun répit et d’autant moins de répit que, quand bien même ils changeraient d’établissement, à partir du moment où ce harcèlement est inscrit en ligne et a lieu sur Internet, les jeunes continuent d’être harcelés, où qu’ils soient. Que les établissements suggèrent que la victime change d’établissement n’est pas la bonne solution, c’est une double peine. La formation des enseignants, c’est absolument nécessaire », conclut la professeure.


Ouvrage de Catherine Blaya aux éditions Mardaga, juin 2023.
ISBN : 9782804731144
Broché 179 pages
Prix : 19.90€
Disponible en librairies le 13 juin 2023

Présentation et commande sur le site de l’éditeur : https://www.editionsmardaga.com/products/le-cyberharclement-chez-les-jeunes



Citer ce billet
Hervé Andres (2023, 12 juin). Harcèlement scolaire : l’Etat à la traîne ? Migrations et altérités. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v4k3