SANSARI. La déesse et le corona en Himalaya

Fin mars 2020. Dans un village du Népal, touché comme le reste du pays — et du monde — par le confinement, la nouvelle du virus se répand. Des villageois décident d’avancer le rite à Sansari, déesse des épidémies, en l’adaptant aux circonstances du moment. Rapport au politique, rapport à la nature, place de l’étranger, respect de la tradition et adaptation au changement, responsabilité humaine et divine, rumeur et discours savant… Comme ailleurs, on cherche quoi penser et quoi faire, et on bricole d’incertaines réponses. C’est l’occasion de découvrir d’autres réflexions sur la crise actuelle liée au virus, un regard décalé, qui fait pourtant étrangement écho à ce qui se dit et se fait dans les autres parties de ce monde que l’épidémie actuelle a participé à rendre toujours plus global.

Film documentaire de Grégoire Schlemmer, ethnologue, chargé de recherche à l’IRD, membre de l’Urmis. Durée 19 min.

Le Costa Rica, bon élève de la pandémie ?

Élisabeth Cunin est directrice de recherche à l’IRD, chercheuse à l’Urmis, Unité de recherche Migrations et Société, actuellement en accueil au CIICLA, Centro de Investigación en Identidad y Cultura Latinoamericanas, Universidad de Costa Rica. Elle a été déléguée du pôle sud-est de l’Institut des Amériques.

Ce billet a été publié sur le blog COVIDAM, réalisé par l’unité mixte internationale Interdisciplinary and global environmental studies (iGLOBES) et l’Institut des Amériques (IdA). Si la  pandémie de Covid-19 a touché les Amériques plus tard que l’Asie et que l’Europe, la vague qui y déferle désormais est d’une ampleur  exceptionnelle. Grâce à l’expertise du vaste réseau composé par les  membres de l’IdA en France et à l’étranger, des spécialistes de toutes  disciplines proposent chaque jour sur ce blog un nouveau décryptage sur cette crise, qui part de l’actualité mais n’oublie ni le temps long ni les structures sociales profondes qui expliquent les configurations actuelles. Plus d’informations ici

Au Costa Rica, les conférences de presse quotidiennes du Ministère de la Santé constituent une image forte de la gestion de la crise de la Covid 19 : ton solennel, drapeaux officiels, portraits vieillis des anciens responsables de la santé, traduction simultanée en langage des sourds, grande bouteille de gel au milieu des micros. Ce rendez-vous quotidien a transformé le Ministre de la santé, Daniel Salas, en héros national.

Capture d’écran de la conférence de presse quotidienne
du ministre de la santé, 15 avril 2020

Les chiffres sont révélateurs. Si le Costa Rica a connu le premier cas de Covid 19 en Amérique centrale (le 6 mars 2020), il est également le pays qui compte le moins de décès dans la région (5 personnes au 19 avril 2020). Le nombre de personnes contaminées augmente régulièrement (660 cas confirmés pour une population de 5 millions d’habitants) et dépasse largement, en pourcentage, celui de ses voisins, à l’exception du Panamá. Mais le taux de létalité (0,76%) est le plus bas d’Amérique latine (suivi par le Chili avec 1,32% et l’Uruguay avec 1,93%) et même l’un des plus bas du monde (derrière Singapour à 0,17% mais devant Taiwan à 1,43%, ou la Corée du Sud à 2,19% selon les chiffres de la John Hopkins University). Le rôle de l’état et des politiques publiques mises en place depuis les années 1940 explique sans doute ces bons résultats. Le système de santé est l’un des meilleurs d’Amérique latine et l’accès aux soins est universel. Depuis le début de la pandémie, les universités, en particulier l’Universidad de Costa Rica, travaillent également à la production de masques, de respirateurs ou à la recherche d’un anti-virus (notamment à partir des anticorps des personnes guéries).

Alors que les cas déclarés étaient encore peu nombreux, le gouvernement a pris des mesures fortes dès le début du mois de mars, bien avant les États-Unis, le Mexique ou la France : télétravail dans les administrations le 9 mars et fermeture des espaces publics le 10 mars (alors que le pays ne comptait que 9 cas identifiés), fermeture des premières écoles le 12 mars, et progressivement annulation des manifestations publiques, fermeture des cinémas, théâtres, bars, discothèques, parcs naturels, plages. Le 16 mars, l’état d’urgence sanitaire est déclaré, s’accompagnant de la fermeture de toutes les écoles et des frontières nationales. Une ligne téléphonique dédiée est mise en place et les procédures à suivre en cas de symptômes largement diffusées ; toutes les consignes et mesures prises par le gouvernement sont disponibles en ligne sur le site du Ministère de la Santé ; elles contiennent notamment des directives spécifiques concernant la violence de genre, les personnes vivant dans la rue, les populations amérindiennes et afrodescendantes.

Craignant une dispersion du virus dans l’ensemble du pays (il est pour l’instant fortement concentré dans la vallée centrale, autour des villes de San José, Alajuela, Heredia et Cartago, qui comptent plus de 60% de la population), le gouvernement a renforcé ces mesures pour la Semaine Sainte : commerces non essentiels fermés, centres commerciaux interdits, circulation quasi à l’arrêt. A San José, où le trafic routier est d’ordinaire infernal (le Costa Rica possède le troisième parc automobile par habitant d’Amérique latine), l’autoroute interaméricaine est restée déserte pendant 5 jours, offrant un espace de promenade inédit aux marcheurs et cyclistes. La maîtrise du gouvernement sur la situation (ou l’impression de maîtrise qu’il donne) est incontestable, allant même jusqu’à évoquer l’achat de 3000 sacs adaptés au transport de cadavres (bolsas para cadáveres) tout en précisant que les protocoles en préconisent deux par personne… Tout est prêt avant la tempête, même si tout le monde espère qu’elle n’arrivera pas, car malgré son système de santé performant, le Costa Rica ne dispose que de 143 lits en unités de soins intensifs.

Autoroute interaméricaine entre San José et Cartago
(le boulevard périphérique local), 6 avril 2020.

Néanmoins, les restrictions restent mesurées : pas de quarantaine stricte, circulation routière modulée selon les heures et les jours, commerces limités à 50% de leur capacité d’accueil. De nombreux restaurants, boulangeries, épiceries, petits supermarchés, restent ouverts en modalité « livraison à domicile » ou « express », au travers d’un guichet de vente. Du fait de la consigne de confinement (« Quédate en casa »), les livreurs à vélo ou moto sont, avec le ministre de la santé, les autres personnages incontournables de la crise. Comme ailleurs, l’économie sera sans doute durablement touchée, notamment le tourisme, mais ce fonctionnement au ralenti permet de conserver une certaine activité. Dans le même temps, le gouvernement a mis en place une série de mesures pour soutenir le télétravail et pour aider les petites entreprises : création d’une allocation (Bono Proteger) pour les travailleurs ayant perdu leur emploi ou obligés de travailler à temps partiel, moratoire sur le paiement de certains impôts, contributions spécifiques pour le secteur touristique, etc.

Ce message politique, qui se veut rassurant, compétent et prévoyant, s’appuie également sur un autre élément central de la société costaricienne : sa confiance dans le gouvernement et dans son modèle national. Comme le répète le ministre de la santé : “La responsabilidad de cuidarnos es de todos y todas: gobierno, empresas y ciudadanía” (« Prendre soin de nous est une responsabilité partagée: gouvernement, entreprises et citoyens » Daniel Salas, conférence de presse, 14 avril 2020).

De fait, les mesures mises en place, même si elles sont en parties coercitives (et directement sanctionnées par des amendes), reposent sur la responsabilisation individuelle et sur le civisme. Voire sur une certaine fierté nationale. Le gouvernement du Costa Rica se targue de suivre à la lettre les consignes de l’OMS et les costariciens les recommandations du gouvernement. Ce sentiment d’être le « bon élève » de l’Amérique centrale rend compte d’un véritable engagement démocratique, qui prend aussi parfois une tournure nationaliste, porteuse d’un certain entre-soi bien-pensant qui ne tolère pas la déviance, celle des autres pays d’Amérique centrale mais aussi celle des concitoyens non respectueux des règles communes.

Affiche sur la devanture du restaurant Faqra, barrio Escalante, 15 avril 2020.

Les commentaires qui nourrissent la page Facebook du Ministère de la Santé sont à ce titre remarquables : s’ils félicitent régulièrement le gouvernement pour sa maitrise de la situation (“Vamos Sr. Ministro usted está haciendo lo correcto[1], “Gracias Excelente Ministro de Salud Dr Daniel Salas. Que Dios Lo Proteja Llene de Mucha Fortaleza Lo Siga Guiando e Iluminando Siempre Bendiciones[2]), mais aussi la société costaricienne pour sa bonne conduite (“Soy orgullosa de mi patria[3], “Esperemos Buenos comportamientos de los Costarricenses[4]), ils vilipendent violemment tout acte jugé incivique (“deje de malinformar![5], “si quieres jalar jalese, nadie lo detiene, pero no vuelva nunca mas por favor[6]).

Plusieurs propos évoquent la situation des nicaraguayens au Costa Rica (“Hagan algo con ese montón de nicaragüenses que querían salir el día de hoy en 2 buses repletos para Nicaragua… Sanciones fuertes!”[7]). Comme souvent, la « face cachée » de la démocratie costaricienne est visible dans son rapport à son voisin nicaraguayen, notamment en raison de la présence de migrants en provenance de ce pays, représentant jusqu’à 10 % de la population et une partie importante de la main d’œuvre. L’inaction du président du Nicaragua, Daniel Ortega, face à la pandémie suscite des commentaires inquiets, voire hostiles, et les tentatives de franchissement illégal de la frontière entre les deux pays alimentent les polémiques. Une base aérienne a ainsi été installée pour contrôler la frontière, près de la ville de Los Chiles. L’accueil de réfugiés nicaraguayens fuyant le régime Ortega a été suspendu, alors que les réfugiés déjà présents au Costa Rica (50 000 selon les chiffres officiels, jusqu’à 100 000 selon les ONG) vivent dans des conditions particulièrement précaires. Aux récentes mobilisations anti-migrants risque donc de se superposer une association implicite entre nicaraguayens et Covid 19, comme le montre le cas d’une jeune femme nicaraguayenne enceinte, entrée illégalement au Costa Rica, et soupçonnée (à tort) d’être porteuse du virus. Souvent bon élève à l’échelle mondiale (développement durable, absence d’armée, valorisation des Droits de l’homme et désormais gestion du Covid 19), le Costa Rica peut aussi se montrer  provincial, moralisateur et excluant !

San Jose (Costa Rica), le 20 avril 2020


(1) Continuez Monsieur le Ministre, excellent travail !

(2) Merci Monsieur le Ministre de la santé Daniel Salas. Que Dieu vous protège, vous donne de la force, vous guide et vous illumine. Que Dieu vous bénisse.

(3) Je suis fière de ma patrie !

(4) Nous attendons un comportement exemplaire des Costariciens.

(5) Halte à la désinformation !

(6) Si vous voulez partir partez, personne ne vous retient, mais s’il vous plait ne revenez jamais.

(7) Deux bus pleins à craquer de Nicaraguayens aujourd’hui! Il faut faire quelque chose! Sanctions fortes!

Acclimatation violente du virus en Colombie

Olga L. Gonzalez est sociologue, membre associée à l’Urmis. Ses recherches portent principalement sur les migrants, l’Amérique latine et les questions de genre.
Site universitaire : https://olgagonzalez.wordpress.com.
Blog en espagnol : https://ojodeperdiz.wordpress.com

Le coronavirus est un révélateur des profondes fractures de nos sociétés. C’est le cas aussi en Colombie, où la gestion erratique de la pandémie sera aggravée par la liste de problèmes non résolus : violences, inégalités, privatisation de la santé, précarité des professionnels… S’ajoute, en plus, le soutien à l’ingérence belliqueuse des États-Unis au Venezuela.

La « société civile connectée » force les autorités à réagir

En Colombie, le premier cas de Covid 19 détecté date du 6 mars, et le premier décès du 21 mars. Comme dans la plupart des pays d’Amérique latine, les mesures de distanciation sociale ont été prises tôt (fermeture des écoles le 16 mars, confinement depuis le 25 mars). Le 6 avril, le confinement a été prolongé jusqu’au 26 avril. L’adoption de ces mesures, prises durant la phase de « contention » de l’épidémie, s’expliquent par la très rapide prise de conscience de la gravité de la situation au niveau mondial.

Certes, au début du mois de mars des commentateurs influents, comme l’ancien négociateur des accords de paix, Humberto de la Calle, voyaient encore le coronavirus comme un événement lointain, qui ne concernait que les pays européens. Mais suite à la fermeture des frontières aux Etats-Unis et aux mesures de confinement strict imposé en Espagne, en France et dans d’autres pays européens, la pression sociale, qui s’exprime notamment dans les réseaux sociaux et dans les médias, s’est fait sentir. Depuis ces tribunes très influentes, les principaux « leaders d’opinion » et chefs politiques ont exigé une action immédiate du gouvernement. Ainsi, une communauté très au courant des informations internationales, une véritable « société civile connectée », a joué un rôle déterminant et a poussé les dirigeants à l’action.

Des différences dans l’application de ces mesures ont pu être néanmoins observées. Ainsi, alors que la maire de Bogota, la fraîchement élue Claudia Lopez, prenait les devants en organisant une « répétition » du confinement pour la ville (le 20 mars), le président Iván Duque demandait la protection de la Vierge de Chiquinquirá, la « patronne de la Colombie ».

Une pandémie dans un contexte d’extrême violence

Si le gouvernement national et les autorités locales répondent à cette crise en suivant les protocoles prônés par les organisations internationales et se calquent sur l’expérience d’autres pays, il reste que le contexte colombien est celui d’un pays soumis à de grandes violences, aussi bien sociales que politiques. Comment est vécue la pandémie alors que de larges secteurs semblent accepter la banalité de la mort violente ? Quelle sera l’incidence du confinement face à ces violences ?

Prison colombienne. Photo de María Angélica Ospina, collection Matrioshkas
Prison colombienne. Photo de María Angélica Ospina, collection Matrioshkas

Plusieurs éléments montrent qu’il y a sujet à s’inquiéter. Lors du premier confinement effectué par la Mairie de Bogota entre le 20 mars et le 24 mars, s’est produit le soulèvement d’une des prisons les plus importantes de la capitale, par ailleurs surpeuplée (comme toutes les prisons colombiennes, dans une proportion de 50% à 100%) et donc, exposant les prisonniers à des risques sanitaires. Le bilan de l’opération a été de 23 prisonniers morts dans cette prison, de toute évidence assassinés par les gardiens. Ainsi, avant les contaminations par le coronavirus, et en raison des craintes liées à celui-ci, c’est la répression officielle qui a fait ses premières victimes.

Dans des zones plus éloignées des centres urbains, le confinement donne également lieu à des situations préoccupantes : une ONG dénonce que dans le Putumayo, les groupes paramilitaires d’extrême-droite exercent des « contrôles » des populations, mettent à mort et démembrent les « voleurs vénézuéliens » et menacent la population locale d’assassiner les personnes qui malades du Covid-19.

De fait, le confinement n’arrête pas net les violences, mais risque de les rendre encore moins visibles et, par là, d’aggraver l’impunité. Ainsi, depuis la promulgation des mesures se sont poursuivis les meurtres des anciens combattants des Farc, le massacre d’un syndicaliste et de sa famille, les attaques menées par des factions dissidentes des Farc ou l’assassinat de leaders sociaux.

Dans un contexte où la violence est pour beaucoup un moyen d’expression, il se produit des actions d’agression du personnel médical et infirmier car susceptible de porter la maladie, ou des scènes de violence physique de la part d’élus (contre un fournisseur suite à des accusations de corruption dans l’aide humanitaire pour les confinés). Et lorsqu’une mairie essaye de mettre en place un hébergement d’urgence dans un hôtel confisqué à la mafia, la population locale se révolte tout en « accusant » les futurs hébergés d’être des SDF.

Comme partout ailleurs, le confinement expose les enfants et les femmes à des violences dans la sphère domestique. Mais le niveau déjà très élevé de ces violences en temps « normal » rend les menaces encore plus préoccupantes : dans ce pays, mille femmes sont assassinées tous les ans (quatre fois plus qu’en France, pour un pays qui compte 20 millions d’habitants en moins), et la violence sexuelle sur les enfants est en hausse constante A ceci s’ajoutent d’autres violences, comme celles touchant les jeunes LGBT rejetés par leur entourage.

Dans ce contexte déjà très difficile, le gouvernement peine à trouver des réponses. Ainsi, la vice-présidente Martha Lucia Ramirez a proposé de confisquer l’alcool dans les familles pour combattre les violences de genre, une initiative fortement critiquée car paternaliste et inapplicable.

Une pandémie dans un contexte de grande précarité

Chiffon rouge et enfant à Bogota. Photo de Victor de Currea-Lugo
Le chiffon rouge est devenu le signal de la faim. Bogota.
Photo de Victor de Currea-Lugo

En dehors de ces problèmes spécifiquement liés à la configuration très violente de la Colombie, la pandémie survient dans un pays qui, bien qu’ayant des indices macro-économiques tout à fait acceptables pour les agences internationales, présente des très grosses inégalités socio-économiques (c’est un des pays les plus inégalitaires au monde), un niveau très élevé d’informalité (58% des travailleurs sont dans l’économie informelle) et un très faible taux de syndicalisation (moins de 5%).

Le gouvernement s’est empressé d’annoncer un ensemble de mesures pour pallier aux besoins des plus démunis. Mais les difficultés pour faire acheminer les aides en nature, ainsi que le faible niveau d’accès aux services bancaires, et la méfiance par rapport au secteur financier, très concentré et pratiquant des coûts d’intermédiation exorbitants, rend très compliquées les choses. Les permanentes hésitations de ce gouvernement ne permettent pas de savoir de quoi sera fait le destin économique des Colombiens : par exemple, alors qu’une nouvelle réforme budgétaire est annoncée par le ministre des finances, le président le dément

Pour le moment, dans les vastes quartiers populaires des villes, les foyers ont trouvé un moyen de signaler leur détresse alimentaire : un chiffon rouge est désormais accroché à la porte ou aux fenêtres des maisons. Dans certains secteurs paupérisés, toutes les maisons sont ainsi « marquées ». La nuit venue, malgré les interdictions strictes de confinement, des émeutes ont pu éclater dans des zones pauvres des villes, semblables aux émeutes de la faim observées ailleurs dans le monde.

Décrets présidentiels contre les précaires dans la santé 

Personnel sanitaire à Bogota. Photo de Victor de Currea-Lugo.
Personnel sanitaire à Bogota.
Photo de Victor de Currea-Lugo.

A l’heure actuelle, l’urgence économique se double d’une urgence médicale : dans un pays ayant privatisé son système de santé depuis les années 1990, et alors que 80% du personnel sanitaire a des contrats précaires et des conditions de travail inacceptables (salaires impayés depuis plusieurs mois, aucune assurance en cas de maladie professionnelle y compris le Covid, annonce de baisse de 20% de leur salaire en raison de l’urgence sanitaire, etc.), un mouvement d’inquiétude gagne médecins et infirmiers. La Fédération des Médecins Colombiens a réalisé une enquête auprès de 880 personnes du corps sanitaire hospitalier, et ses conclusions sont accablantes : seulement 50 ont déclaré avoir les masques N95, seulement 25 avaient les costumes de biosécurité.

Dans ce contexte, beaucoup d’entre eux refusent de renouveler leur (précaires) contrats de travail ou menacent de faire des grèves. Face à la rogne, le gouvernement a émis un décret pour obliger le personnel sanitaire à se rendre dans leurs lieux de travail. Des discussions ont commencé avec les (rares) secteurs organisés (syndicats) dans ce secteur. Pendant ce temps, quatre médecins sont déjà morts de Covid 19 (sur 131 décès officiels)… et la communication officielle rend hommage aux « héros ».

Un donnée inconnue : le Venezuela

Enfin, la situation dans le plus important voisin de la Colombie, le Venezuela, affecte le pays de plusieurs manières. Premièrement, en raison du grand nombre de Vénézuéliens installés sur son territoire (environ un million, arrivés massivement ces 3 dernières années). Ces migrants sont un réel défi au système de santé et des aides économiques. Pourtant, ils sont surreprésentés dans le secteur des services (et notamment dans les livraisons à domicile dans les villes), et ils s’exposent pour éviter que d’autres personnes ne sortent de chez eux et respectent le confinement strict. Sans source de revenu, sans attaches, sans aides sociales et expulsés de leurs logements, nombre d’entre eux entament, à pied, le chemin de retour vers leur pays.

En raison de ces mouvements migratoires, la situation à la frontière risque de devenir un enjeu de santé délicat, d’autant plus que le Venezuela traverse une crise économique qui se répercute aussi dans les hôpitaux. Cette crise est par ailleurs aggravée par les sanctions des États-Unis qui, par exemple, interdit la vente de respirateurs à ce pays.

Queue pour faire ses courses pendant la quarantaine dans une épicerie à Bosa (Bogota).
Photo de Moisés Gaitán Bautista
Queue pour faire ses courses pendant la quarantaine dans une épicerie à Bosa (Bogota).
Photo de Moisés Gaitán Bautista

Un second motif d’inquiétude sont les déclarations tonitruantes de Donald Trump (le 26 mars, en pleine crise sanitaire à New York, il a eu le temps pour mettre la tête du président Nicolás Maduro à prix). Fanfaronnades ? Ce n’est pas certain : des manœuvres militaires à la frontière ont déjà commencé, avec l’aval du président Duque, qui s’est toujours montré favorable à une intervention armée des Etats-Unis. Surtout, un Trump gérant catastrophiquement la crise du coronavirus dans son pays pourrait bien trouver dans une intervention armée à l’étranger un moyen pour améliorer ses chances d’être réélu.

Conclusion

Au 16 avril, il y avait officiellement 3 105 cas détectés et 131 personnes décédées en Colombie. Mais bien au-delà des chiffres, et au-delà de la gestion erratique du gouvernement Duque, dans ce pays comme ailleurs, le virus rend visibles les très nombreuses lignes de fracture de la société. Les problèmes non résolus sont profonds (violences, inégalités socio-économiques, privatisation de la santé, précarité des professionnels appelés à la rescousse). Ces vieilles fractures, ainsi que la politique d’ingérence belliqueuse au Venezuela, risquent d’aggraver la pandémie… et celle-ci, à son tour, risque d’aggraver les vieux problèmes de la Colombie.

Y-a-t-il de l’espoir ? Dans l’immédiat, pour ce qui concerne le « front intérieur », il reste à souhaiter que les secteurs organisés de la société, et notamment les syndicats, extrêmement affaiblis ces dernières années, pourront trouver les forces de se faire entendre par un gouvernement indifférent au sort de son peuple. Sur le « front extérieur », et notamment sur les agissements des Etats-Unis conjointement avec la Colombie contre le Venezuela, il faut espérer que la communauté internationale ne sera pas dupe de ce qui s’y joue.

La quarantaine et « les autres ». Repenser les populations les plus précarisées au Mexique

Michelle Salord est doctorante en anthropologie à l’université de Paris – URMIS et coordinatrice du pôle Mexique de l’Institut des Amériques, associée au CEMCA. Sa thèse porte sur les flux migratoires centraméricains au Mexique. En collaboration avec plusieurs collectifs féministes, elle organise une campagne de fonds pour soutenir des femmes victimes de violences, des migrant·es, des travailleuses du sexe, des familles indigènes urbaines et des ramasseur·es de plastique comme réponse à la contingence sanitaire à Mexico : https://donorbox.org/fondo-solidario-de-emergencia-covid19-mexico

Ce billet a été publié sur le blog COVIDAM, réalisé par l’unité mixte internationale Interdisciplinary and global environmental studies (iGLOBES) et l’Institut des Amériques (IdA). Si la  pandémie de Covid-19 a touché les Amériques plus tard que l’Asie et que l’Europe, la vague qui y déferle désormais est d’une ampleur  exceptionnelle. Grâce à l’expertise du vaste réseau composé par les  membres de l’IdA en France et à l’étranger, des spécialistes de toutes  disciplines proposent chaque jour sur ce blog un nouveau décryptage sur cette crise, qui part de l’actualité mais n’oublie ni le temps long ni les structures sociales profondes qui expliquent les configurations actuelles. Plus d’informations ici

Le 24 mars, le gouvernement mexicain déclarait l’entrée nationale dans la phase 2 face à la pandémie mondiale. Cette mesure entérinait la suspension immédiate des activités sociales et économiques non essentielles dans le pays et dans la capitale jusqu’au 30 mai désormais, ainsi que des mesures plus strictes de confinement avec notamment la fermeture de certaines rues piétonnes, de plusieurs commerces et la présence de militaires dans la rue. Il y avait alors 405 cas de Covid-19 confirmés et 5 décès. La pandémie semblait néanmoins lointaine. Près de trois semaines après l’annonce de la phase 2, les chiffres ont bien changé. Au 25 avril, on compte plus de 12 872 cas confirmés et près de 1221 décès (chiffres officiels) et la tendance est à l’accélération. Les grandes enseignes de distribution ont été dévalisées de produits en tout genre par les classes sociales qui ont les moyens de consommer : papier toilette, boîtes de conserves, gel hydroalcoolique, bières et alcools divers. Ceux qui ont la possibilité – le privilège ? – de pouvoir rester à la maison et travailler de chez eux le font, et les autres… Qui sont les autres ? Dans un pays aussi vaste, compliqué et inégalitaire que le Mexique, la figure de l’altérité pourtant si présente est sujette à l’invisibilisation systémique. Cette crise sanitaire mondiale ne fait que le confirmer.

Mexico no es Europa
« Le Mexique ce n’est pas l’Europe. Ici, si tu ne travailles pas, tu ne manges pas ». 8 avril 2020 Photographie de Andalusia Knoll Soloff @andalalucha

La quarantaine, pour qui ?

La dure réalité sociale du Mexique est patente dans les chiffres, au-delà des débats sur leur fiabilité ou leur exhaustivité : plus de 60 000 disparus par an, plus de 3000 féminicides, plus de 11 000 déplacements internes forcés et plus de 400 000 migrants irréguliers traversant la frontière sud. A cela s’ajoute le travail informel, qui fait vivre près de 57 % de la population, la plupart gagnant moins de 350 € par mois, et dont une grande partie sont des femmes occupant des emplois du care (femmes de ménages, aides-soignantes particulières). Dans un pays où le système de santé reste très coûteux, excluant et étroitement associé à un contrat de travail, les inégalités de classe, de race et de niveau socio-économique sont des prismes qu’il ne faut pas perdre de vue.

Or le gouvernement conserve des angles morts dans son action. Le 7 avril, au cours d’une des désormais habituelles conférences de presse du gouvernement, un journaliste demandait par exemple au vice-ministre de la santé Lopez-Gatell quelles étaient les mesures prévues pour les centres de rétention migratoire qui enferment une quantité de migrants (centraméricains, cubains, vénézuéliens, africains et hindous) largement supérieure à leur capacité d’accueil. Cette question faisait suite à ce qui sera médiatiquement nommé « la mutinerie » du 3 avril survenue dans un des centres de rétention de l’Institut national de migration mexicain, dans la ville de Piedras Negras, au nord du pays. Face aux conditions sanitaires déplorables et au manque de mesures afin d’éviter la propagation du virus SARS-CoV-2, certains migrants avaient alors mis le feu à des matelas et à du mobilier. En réponse à la question du journaliste, Lopez-Gatell a argumenté que jusqu’à maintenant aucun cas de contagion n’avait été recensé dans les stations migratoires et que l’urgence sanitaire à laquelle les Mexicains devaient faire face ne devaient pas être politisée. Plus tard, on apprendra que les migrants ayant participé à la « mutinerie » ont été déplacés à la frontière sud, près de Villahermosa, à plus de 2000 km de là où ils se trouvaient dont certains relâchés dans les rues. Sans ressources juridiques, économiques, sociales, ils ne peuvent revenir vers l’Amérique centrale suite à la fermeture des frontières, se retrouvant « enfermés dehors », en pleine quarantaine.

Exposition et vulnérabilité pour les « autres »

A la mise en sécurité et la bunkerisation d’une frange de la population correspond l’exposition et la vulnérabilité des autres. Ce qui se passe dans le domaine migratoire n’est que l’illustration d’autres faits, comme  le manque de mesures prises pour pallier les cas de féminicides et de violences intrafamiliales qui pourtant sont en hausse depuis le début du confinement. On peut également évoquer le maintien de mégaprojets comme celui du train Maya, malgré les risques d’exposition des travailleurs et des populations indigènes qui luttent contre, ou encore le manque d’aides publiques pour les travailleurs informels qui sont encore contraints de sortir dans les rues. La crise du Covid 19 traverse tous les aspects de la vie. Mais, c’est un mythe contemporain que de considérer qu’elle traverse et habite tout le monde de la même façon. Les récits médiatiques basés sur l’émotion omettent grandement que le maintien des services essentiels sont garantis par des populations précarisés et que, en fin de compte, les grands affectés de cette crise seront des corps racialisés.

Nouvelles solidarités ?

Les Mexicains, et plus largement les Latino-Américains, sont pourtant habitués à voir leur situation changer. Chercher des revenus complémentaires, mettre en place des stratégies familiales et se créer un tissu social élargi sont des éléments nécessaires pour tout individu afin d’affronter les risques structurels de l’incertitude. Être exposé aux aléas de la vie découle certes d’un manque réel de protection sociale mais indique également la relation que les individus et les groupes sociaux entretiennent avec les autorités publiques et la force des solidarités privées. Comme lors du tremblement de terre de 2017, comme lors de nombreux épisodes traumatisants, la société civile sait trouver les moyens de s’organiser et créer des initiatives à son échelle. Le cas de figure actuel ne déroge pas à la règle. Ainsi, nous pouvons évoquer les nombreuses initiatives citoyennes et les différentes formes que celles-ci prennent visant à accompagner les populations les plus précarisées, palliant non seulement les manques de mesures gouvernementales mais cherchant également à tracer les chemins d’une écriture collective de cette pandémie. Car la mémoire est elle aussi traversée par des enjeux et des rapports de force. Une réflexion s’immisce alors : comment écrire et qui écrira les mémoires de cette pandémie ? Comment permettre un deuil collectivement construit, et non imposé, de toute cette situation ?

México, le 25 avril 2020

Les morts de Guayaquil

Chapelle sur la colline de Santa Ana à Guayaquil. Photo Sergei Mugashev - Shutterstock.com
Chapelle sur la colline de Santa Ana à Guayaquil.
Photo Sergei Mugashev – Shutterstock.com

Mercredi 2 avril 2020, Paris, 17e jour de confinement 

Par Arihana Villamil

La scène paraît irréelle : à Guayaquil, en Équateur, les gens mettent leurs morts dans la rue car il est dangereux de les garder chez eux. Dans les hôpitaux, les corps s’accumulent sans pouvoir être traités avec dignité. Les familles ne sont parfois pas prévenues. Une femme dont le mari est décédé d’une crise cardiaque depuis une semaine, ne sait toujours pas où son corps a été amené. Personne ne peut la renseigner. Les ambulanciers sont débordés, les employés des pompes funèbres sont terrifiés. Seulement 20 pompes funèbres des 120 que compte la ville sont en train de fonctionner. Des cadavres reposent encore dans les salons de leurs familles qui ne peuvent se résoudre à les abandonner. Ils y restent parfois une semaine. Certaines personnes, inquiètes pour leur santé et celle de leurs proches déplacent des cadavres par leurs propres moyens. Les veillées mortuaires traditionnellement effectuées sont à présent interdites. Les autorités ont essayé d’imposer l’incinération mais ont rencontré des réticences parmi la population très catholique de Guayaquil. « Les coutumes mortuaires de la ville sont chamboulées, la population est sous le choc », écrit l’article du Point qui m’informe de cette actualité morbide.

Ici aussi, en Europe, les rites funéraires sont perturbés. On a lu l’histoire de cet acteur italien qui a du cohabiter 24 heures avec le cadavre de sa sœur. Nous avons pris connaissance du récit de la jeune Julie, décédée du Coronavirus à 16 ans. Le maquillage des morts étant interdit, la veillée du cadavre a du se faire devant un cercueil scellé. Seulement 10 personnes ont été autorisées à se rendre aux obsèques. Ses camarades de classe ont décidé de lui rendre un hommage le 4 mai, à la fin du confinement (en espérant que ce sera possible à ce moment-là). Pour le reste des défunts, des mesures sanitaires exceptionnelles sont mises en place pour les obsèques : pas plus de vingt personnes sont autorisées à y participer (dont aucune de plus de 70 ans et aucune de moins de 16 ans), les célébrations religieuses sont réduites au strict minimum, les rapatriements de corps sont impossibles. Les employés des pompes funèbres sont considérés (à raison) comme des personnes prioritaires à l’accès du matériel de protection sanitaire (gels, masques, combinaisons, etc).

En décembre 2016, j’ai assisté à l’un des rites funéraires les plus forts et les plus marquants de mon existence. C’était dans la ville de Guapi, dans la région Pacifique colombienne. Un ami anthropologue m’y avait invité à l’occasion des « Balsadas », une célébration festive organisée en honneur à la Vierge de l’Immaculée Conception, patronne de la ville. Durant quelques jours les habitants de Guapi et des villages alentours décorent des barques avec des structures en bois, des feuilles de palmier tressées et des bougies. La nuit tombée, les barques déambulent dans la rivière, offrant aux visiteurs un spectacle onirique animé par la musique de marimba de chonta propre à la région. La musique et la danse accompagnent la fête. La nuit, les gens dansent sur les places publiques suivant les pas d’une unique chorégraphie de groupe. 

« Deux jeunes filles suivent une procession » Guapi, Colombie, décembre 2016, Photo Arihana Villamil.

Lorsque nous sommes arrivés à Guapi cette année là, le père de l’hôte chez qui nous devions loger venait de décéder. À Guapi les veillées mortuaires s’étendent sur 9 jours. Chaque soir, les femmes se réunissent dans les salons funéraires où les corps sont exposés et chantent des alabados, chants à capella improvisés dans lesquels sont évoquées la vie et les qualités du défunt. Une femme propose une strophe, auquel le reste du groupe répond par un refrain. Les alabados durent toute la nuit et sont sacrés. Ils sont parfois graves et solennels mais peuvent aussi être joyeux et animés d’une forte énergie vitale. Devant la maison de nos hôtes, la famille avait installé des tables et des chaises. Elle offrait des boissons et des collations aux visiteurs. Certains jouaient aux dominos. Le décès d’une personne est l’occasion pour le reste de la collectivité de partager un moment de convivialité venant adoucir la peine des familles endeuillées. Les neuf journées de partage se culminent avec une longue procession dans les rues de la ville jusqu’au cimetière. Un nombre incalculable de personnes y participent, chantant toutes ensembles le long du cortège.

Les rites funéraires ont des vertus insoupçonnées. Dans son livre « De chair et d’âme »(1), le neuropsychiatre spécialiste de la résilience, Boris Cyrulnik, écrit : « Lorsqu’on perd un être aimé, une partie de soi est arrachée, emportée avec le mort. Notre monde sensoriel s’est vidé d’une présence. Mais quand on est affectivement entouré, le côtoiement des autres colmate un peu la brèche. Et si la culture donne sens à la mort, on cherche à redonner une direction de vie, un projet où le défunt prendra une place particulière (…) Lorsque les pertes ne sont ni entourées ni sensées, il ne reste à l’endeuillé qu’à se recroqueviller pour moins souffrir. La douleur l’empêche de parler, il serre les dents et s’isole. On fait de même quand la culture nous fait taire. Le recroquevillement antalgique qui empêche le partage du chagrin et la socialisation de la détresse chasse le survivant du monde humain. Dans ce cas, la perte n’est pas un deuil, c’est un trou dans l’âme, un vide sans représentations, un kyste, une crypte dans un monde intime qui se prépare au clivage. En cas d’empêchement de rituels de deuil, l’endeuillé muet devient pour ses proches, une base d’insécurité. La perte est individuelle mais le deuil est collectif. Il exige le soutien affectif qui stimule sensoriellement l’endeuillé autant que le travail de deuil qui permet à la culture de donner sens à la disparition, provoquant ainsi le remaniement des représentations (…) Les facteurs de résilience qui permettent de ne pas demeurer dans l’agonie psychique sont composés par le théâtre des funérailles et le remaniement affectif du milieu ».

J’ai lu quelque part que le coronavirus était capitaliste : il met au défi nos capacités de solidarité, exacerbe tous les types d’inégalités, nous pousse à la consommation excessive, ne respecte aucune frontière, attaque nos aînés dans les lieux mêmes où leurs familles pensaient les avoir mis en sécurité, nous confine chez nous, mais aussi en nous, dans le reflet de nos individualités isolées du collectif. Lorsqu’on commence à étudier l’anthropologie, l’une des premières choses qui nous est transmise est l’importance des rites funéraires au sein des cultures humaines. Avec le langage, les structures de parenté, les croyances et les religions, ces rites sont ce qui nous distingue des autres espèces vivantes. Ainsi, plus que toute autre chose, le virus amène à la surface le fondement même de ce qui caractérise notre humanité : notre rapport à la mort.


(1) Cyrulnik, Boris, De chair et d’âme, Odile Jacob, Paris, 2008, pp. 80-82

Comment le Pérou a fermé la porte aux migrants vénézuéliens

Dánae Rivadeneyra, Université Paris Diderot

En septembre 2019, le démembrement des corps de deux personnes, de nationalité péruvienne et vénézuélienne, a fait la une de tous les journaux péruviens. Le principal responsable de ce double homicide est un Vénézuélien, surnommé Joker. Ce crime lié à des affaires de drogue a servi à légitimer certains discours « culturisants » associant la délinquance à la nationalité vénézuélienne.

El Comercio, principal journal du pays, a titré ainsi le fait divers : « Cruel et violent : qu’est-ce qui amène un criminel vénézuélien à tuer sans pitié ? » Un titre modifié à la suite des nombreux commentaires des internautes. Victime et assassin ont ensuite été rangés dans la même catégorie lorsque l’on a appris que la personne vénézuélienne assassinée, bien qu’ayant fait l’objet d’une expulsion vers son pays d’origine à cause de son fichier de police, était revenue au Pérou de façon irrégulière.

Mais ce crime a également permis au gouvernement de justifier le durcissement de certaines mesures, notamment les expulsions expresses et les contrôles de police. Pour le Pérou, la situation est inédite. Jamais au cours de son histoire républicaine le pays n’avait reçu des flux migratoires aussi importants sur un laps de temps aussi court. Dans ce contexte, l’État peine à élaborer des solutions intégrales et répond en multipliant la création de dispositifs juridiques qui ne résistent pas longtemps et fragilisent la situation des migrants.

Le Pérou premier pays d’accueil des Vénézuéliens

Actuellement, 860 000 Vénézuéliens vivent au Pérou, et 280 000 d’entre eux ont demandé le statut de réfugiés. C’est donc le premier pays d’accueil pour les Vénézuéliens nécessitant une protection internationale, et la deuxième destination pour les migrants vénézuéliens dans le monde après la Colombie.

Un tel attrait s’explique d’abord par les dispositifs d’accueil mis en place par le gouvernement de Pedro Pablo Kuczynski au début de la crise, et par le marché de travail péruvien, principalement informel, qui facilite la recherche d’emploi pour les migrants irréguliers : selon l’Institut National de Statistiques, le travail formel ne représente que 27,4 % de l’économie (contre 72,6 % pour le travail informel).

Une femme migrante installée dans la zone frontalière entre l’Équateur et le Pérou, attendant une réponse de l’un des deux pays. Dánae Rivadeneyra, Author provided

Ces deux facteurs ont encouragé à partir de 2017 des centaines de milliers de migrants à faire le choix du Pérou. En Colombie, pays frontalier du Venezuela, trouver du travail apparaît de plus en plus difficile tant la concurrence entre Vénézuéliens est rude. Quant à l’Équateur, sa devise étant le dollar, le coût de la vie y est un peu plus élevé.

Jusqu’alors, la migration vénézuélienne était essentiellement dirigée vers les États-Unis ou l’Espagne. Depuis 2016, elle suit donc une nouvelle trajectoire dirigée vers le sud.

La bienveillance des débuts

La gestion du flux migratoire vénézuélien par le Pérou s’est opérée en deux temps sur le plan juridique. Initialement, le gouvernement de Pedro Pablo Kuczynsnki a mené une politique des portes ouvertes : en janvier 2017 est entré en vigueur un permis temporaire de séjour (PTP). Ce document, dont pouvaient bénéficier exclusivement les migrants vénézuéliens, les autorisait à travailler de manière légale pour une période d’un an.

La création de ce dispositif qui n’accorde ni qualité, ni statut migratoire, ni droits d’accès à la santé, s’inscrit dans un contexte où la communauté internationale a pris des mesures contre la « Revolución Bolivariana ». D’abord, la création du Groupe de Lima (GL), un groupe formé par 14 pays membres de l’Organisation des États américains dans le but de trouver des alternatives de solution pour la situation au Venezuela. En août 2017, le pays est suspendu du Marché commun du sud (Mercosur), qu’il avait rejoint en 2012, par les quatre autres membres de cette communauté économique – le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay – qui reprochent au gouvernement Maduro d’avoir contrevenu à la « clause démocratique » du bloc.

En pratique, cela signifiait que les migrants vénézuéliens ne pouvaient plus bénéficier du visa Mercosur. Or le Pérou a mis en place depuis 2009 un accord migratoire bénéficiant aux ressortissants du Mercosur, de la Bolivie et du Chili, leur permettant de séjourner dans le pays pour une période de deux ans. Après l’expulsion du Venezuela du bloc, les pays concernés ont créé des dispositifs particuliers pour régulariser l’entrée et le séjour des migrants vénézuéliens : chaque territoire a donc adopté des règles spécifiques, évoluant à différentes vitesses et plaçant souvent les migrants face à un vide légal.

Création d’apatrides

L’un des principaux risques liés à ce contexte est la situation des enfants apatrides, ou menacés de le devenir. En août de cette année, la Colombie a ainsi été contrainte d’accorder la nationalité aux enfants de parents vénézuéliens nés sur son territoire. Jusqu’alors, ce pays ne reconnaissait pas le droit du sol et n’octroyait qu’un certificat de naissance à ces enfants. Parmi les 24 000 enfants de migrants nés en Colombie ces quatre dernières années, une grande partie sont ensuite partis au Pérou et beaucoup se trouvent ainsi sans nationalité.

De nombreux enfants de parents vénézuéliens sont aujourd’hui apatrides. Dánae Rivadeneyra, Author provided

S’ils souhaitent que leurs enfants deviennent colombiens, il leur faut retourner dans le pays afin d’entamer la procédure : car la démarche ne peut se faire depuis l’étranger. Or avant de quitter le Pérou, ils doivent demander un visa pour traverser l’Équateur – une exigence mise en place le 26 août dernier.

En fonction du statut migratoire dont ils bénéficient au Pérou, ils seront autorisés à y revenir ou non. Demander la nationalité vénézuélienne auprès du consulat vénézuélien au Pérou n’est par ailleurs plus une option depuis l’expulsion de l’ambassadeur vénézuélien en août 2017, qui a paralysé toutes les démarches administratives à l’ambassade et au consulat vénézuélien au Pérou.

Entre contrôle et fermeture légale des frontières

Le deuxième moment coïncide avec l’arrivée au pouvoir en mars 2018 du président Martin Vizcarra, remplaçant Pedro Pablo Kuczynski, qui démissionne pour corruption. Du même bord politique que son prédécesseur, il opère pourtant un revirement dans la politique migratoire. S’appuyant sur le malaise des Péruviens, qui associent la délinquance ou le manque de travail à la migration vénézuélienne, il adopte une série de mesures populistes visant à contenir les arrivées.

En août 2018, la présentation du passeport devient une obligation pour tous les ressortissants vénézuéliens désireux d’entrer sur le territoire péruvien. Or son coût dissuasif rend son obtention quasi impossible. Une mesure pourtant bien perçue par 66 % des Péruviens.

En novembre 2018, cette exigence est interrompue, avant d’être rétablie trois mois plus tard. Les Vénézuéliens sans passeport empruntent alors des voies clandestines pour entrer au Pérou en payant des « trocheros », des passeurs. Jusqu’alors inexistants, ces derniers voient dans les nouvelles règles du Pérou et de l’Équateur une opportunité lucrative. Le 15 juin 2019 entre en vigueur un visa humanitaire, désormais l’unique document accepté pour entrer au Pérou. Deux mois plus tard, l’Équateur impose à son tour son propre visa humanitaire.

Cette fermeture légale des frontières a certes diminué l’entrée régulière des migrants au Pérou – on parle d’une baisse de 91 % du nombre de nouveaux migrants vénézuéliens entre juillet et août 2019. Mais inévitablement, le nombre d’entrées irrégulières a de son côté augmenté. Si l’on ne dispose pas de chiffres officiels, l’Organisation internationale des migrations estime que 68 % des Vénézuéliens qui sont arrivés à la frontière entre le Pérou et l’Équateur depuis août 2019 l’ont fait de manière irrégulière. Suite aux nouvelles directives, ces migrants ne sont plus acceptés au Pérou et sont bloqués à la frontière entre ces deux pays.

L’apparition des campements de migrants

Cette situation a entraîné l’installation, inédite en Amérique du Sud, de campements de migrants vénézuéliens à la frontière entre l’Équateur et le Pérou. Ils abritent principalement des demandeurs d’asile car, depuis l’entrée en vigueur du visa équatorien, l’évaluation pour accorder ou dénier le statut de réfugié se fait à la frontière. Dans cet espace attendent aussi des Vénézuéliens avec PTP ou visa humanitaire péruvien, ayant traversé l’Équateur de manière irrégulière. Depuis août 2019, il est exigé d’avoir passé le contrôle migratoire en Équateur pour être accepté au Pérou. Faute de quoi les migrants sont bloqués dans cette zone frontalière qui n’est ni le Pérou ni l’Équateur.

Face à la situation d’urgence dans cet espace de libre transit, des organismes internationaux tels que l’OIM, ACNUR, UNICEF, s’y sont installés. Ils se chargent de l’alimentation, de la garde d’enfants et de l’accompagnement juridique. Actuellement, environ 120 personnes sont bloquées à cette frontière, pour un temps indéterminé, dans l’attente d’une réponse du Pérou ou de l’Équateur. Mariana, jeune fille de 16 ans, me raconte ainsi qu’elle est arrivée quand son bébé avait 23 jours. Il a aujourd’hui presque trois mois.

Une tente de l’UNHCR à la frontière entre le Pérou et l’Équateur, où les migrants peuvent faire garder leurs enfants. Dánae Rivadeneyra, Author provided

Des organisations de la société civile se mobilisent également. Le Service Jésuite de la Solidarité (SJS), partenaire d’ACNUR, a mis en ligne un site web d’information explicatif sur les démarches administratives et accompagne juridiquement les migrants. En fonction des cas, l’ONG aide financièrement les situations d’urgence : des mineurs non accompagnés, des enfants risquant l’apatridie, des nouveaux arrivés sans domicile, etc.

Mais la fermeture légale des frontières a des effets plus généraux sur la dynamique migratoire.

Une explosion des demandes d’asile

D’une part, les demandes d’asile des Vénézuéliens en situation irrégulière ont connu une très forte augmentation. Devenue un véritable fourre-tout pour les cas non prévus par la loi, la demande d’asile est désormais une stratégie à laquelle ont recours les migrants dans l’espoir de demeurer sur le territoire péruvien.

Dans ce contexte, la Commission spéciale pour les Réfugiés s’est vue submergée de demandes qui ne correspondaient pas à la définition classique du profil de protection. Sa réponse a alors été de mettre hors ligne, jusqu’à nouvel ordre, la plate-forme Internet sur laquelle étaient déposées les demandes. Désormais, il faut se rendre sur place, une solution temporaire qui vise à décourager les migrants.

L’augmentation des demandes d’asile est également liée à la mise en place du Plan « Migration en Sécurité 2019 », en avril de cette année. Cette stratégie du ministère de l’Intérieur entend lutter contre la délinquance en expulsant du pays les Vénézuéliens ayant des antécédents judiciaires dans leur pays d’origine. Les derniers chiffres montrent que 890 personnes ont été renvoyées sur ce motif. Le délai entre l’interpellation et l’expulsion de la personne concernée est de moins de 24 heures, ce qui ne laisse aucune place à sa défense.

Dans ce contexte de demandes de refuge en suspens, d’expulsions sans droit à la défense – qui touchent même des demandeurs d’asile – et de pratiques qui changent toutes les semaines sans canal officiel d’informations, les ONG ainsi que les organismes internationaux sont devenues la seule source fiable d’informations pour les migrants vénézuéliens.The Conversation

Dánae Rivadeneyra, Doctorante en Socio-Anthropologie, Université Paris Diderot

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Migrants : pour le droit de libre circulation et le choix du pays d’installation

Paru dans le journal l’Humanité, le samedi 6 avril 2019.

Le Radeau de La Méduse, Géricault.
Le Radeau de La Méduse, Géricault.

Par Catherine Quiminal et Maryse Tripier, Professeures émérites de l’université Paris-Diderot

Pourquoi nous défendons désormais la liberté de circulation et d’installation ? Pourquoi il faut multiplier les acteurs impliqués et les organiser ?

Les élections européennes vont-elles être à nouveau l’occasion de désigner les migrants comme responsables de bien des maux que connaît la société française ? Ne peuvent-elles être au contraire un moment de débat sur la crise des politiques migratoires ?

Face à la persistance des flux migratoires non régulés à destination de l’Europe et à l’inefficacité avérée des renforcements des contrôles aux frontières n’y a –t-il d’autres solutions que de renforcer encore et encore la « forteresse Europe » au mépris de tant de vies humaines ?

Nous avons toutes deux, consacré notre carrière aux immigrés en France (cf bibliographie sélective à la fin). Nous avons consacré nos travaux à leurs luttes, seuls, ou dans –avec les syndicats et les associations. Et ce dans les entreprises, les foyers, dans la relation entre la France et leur pays d’origine.

Les conditions du marché du travail ont cependant progressivement changé, de même que la nature des flux migratoires. Les délocalisations ont affaibli le tissu productif, le chômage de masse s’est installé, comme la précarité des contrats de travail. Le fait le plus significatif est l’apparition des « sans-papiers ». Main d’œuvre sans feu ni lieu, sans droits, corvéable à merci. La grève de 2008, s’est à juste titre focalisée sur l’obtention des papiers, une régularisation (au demeurant temporaire) qui inclut ces travailleurs dans la communauté du salariat.

Avant d’avancer les argumentaires des pros et anti ouverture des frontières, totalement ou partiellement, nous posons le fait que les migrations sont inéluctables. Leurs motivations et composition peuvent varier mais elles ne cesseront pas. C’est un effet quasi structurel de la mondialisation impériale, des guerres, des inégalités qu’elle engendre.

Contre l’ouverture des frontières.

Les principaux arguments contre l’ouverture des frontières sont généralement portés par l’idéologie de droite. Ainsi, le président américain républicain Donald Trump a fait de la construction d’un mur à la frontière mexicaine le symbole de sa politique xénophobe.

Sans refaire tout l’historique, nous constatons qu’avec l’arrivée des nouveaux migrants depuis les années 2000, ces analyses restent liées pour une grande part à d’anciens paradigmes : « il y a déjà du chômage », ou « ces migrants nous coûtent cher et l’argent devrait aller aux nationaux ».

A ces arguments se sont ajouté aujourd’hui celui du risque d’une perte d’identité nationale et de souveraineté. Le principal slogan des meetings de l’ex FN est « On est chez nous ». C’est la peur du « grand remplacement » qui a déclenché l’attentat islamophobe en Nouvelle Zélande.

 Les travaux de nombreux démographes ont montré que cet argument, comme celui d’une africanisation de l’Europe était constamment contredit par les chiffres. De ce point de vue aucune menace de « remplacement » n’est à craindre. Mais il est certain que l’ensemble du monde sera de plus en plus métissé à moyen terme. Est-ce une menace ?

« Sur les près de 1,3 milliard d’Africains, seulement 29,3 millions vivent à l’étranger. Parmi ces 29,3 millions, 70 % n’ont pris ni le chemin de l’Europe, ni d’aucune autre région du monde. Ils se sont installés dans d’autres pays d’Afrique » {Achille Mbembe in Le Monde Afrique,10 février 2019.}

« Réalisons-nous que seulement « 5% de la population mondiale migrent, quand 95% demeurent » dans le pays d’origine ?!) » {François Heran, leçon inaugurale au collège de France. 2018.}

Un autre argument parfois manié par la gauche est celui du pillage des ressources en capital humain des pays de départ. Certes le pillage des ressources matérielles ainsi que la destruction des écosystèmes a eu lieu et se perpétue. Mais cette histoire est plus une cause des migrations qu’une conséquence.

Les femmes, les hommes et leurs enfants qui risquent leur vie pour atteindre l’Europe ne peuvent plus vivre dans leur pays.

De ce point de vue, on peut penser que les colonisateurs et néo-colonisateurs ont une dette vis-à-vis de ces pays qu’ils ont aussi entraînés dans leurs divers conflits. Eux qui ont bénéficié du droit de circulation (conquêtes) et du droit d’installation.

 L’argument de la concurrence entre étrangers et salariés nationaux est très ancien, et le mouvement ouvrier y a répondu par l’exigence d’égalité. Le même problème de concurrence étant posé pour toutes les catégories de travailleurs (femmes, jeunes…)

Pour l’ouverture des frontières et le droit d’installation

Nous n’avions jamais prôné la fermeture des frontières, mais si nous avions pris position pour la liberté de circulation nous n’avions pas encore pris position pour la liberté d’installation et son organisation pratique.

L’argument principal en faveur de cette nouvelle liberté tient à trois facteurs.

– Il existe une fracture dans le droit et l’accès à la mobilité et à l’installation. Certains n’y ont pas droit. Doit-on les assigner à résidence ?

-la fermeture des frontières est coûteuse, inhumaine, inefficace.

– L’hospitalité est un contre poison contre l’égoïsme collectif, la montée du racisme et de l’extrême droite.

-L’aide au développement ne tarira pas les migrations.

1- Une discrimination insupportable

L’idée que certaines populations doivent être assignées à résidence est insupportable. Les situations qui poussent à émigrer sont le résultat de bien des facteurs complexes mais pour l’essentiel elles proviennent du traitement inégal de ces peuples, auquel s’ajoutent des dominations croisées comme pour les LGBT.

La liberté de sortir de son pays a été actée par l’ONU dès la déclaration universelle des Droits de l’Homme en 1948. Cependant beaucoup de pays ne l’appliquaient ou ne l’appliquent pas. Elle a donc été réaffirmée contre les pratiques de l’ex URSS.

En revanche il n’y a aucune obligation d’accueil. La souveraineté des politiques migratoires reste entre les mains des pays de destination. La « charte » des migrants de l’ONU (1990) vise surtout à éviter les mauvais traitements aux migrants réguliers.

Le pacte de Marrakech, du 10 décembre 2018, proposés aux États et non contraignant, vise principalement à « encadrer les migrations comme son nom l’indique : « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. » Il n’aborde pas la question du droit à l’installation.

Le droit d’asile est lui-même à géométrie variable selon les contextes et les pays d’origine. {« Réfugiés ou migrants ? Les enjeux politiques d’une distinction juridique. » Karen Akoka p15-30 In N° 25 printemps 2018, spécial migrants de La Nouvelle Revue de Psychosociologie}

2- Des contrôles coûteux qui se sont avérés inefficaces et inhumains

Malgré des dépenses colossales afin de se protéger des migrants, aucun mur, aucune fermeture des frontières n’ont prouvé leur efficacité. Les parcours changent, la volonté de vivre ailleurs demeure.

L’obstination sécuritaire est d’un coût élevé. Trump n’hésite pas à paralyser l’administration américaine en exigeant plusieurs milliards de dollars pour financer un mur entre les USA et le Mexique.

Le budget Frontex est en augmentation régulière et impressionnante : 250.millions en 2016 320 en 2018 soit 14% d’augmentation, 1,4 milliards prévus pour la période 2019/2020, augmentation du nombre de gardes côtes, sophistication des armes de surveillance, accroissement du montant des aides aux pays extérieurs à l’Europe pour établir des camps, pourchasser les migrants, externaliser les frontières.

Les camps se multiplient : camps de réfugiés, camps de rétention qui ne se ferment jamais et deviennent des formes d’habitat précaire de longue durée.

« La planète compte aujourd’hui soixante-cinq millions de réfugiés et de déplacés. Faute de politiques d’accueil, un grand nombre d’entre eux sont contraints de vivre dans des camps, sortes de prisons à ciel ouvert dont les résidents sont privés de droits fondamentaux Longtemps confinées aux pays du Sud, ces structures prolifèrent et se banalisent en Europe depuis quelques années, s’ajoutant aux centaines de centres de rétention administrative qui servaient déjà à enfermer les migrants clandestins. Par leur nombre et leur pérennité – le temps de séjour moyen dans un centre du Haut-Commissariat pour les réfugiés est de dix-sept ans -, les camps ont fini par représenter un marché que se disputent âprement organisations non gouvernementales et multinationales. ». {C. Agier Le Monde diplomatique Mai 2017 p13}.

Les conséquences humaines sont catastrophiques et ce à un niveau mondial.

Les opérations de sauvetage en mer sont de plus entravées, en contradiction avec le droit maritime.

La Méditerranée est devenue un véritable cimetière : L’OIM estime que le nombre de morts depuis 2015 s’élève à plus de 20.000. Chiffre difficile à établir vu le nombre de catastrophe non recensées.

L’Australie retient les candidats à l’immigration sur l’île Christmas, île prison où les gens deviennent fous et se suicident.

En Libye, ceux qui ne peuvent partir sont livrés à des exactions, à un marché d’êtres humains (en particulier les femmes) qui ont permis de décrire « un marché aux esclaves ».

On trouve 3 millions et demi d’exilés en Turquie, 1,500 millions au Liban sur une population totale de 4,500 millions, la Grèce, l’Italie doivent « retenir » ceux qui ne veulent que passer.

La multiplication des barrières, entraîne le marché des êtres humains, l’existence de sans papiers, le tout au profit des « passeurs » sans interrompre la pression à l’émigration dont ils profitent.

Elle freine la fluidité des mobilités (allers-retours, migrations temporaires)

La question climatique entraîne déjà des catastrophes et des migrations forcées, devons-nous regarder sans intervenir ?

Enfin elle contribue au renforcement de l’égoïsme collectif, à la montée du racisme et des extrêmes droites.

 Pourtant dans des pays vieillissants l’immigration peut être une chance, comme le montre l’exemple de l’Allemagne qui a su intégrer près d’un million de demandeurs d’asile en 2016, grâce notamment à une forte mobilisation citoyenne.

Certaines expériences en Italie indiquent qu’on peut repenser l’accueil : on pense à Riace petite ville qui s’est renommée ville d’accueil, accueil qui lui a permisde relancer sa démographie.Italiens et nouveaux arrivants travaillent ensemble dans des ateliers de verrerie, de broderie ou de menuiserie.

En France des villages ont été redynamisés grâce à l’accueil de migrants, des associations telle « l’Association des villes et des territoires accueillants » se sont constituées. A Peyrelevade le bureau de poste, où chaque résident a dû ouvrir un livret bancaire, a vu sa fréquentation augmenter de 30 % alors qu’il devait fermer. Grâce à l’inscription obligatoire des enfants réfugiés à l’école communale, une classe a échappé à sa suppression, un poste supplémentaire d’institutrice a été créé. Les habitants apprennent, au-delà de l’utilité, à comprendre les autres et à faire vivre la fraternité.

Les prochaines élections européennes appellent à une réflexion sur les acteurs légitimes à penser ce nouveau monde (pas seulement les pays développés), à imaginer les possibilités, les modalités d’accueil aux différentes échelles : locales, nationales, européennes, mondiales.

Doit-on tout laisser entre les mains des gouvernements des pays de départ et de destination ? D’autant que l’aide au développement est assorti d’un chantage à la rétention des migrants et à leur retour forcé ? Les ONG, les associations de migrants sont pour l’instant écartées de toutes les décisions, les migrants sont réduits à l’état d’objets et non d’acteurs de leurs vies.

 La meilleure option serait que les individus aient le choix d’émigrer ou non, de s’installer là où ils estiment pouvoir vivre (et non survivre) et exercer leurs compétences. Pour le moment ce choix n’existe pas en raison de l’inégale répartition des richesses à l’échelle mondiale et des politiques migratoires de plus en plus restrictives.

Catherine Quiminal, anthropologue, professeure émérite, URMIS, Université Paris Diderot. Auteure de Gens d’ici Gens d’ailleurs. Migrations soninkés et transformations villageoises, éditions Ch. Bourgois, 1991.

Maryse Tripier, sociologue, professeure émérite, URMIS, Université Paris Diderot. Auteure avec Andrea Rea de Sociologie de l’immigration, collection Repères, éditions La Découverte, 2003, réédité en 2008.

La(s) caravana(s) de migrantes (1ère partie)


Par Pascaline Chappart, anthropologue, postdoctorante IRD / Urmis, pascaline.chappart@ird.fr, le 28/11/2018


Depuis octobre, « la caravane de migrants » fait régulièrement la une de l’actualité au Mexique, aux États-Unis et plus largement dans le monde entier : « J’ai même vu des journalistes chinois ! Il y a aussi des Allemands, des Colombiens, des Italiens qui sont là pour nous soutenir et toi, de France. C’est incroyable » remarquait avec étonnement un Hondurien participant à cette mobilisation arrivée dans la capitale mexicaine, le dimanche 4 novembre 2018. De quoi parle-t-on actuellement ? Cette note vise à présenter de façon synthétique quelques éléments de contexte sur les caravanes qui traversent actuellement le Mexique en direction des États-Unis, les réactions politiques et sociales qu’elles suscitent de part et d’autre des frontières… Un prochain document présentera plus spécifiquement ce que j’ai pu observer du 5 au 8 novembre au stade « Palillo » Martinez, lors du séjour de la caravane dans la capitale mexicaine.


1.Quelques éléments de contexte sur la notion de « caravane » au Mexique 

 Dans l’histoire centraméricaine, la notion de « caravane » se réfère de prime abord à la Caravana de madres de migrantes desaparecidos, soit les caravanes de mères de migrant.e.s centraméricain.e.s (originaires du Nicaragua, du Honduras, du Salvador, du Guatemala et du Mexique) disparu.e.s au cours de la traversée du Mexique vers les États-Unis et qui, depuis 14 ans,parcourent les différents États du pays (parfois jusqu’à la frontière américaine) à la recherche de leurs disparus. La caravane démarre sa route en novembre et se poursuit généralement jusqu’au 18 décembre, date de la journée internationale des migrant.e.s.

 Également appelée « caravane de l’espérance », cette mobilisation est soutenue par différents mouvements dont le Movimiento Migrante Mesoamericano dirigé par la sociologue mexicaine (née en France en 1941) Marta Sánchez Soler et la Pastoral de Movilidad Humana, coordonnée dans la région Pacifique Sud par Alejandro Solalinde, grande figure de la défense des droits de l’homme au Mexique, curé (qui a eu quelques démêlés avec l’ordre ecclésiastique du fait de ses idées progressistes) et directeur de l’auberge Casa de los migrantes hermanos en el Camino situé à Ixtepec, dans l’isthme mexicain.

Lors du 8e forum social mondial des migrations,qui a eu lieu du 2 au 4 novembre 2018 à Mexico City, les mères centraméricaines se sont unies à celles venues d’Espagne, d’Italie, d’Algérie, de Tunisie, du Maroc, du Sénégal, de Mauritanie et des États-Unis pour former un réseau mondial de mères de migrant.e.s disparu.e.s1.

  • Pour les hispanophones intéressé.e.s : à voir, la vidéo du séminaire du SEPMIG du 6/11/2018 consacré aux caravanes de mères avec les présentations de Amarela Varela Huerta (sociologue, UACM) et Marta Sánchez Soler.

Ce répertoire d’action fait également référence au Viacrucis migrante (ou del migrante), soit le « chemin de croix du migrant » qui a lieu chaque année, depuis 2010 environ, à l’époque de la Semaine Sainte (grosso modo vers Pâques) et qui réunit des sans-papiers centraméricains et des défenseurs des droits humains (religieux ou non) avec pour objectif général de visibiliser les violations des droits des migrant.e.sen transit au Mexique et de revendiquer la poursuites des auteurs (étatiques ou non) de violences à l’encontre des migrant.e.s (séquestres, racket,assassinats, viols, féminicides, exploitations et autres abus).

Viacrucis migrante, 2011. Crédit photo : Bren | CC BY NC SA

 Ces « caravanes de migrants » sont transnationales (Honduras, Salvador, Nicaragua, Guatemala, Mexique) et ont pour spécificité d’utiliser le registre religieux pour exposer leurs revendications politiques.

Les parcours varient chaque année en fonction de l’actualité et des thématiques que les organisateurs de la caravane souhaitent mettre en avant. En2011, alors qu’une importante réforme de la législation en matière de migration était en discussion au parlement mexicain2 et un an après le massacre de 72 migrants par les Zetas (un cartel mexicain) à San Fernando (État de Tamaulipas, frontalier des USA) la caravane a fait de la capitale mexicaine l’espace de convergence des mobilisations et des revendications. Le Viacrucis migrante 2015a plutôt axé ses actions dans les États mexicains du sud, ceux du Chiapas et de Tabasco, pour visibiliser ces espaces frontaliers (la frontière sud du Mexique faisant figure de « frontière oubliée ») et les conséquences du Programa Frontera Sur mis en place parle gouvernement mexicain en 2014 : criminalisation de la migration qui rend les routes migratoires d’autant plus dangereuses et augmentation des drames humains liés au renforcement des dispositifs de contrôle à la frontière sud du Mexique3 et à l’accélération de la vitesse du train traversant le Mexique jusqu’aux USA, connu comme « La Bestia ».

Pueblo Sin Fronteras, dirigé par Irineo Mujica, est l’une des organisations participant depuis 2010 à cette mobilisation : son action vise notamment à fournir un appui logistique, légal et organisationnel aux migrant.e.s des viacrucis tout au long du parcours de la caravane, que les personnes souhaitent ou non aller jusqu’aux États-Unis pour demander l’asile ou s’installer au Mexique.

 En mars 2018, une caravane des migrants a été organisée à l’appel de Pueblo Sin Fronteras : près de 700 personnes originaires du Nicaragua, du Honduras, du Salvador et du Guatemala se sont réunies le 26 mars2018 à la frontière entre le Mexique et le Guatemala avec pour objectif de dénoncer le contexte de violences multiformes qui sévit dans cette région du monde et chercher asile au Mexique ou aux États-Unis. Lors de son arrivée à Mexico City,elle comptait près de 1200 personnes. Ce « viacrucis » différait donc des précédents organisés en concertation avec les organisations religieuses et de la société civile mexicaines. Sans le dire ouvertement, les associations mexicaines de défense des droits des étrangers ayant pignon sur rue ne soutenaient pas cette caravane au motif qu’elle mettait en danger la vie des migrant.e.s exposé.e.s à toutes les violences possibles au cours de leur périple, faute d’organisation interinstitutionnelle préalable pour organiser un accueil digne de ce nom. Certaines estimaient qu’elle participait aussi à l’abandon des procédures de régularisation engagées, avec le soutien des dites associations, par des centraméricain.e.s qui ont préféré rejoindre la caravane. En bref, l’action de Pueblo Sin Frontera était décrite comme une instrumentalisation des migrant.e.s pour ses propres fins politiques.

URL : http://www.remamx.org/2017/04/megaproyectos-militarizacion-y-control-socio-territorial-en-la-zona-transfronteriza-mexico-guatemala/

L’autre élément distinctif a été l’attention nouvelle portée par les autorités américaines à cette caravane4 et son inscription à l’agenda politique américain afin de faire pression sur le Mexique qualifié de« promoteur de la migration irrégulière » : menace de rupture de la renégociation du traité de libre-échange ALENA et début des négociations d’un accord visant à faire du Mexique un « pays tiers sûr »,autrement dit légitimer le refoulement des demandeurs d’asile qui auraient transité par le Mexique. La menace d’envoi de militaires aux frontières par Trump a été mise à exécution (mais ce n’était pas une première, Bush et Obama avaient déjà procédé à ce genre de mise en scène) et le Mexique n’a pas été en reste puisqu’il a fait de même.

De la mobilisation des mères de disparu.e.s à l’« exode » hondurien de la faim et des violences en cours depuis la mi-octobre 2018 en passant par l’annuel « viacrucis migrante », il y a donc derrière le répertoire commun de la caravane une pluralité d’usages et de revendications politiques mais aussi d’acteurs5 . Il n’y a pas une mais des caravanes. Et il en va de même au sein des différents groupes de migrant.e.s traversant actuellement le Mexique.


2. La(s) caravana(s) en route depuis octobre 2018 : de l’appel à une « caminata migrante » à l’« exode »

5/11/2018 : « Nous ne partons pas par envie, c’est la violence et la pauvreté qui nous expulsent ». Ce sont dans ces termes qu’est lancé l’appel à une« Marche du migrant » [Caminata del Migrante], relayé sur une page clonée du compte Facebook de Bartolo Fuentes, ancien député hondurien de l’opposition (Partido Libre) et journaliste indépendant. Cette publication (cf. ci-dessous) lui vaudra d’être considéré comme l’un des principaux organisateurs de cette mobilisation, affirmation dont il se défendra à plusieurs reprises.

« Allons accompagner ces gens.
Il est regrettable qu’il n’y ait pas d’institutions au Honduras qui puissent faire en sorte d’éviter que les migrants s’en aillent sans orientation, exposés à tous les dangers.
Aidons-les au moins lors de leur sortie du pays. Dénonçons la situation terrible que nous vivons actuellement au Honduras : chômage, insécurité, pauvreté. Et ceux contre qui nous protestons nous poursuivent ou tirent en l’air en signe de menace. » (Traduction personnelle)

11/10/2018 : Mike Pence, vice-président des États-Unis, au cours de la Conférence sur la prospérité et la sécurité en Amérique Centrale, déplore la migration massive des pays du Triangle du Nord (Honduras, Salvador et du Guatemala) vers les USA, demande aux chefs d’État concernés d’en faire avantage en matière de contrôle des frontières, de lutte contre la migration irrégulière et les enjoint à encourager leurs citoyens à rester chez eux :« A vrai dire, votre message se résume à leur dire que s’ils ne peuvent pas venir de façon régulière, ils ne devraient pas venir du tout ». Pour étayer ce discours, il est fait référence à une étude de la Banque mondiale démontrant que l’émigration nuit aux pays de départ6.

12/10/2018 : suite à l’appel d’une Caminata Migrante sur les réseaux sociaux et en réaction aux propos de Pence, plusieurs groupes de ressortissants honduriens désireux de fuir le pays pour dénoncer la situation de crise politique que connaît actuellement le Honduras (violence,chômage, corruption et élections contestées), se retrouvent au point de ralliement, la gare routière de la ville de San Pedro Sula (au Nord du Honduras) : y convergent dans la journée 160 personnes ; elles sont600 en fin de journée. Le lendemain, 13/10,elles sont près de 1 300 lors d’une étape dans la ville de Cofradía situé au nord est du Honduras. Le groupe rassemblant des personnes originaires de Tegucigalpa avait pris contact avec le journaliste et député hondurien, Bartholo Fuentès pour qu’il partage son expérience du Viacrucis auquel il avait participé en mars dernier. Ce dernier les accompagne et soutient leur mobilisation. La campagne de désinformation lancée par les médias honduriens (notamment la chaine de télévision HCH) a finalement participé à la médiatisation du mouvement qui n’a fait que s’accroître depuis lors. Le même jour, le Secrétariat du gouvernement mexicain rappelle dans un communiqué que pour entrer au Mexique, toute personne doit suivre les règles édictées par la loi de migration et que les démarches en vue de l’obtention d’un visa doivent être faites à partir des pays d’origine et non aux passages frontaliers.

Le 14/10, le groupe poursuit sa marche jusqu’à la ville de Ocotepeque, où les habitants ont tout organisé en prévision de leur arrivée : la caravane compte alors près de 2 000personnes.

wikimedia.org

 Le 15/10, les marcheurs arrivent à Agua Caliente, ville frontalière du Guatemala, gardée par les militaires. Après plusieurs heures de tension, ils parviennent à démolir la clôture et marchent jusqu’à la ville d’Esquipulas qui dispose d’une auberge où ils peuvent se reposer. Le gouvernement tente de démanteler la caravane à travers une campagne de désinformation médiatique sur les liens supposés entre la caravane et des partis politiques qui souhaiteraient déstabiliser le pays en instrumentalisant les citoyens à des fins politiques, en salissant l’image du pays et en nuisant à l’économie. Après son entrée au Guatemala, la caravane qui compte alors près de 3 000 personnes commence à se scinder en petits groupes, certains privilégiant de faire la route en bus, d’autres obtenant l’aide de conducteurs de camions.

16/10 : A l’aube, la caravane quitte la ville d’Esquipulas en direction de Chuiquimula. A leur arrivée, ils sont accueillis par des étudiants de l’Université de San Carlos de Guatemala et la population locale.

Trump menace d’interrompre tout financement ou aide au Honduras si les autorités ne retiennent pas la caravane : « Les États-Unis ont fait savoir au Président du Honduras que si l’importante caravane se dirigeant vers les US n’était pas stoppée et ramenée au Honduras, il n’y aurait plus d’argent ou d’aide octroyés au Honduras, application immédiate ! » (Traduction personnelle du tweet de Trump). Déjà évoquée la veille par Trump, cette menace d’interruption de l’aide est étendue au Salvador et au Guatemala. La pression américaine se joue également par le biais d’échanges téléphoniques entre Mike Pence et les Présidents du Honduras et du Guatemala,ainsi qu’avec le Mexique. En réaction, le président du Honduras enjoint ses nationaux déjà partis à revenir, aux autres à ne pas rejoindre la caravane,qualifiée de « mobilisation illégale, faite de mensonges et de fausses promesses7 ». Les opérations de contrôle et d’entrave à la sortie du territoire menées par la police du Honduras se multiplient, officiellement pour empêcher que les auteurs de crime n’échappent à la justice.

De son côté, le Président guatémaltèque, en quête du soutien américain suite à son annonce de mettre un terme aux activités de la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG, organisme mis en place par les Nations Unies en 2007 afin de démanteler les réseaux criminels et qui enquête actuellement sur des affaires impliquant la présidence, sa famille et ses alliés politiques), voit dans le blocage de la caravane une façon de satisfaire les attentes américaines : les dispositifs policiers sont renforcés, des points d’information sur le « retour assisté » sont mis en place dans les villes traversées par la caravane. Bartolo Fuentes a été arrêté la veille, il est détenu par la police guatémaltèque et son expulsion imminente est annoncée dans les médias.

L’association Pueblo Sin Frontera publie un communiqué à destination des gouvernements du Guatemala, du Mexique, du Honduras et des États-Unis exigeant que cesse la « criminalisation des participants à cet exode massif »,demandant le « respect du droit international à migrer et à solliciter l’asile » et le « non recours à l’usage de la force et de la violence à l’encontre de personnes qui ne font que fuir massivement la violence ».Il ajoute : « Nous observons avec préoccupation la réponse des gouvernements à cette crise humanitaire qu’ils ont eux-mêmes créée. C’est une attaque aux personnes forcées de se déplacer. Cette crise n’a pas commencé avec le début de la Marche du migrant. C’est le résultat de décennies d’interventions politiques, économiques et militaires des États-Unis ainsi que de négligences, de coups d’État, d’insécurité, de corruption et d’impunité de la part des gouvernements centraméricains. »

17/10 : Des centaines de personnes arrivent dans la ville de Tecún Umán, à la frontière du Mexique,bordée par le fleuve Suchiate et sont accueillies par la Casa del Migrante du diocèse de San Marcos. Près d’un millier de migrant.e.s arrivent à la Casa del Migrante de la capitale guatémaltèque tandis que d’autres ont repris leur marche en direction de la frontière mexicaine, soit depuis Guatemala City, soit depuis Chiquimula. Des citoyen.ne.s Guatémaltèques se joignent à la caravane,de même que des Hondurien.ne.s qui avaient déjà quitté leur pays depuis plusieurs mois. Un autre groupe, de près d’un millier de Honduriens, franchit la frontière avec le Salvador avec l’intention de traverser le pays pour rejoindre la marche au Guatemala.

Les autorités mexicaines renforcent la présence de la police fédérale à la frontière sud avec l’envoi de 250 officiers parés d’équipements anti-émeute pour suppléer l’Institut national de migration (Instituto nacional de migración ou Inami, qui est l’administration de l’immigration et des expulsions) : une partie du contingent est affectée au niveau du pont international de Suchiate (de la ville de Ciudad Hidalgo),l’autre au poste-frontière de Talismán. Officiellement, il ne s’agit pas d’entraver l’entrée de la caravane sur le territoire mexicain mais plutôt d’aider l’Inami pour éviter tout débordement et « garantir la sécurité des traversées » avec l’idée qu’elles devront se faire de manière ordonnée et légale. Dans un communiqué, l’Inami prévient que toute personne franchissant la frontière de façon irrégulière sera arrêtée et, après évaluation de sa situation, éventuellement expulsée8 . La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH, mexicaine) a quant à elle demandé aux autorités fédérales, étatiques et municipales des mesures provisoires [medidas cautelares] et humanitaires pour garantir la protection et l’assistance des personnes en migration, en particulier des groupes vulnérables participant à la caravane. Alors que davantage de migrant.e.s se concentrent dans cet espace frontalier, à mesure que l’attente du passage se prolonge et se transforme en un sentiment de force du nombre, l’idée d’un passage en force commence à prendre corps.

Le même jour, à Tegucigalpa, au Honduras, le futur ministre des Affaires étrangères mexicain, Marcel Ebrard, se réunit avec ses homologues du Honduras, du Salvador et du Guatemala ainsi que des représentants de la Commission économique pour l’Amérique latine (CEPAL) pour s’accorder sur un« programme de développement intégral de l’Amérique centrale »prenant en considération la régularisation et la protection des migrants. Au cours d’une conférence de presse, le futur président mexicain, Andrés Manuel López Obrador (ou « AMLO »), annonce qu’il s’engage à mettre en place un programme de visa de travail pour les migrants centraméricains lors de sa prise de fonction le 1er décembre prochain, mesure présentée comme une façon de contenir le flux migratoire en direction des États-Unis :« Celui qui voudra travailler dans notre pays obtiendra un appui, un visa de travail ; nous y travaillons de façon à ne pas considérer ce sujet seulement sous l’angle des expulsions ou des moyens de répression mais plutôt pour donner des options, des alternatives9

Jeudi 18/10 : Les arrivées se poursuivent dans la ville frontalière de Tecún Umán. Les premières entrées sur le territoire mexicain se font en radeau (« balsa » en mexicain, fait à partir de chambre à air de pneu de camion et de palettes) par traversée du fleuve Suchiate. Ces personnes sont accueillies par la police fédérale, la« migra » et des défenseurs de droits de l’homme. Pas d’information précise sur d’éventuelles arrestations suivies d’expulsion.

Le ministre des Affaires étrangères mexicain, Videgaray, rencontre le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres et sollicite l’appui du Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (HCR) pour l’enregistrement des demandes d’asile à venir… sachant que le dispositif d’asile mexicain est saturé tant du fait de l’absence de moyens humains et financiers alloués à l’administration en charge de l’asile, la COMAR (Comisión mexicana de ayuda a refugiados, soit Commission mexicaine d’aide aux réfugiés) que de l’absence d’autres motifs de régularisation possible (sauf le visa humanitaire valable un an pour les personnes victimes de violence durant leur transit au Mexique). En somme, c’est l’asile ou l’expulsion.

Côté nord-américain, Trump poursuit sa campagne de tweets, transformant la caravane en argument électoral alors que la campagne des « mid-terms » (élections de mi-mandat) bat son plein : « En plus de mettre un terme aux paiements octroyés à ces pays qui semblent n’avoir pratiquement aucun contrôle sur leurs populations, je demande avec véhémence au Mexique de stopper cet assaut – et s’il n’est pas capable de le faire, je ferai appel à l’armée américaine et FERMERAI NOTRE FRONTIERE SUD ! » Il poursuivra dans la même journée en menaçant de se retirer du nouveau traité de libre-échange conclu avec le Mexique et le Canada (T-MEC ou USMCA) si le Mexique ne parvient pas à retenir « cet assaut » tout laissant entendre que la Caravane inclue des criminels et des trafiquants de drogue.

Le 19/10 : Le matin, après plusieurs heures d’attente et d’incertitude, les membres de la caravane font tomber la clôture du poste frontière côté guatémaltèque, permettant ainsi à plus de 1 600 personnes de s’engouffrer sur le pont menant vers l’entrée officielle du territoire mexicain, à la ville mexicaine de Ciudad Hidalgo, au Chiapas. Ce passage en force a été largement médiatisé au Mexique comme à l’échelle internationale. El Pais a réalisé un reportage photo sur cet événement et l’attente prolongée qui s’en est suivie sur le pont menant au Mexique ainsi que les passages par le fleuve : « El puente que cruza el río Suchiate, un gigantesco albergue entre México y Guatemala ».

Dans le même temps, certaines personnes traversent le fleuve en radeau (« balsa »)afin d’atteindre plus rapidement la rive mexicaine ; cette possibilité fut empêchée temporairement par les autorités au cours de la journée.

La police fédérale mexicaine intervient et lance des gaz lacrymogènes ;les marcheurs répondent à coup de lancers de pierre ou de ce qui leur tombe sous la main. Le survol à basse altitude des hélicoptères et les sirènes des voitures de patrouilles postées à la frontière participent à la confusion et au climat de menace institué par l’approche militaire et sécuritaire adoptée parles autorités mexicaines10.

Près de 300 femmes et enfants entrent au Mexique et, par groupes de 10 à 40, sont enregistrés pour demander l’asile, puis transférés en bus à la « estación migratoria » (équivalent euphémistique du centre de rétention) ou à la Feria Internacional de Tapachula, sorte d’immense hangar transformé en « auberge » qui tient plutôt lieu d’extension de la « estación migratoria » car les personnes n’ont pas le droit d’en sortir. Les entrées se poursuivent au compte-goutte, les affrontements ont dissuadé certains de tenter le passage aujourd’hui.

Photo : Iván Francisco Porraz Gómez
Photo : Iván Francisco Porraz Gómez

La nuit, le pont se transforme en dortoir tandis que les traversées du fleuve se poursuivent, rythmées par les slogans des ressortissants du Honduras :« Ici et là-bas, le Honduras traversera ! » [Aquí y allá, Honduras cruzará !] Du côté Guatemala, les personnes attendant leur tour scandent : « Oui, c’est possible »[Si se puede !] et chantent l’hymne national du Honduras chaque fois qu’un groupe atteint la rive mexicaine où les applaudissements fusent car l’objectif est de ne pas se disperser et de rester unis.

Dans la soirée, le Secrétaire d’État des États-Unis, Mike Pompeo, rencontrait le Président Enrique Peña Nieto et le ministre des Affaires étrangères, Luis Videgaray, pour les enjoindre de nouveau à bloquer la caravane. Mexico, par la voix de Videgaray, rappelle la souveraineté de ses décisions en matière de politique migratoire : « La politique migratoire de Mexico est définie par le Mexique, tout comme la politique migratoire des États-Unis est définie par les États-Unis11 ».

Le 20/10, tandis que les passages officiels se font toujours au compte-goutte, la plupart des membres de la caravane, lassés d’attendre12 et dissuadés par l’idée d’être détenus à la Feria Internacional de Tapachula, privilégient la traversée du fleuve en balsa : la presse laisse entendre que la police observe mais à priori n’arrête personne, ce qui encourage d’autant ces passages, même pour ceux qui craignaient d’être arrêtés et expulsés. En attendant le reste de la caravane, ceux qui sont déjà passés se regroupent peu à peu sur la place centrale de Ciudad Hidalgo, l’église ouvre ses portes aux marcheurs : ambiance festive menée par l’orchestre municipal qui joue les grands classiques centraméricains (cf. sur youtube : Tres veces mojado,de Los Tigres del Norte – une chanson qui parle justement d’exil vers les USA) sous l’œil vigilant de la police… Selon l’Inami,il y a eu 640 passages officiels13 au cours de ces deux jours. Les autorités municipales de Ciudad Hidalgo comptent plus de 5000 personnes ayant franchi le fleuve. La veille, vers 18h, l’Inami en comptait 1 600.

« Aide humanitaire, une des priorités de l’assistance portée aux migrants centraméricains », Communiqué conjoint du Secrétariat du gouvernement – Secrétariat des relations extérieures, le 20/10/2018 [traduction personnelle] :
Les Secrétariats du gouvernement et des relations extérieures informent que, dans le plein respect des droits de l’homme, une attention humanitaire constante a été fournie aux près de 4 500 migrants qui se trouvaient, le 19 octobre, sur le Pont international frontalier Dr. Rodolfo Robles, entre le Mexique et le Guatemala. Fruits des efforts de dialogue et d’informations des migrants ainsi que du déploiement interinstitutionnel réalisé entre les autorités du Honduras, du Guatemala et du Mexique, les actions suivantes ont pu être menées à bien : 640 personnes ont été orientées de façon ordonnée et sûre dans les installations de l’Inami, en priorité les familles et, en particulier, celles avec enfants et adolescents, aux femmes, aux femmes enceintes et aux personnes âgées. Elles ont exprimé leur volonté de demander l’asile et ont été transférées dans une installation destinée à leur prise en charge par l’Inami, à Tapachula (Chiapas). Les personnels du HCR et de la Commission nationale des droits de l’homme ont secondé les activités de l’Inami visant à la prise en charge de ce groupe. Suite à la sensibilisation réalisée par les gouvernements du Honduras et du Guatemala, près de 500 personnes ont manifesté volontairement leur intérêt à retourner au Honduras. Un autre groupe, d’environ mille migrants, présent sur le territoire guatémaltèque, réalise actuellement les démarches en vue de son rapatriement. Près de 900 migrants ont tenté d’entrer de manière informelle sur le territoire mexicain par la traversée du Rio Suchiate, en mettant ainsi leur vie en danger. Les autorités mexicaines ont procédé à leur arrestation : ils seront soumis à la procédure administrative prévue par la législation mexicaine, et le cas échéant, rapatriés dans leur pays d’origine. Le personnel de l’ambassade du Mexique au Guatemala et le Consulat du Mexique à Tecún Umán ont rappelé aux 2 200 migrants qui se trouvent jusqu’à présent sur le pont frontalier les conditions requises pour entrer au Mexique et ont contribué à la distribution d’eau et de soins médicaux. Les secrétariats du gouvernement et des relations extérieures tiennent à remercier les organisations de la société civile ou d’autres structures comme la Croix Rouge mexicaine pour leur appui et l’assistance qu’elles ont fourni aux migrants. Nos deux instances continueront de coordonner les efforts des acteurs mentionnés ainsi que des institutions fédérales, étatiques et municipales qui assistent la population migrante sur le territoire mexicain. Le gouvernement de la république réitère sa ferme intention de prendre en charge cette situation dans le plein respect des droits humains des migrants et dans une perspective humanitaire.

Le Honduras ordonne la fermeture temporaire du passage frontalier d’Agua Caliente pour freiner la sortie de ses ressortissants. Officiellement, il s’agit de « préserver la vie et l’intégrité physique des nationaux et des étrangers qui transitent par ce poste-frontière14 », également fermé du côté guatémaltèque. Les participants de la caravane dénoncent alors des« tactiques obscures pour nous fatiguer15 » de la part de la police guatémaltèques (menace et incitation au retour, menace envers les chauffeurs qui les transportent) or, ils sont libre de circuler puisque le Guatemala est signataire du traite centraméricain de libre circulation (Convenio centroamericano de libre movilidad, connu comme le CA-4, signé en juin 2006) qui établit un espace de libre circulation pour les citoyens du Guatemala, du Nicaragua, du Salvador et du Honduras. Une seconde caravane quitte le Honduras.

Les présidents du Honduras (Juan Orlando Hernández) et du Guatemala (Jimmy Moralès) se réunissent pour conclure le plan « retorno seguro » (retour sûr) : officiellement il s’agit de faciliter le retour au Honduras des participants de la caravane qui en feraient la demande16.

21/10 : Les milliers de personnes entrées au Mexique (7 200 selon les autorités municipales de Ciudad Hidalgo) reprennent la route en direction de Tapachula.

Avant leur entrée dans la ville, les représentants de l’Inami et de la police fédérale tentent de les persuader de se rendre à la Feria pour régulariser leur situation. La plupart d’entre elles préfèrent passer la nuit, regroupées sur les places centrales, plus connues sous le nom de Parque Hidalgo et Parque Bicentenario. Aucune confiance dans le discours des autorités : refus de la détention et peur d’être expulsé. Élan de solidarité de la population qui apporte nourriture, eau, soins médicaux tandis que le Secrétariat de l’Éducation du Chiapas ordonne la fermeture des écoles et des établissements scolaires, les 22 et 23 octobre, pour « préserver l’intégrité des élèves et du personnel ». La xénophobie s’exprime aussi sur les réseaux sociaux17.

D’après un communiqué de la Commission interaméricaine des droits de l’homme, le Guatemala aurait à cette date renvoyé 1 121 Hondurien.ne.s.

Communiqué de Pueblo Sin Fronteras qui appelle à la solidarité et au rejet de la répression : « Pendant que les peuples guatémaltèque et mexicain offraient de la nourriture, de l’eau et un toit à leurs sœurs et frères centraméricains, les gouvernements de la région se sont alliés pour frapper, détenir et réprimer avec une violence excessive les personnes faisant parties de la caravane. Nos gouvernements au Mexique et en Amérique Centrale ont adopté une politique raciste et de peur imposée par les États-Unis,faisant ainsi le sale boulot et assumant les coûts d’une répression qui méconnait les causes de cet exode. Nous exigeons un véritable respect du droit de migrer et d’asile. Au sud du Mexique, le processus actuel sert davantage à endiguer qu’à protéger les personnes qui fuient l’Amérique centrale. […]. Nous avons vu que le gouvernement mexicain se couche devant la pression du gouvernement états-unien et qu’il se rend ainsi complice du gouvernement illégitime et répressif de Juan Orlando Hernández. […]. La responsabilité de respecter la voix et la volonté du peuple centraméricain et d’apporter l’assistance humanitaire que requiert cet exode massif incombe au peuple. Cela incombe aux étudiant.e.s et aux professeur.e.s, aux conducteurs et ouvriers,aux personnes des villes et des campagnes, aux mères, aux pères et aux familles, à tout un chacun et aux organisations de la société civile. »

22/10 : A l’issue d’une manifestation devant les locaux de la Comar pour dénoncer la lenteur des procédures d’asile puis devant les consulats du Honduras et du Guatemala, les membres de la caravane reprennent leur route en direction de Huixtla (situé à 40 km).

Les 200 personnes qui attendaient toujours sur le pont leur tour pour entrer légalement au Mexique et régulariser leur situation sont transférées à la Feria Internacional Mesoamericana de Tapachula.

D’après le rapport réalisé par le Conseil citoyen de l’Inami (Consejo ciudadano del Inami), les acteurs humanitaires et administratifs étaient déployés en grand nombre : on compte ainsi parmi les organisations internationales, le HCR, l’OIM, l’Unicef ; les institutions fédérales et étatiques, l’Inami, la Protection Civile ; les Commissions nationale et du Chiapas des droits de l’homme (CNDH, CEDH) et d’autres ONG comme la Croix Rougem exicaine, Save the Children et Médecins du Monde ; chacune assurant différentes formes d’assistance (nourriture, soins médicaux et psychologiques, activités ludiques, appels téléphoniques, accompagnement juridique pour la demande d’asile et en priorité les cas jugés les plus vulnérables).

Cet espace sera fermé sans préavis par l’Inami, le 5 novembre, mettant à la rue plus de1 500 personnes, après leur avoir remis un document attestant de leur demande d’asile et d’une Clé unique d’enregistrement de population (Clave Única de Registro de Población ou CURP), indispensable pour chercher du travail ; mais aussi après leur avoir rappelé qu’elles doivent se présenter chaque semaine à la Comar de Tapachula et signer un registre attestant ainsi du non-abandon de la procédure qui, légalement, dure 45 jours mais en pratique au minimum trois mois pour les plus chanceux… Tapachula ne dispose pas de suffisamment d’auberges dédiées à l’accueil des migrants (ou casa del migrante) pour héberger un tel effectif. En urgence, le HCR a donc organisé le transfert des « plus vulnérables »dans des auberges de la région (femmes avec enfants et personnes âgées ou malades) et financé trois nuits d’hôtels du centre-ville pour certaines familles. D’autres ont été pris en charge par l’église ou des organisations non-gouvernementales… Mais des centaines déambulaient en quête d’un endroit pour passer la nuit18.

Des centaines d’organisations (dont le Groupe de travail sur la politique migratoire) et des chercheurs spécialisés dans les questions migratoires signent un communiqué conjoint : ils considèrent qu’il ne s’agit pas tant d’une caravane de migrants que d’un déplacement forcé de personnes nécessitant une protection internationale et, invitent les pouvoirs exécutif et législatif à se saisir de l’opportunité offerte par ce contexte pour transformer la politique migratoire mexicaine et adopter une approche résolument orientée vers les droits des personnes. En référence à l’asile collectif, octroyé via la procédure dite de « prima facie », aux Guatémaltèques fuyant la guerre civile dans les années 1980, ils appellent, vu le nombre de personnes concernées et la saturation du système d’asile à l’échelle nationale19, à la mise en place de ce mécanisme de protection pour l’ensemble des membres de la caravane.

Selon l’Unicef, entre le 19 et le 22/10, plus de 9 333 personnes ont traversé la frontière entre le Guatemala et le Mexique, dont 2 377 enfants. On n’a aucune précision sur la méthodologie d’un tel décompte…

Dans un communiqué, la Coordination nationale pour la réduction des catastrophes (Coordinadora Nacional para la Reducción de Desastres – Conred) du Guatemala annonce avoir organisé, dans le cadre du plan « retour sûr », le départ de 1 107 ressortissants du Honduras, reconduit au poste d’Agua Caliente (Esquipulas – Chiquimula) qui marque la frontière entre le Guatemala et le Honduras.

23/10 : Toujours selon le rapport du Conseil citoyen de l’Inami cité plus haut, et d’après les chiffres fournis par l’Inami, entre le 19 et le 23 octobre, 1 699 personnes auraient déposé une demande d’asile, 1 228 d’entre elles ont été placées dans la Feria de Tapachula controlée par l’Inami et la police municipale, 471 sont détenues dans la estación migratoria de Tapachula. 495 personnes ont été expulsées au cours de cette période ; chiffre qui comprend aussi bien des personnes venues dans le cadre de la caravane que des personnes arrêtées dans le cadre des opérations quotidiennes de contrôle migratoire de l’Inami.

Jour de repos et de deuil pour les membres de la première caravane à Huixtla. La veille, un jeune est décédé après être tombé du camion qui le transportait. Selon El Perro Amarrillo (le seul média du Honduras à suivre la caravane), moins d’une centaine de personnes décident de retourner au Honduras, du fait de problème de santé.

Dans le cadre de sa mission d’observation de la réponse des autorités mexicaines au passage de la caravane, des membres de l’association Centro de derechos humanos Fray Matias de Cordova accompagnent un groupe de 79 personnes en route pour rejoindre, depuis Tapachula, le gros de la caravane à Huixtla : au cours du trajet, l’Inami procède à une opération musclée de police qualifiée d’arbitraire par le Fray Matias et 8 personnes sont interpellées. En milieu de journée, au niveau du poste frontalier de Ciudad Hidalgo, l’association comptait une dizaine d’agents de l’Inami et une vingtaine d’agents de la gendarmerie (rattachée à la police fédérale) armés. Les personnes qui traversent la frontière en balsa sont soumises à un contrôle d’identité ; plusieurs d’entre elles sont arrêtées et, pendant que l’Inami procède à leur enregistrement, elles sont gardées parla gendarmerie. Sur le pont, près de cinquante personnes attendent d’être autorisées à passer : la régularisation de ce passage est toujours conditionnée à la détention, ce qui contribue souvent à la séparation des familles. L’Inami refuse de donner toute information sur le sort des personnes détenues.

A suivre…

  1. Lien vers le manifeste(en espagnol) : movimientomigrantemesoamericano.org []
  2. Elle donnera lieu à l’adoption, le 25 mai 2011, de la Ley de migración qui fixe les règles d’entrée, de séjour et d’éloignement et supprime les sanctions pénales prises jusqu’alors à l’encontre des personnes en situation irrégulière. Pour la plupart des spécialistes des questions migratoires mexicaines, le Mexique n’a pas de politique migratoire (ça se discute) et la loi n’existe que sur le papier (corruption, violations des droits et précarité des ressources allouées en matière d’asile et d’immigration). []
  3. Voir, plus loin, la carte réalisée par le collectif GeoComunes, en partenariat avec un réseau d’associations mexicaines et guatémaltèques : elle représente brillamment les multiples dispositifs de contrôle migratoire dans la partie sud du Mexique et la logique de cordons de contrôle mis en place dans le cadre du programme Frontera Sur (cf. les bandes rouges sur la carte).  []
  4. En particulier via une campagne de tweets de Trump : New York Times, 3/4/2018, « Los tuits de Trump convierten al Viacrucis Migrante en un asunto internacional ». La réplique du gouvernement mexicain tendait à normaliser la pratique annuelle du « viacrucis del migrante », en tant que « manifestation publique qui vise à attirer l’attention sur le phénomène migratoire et l’importance du respect des droits des migrants centraméricains qui, dans bien des cas, se voient obligés d’abandonner leurs régions d’origine pour chercher de meilleures opportunités ou pour solliciter une forme de protection internationale telle que l’asile. » (El Sol de Mexico, 2/4/2018, « Caravana de migrantes es una manifestación y evento anual, asegura Segob y Cancilería »). []
  5. Ce type de mobilisation a par exemple aussi été utilisé en mars 2017 par une trentaine de travailleurs saisonniers, qui, tout au long de leur marche depuis de la Vallée de San Quintin (Basse Californie) aux locaux du Secrétariat du Gouvernement de la capitale mexicaine, ont fait connaître leurs conditions d’exploitation et revendiquer un « salaire juste et une vie digne » []
  6. ShareAmerica, 12/10/2018,« Pence meets with Central American leaders to address illegal immigration ». Ce site d’information appartient au U.S. Department of State’s. []
  7. LaTribuna, 17/10/2018, « Presidente Hernández sobre caravana migrante:“Hondureños no deben prestarse a ese juego político inhumano y condenable” » []
  8. Animalpolitico, 19/10/2018, « Qué busca la caravana migrante y por qué México los recibe con 200 policías para impedir su paso » []
  9. « El que quiera trabajar en nuestro país, va a tener apoyo, va a tener una visa de trabajo, estamos viendo eso, no atender el asunto sólo con deportaciones o con medidas de fuerza, más bien dando opciones, dando alternativas » : El Sol de Mexico, 17/10/2018, « Visas de trabajo para migrantes centroamericanos, promete AMLO » []
  10. Communiqué conjoint des acteurs sociaux de la défense des personnes migrantes et réfugiées de Tapachula, 19/10/2018,« Acción urgente ante los hechos occuridos el 19 de Octubre en el Río Suchiate, Frontera Sur de Mexico. » []
  11. Efe, 19/10/2018,« Caravana hondureña fuerza valla fronteriza desde Guatemala y entra a Mexico » []
  12. La Jornada, 21/10/2018,« Cansados de esperar, más de mil hondureños cruzaron ayer el Suchiate » []
  13. D’après un communiqué de l’Inami : 640 demandes d’asile ont été enregistrées au niveau du passage frontalier entre les 19 et 20/10. []
  14. La Jornada, 21/10/2018,« Ordena Honduras cierre de un control migratorio en la frontera con Guatemala » []
  15. BBC, 26/10/2018, « Caravanade migrantes: las « tácticas oscuras » de Guatemala para tratar dedetener a los hondureños hacia México y Estados Unidos » []
  16. Efe, 20/10/2018, « Hondurasy Guatemala se aferran al retorno seguro para la tragedia migratoria » []
  17. La Jornada, 21/10/2018, « Se enciende la xenofobia mediante las redes sociales » []
  18. Quadratin Chiapas, 6/11/2018, « Migrantes deambulan en Tapachula, tras cierre de albergue » []
  19. Des demandes d’asile, déposées depuis 2016, n’ont toujours pas été examinées et c’est également le cas pour plus de 50% des requêtes formulées en 2017. Pour en savoir plus : CNDH, 25/2/2018, Comunicado de prensa DGC/046/1 : « La CNDH hace una llamada urgente al gobierno federal ante el posible colapso del sistema de protección a refugiados en México ». []

Migrations et altérités

L’objectif de ce carnet de recherches est de rendre compte à des publics diversifiés (grand public, journalistes, enseignant·e·s, responsables politiques ou d’associations, etc.) des recherches menées au sein du laboratoire Urmis. En effet, les objets de nos recherches (les migrations et les circulations à l’échelle de la planète, les reconfigurations des identités collectives et des rapports d’altérité, les relations interethniques, les discriminations, le racisme, …) sont au centre de l’attention du public. Il est important pour les chercheur·e·s de l’Urmis de favoriser tous types de liens entre la recherche et la société. Le carnet de l’Urmis ouvre un espace de médiation pour des comptes rendus de recherches, des articles de vulgarisation et des prises de position éclairées dans le domaine de compétences des chercheur·e·s du laboratoire. Il donne également accès, dans le respect du droit, aux interventions des membres de l’Urmis dans les médias.