Deux photographies de Julie Chauvet à l’exposition du congrès de l’Association française de sociologie

A l’occasion de son 10e congrès, à Lyon en juillet 2023, l’Association française de sociologie (AFS) organisait une exposition de photos sur le thème général du congrès : Intersections, circulations. L’objectif de cette exposition [était] de mettre en valeur des photographies réalisées par des sociologues sur leur terrain traitant les individus, les idées, les savoirs, les biens ou encore les virus qui circulent et/ou sont à l’intersection de plusieurs espaces et rapports sociaux.

L’AFS souhait ainsi donner à voir « en images » – « avec des images », les manières dont les circulations et les intersections travaillent, se caractérisent et peuvent s’identifier. Cette exposition est l’occasion de croiser photographie et sociologie autour de terrain d’enquêtes variés et dévoiler les façons dont les multiples circulations et intersections se font et se défont.

Julie Chauvet, doctorante à l’Urmis, travaille sur les trajectoires des jeunes migrant·es, sur leurs modes de prise en charge, leur accès à l’autonomie, les enjeux de la majorité et leur insertion sociale.

Deux de ses photos, prises avec un sténopé1 ont été retenues pour l’exposition…

Les voici avec l’explication de la démarche.

(Cliquer pour voir en plein écran)


Julie Chauvet, Capter le passage, France Alpes Maritimes, 2023.
Comment capter les passages dans un lieu, sans être intrusif.ve avec un appareil photo ? Ce cliché est le résultat d’un sténopé resté pendant deux heures sur une armoire. L’idée de cette photographie est de voir l’immobile : le bureau c’est-à-dire le sol, le plafond, les murs, les fenêtres, la décoration. Et de percevoir le mouvement par les chaises qui ont différentes positions ou encore par les silhouettes sombres dans le fond de l’image. En d’autres termes, illustrer le passage en préservant l’anonymat des enquêté.es aussi bien les jeunes pris en charge par l’institution que les éducateur.rices.


Julie Chauvet, Continuité, France Alpes Maritimes, 2023.
Ce tirage est un sténopé doublement exposé dans deux espaces distincts : un espace intérieur et un espace extérieur. La présence des grilles sur l’image symbolise la frontière entre l’institution de placement en protection de l’enfance et ce qui se trouve après, à la majorité. Que reste-t-il des liens tissés avec l’institution ? Les néons visibles dans la partie supérieure de l’image sont envisagés comme la continuité des liens maintenus entre les jeunes sortants et les éducateur.rices.




Citer ce billet
Hervé Andres (2023, 10 juillet). Deux photographies de Julie Chauvet à l’exposition du congrès de l’Association française de sociologie. Migrations et altérités. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v4k8

  1. Un sténopé est un dispositif optique simple qui permet de prendre des photos sans lentille en faisant passer la lumière à travers un trou de très faible diamètre en lieu et place de l’objectif. Ce dispositif utilise le principe de la chambre noire, la lumière de la scène à photographier passe à travers le trou, est diffractée, et il se forme une image inversée au fond de la boite. On peut fixer l’image en utilisant du papier photosensible ou une pellicule.

    Exemple d’un sténopé ouvert

    []