Réflexions à partir de la loi immigration : un débat idéologique hors-sol aux effets racistes ?

Le texte voté le 19 décembre à l’Assemblée nationale a été censuré le 25 janvier de plus d’un tiers de ses articles par le Conseil constitutionnel. Pour autant, la « loi pour contrôler l’immigration, améliorer l’intégration » marque un nouveau tournant xénophobe qui doit nous alerter. Le vote intervient au terme d’un débat nourri d’idéologies et d’idées reçues sur les individus répondant à la catégorie administrative d’« étranger·es ». Un débat auquel les spécialistes et les acteur·ices de terrain n’ont pas été convié·es et où la parole des concerné·es, déshumanisé·es, n’a été consultée à aucun moment. La « loi immigration » consiste en une offensive d’une très grande violence contre les étranger·es et leurs droits les plus fondamentaux par un pouvoir politique qui tourne le dos à ses missions de protection. Cette loi complique encore davantage les conditions d’entrée en France et précarise toujours plus le séjour des étranger·es.

            Ce texte, rédigé collectivement par des doctorant·es de l’Unité de recherche Migrations et société, a pour objectif d’aller à rebours d’un débat désincarné et d’apporter un regard descriptif et critique sur une loi déconnectée de ce réel que nous nous efforçons d’observer dans nos recherches. C’est pourquoi nous faisons le choix de nous focaliser sur certaines dispositions de la loi, en fonction de nos expertises et intérêts, pour construire une réflexion, du point de vue des sciences sociales, sur son caractère factuellement discriminant, déshumanisant, inutile et raciste.

Un débat idéologique hors-sol qui nie les priorités et les faits

            La loi immigration s’inscrit dans un espace politique et discursif dont plusieurs dimensions semblent importantes à rappeler. Tout d’abord, depuis les années 1970, les gouvernements successifs ont progressivement construit la question migratoire en « problème public » en l’inscrivant au centre du débat et des priorités politiques. C’est ce qu’illustre par exemple l’interview d’Emmanuel Macron qui, le mercredi 20 décembre 2023, déclarait que la nouvelle loi immigration était « utile pour le pays ». Pourtant, le sujet n’occuperait en 2023 que la 7ème position dans le classement des préoccupations des Français·es, loin derrière le pouvoir d’achat, selon une étude récente de la fondation Jean Jaurès. La question migratoire fait également l’objet d’un processus de moralisation, comme l’illustrent les propos de Gérald Darmanin qui, alors qu’il présentait les objectifs du projet de loi en novembre dernier, déclarait vouloir être « gentil avec les gentils » et « méchant avec les méchants ». Par ailleurs, cette loi a été élaborée sans prendre en considération les travaux scientifiques des chercheur·euses qui étudient ces questions, alors même que de grandes enquêtes, comme « Trajectoires et origines 2 » menée par l’INSEE et l’INED, nous renseignent sur la diversité des populations en France métropolitaine et l’influence qu’ont les origines dans l’accès aux principaux droits (logement, éducation, services publics, santé, etc.). Il s’agit donc, en définitive, de souligner le fait que cette loi a été pensée et écrite en dépit des données empiriques mises en évidence par le monde académique ainsi que les mondes associatifs qui, quotidiennement, constatent et agissent avec les réalités de terrain.

La nationalité comme outil de discrimination

Le mirage républicaniste

            Si les mesures relatives à la nationalité ont toutes été censurées au prétexte qu’elles ne présentaient aucun lien, même indirect, avec les dispositions du projet de loi initial, le débat qui a eu lieu mérite d’être historicisé. Depuis la Révolution française et l’enchevêtrement de la citoyenneté dans la nationalité, deux conceptions de la nation s’opposent. La première, civique, repose sur la participation politique et la naissance, tandis que l’autre, culturelle, est fondée sur l’ethnicité et le « sang ». Reposant à la fois sur le droit du sol et celui du sang, le modèle d’intégration républicain, conçu comme universaliste, s’est construit par étapes successives et continue d’évoluer (lois de 1889, 1927, Pasqua, Guigou, etc.). La construction progressive du code sur la nationalité a donc participé à la définition juridique des catégories de « nationaux » et d’« étrangers » (Weil, 2002). La volonté de soumettre à de nouvelles conditions le droit du sol et de subordonner l’acquisition de la nationalité pour les personnes nées en France de parents étrangers à une manifestation de volonté s’inscrit précisément dans ce contexte. Cela montre combien la conception républicaine de la nation reste fragile et menacée par les discours ethnicistes. Concrètement, cette mesure aurait pour conséquence de rigidifier davantage encore les catégories d’individus et de renforcer les inégalités de traitement entre elles : les « étrangers » seraient tenu·es de fournir la preuve de leur engagement à la République, tandis que les « nationaux » en seraient exemptés en raison de leur origine. Cette mesure renforcerait en effet l’idée selon laquelle la qualité de Français serait pour les uns un attribut naturel tandis qu’il s’agirait pour les autres d’une question de mérite. Suspectés d’ignorer ou de transgresser les principes républicains, les individus qui sont nés et qui ont grandi en France se trouvent soumis à des conditions de plus en plus restrictives pour acquérir la nationalité et donc traités comme « étrangers ».

            Cette offensive contre le droit du sol montre comment la nationalité est pensée par les tenants d’un courant nationaliste comme un moyen administratif et idéologique pour imposer une identité culturelle. La stigmatisation à l’œuvre est particulièrement visible dans la liste des engagements auxquels devraient adhérer les individus concernés qui, selon Danièle Lochak, « reflète jusqu’à la caricature les stigmates attachés à la figure de l’étranger, notamment s’il est musulman ou supposé tel » (Lochak, 2024). Néanmoins, l’engagement de « respect des principes de la République » a été maintenu dans le cadre du titre de séjour et constitue désormais une condition pour son obtention.

Les exigences de niveaux en langue française, un outil de contrôle et de tri des personnes étrangères

            Le volet linguistique de la loi immigration constitue un pas supplémentaire vers le renforcement des logiques de contrôle et de tri des personnes étrangères en France. La loi entérine un énième rehaussement des niveaux de langue exigés pour l’obtention de la carte de séjour pluriannuelle dans le cadre du Contrat d’intégration républicaine (CIR), pour l’obtention de la carte résident mais aussi de la nationalité par voie de naturalisation. Or, « l’intégration par la langue » est une illusion construite par une rhétorique qui s’est progressivement affirmée comme une évidence.

            L’intégration est un processus de socialisation élaboré par le politique visant à rendre « l’autre » semblable (Sayad, 1994). C’est bien l’usage politique de la langue française qui élabore cette dernière en un outil de différenciation des nationaux·les et non-nationaux·les. Ce critère linguistique est une catégorie d’intervention publique issue de l’histoire coloniale (Hajjat, 2012), devenant officiellement une condition de recevabilité de la demande de nationalité française en 1945 et généralisée au droit au séjour en 2007. Or, ces exigences linguistiques ne concernent que les personnes extra-européennes dans le cadre du CIR, ce qui nous interroge dans la mesure où elles pèsent sur « certains types de migrations, désignées comme moins désirables » (pour citer la tribune de collègues dans Mediapart). Le critère linguistique n’est plus seulement envisagé comme un devoir – comme le prévoit le registre contractuel du CIR – mais comme une manière de « faire preuve » d’engagement et de loyauté envers la République qui incombe aux étranger·es (Gourdeau, 2015). Présentées comme « méritocratiques », ces mesures pénalisent les plus précaires, comme le rappelle la défenseure des droits Claire Hédon, mais aussi les personnes ne maîtrisant pas ou peu l’écrit ou bien celles étant pas ou peu scolarisées. De plus, les conditions de mises en œuvre des cours de français ne permettent pas de garantir à tous·tes un enseignement de qualité. Les formations linguistiques financées par l’État dans le cadre du CIR interrogent. D’une part, des rapports parlementaires – tel que celui remis le 19 février 2018 – avaient pu alerter sur une organisation des cours non satisfaisante et un mélange des publics en termes de niveaux mais aussi une inadéquation entre moyens et objectifs (Bernardot, 2019). D’autre part, des travaux de recherche estiment que leur caractère obligatoire (Mercier, 2020) relève du contrôle social des formé·es et d’un contrôle de leurs comportements, notamment ceux qui seraient considérés comme « contraires aux valeurs de la République » (Vadot, 2020). Ces formations linguistiques représentent donc des outils d’inculcation des normes et de sélection sociale des individus jouant un rôle dans la distribution des positions sociales. Et pour les autres personnes qui n’entrent pas dans la catégorie administrative des signataires du CIR, la mise en œuvre des cours de français reste aléatoire en fonction des territoires et de ses acteurs publics, mais aussi du maillage associatif et de ses bénévoles.

La conception utilitariste de l’immigration : l’exemple du travail

            Les travaux d’Abdelmalek Sayad, menés dès les années 1970, ont présenté l’immigration en « fait social total », complexe et hétérogène, mais toujours articulé autour de la question de la mise au travail des personnes entrant sur le territoire français (Sayad, 2006). En précarisant les travailleur·euses étranger·es par l’organisation d’une présence temporaire et conditionnée au retour, le volet travail de la nouvelle loi immigration entre en contradiction avec ce qui constitue, depuis, un consensus parmi les chercheur·euses en sciences sociales. En effet, la criminalisation des travailleur·euses clandestin·es et la subordination toujours plus importante de l’ensemble des travailleur·euses étranger·es en France par l’instabilité des statuts est à l’origine de situations de travail indignes et abusives. Pourtant, et comme le prouve l’attention portée aux métiers « en tension » dans la loi, ce sont bien ces populations qui maintiennent certains secteurs de l’économie nationale à flot. Choisir d’accueillir le travail sans le·la travailleur·euse, en ne rendant souhaitable la présence d’immigré·es qu’au prisme de leur force de travail, c’est s’inscrire, selon le concept d’Alain Morice, dans un « utilitarisme migratoire » qui dote, de surcroît, les travailleur·euses étranger·es de caractéristiques essentialisantes comme la flexibilité et la docilité (Morice, 2004). Par ailleurs, la discrétion des préfets, engagée dans la définition de ce que seront ou non des métiers « en tension » à l’échelle locale, ne garantit aucune homogénéité des pratiques et laisse libre court à tous types de déviance liées à des intérêts ou représentations personnelles.

            À la lumière de ces éléments issus de l’expertise des acteur·ices d’une recherche empirique, nous dénonçons une loi utilitariste qui structure le marché du travail selon les statuts migratoires et conditionne ainsi les opportunités des travailleur·euses à leur nationalité d’origine. Une telle stratification du marché de l’emploi aura pour conséquence la mise en hiérarchie des travailleur·euses étranger·es, comme l’exprime explicitement la notion de « talent » choisie pour qualifier les professionnel·les de santé. Ces différenciations opérées en fonction du statut migratoire sur le marché du travail généreront plus largement des logiques discriminantes en fonction de l’origine nationale des individus qui viennent travailler en France.

La précarisation intensifiée de la population étrangère

La restriction d’accès au logement et aux prestations sociales pour les personnes étrangères : une entorse au principe d’universalisme

            La première version de la loi immigration marquait indéniablement un virage discriminatoire, durcissant drastiquement les conditions d’accès aux aides sociales pour les étranger·es. Elle prévoyait l’instauration d’un délai de carence de cinq ans de présence régulière sur le territoire pour pouvoir prétendre aux prestations liées à la prise en charge des enfants (allocations familiales et la prestation d’accueil du jeune enfant…), au logement (droit au logement opposable, l’aide personnalisée au logement) ainsi qu’à la gestion des effets du vieillissement (l’allocation personnalisée d’autonomie). Elle devait également limiter les possibilités d’accès à un hébergement d’urgence pour les personnes concernées par une Obligation de quitter le territoire français (OQTF), les débouté·es du droit d’asile ainsi que pour les étranger·es en situation irrégulière. Fort heureusement, la décision du Conseil constitutionnel du 25 janvier 2024 a censuré ces mesures, principalement pour des raisons procédurales. Il s’agit toutefois d’un succès à relativiser. D’une part, la loi contient toujours des articles particulièrement répressifs (augmentation des places en centres de rétention administrative, facilitation des expulsions, etc.) et, d’autre part, les mesures précédemment citées pourront potentiellement être réintroduites au Parlement. Il apparaît donc essentiel de poursuivre la lutte contre cette loi injuste et discriminatoire, maintenant que la volonté du gouvernement et de certains partis politiques de marginaliser et d’exclure des droits sociaux une partie de la population est clairement établie.

L’abandon et la criminalisation des Mineur·es non accompagné·es (MNA)

            La loi immigration suscite de vives préoccupations quant à son impact sur les MNA en France. Bien que les amendements spécifiquement dédiés aux MNA aient été rejetés, plusieurs dispositions compromettent leur avenir et exacerbent l’incertitude entourant leur présence et leurs conditions de vie sur le territoire. Le durcissement des conditions d’accès aux titres de séjour pour les jeunes majeur·es sortant·es de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) ou l’exclusion des ancien·nes MNA faisant l’objet d’une OQTF de la prise en charge par l’ASE témoignent d’une approche criminalisante et déconnectée des réalités complexes de ce public vulnérable. Loin de favoriser la protection et l’intégration des jeunes étranger·es en France, ces mesures auront un effet direct sur l’augmentation du nombre de jeunes femmes et de jeunes hommes sans abri. Elles mettront une pression supplémentaire sur les acteurs sociaux et associatifs déjà débordés, compliquant davantage leurs efforts pour répondre aux besoins croissants de ce public dont l’accueil n’a cessé de se dégrader ces vingt dernières années. Ces dispositions soulèvent des inquiétudes légitimes quant à leur impact humanitaire et social, appelant à une réflexion approfondie sur les conséquences à long terme de cette loi.

Conclusion : une loi aux effets racistes ?

            Dans un contexte politico-médiatique où les thèmes, les notions et les idées de l’extrême droite infusent le débat public, notamment au sujet de l’immigration, il est nécessaire de s’interroger sur le caractère raciste de cette loi. Si elle témoigne avant tout d’un durcissement continu des lois sur l’immigration, elle met surtout au centre des débats la « priorité nationale », programme phare s’il en est de l’extrême droite. Comment alors ne pas y voir une loi raciste ? Même si les mesures concernant la remise en question du droit du sol ont été censurées, elles sont de nouveau en discussion dans le cas de Mayotte où, pour répondre à la situation migratoire, il est question de supprimer localement ce droit au prétexte qu’il serait « attractif », instaurant ainsi un nouveau régime d’exception dans l’administration de l’île. Or, de manière générale, la remise en question du droit du sol instaurerait une inégalité entre les individus selon leur origine : être né·e en France ne suffira plus pour être Français·e. S’installerait alors une conception de la nationalité par le sang selon laquelle l’origine est considérée comme « un trait essentiel, ahistorique et généalogique », ce qui constitue une des caractéristiques principales du racisme (De Rudder, Poiret, Vourc’h, 2000). Si la loi ne fait pas explicitement référence à des critères raciaux dans l’acquisition de la nationalité, son fondement généalogique fait partie d’un « registre racial d’altérisation » qui structure la différenciation entre celles et ceux qui seraient Français·es et étranger·es. Encore une fois, on ne peut être « véritablement » Français·e que par le sang. La suppression du droit du sol constituerait alors une source légale de racisme qui « régit ou tend à régir un ordre social » (De Rudder, Poiret, Vourc’h, 2000) et laisserait la porte ouverte à la justification de pratiques discrétionnaires déjà largement répandues, que ce soit dans l’application du droit au séjour des étranger·es ou dans le traitement administratif des individus. En choisissant de nous concentrer sur les usages idéologiques de la nationalité, l’utilitarisme migratoire et la précarisation de la population étrangère, nous avons cherché à montrer comment les dispositions de la loi rigidifiaient encore davantage les catégories d’individus. L’accès de plus en plus limité aux prestations sociales et la politique de massification des expulsions des étranger·es en sont deux exemples. Par conséquent, la mise en pratique d’une telle loi aura des effets fondamentalement racistes qui viendront renforcer les mécanismes déjà existants et porteront atteinte de la manière la plus grave à la dignité des personnes visées.

Jeanne Apostoloff, Sarah Boisson, Julie Chauvet, Elisa Domen, Maud Druais, Maëlle Duconget,  Solène Lange, Cyprien Meslet, Elie de Montalembert, Stélios Moraïtis, Adèle Nivière, Célia Nguyen, pour l’Unité de recherche Migrations et société

Sources

            – Jean-Daniel Lévy, « L’immigration, un enjeu français ? » Fondation Jean Jaurès, 11 janvier 2024, https://jean-jaures.org/publication/limmigration-un-enjeu-francais/

            – Intervention de la Défenseure des droits, Audition devant les rapporteurs de la commission des lois de l’Assemblée nationale – Projet de loi pour contrôler l’immigration, améliorer l’intégration, 17 novembre 2023, https://www.defenseurdesdroits.fr/audition-devant-les-rapporteurs-de-la-commission-des-lois-de-lassemblee-nationale-projet-de-loi

            – Enquête « Trajectoires et Origines 2 », par l’INED et l’INSEE, premiers résultats parus en 2022, https://teo.site.ined.fr/

            – Danièle Lochak, « À propos de la loi pour contrôler l’immigration, améliorer l’intégration, entretien avec Danièle Lochak, professeure émérite de l’Université Paris Nanterre (CTAD-Credof), membre et ancienne présidente du Gisti », La Revue des droits de l’homme [en ligne], mis en ligne le 12 janvier 2024, http://journals.openedition.org/revdh/19098

            – « Projet de loi immigration et intégration : une alerte sur les conséquences inversées des exigences en langue française », Tribune publiée sur Le Club de Mediapart, 11 décembre 2023, https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/111223/projet-de-loi-immigration-et-integration-une-alerte-sur-les-consequences-inversees-des

Bibliographie indicative

BERNARDOT Marie-José, Étrangers, immigrés : (re)penser l’intégration, Rennes, Presses de l’École des hautes études en santé publique, 2019, 354 p.

DE RUDDER Véronique, POIRET Christian, VOURC’H François, L’inégalité raciste : l’universalité républicaine à l’épreuve, Paris, PUF, 2000, 224 p.

GOURDEAU Camille, « L’intégration des étrangers sous injonction : genèse et mise en œuvre du contrat d’accueil et d’intégration », Thèse de doctorat en sociologie, Université Sorbonne Paris Cité, 2015.

HAJJAT Abdellali, Les frontières de l’« identité nationale », Paris, La Découverte, 2012, 338 p.

MERCIER Éric, « Formations linguistiques contractuelles et intégration d’adultes migrants : quelle pertinence à l’obligation de formation ? », Thèse de doctorat en sciences du langage, Université de Tours, 2020.

MORICE Alain, « Le travail sans le travailleur », Plein droit, 2004, vol. 2, n° 61, p 2-7 

SAYAD Abdelmalek, « Qu’est-ce que l’intégration ? », Hommes & Migrations, vol. 1182, n° 1, 1994, p. 8-14.

SAYAD Abdelmalek, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. Tome 1, L’illusion du provisoire, Raisons d’agir, 2006, 216 p.

VADOT Maude, « L’accueil des adultes migrants au prisme de la formation linguistique obligatoire. Logiques de contrôle et objectifs de normalisation », Éla. Études de linguistique appliquée, 2022, vol. 205, n° 1, p. 35-50.

WEIL Patrick, Qu’est-ce qu’un Français ? Histoire de la nationalité française depuis la Révolution, Paris, Grasset, 2002.

Pinar Selek : “Sonder les ténèbres qui font d’un bébé un assassin”

En marge de l’intervention de Pinar Selek à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (texte ci-dessous), un entretien vidéo avec le journaliste Jean-Jacques Régibier, L’Humanité, Chaîne Voix d’Europe, le 12 octobre 2023.

Source : https://www.humanite.fr/monde/pinar-selek/pinar-selek-sonder-les-tenebres-qui-font-dun-bebe-un-assassin

Militante féministe et antimilitariste exilée en France, Pinar Selek continue depuis 25 ans à subir l’acharnement de la justice turque. Après quatre procès où elle a été acquittée, un cinquième qui devait se tenir en septembre, a été reporté, en même temps que la Turquie lançait contre elle un mandat d’arrêt international.

Dans son dernier livre, « Le chaudron militaire », la sociologue étudie la façon dont le service militaire sert à forger l’hégémonie masculine en Turquie dans un contexte mondial dominé par le néolibéralisme, les guerres et la montée des régimes autocratiques. Comment en sortir ? Quelles sont les nouvelles formes de résistance à adopter ?


Intervention de Pinar Selek à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Strasbourg, 12 octobre 2023 :

Mesdames, Messieurs,

Vous m’accueillez, vous nous accueillez dans une période très sombre, où la barbarie, les armes, la cruauté dominent notre monde. Par conséquent, c’est aussi le désespoir qui domine. Les puissants font leurs lois, en faisant couler le sang, en détruisant les populations, les civilisations, les vies. Et les institutions internationales, censées créer des mécanismes politiques permettant la définition démocratique des problèmes publics et leurs solutions, sont en difficulté. Il en va ainsi du Conseil de l’Europe, créé après les deux guerres mondiales, autour de l’aspiration « plus jamais ça », qui œuvre pour que les valeurs démocratiques et les droits fondamentaux l’emportent sur les intérêts géostratégiques. C’est une résistance.

Résistance pour défendre les conventions internationales, même si celles-ci sont écrasées actuellement sous les bottes de rapports de forces. Dans un contexte où tout se joue au niveau géopolitique, insister sur des cadres institutionnels et des normes juridiques, approuvées dans le consensus, est une résistance. Résistance de la démocratie. Cette résistance face à la barbarie vous oblige à repousser cette organisation inter-étatique au-delà de ses limites. Est-ce que c’est possible ? Est-ce que c’est encore possible de faire adhérer les populations aux mécanismes démocratiques ? Avec quelles mesures ?

Je suis consciente des lourdes responsabilités qui pèsent sur vos épaules. Et alors que vous êtes en train de réfléchir sur de multiples domaines d’action urgente pour faire cesser la barbarie, vous m’accueillez, vous nous accueillez. Merci beaucoup à celles et ceux qui ont initié cette rencontre. Cela témoigne d’une conscience du lien fort entre notre lutte pour la justice en Turquie et des problèmes dans d’autres pays. En effet, tous ces problèmes actuels sont en lien avec les nouvelles alliances transnationales dont la Turquie fait partie. Et rendre visible les violations des droits humains et les crimes juridiques contribue à votre résistance face aux barbaries actuelles.

Ici, je ne prendrai pas le temps de résumer le long acharnement politico-judiciaire entamé il y a plus de 25 ans à mon encontre. Je vais juste résumer la dernière étape en commençant par préciser que mon procès kafkaïen a commencé avant le gouvernement actuel en Turquie. Cela montre le caractère historique et la permanence des problèmes démocratiques dans ce pays.

Tout a commencé dans une période où les cadres juridiques étaient moins favorables au respect des droits. Ce cadre a évolué aujourd’hui, mais mon procès continue. C’est en 1998 que j’ai été arrêtée et torturée pour livrer l’identité de militant·es kurdes que j’avais interviewé.e.s dans le cadre de mon enquête sociologique. Ensuite, j’ai appris en prison par la télévision que j’étais fallacieusement accusée de terrorisme. J’ai résisté grâce à une énorme solidarité, mais surtout une lutte juridique minutieuse. Des enquêtes indépendantes ont démontré qu’il n’y a jamais eu d’attentat au Marché aux épices d’Istanbul mais l’explosion d’une bonbonne de gaz. J’ai été acquittée 4 fois, car le dossier d’accusation est vide. En effet toutes les fois qu’une Cour de justice a regardé le fond de mon dossier, elle a admis qu’il n’y avait aucune preuve contre moi.

Ainsi, il apparait clairement qu’en Turquie un combat pour la justice peut aboutir.

Pourtant, en décembre 2022 la Cour suprême a cassé mon dernier acquittement de 2014, en demandant ma condamnation à la prison à perpétuité. Le 29 septembre 2023 avait lieu à Istanbul la deuxième audience du 5ème procès. Face à de nombreux soutiens locaux et internationaux, la Cour criminelle d’Istanbul a reporté à nouveau l’examen du dossier au 28 juin 2024, en renouvelant sa demande d’extradition à mon encontre et un mandat d’arrêt international.

Cet acharnement sans fin relève du harcèlement, voire de la torture psychologique. Mais c’est aussi une des formes les plus extrêmes d’atteinte à la liberté d’expression et à la liberté académique, menacées aujourd’hui partout dans le monde. Depuis le début, j’ai refusé d’être conditionnée par cet acharnement, j’ai essayé d’élargir mon espace de liberté et continué à réfléchir, à enquêter, à problématiser, à analyser et à écrire, le plus librement possible. Cela a été possible grâce à la solidarité constante d’innombrables personnes de multiples milieux, surtout en France dont je suis devenue citoyenne.

Pourtant comme l’atteste la Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères française, cet acharnement entrave mon travail. Je cite Madame la ministre Catherine Colonna “La France, attachée à la liberté de la recherche, apporte tout son soutien à la sociologue Pinar Selek, reconnue innocente à plusieurs reprises par les juridictions turques des faits dont elle a été accusée. La procédure judiciaire dont elle fait l’objet en Turquie et le risque d’arrestation encouru entravent son travail. (…)

Oui, ce processus juridique entrave mon travail : alors que je mène de multiples recherches sur les situations multidimensionnelles autour des frontières, le mandat d’arrêt international dont je fais l’objet m’empêche de sortir du territoire français et d’exercer librement mon métier. Ainsi, je ne peux même pas traverser la frontière franco-italienne bien que je sois co- coordinatrice de l’Observatoire des Migrations dans les Alpes-Maritimes. Je ne peux pas non plus répondre aux nombreuses invitations académiques que je reçois d’autres pays européens.

Je souhaite continuer à vivre comme chercheuse, penseuse et écrivaine libre. La question est la suivante : est-ce que c’est possible en Europe ? Et plus précisément est-ce que le Conseil de l’Europe peut apporter sa contribution pour garantir ma liberté de recherche ?

Merci pour tout ce que vous faites. Malgré l’obscurité de notre époque, votre engagement fait bouger les lignes !

Pinar Selek, Strasbourg, 12.10.2023

Podcast audio : DoctoratS dans tous ses états : ouverture sur la réflexivité et positionnalité de jeunes chercheur.euses

A écouter ou à télécharger sur la chaîne “Migrations et altérités” sur Canal U, un podcast audio, restitution des ateliers doctoraux inter-Urmis à Fontainebleau en avril 2023

https://www.canal-u.tv/chaines/univcotedazur/doctorats-dans-tous-ses-etats-ouverture-sur-la-reflexivite-et-positionnalite

Ce podcast est le résultat d’un atelier doctoral sur la création de podcasts dans la recherche qui s’est tenu avec 17 doctorant.es de l’Unité de recherche Migrations et Société (URMIS) campus Paris (Université Paris cité) et campus Nice (Université Côte d’Azur) à Fontainebleau en avril 2023. Ce podcast s’inscrit dans une démarche expérimentale et constitue un épisode pilote, un échantillon, une idée de ce que le support audio peut apporter à la recherche en sciences sociales. Il vise à inspirer des démarches futures d’écriture alternative et de vulgarisation scientifique par la production audio, tout en ouvrant des pistes de réflexion sur des sujets spécifiques liés à l’expérience singulière du doctorat en sciences sociales. Les doctorant.es présent.es sur place étaient issu.es de plusieurs champs disciplinaires : histoire, sociologie, science de l’éducation ou encore anthropologie.

Dans ce podcast, nous revenons sur des témoignages de doctorant.es, l’expérience de solitude du doctorat, les buts et utilité sociale sous-jacents de cette démarche, la question du positionnement au terrain, le tout par petites touches et au hasard d’une prise de son expérimentale et amatrice lors de ces journées doctorales à Fontainebleau – journées qui ont par ailleurs englobé d’autres modalités de réflexion que le support audio et que nous évoquons brièvement dans le podcast : théâtre forum[1], ateliers d’écriture, préparation à la recherche post-thèse, etc.

Les doctorant.es ayant participé à la réalisation et la prise de son sur place : Jeanne Apostoloff, Julie Chauvet, Elisa Domen, Gabin Ossoula, Stélios Moraïtis, Cyprien Meslet, Benjamin Nea, Nathalie Portilla Hoffmann, Ana Julieta Teodoro Cleaver.

Comité d’organisation des journées : Sarah Boisson, Maëlle Duconget, Maud Druais, Nada Matsimouna, Ramata N’Diaye, Célia Nguyen, Adèle Nivière.

A la coréalisation et l’écriture : Sarah Boisson et Manon Vaux

Au mixage et montage : Manon Vaux

Bibliographie :

Arnaud Richard, Éric Perera, Laurent Fauré, « Chercheur d’émotions : Une expérience in situ en SHS », Corps, 2016/1 (N° 14), p. 219-227. DOI : 10.3917/corp1.014.0219. URL : https://www.cairn.info/revue-corps-2016-1-page-219.htm

Marina Chao, Carlotta Monini, Signe Munck, Samuel Thomas, Justine Rochot et Cécile Van de Velde, « Les expériences de la solitude en doctorat. Fondements et inégalités », Socio-logos [En ligne], 10 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 04 octobre 2023. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/2929

Remerciements :

Nous remercions nos financeurs : l’Urmis de l’Université Paris Cité et Université Côte d’Azur, ainsi que l’Ecole doctorale Sociétés, Humanités, Arts et Lettres (SHAL) de l’Université Côte d’Azur. Nous remercions l’équipe du comité d’organisation de ces journées, les doctorant.es présent.es sur place et les intervenant.es qui se sont déplacé.es ont animé les ateliers de ces journées. Merci à Victoria De Cassin, comédienne, qui a organisé et animé l’atelier de théâtre forum de ces journées et a permis à certaines des réflexions présentées ici d’éclore.

Crédits :

  • Fishbach – Un autre que moi
  • Kai Nobuko – Calm Dub
  • Blue Dot Sessions – Kirkus
  • Kai Nobuko – My Wired Soul

[1] Le théâtre forum est une méthode de théâtre interactif inventé au Brésil par Augusto Boal.

Portrait de Pinar Selek © CC-BY-SA-3.0/ Streetpepper/WikiCommons

Critique, par Gisèle Sapiro, du dernier livre de Pinar Selek, Le chaudron militaire turc

A lire sur En attendant Nadeau, journal de la littérature, des idées et des arts, n°181, 20 septembre – 3 octobre 2023, l’analyse par Gisèle Sapiro du dernier livre de Pinar Selek, Le Chaudron militaire turc, Un exemple de production de la violence masculine :

“Pour Pinar Selek”, par Gisèle Sapiro : https://www.en-attendant-nadeau.fr/2023/09/30/pinar-selek

L’entretien d’actu – Le Média – Une sociologue en prison à vie ? Persécutée, elle témoigne

A voir sur le site de Le Média, un excellent entretien télévisé avec Pinar Selek, par Cemil Şanlı, le jeudi 28 septembre 2023.

https://www.lemediatv.fr/emissions/2023/une-sociologue-en-prison-a-vie-persecutee-elle-temoigne-4JnrwOB6Q-iOqKRZ5J7vcw

Une sociologue en prison à vie ? Persécutée, elle témoigne

2023 est une année particulière pour Pinar Selek. La République de son pays natal fête ses 100 ans et la justice de cette dernière la persécute depuis 25 ans.

Sociologue et militante féministe et antimilitariste, Pinar Selek est poursuivie devant le tribunal d’Istanbul une cinquième fois pour un attentat imaginaire.

Arrêtée et emprisonnée en 1998 pour ses travaux sur la communauté kurde, elle apprend en prison être accusée d’être liée à une explosion qui venait de faire sept morts au bazar aux épices d’Istanbul. Le pouvoir décrit un attentat, la justice et les experts jugent qu’il s’agit d’un accident.

Pinar Selek est donc acquittée par quatre fois, en 2006, 2008, 2011, 2014. Malgré cela, elle subie la torture et, depuis, une persécution psychologique. La Cour suprême de Turquie annulant tout ses acquittements pour la traduire une cinquième fois devant les tribunaux en mars dernier. Et finalement le 29 septembre. Nous apprendrons ce jour-là, au lendemain de notre tournage (la veille, le 28 septembre), un nouveau report du procès… au 28 juin 2024.

En exil en France en 2011, Pinar Selek obtient la nationalité en 2017, mais cette dernière ne l’a protège pas entièrement. Désormais placée sous mandat d’arrêt international, Pinar Selek est aussi menacée de mort par l’extrême-droite turque et les Loups Gris, une mouvance ultranationaliste armée turque particulièrement active en Europe de l’Ouest.

Dans son dernier ouvrage, “Le chaudron militaire turc, un exemple de production de la violence masculin” (aux éditions Des Femmes, Antoinette Fouque), elle persiste et signe. Défiant la censure, elle revient sur ses recherches sociologiques débutées en 2007, pour les élargir au contexte mondial néolibéral actuel, compressé entre la montée des nationalismes, des autocraties et le retour des guerres de contact.

Tribune du monde littéraire pour l’acquittement définitif de Pinar Selek

Une tribune parue dans Le Monde, 25/09/2023 https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/09/25/pour-que-pinar-selek-recouvre-une-liberte-de-creation-de-recherche-et-d-action-politique-pleine-et-entiere_6190945_3232.html

Alors qu’une nouvelle audience de la Cour suprême de Turquie doit se tenir le 29 septembre, un collectif d’autrices, d’auteurs, d’éditrices, d’éditeurs et de libraires, parmi lesquels Nathalie Quintane, Annie Ernaux ou Sedef Ecer, apporte son soutien à la sociologue exilée en France depuis 2011 qui risque la prison à vie en Turquie.

Texte intégral et liste des signataires sur https://pinarselek.fr/actualites/le-monde-litteraire-pour-lacquittement-definitif-de-pinar-selek/

Depuis 25 ans, Pinar Selek est persécutée par la justice turque. Un quart de siècle de procès, incarcération, tortures, exil — et à présent, mandat d’arrêt international demandant son emprisonnement immédiat.

Pourquoi ?

Parce que Pinar Selek est sociologue et qu’elle a travaillé sur le mouvement de résistance kurde — c’est là, pour ce motif, qu’elle est arrêtée et torturée en 1998: on veut lui faire avouer le nom des personnes qu’elle a rencontrées pendant son enquête.

Parce que Pinar Selek réunit à elle seule à peu près tout ce qu’un pouvoir autoritaire déteste: la défense des plus opprimé.e.s (les enfants des rues, les prostituées, les femmes migrantes…), les combats écologistes, féministes et LGBTQI+, le refus de toutes les violences et un antimilitarisme radical.

Parce que, même exilée, même menacée par un Pouvoir qui semble avoir tous les pouvoirs, Pinar Selek continue son travail de chercheuse et d’universitaire, parce que Pinar Selek continue à écrire — des contes aussi, un merveilleux essai paru en 2015: Parce qu’il sont Arméniens — et son dernier livre: Azucena ou Les fourmis zinzines paru aux éditions des femmes l’an dernier.

Aujourd’hui où la distinction entre les démocraties supposées, les régimes «illibéraux» ou en voie de le devenir et les états simplement autoritaires devient de plus en plus indécise, nous, poètes, autrices, auteurs, éditrices, éditeurs, libraires, nous sentons plus que jamais solidaires des combats de Pinar Selek. Ce qui lui arrive pourrait nous arriver un jour. Qu’est-ce que la liberté dont nous jouissons encore quand quelqu’un comme elle ne peut pas circuler librement, travailler librement, quand la nationalité française qui lui a été accordée ne la protège pas pleinement, comme elle le devrait? Quand quatre procès, suivis de quatre acquittements prononcés par la justice turque elle-même ont été quatre fois cassés?

Une nouvelle audience, dans un nouveau procès ouvert le 31 mars, a été reportée au 29 septembre prochain. Nous savons que la mobilisation n’est pas vaine, qu’elle gêne la Turquie comme elle gênerait n’importe quel pouvoir abusif et injuste. Nous signons ici pour que Pinar Selek recouvre une liberté de création, de recherche et d’action politique pleine et entière. N’en doutons plus : en signant pour elle, nous signons pour nous.

Signataires individuel.les:

  • Santiago Amigorena, écrivain
  • Joseph Andras, écrivain
  • Leili Anvar, Maîtres de Conférences en langue et littérature persanes (Inalco)
  • Ella Balaert, enseignante à Paris III Sorbonne nouvelle
  • Katy Barasc philosophe
  • Samantha Barendson, poétesse
  • Brigitte Baumié poétesse
  • Emna Belhaj Yahia, romancière, enseignante de philosophie, membre de l’Académie tunisienne Beit al-Hikma
  • Arno Bertina, écrivain
  • Jean-Michel Besnier,Comité directeur du PEN-Club, philosophe
  • Muriel Bloch, conteuse
  • Flora Boffy-Prache, éditrice
  • Béatrice Bonhomme, poétesse, directrice de la revue Nu
  • Oristelle Bonis, éditrice
  • Sonia Bressler, philosophe, Présidente de l’AFFDU (Association Française des Femmes Diplômées d’Université)
  • Lydia Cacho, journaliste
  • Mireille Calle-Gruber, professeur des universités, Sorbonne nouvelle
  • Belinda Cannone , écrivain
  • Lise Chapuis, traductrice
  • Orélie Chen Fuchs,poétesse
  • Sylvestre Clancier, écrivain, Président d’honneur du PEN Club
  • Marie Cosnay, écrivaine et traductrice
  • Felip Costaglioli, écrivain
  • Grégoire Courtois, écrivain
  • François Cusset, historien
  • Vincent d’Eaubonne, fils de Françoise d’Eaubonne
  • Catherine Demolis, éditrice
  • Dominique Dussol, professeur émérite, Université Pau et Pays de l’Adour
  • Zehra Dogan, artiste, journaliste
  • Fabien Drouet écrivain
  • Alicia Dujovne Ortiz,autrice, journaliste
  • Fabienne Dumont, historienne de l’art
  • Delphine Durand, poétesse
  • Dominique Dussol, professeur émérite, Université Pau et Pays de l’Adour
  • Cécile Dutheil de la Rochère, Editrice, critique littéraire, traductrice
  • Sedef Ecer, romancière, membre du Parlement des Écrivaines Francophones (PEF)
  • Asli Erdogan écrivaine
  • Annie Ernaux écrivaine, Prix Nobel de littérature
  • Tarek Essaker, écrivain, essayiste et poète
  • Johan Faerber, critique, éditeur, cofondateurs du magazine Diacritik.
  • Nina Faure, réalisatrice
  • Julie Finidori, agente littéraire
  • Isabelle Garon, poétesse
  • Nicolas Gary, journaliste
  • Frédérique Guétat-Liviani, poète
  • Liliane Giraudon, poétesse
  • Barbara Glowczewski, directrice de recherches émérite au CNRS
  • Aliette Griz, écrivaine
  • Catherine Guyot, journaliste, Institut en sciences des femmes (IERSF)
  • Jacqueline Heinen, Professeure émérite de sociologie, UVSQ Paris-Saclay
  • Marie Huot, poétesse
  • Chloé Jacot-Descombes, écrivaine
  • Pascal Jourdana, cofondateur de la Marelle, lieu d’action littéraire
  • Huguette Junod écrivaine
  • Maria Kakogianni, philosophe
  • Leslie Kaplan, écrivaine
  • Karim Kattan, écrivain
  • Jean Kehayan, écrivain
  • Colette Klein, poétesse
  • Souad Labbize, poétesse
  • Marie-Eve Lacasse écrivaine
  • Emmanuelle Lambert, écrivaine
  • Elisabeth Lebovici, historienne et critique
  • Sylvie Le Clech, historienne, Paris III Sorbonne, Parlement des écrivains francophones, Conservatrive générale du patrimoine
  • Marin Ledun, écrivain
  • Alain Lezongar, journaliste
  • Perrine Le Querrec poète-iconographe
  • Alain Lipietz Economiste, auteur, ancien député européen.
  • Carine Lorenzoni, Directrice de Publication de Rebelle-Santé
  • Béatrice Machet, poétesse et traductrice
  • Valérie Manteau, écrivaine
  • Lou Marin, traducteur et essayiste
  • Jacqueline Merville, autrice
  • Thierry Mesny, trésorier du PEN-Club
  • Zoé Monti, historienne de l’art et éditrice
  • Elisabeth Nicoli, Co presidente de l’Alliance des Femmes pour la Démocratie
  • Rina Nissim, auteure et éditrice.
  • Alain Nouvel, écrivain
  • Wilfried N’Sondé écrivain
  • Naz Oke, journaliste
  • Makenzy Orcel, écrivain
  • Cécile Oumhani, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones
  • Florence Pazzottu, poétesse
  • Denis Pean, artiste
  • Michèle Pedinelli, écrivaine
  • Geneviève Peigné poétesse
  • Bruno Pellegrino écrivain
  • Juliette Penblanc, écrivaine
  • Charles Pennequin écrivain et poète
  • Serge Pey, poète
  • Jean-Yves Potel, écrivain
  • Stéfanie Prezioso, Professeure d’histoire, université de Lausanne
  • Sylvain Prudhomme, écrivain
  • Nathalie Quintane, écrivaine, rédactrice de la tribune
  • Laurine Rousselet, poétesse
  • Lionel Ruffel, auteur
  • Jean-Luc Sahagian, écrivain
  • Esther Salmona, poétesse
  • Sophie Salleron, autrice et conteuse
  • Sabine Savornin, peintre, universitaire
  • Inna Shevchenko, autrice, leader des Femen
  • Mona L. Siegel, historienne, professeur à California State University, Sacramento (USA)
  • Jean-Pierre Siméon, poète
  • Marina Skalova, écrivaine
  • Alexandra Sollogoub autrice, actrice
  • Béatrice Soulé, Artiste visuel
  • Antoine Spire Président du PEN-club français
  • Sabine Strasser, anthropologue
  • Brigitte Studer, professeure d’histoire émérite, Université de Berne
  • Ece Temelkuran, journaliste et auteure
  • Élise Thiébaut, autrice
  • Beata Umubyeyi Mairesse, écrivaine
  • Christine Villeneuve, co directrice des editions des femmes-Antoinette Fouque
  • Carmelo Virone, écrivain poète
  • Arnaud Viviant critique littéraire, écrivain
  • Sophie Wahnich, historienne
  • Catherine Weinzaepflen écrivaine
  • He Yuhong, autrice, présidente des Artistes d’Asie en France

Maisons d’éditions signataires:

  • Éditions aldante
  • Éditions Amsterdam
  • Éditions Cambourakis
  • Éditions circé
  • Éditions des Femmes-Antoinette Fouque
  • Éditions des lisières
  • Éditions des Sables, Genève
  • Éditions Encre Fraîche, Genève
  • Éditions Excès
  • Éditions iXe
  • Éditions La Crypte
  • Éditions Le festin
  • Éditions le passager clandestin
  • Éditions Les prouesses
  • Éditions Mamamélis, Genève
  • Éditions Hourra
  • Eric Pesty Editeur

Librairies Signataires:

  • Librairie 47° Nord (Mulhouse, 68)
  • Librairie Atelier (Paris, 75)
  • Librairie Boutique du Livre (Neuchâtel, CH)
  • Librairie ChEZ SimOnE (Bayonne, 64)
  • Librairie Colobrije (Montreuil, 93)
  • Librairie de l’Angle Rouge (Douarnenez, 29)
  • Librairie Des femmes (Paris, 75)
  • Librairie du Boulevard (Genève, CH)
  • Librairie Floury Frères, (Toulouse, 31)
  • Librairie Georges (Talence, 33)
  • Librairie L’escampette (Pau, 64)
  • Librairie L’Hibernie (Carmaux, 81)
  • Librairie l’esperluette (Lyon, 69)
  • Librairie La Boîte à Livres (Tours, 37)
  • Librairie La carline (Forcalquier, 04)
  • Librairie La Flibuste (Fontenay sous bois, 94)
  • Librairie La Friche (Paris, 75)
  • Librairie La Madeleine (Lyon, 69)
  • Librairie La Marge (Haguenau, 67)
  • Librairie La nouvelle Dérive (Grenoble, 38)
  • Librairie La P’tite Denise (Saint-Denis, 93)
  • Librairie la Pluie d ‘été (Pont-croix, 29)
  • Librairie La promesse de l’aube (Autun, 71)
  • Librairie La Rumeur des crêtes (Cadenet, 84)
  • Librairie La tête ailleurs (Paris, 75)
  • Librairie La Voie aux Chapitres (Lyon, 69)
  • Librairie Le Bateau Livre (Lille, 59)
  • Librairie Le Bleuet (Banon, 04).
  • Librairie Le café Le temps qu’il fait (Mellionnec, 22)
  • Librairie Les ruelles (Périgueux, 24)
  • Librairie Les villes invisibles (Clisson, 44)
  • Librairie Lucioles (Vienne, 38)
  • Librairie Obliques (Auxerre, 89)
  • Librairie Ouvrir l’Oeil (Lyon, 69)
  • Librairie Petite Égypte (Paris, 75)
  • Librairie Quai des Brumes (Strasbourg, 67)
  • Librairie Terre des livres (Lyon, 69)
  • Librairie Tulitu (Bruxelles, B)
  • Librairie Un livre et une tasse de thé (Paris, 75)
  • Librairie Vivre d’Art (Meymac, 19)

La liberté est féministe. Pinar Selek persiste et signe…

A lire sur le journal culturel La Strada, septembre 2023, un grand dossier présentant le parcours, l’œuvre et l’actualité (brûlante) de Pinar Selek. La publication de son ouvrage Le Chaudron militaire turc – Un exemple de production de la violence masculine est une réponse comme un acte de liberté, un acte de réflexion, d’analyse et de recherche face à la peur alors même qu’elle est encore en butte avec un nouveau procès par le régime turc, le 29 septembre 2023 et qu’elle est sans cesse menacée par l’extrême droite turque… Elle l’explique dans une “lettre à ses ami·es”, lettre à portée universelle…

El oscuro silencio de los muertos de Covid en Iquitos

Un article (en espagnol) de Valérie Robin Azevedo, Professeure d'anthropologie sociale, Université Paris Cité, membre de l'Urmis.  
Parution originale le 17 août 2023 sur Noticias SER.PE, portail de l'association Asociación Servicios Educativos Rurales au Pérou.

coverFotos: Valérie Robin Azevedo

Mientras a inicios de agosto 2023 medios limeños difundían con mofa unos encuentros con extraterrestres en Iquitos –una cobertura iterativa digna de los psicosociales de la era fujimorista–, mejor hubieran retomado el camino del periodismo de investigación para averiguar la situación del medio millar de difuntos de Covid-19 enterrados en un “botadero” o “fosa común”, en palabras de sus familiares quienes siguen esperando desde 2020 su exhumación para darles un entierro digno.

“¿Hasta cuándo se va a vivir esta vida que no parece sino una ópera macabra danzada por fantasmas borrachos? – Pero en qué mierda de país vivimos? – exclama el juez.” Jorge Salazar, La ópera de los fantasmas (1980: 89)

El estallido de la pandemia de Covid-19 en el Perú arrasó con la vida de más de 200,000 ciudadanos entre 2020 y 2021. Una tragedia tal que hizo que el país llegase a ocupar el primer lugar de muertes per cápita en el ámbito mundial. Si la ciudad amazónica de Iquitos alcanzó una tasa de letalidad aún más elevada que la nacional, la “isla bonita” también se volvió tristemente célebre en los medios nacionales e internacionales por el descampado situado detrás del cementerio de San Juan Bautista, en el km 18 de la carretera Iquitos-Nauta. Allí fueron enterradas 450 personas, víctimas de la primera ola.

Estas inhumaciones, mayormente en fosas, algunas con más de 50 cuerpos, se realizaron entre abril y junio de 2020, de noche y sin el consentimiento de los familiares. “Todo en oscuro silencio. Le botaron al cuerpo como perro, ni a un perro, creo, lo botan así como basura” (un familiar). A este sitio de entierro masivo y sin cerco, llamado por las autoridades “cementerio Covid”, se accede por una trocha gredosa de 300 metros que impide el paso de los vehículos cuando llueve y se vuelve de barro pegajoso. Su asfaltado es apenas una de las tantas promesas sin cumplir del gobernador de la época, Elisbán Ochoa, cuando prometió arreglar el lugar. Se ingresa allí por los costados de un portón, inútil pero vistoso, que las autoridades se apresuraron de colocar al estallar el escándalo mediático.

El 21 de agosto de 2023 se cumplen tres años que el Comité “Justicia para Nuestras Familias: Por un Entierro Digno” –que incluye deudos de los difuntos inhumados en el km 18–, interpuso una demanda judicial contra la Diresa (Dirección regional de Salud) y el Gorel (Gobierno regional de Loreto) para exigir la exhumación de los cuerpos que no les querían devolver, pese al compromiso firmado con los deudos por Elisbán Ochoa en junio del 2020. Lo único que pedían y siguen reclamando es el traslado de los restos de sus familiares a un cementerio de su elección. Lo asombroso es que hasta el día de hoy la abrumadora mayoría de los familiares no haya logrado alcanzar este derecho humano elemental amparado por la Constitución Política del Perú: recuperar a su ser querido fallecido y poder darle un entierro decente.

Por cierto, había formas menos infames de gestionar esta oleada de cuerpos, con su trato vejatorio, trasladados como bultos de basura hasta su entierro oculto, apresurado e ignominioso. A lo mejor, podría quizá entenderse como una situación transitoria acaecida por el contexto literalmente extraordinario de la pandemia que hizo colapsar los hospitales y las funerarias, desbordados por la cantidad de cadáveres. Pero lo que sí resulta intolerable y debe cesar es el desprecio tenaz hacia los familiares, la desidia y las trabas para devolverles sus difuntos de parte de las autoridades loretanas –específicamente el Gorel y el poder judicial–, que han dilatado el proceso y, básicamente, impedido dicha devolución hasta la actualidad. A miles de iquiteños se les ha prohibido apaciguar el dolor de su pérdida y la posibilidad de procesar un duelo que sigue inconcluso, en una indiferencia casi general.

Pese a la movilización incansable de los familiares y de su abogado, el doctor Casuso, pese a sus plantones, a sus intervenciones en las redes sociales y en los medios, su pedido ha quedado postergado una y otra vez. Hasta que una aparente luz de esperanza empezó a vislumbrarse en 2022, aunque solo para unos cuantos deudos del colectivo que contaban con recursos económicos o que se recursaron mediante rifas y polladas. En enero del 2022, unos meses antes del cambio de gestión del Gorel, un familiar fue contactado por la abogada “Noemi”, quien repentinamente se ofreció retomar la solicitud de exhumación por la vía administrativa y agilizar los trámites con la Diresa y el Gorel. Por su intervención cobró entre 1.000 y 2.000 soles. Fue la primera exhumación conseguida luego de 18 meses de espera.

Otros deudos del colectivo informados de esa posibilidad emprendieron enseguida un trámite similar. Pero previo a ello, se les indicó que debían respetar algunos requisitos: desistir de la demanda judicial contra el Gorel, renunciar a ocupar el espacio público con sus carteles y altoparlantes, dejar de hablar con la prensa. Incluso les hicieron firmar un documento (sin valor legal) asegurando que no denunciarían al Gorel al momento de recuperar los restos de su familiar… La discreción exigida acabó con su desvinculación progresiva del colectivo de deudos, sobre todo una vez lograda la exhumación de su difunto mientras los demás familiares seguían sin recuperar el suyo. Unos 40 cuerpos fueron desenterrados y entregados, un 10% del total de difuntos.

NS_20231708b

Sin embargo, otros problemas atañen a estas exhumaciones, las modalidades de su implementación y su alcance limitado. Se efectuaron de forma sospechosamente encubierta. El Gorel cobró entre 1,500 y 3,000 soles –en teoría para gastos de maquinarias, equipos de protección e intervención de “panteoneros” impuestos por el Gorel para la excavación y entrega de los cadáveres–, pero sin otorgar boletas de pago a los deudos. Además, las exhumaciones se realizaron a partir de las 10pm – ¿desde cuándo las entidades estatales atienden en medio de la noche? –, salvo cuando no encontraban el cuerpo idóneo y podían estar allí todo el día siguiente abriendo las zanjas –la mayoría de los cuerpos fueron enterrados en fosas colectivas horizontales, calificadas de “nichos compartidos” por la Diresa– y excavando entre los demás muertos hasta encontrarlo –aunque pero no siempre. Una espantosa experiencia de contacto con cadáveres en descomposición para los deudos, sin ninguna preparación psicológica ni acompañamiento para vivir esta difícil y poderosa confrontación visual y olfativa.

En el registro de la Diresa entregado a los familiares, del total de 450 difuntos, 394 figuran como identificados y 56 como anónimos (NN). Pero de los 394 identificados, muchos no se encuentran en el lugar de ubicación indicado. Incluso una enfermera quien enfrentó la primera ola en el Hospital Regional, transformado en “Hospital Covid”, afirma que dicho registro posiblemente sea, en su casi totalidad, ¡inválido! No tenían ni el tiempo, ni el personal, ni los abastecimientos para identificar cabalmente a los pacientes que fallecían y cuyos cuerpos embolsados se amontonaban en los pasillos. El personal recuerda que en un solo día murieron más de cincuenta y la morgue contiene solo cuatro cámaras frigoríficas. Una vez registrados, escribían en un papel el nombre del paciente y lo pegaban en las bolsas de basura donde los envolvían. Pero en el transporte y con los cuerpos apilados estas precarias huellas de identificación se borraban.

¿Cómo enterrar luego a los difuntos con una identificación nominal y en un lugar certero cuando testigos también afirman haber visto los cuerpos botados de los camiones en las fosas del descampado del km 18 como deshecho? Además, los familiares a menudo recibieron varias ubicaciones sucesivas sobre el paradero de su ser querido en ese “cementerio”. Y al visitar por primera vez ese lugar, en junio 2020, algunos se sorprendieron de haber recibido los mismos códigos de ubicación que otras familias. Al reclamar por este aparente error, les contestaron que sus difuntos se encontraban en la misma tumba: habían hecho unas fosas verticales con tres cadáveres uno encima de otro, y las denominaron, ¡no es broma!, “nichos ecológicos”.

Mas allá de la desorganización generalizada, de lucrar a costa de los muertos y de menospreciar sus deudos, lo que concretamente significa todo lo descrito es que:

  1. los difuntos -no o mal identificados- acabaron configurando una nueva figura de desaparecidos, pese a contar con actas de defunción, por la casi certeza de una asociación equívoca de los apellidos con un espacio preciso del “cementerio”;
  2. las exhumaciones realizadas entre 2022 y 2023 abrieron una zona mucho más amplia que la indicada en el registro, abarcando así varios otros cuerpos más que él buscado (“como mínimo más dos a la derecha, más dos a la izquierda” cuenta un familiar).

Esos cuerpos al lado del muerto por excavar fueron movidos, revueltos y posiblemente estropeados por las maquinarias y las palas. Expuestos al aire libre, húmedo y caluroso, resultaron sometidos a un proceso de descomposición acelerada antes de ser nuevamente sepultados. Lo que induce un deterioro de las condiciones para las posteriores identificaciones de los demás muertos por exhumar, mientras habían sido en parte preservados por la tierra de greda fría del suelo que funcionó como una especie de congeladora.

Esta manipulación de los difuntos “de al lado” está prohibida por constituir una violación de sepultura y la ley protege, en teoría, los cuerpos inhumados con el fin de evitar actos profanadores. ¿Cómo pudo la Diresa autorizar estas exhumaciones sabiendo que el registro incluía tantas ubicaciones falsas y que las excavaciones individuales iban a dañar fatalmente las “tumbas” y los cuerpos de los demás difuntos removidos? Jamás hubiera debido autorizar esas exhumaciones sin asegurarse primero de las condiciones científicas mínimas de su implementación y de la protección del conjunto de los cadáveres.

Sabiendo que el registro de ubicación de los cuerpos de la Diresa contiene errores garrafales, se vuelve imprescindible que las exhumaciones de este sitio de entierro se hagan mediante la intervención de una institución especializada en temas forenses y no sean dejadas en manos de “panteoneros” para excavar este espacio donde se sepultó en huecos verticales varios cuerpos apilados el uno sobre el otro y a cientos otros en fosas horizontales con cuerpos alineados en fila. Para cumplir con dicha tarea hubo incluso personal del Instituto de Medicina Legal (IML) de Iquitos que propuso ayudar a los familiares desde el 2020 para identificar a los difuntos y subsanar la situación caótica del “cementerio Covid”. Pero solo una orden judicial permitiría la intervención del equipo de especialistas del Ministerio público. En vano…

NS_20231708c

En Iquitos, la gestión de los muertos del Covid por las autoridades regionales, durante la pandemia y en el contexto postcovid, se ha vuelto una máquina de producción de desaparecidos en masa. Hablamos de casi medio millar de cuerpos y de miles de deudos.

Es hora de denunciar este necrolucro, ganancia morbosa a costa de los muertos del Covid y de los enlutados.

Es hora de recuperar la memoria de estos invisibles, basureados física y simbólicamente.

Es hora de exigir justicia.

Es hora de que el Poder judicial actúe.

Es hora que el Juez Sergio Antonio del Águila Salinas, del Segundo Juzgado Civil de Maynas, emita por fin una sentencia favorable a los demandantes, que autorice la exhumación a la brevedad posible, que esta sea diligenciada por expertos forenses profesionales, y que exija del Gorel –aunque ya no sea la misma gestión, sigue siendo la misma institución– que asuma todos los gastos relacionados con dichas exhumaciones, incluyendo los familiares no comprendidos en la demanda judicial que a raíz del fallo expresen su deseo de recuperar los restos de sus seres queridos.

Es hora de acelerar el proceso de exhumación global del “cementerio Covid” de Iquitos. Cuanto más pasa el tiempo, más difícil se vuelve la tarea de identificación y también… más profanadora. Pues, ante la sorna y la burla de las autoridades desde hace más de tres años, varias familias han arreglado las tumbas donde yacerían sus seres queridos para hacer de este “botadero de cuerpos” un semblante de cementerio y devolverles la dignidad merecida a sus seres queridos pese a tanto maltrato. Quizá algunos preferirán dejarlos allá habiéndoles alcanzado un poco de sosiego a sus difuntos. Están en su derecho y allí podrán quedarse si así lo desean sus deudos. Pero dejemos de ultrajar a los mismos de siempre, a los más humildes y excluidos de este país. Muchos familiares de los que quedan bajo la tierra pesada del km 18, de extracción popular, de apellidos indígenas, no pueden solventar los gastos de exhumación que ascienden a varios miles de soles. Acabaron aceptando lo inaceptable, sin verdaderas alternativas.

Es hora de que el respeto debido a estos difuntos y a los enlutados no solo sea privilegio de los más pudientes. Muertos que no logran el reposo, familias enteras que no alcanzan el alivio, actos de victimización reiterados. Los deudos ninguneados son tratados como ciudadanos de segunda categoría.

¡Basta con la impunidad de la fechoría del mal llamado “cementerio Covid”! En su famoso texto “Yo acuso”, denunciando la condena injusta del Capitán Dreyfus por un tribunal militar, el escritor francés Emile Zola así se expresaba: “Sólo un sentimiento me mueve, sólo deseo que la luz se haga, y lo imploro en nombre de la humanidad, que ha sufrido tanto y que tiene derecho a ser feliz. Mi ardiente protesta no es más que un grito de mi alma.”

Por los difuntos de Covid enterrados vilmente en el km 18 ¡Indignémonos colectivamente y no dejemos en la soledad a sus familiares afligidos! Sus difuntos son nuestros difuntos.

NS_20231708d
2023 Copyleft Noticias Ser.
Se permite la reproducción de cualquier contenido siempre que se cite la fuente.

Deux photographies de Julie Chauvet à l’exposition du congrès de l’Association française de sociologie

A l’occasion de son 10e congrès, à Lyon en juillet 2023, l’Association française de sociologie (AFS) organisait une exposition de photos sur le thème général du congrès : Intersections, circulations. L’objectif de cette exposition [était] de mettre en valeur des photographies réalisées par des sociologues sur leur terrain traitant les individus, les idées, les savoirs, les biens ou encore les virus qui circulent et/ou sont à l’intersection de plusieurs espaces et rapports sociaux.

L’AFS souhait ainsi donner à voir « en images » – « avec des images », les manières dont les circulations et les intersections travaillent, se caractérisent et peuvent s’identifier. Cette exposition est l’occasion de croiser photographie et sociologie autour de terrain d’enquêtes variés et dévoiler les façons dont les multiples circulations et intersections se font et se défont.

Julie Chauvet, doctorante à l’Urmis, travaille sur les trajectoires des jeunes migrant·es, sur leurs modes de prise en charge, leur accès à l’autonomie, les enjeux de la majorité et leur insertion sociale.

Deux de ses photos, prises avec un sténopé1 ont été retenues pour l’exposition…

Les voici avec l’explication de la démarche.

(Cliquer pour voir en plein écran)


Julie Chauvet, Capter le passage, France Alpes Maritimes, 2023.
Comment capter les passages dans un lieu, sans être intrusif.ve avec un appareil photo ? Ce cliché est le résultat d’un sténopé resté pendant deux heures sur une armoire. L’idée de cette photographie est de voir l’immobile : le bureau c’est-à-dire le sol, le plafond, les murs, les fenêtres, la décoration. Et de percevoir le mouvement par les chaises qui ont différentes positions ou encore par les silhouettes sombres dans le fond de l’image. En d’autres termes, illustrer le passage en préservant l’anonymat des enquêté.es aussi bien les jeunes pris en charge par l’institution que les éducateur.rices.


Julie Chauvet, Continuité, France Alpes Maritimes, 2023.
Ce tirage est un sténopé doublement exposé dans deux espaces distincts : un espace intérieur et un espace extérieur. La présence des grilles sur l’image symbolise la frontière entre l’institution de placement en protection de l’enfance et ce qui se trouve après, à la majorité. Que reste-t-il des liens tissés avec l’institution ? Les néons visibles dans la partie supérieure de l’image sont envisagés comme la continuité des liens maintenus entre les jeunes sortants et les éducateur.rices.


  1. Un sténopé est un dispositif optique simple qui permet de prendre des photos sans lentille en faisant passer la lumière à travers un trou de très faible diamètre en lieu et place de l’objectif. Ce dispositif utilise le principe de la chambre noire, la lumière de la scène à photographier passe à travers le trou, est diffractée, et il se forme une image inversée au fond de la boite. On peut fixer l’image en utilisant du papier photosensible ou une pellicule.

    Exemple d’un sténopé ouvert

    []

Logo de l'émission "Toute une vie", sur France-Culture

Haïlé Sélassié (1892-1975), le dernier des rois d’Éthiopie

Intervention de Giulia Bonacci, historienne, membre de l’Urmis, dans le podcast “Toute une vie“, France-Culture, le 1er juillet 2023.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/toute-une-vie/haile-selassie-1892-1975-le-dernier-roi-des-rois-d-ethiopie-9275384

Presque 50 ans après sa mystérieuse disparition, les portraits du dernier roi des Rois éthiopiens veillent encore. Héros antifasciste et anticolonial, il fut aussi un personnage de récits romanesques, et même un Dieu vivant pour les rastas. Pourtant, sa vie reste méconnue….

Avec

  • Laurent Gaudé Romancier, poète et dramaturge
  • Fabienne Lehouérou Directrice de recherche au CNRS
  • Boris Abjemian Historien
  • Estelle Sohier Docteure en histoire
  • Giulia Bonacci Historienne, chargée de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement
  • Sisaye Mehabie Restaurateur
  • Ahma Abiyi Enseignant

C’est l’histoire d’un mythe, l’histoire d’une icône qui a fait le tour du monde et fait converger des millions de regards vers l’Afrique.
Quelle image reste-t-il d’Haïlé Sélassié ? Roi fantôme, souverain éclairé, brillant diplomate, pont entre l’Afrique et l’Occident, dictateur paranoïaque, père de l’Unité Africaine, messie du peuple noir dont les pieds reposent sur un cousin de velours brodé, Dieu des rastas, prophétique orateur à la SDN, héros mystérieux de romans et de la lutte contre le fascisme ? Sa biographie n’a pas encore été écrite, mais ces clichés traversent les siècles. Comme un négatif en chambre noire, son image révèle sa lumière et ses ombres avec le temps. À chacun son cadre, à chacun son regard.

Il y a ceux qui gardent l’image d’un homme digne à la tribune de la Société des Nations, le 30 juin 1936, face aux sifflets des fascistes italiens, alors que les troupes Mussoliniennes viennent d’écraser l’Éthiopie à coup de gaz toxiques interdits. Avec son regard triste et sa noble cape, sa Majesté incarne alors la dignité outragée et le vertige d’un monde qui va basculer. Il a 44 ans. Son discours entre dans l’histoire, bien avant celui de l’ONU en 1963. Il deviendra un tube de Bob Marley. Il promet la guerre au monde occidental qui ne s’interpose pas, ses mots fragiles auront un écho inattendu.

Et quand Sélassié s’exile en Angleterre, une jeune fille lui écrit qu’elle l’aime et qu’elle l’admire : elle s’appelle Elisabeth et deviendra Reine.

La reine Elizabeth II et Haïlé Sélassié, lors d'une visite officielle de la souveraine en Éthiopie (février 1965)
La reine Elizabeth II et Haïlé Sélassié, lors d’une visite officielle de la souveraine en Éthiopie (février 1965) © AFP

Le 2 novembre 1930, le fils unique Ras Makonnen, Ras Tafari, est lui-même devenu Roi avec pour nom de règne Haïlé Sélassié (Pouvoir de la Trinité), seigneur des Seigneurs, Lion Conquérant du Royaume de Juda, Lumière du Monde, élu de Dieu, se proclamant descendant du roi Salomon et de la reine de Saba devant caméras et les journalistes du monde entier venus couvrir cet évènement inédit.
Sa personnalité mystérieuse et son règne atypique huilés par les courtisans vont inspirer les récits occidentaux les plus divers (de Jean Yanne à Laurent Gaudé, Kapuscinski ou Evelyn Waugh). Certains diront qu’il a modernisé son pays, créé une imprimerie, aboli l’esclavage, offert un hymne officiel à l’Éthiopie, mais on connait mal la vie de cet homme qui a joué des mythes et des images pour gouverner et pour durer.

Jusqu’à sa mystérieuse disparition à 84 ans, il ne cesse d’être photographié : Tafari à quatre ans immortalisé par des missionnaires catholiques français, Sélassié drapé dans une cape avec épée et gants blancs, l’Empereur en habit de souverain couronné d’or, le Négus coiffé d’un casque colonial ou d’un chapeau à plumes, à la fois le dernier roi des Rois et le premier dirigeant africain à peser la scène internationale.

Le Ras Tafari Makonnen, nouveau roi d'Abyssinie sous le nom d'Haïlé Sélassié, quitte le palais en voiture après son couronnement (Addis-Abeba, Ethiopie, 1930)
Le Ras Tafari Makonnen, nouveau roi d’Abyssinie sous le nom d’Haïlé Sélassié, quitte le palais en voiture après son couronnement (Addis-Abeba, Ethiopie, 1930) © Getty – Photo by Keystone-France\Gamma-Rapho via Getty Images

En 1963, avec l’installation de l’Organisation de l’Unité Africaine à Addis-Abeba, le voilà un héraut du panafricanisme. Plus extraordinaire, il est même considéré comme une divinité par les rastas, qui se nomment ainsi en hommage à son premier titre Ras Tafari (« Ras » qui signifie tête ou chef, et Tafari, son prénom de baptême qui veut dire « celui qui est craint »). Eux ne croient pas à sa mort en 1975 quand le commandant Mengistu Haile Mariam plonge le pays dans une terreur rouge et fait assassiner le roi, tout en cachant son corps. C’est comme si Lénine avait renversé louis XIV commente le Times de l’époque.
L’absence de dépouille de Sélassié va d’ailleurs nourrir les fantasmes jusqu’à son inhumation officielle vingt-cinq ans plus tard.

L'empereur d'Éthiopie Haïlé Sélassié (1892 - 1975) et le Charles de Gaule (1890 - 1970), alors président de la République française, à Addis-Ababa (Éthiopie, 08.1966)
L’empereur d’Éthiopie Haïlé Sélassié (1892 – 1975) et le Charles de Gaule (1890 – 1970), alors président de la République française, à Addis-Ababa (Éthiopie, 08.1966) © Getty – Photo by Fox Photos/Getty Images

Mystérieux et fascinant, ce petit homme a souvent joué de son aura mystique et religieuse. Et le portrait de Sa Majesté s’affiche encore dans les maisons en Jamaïque et ailleurs, comme une photo énigmatique qui veille au mur…

Que reste-t-il des rapports du Négus au monde ? Des photos d’archives avec De Gaulle ou le Duke d’York, une chanson de Gainsbourg, des récits romancés de Kapuscinski, une aura teintée de reggae ? Qui a construit son image ? Le Monarque lui-même ou le regard que le monde a posé sur lui ?

Merci au restaurant Le Négus, 52 rue de Montreuil, Paris 11ème, pour son accueil.

Dans “Le monde comme il va”, “ONU : bilan d’une année 1952-1953”, discours de Hailé Sélassié (11.09.1952) à Addis-Abeba sur l’entrée de l’Erythrée dans une fédération avec l’Éthiopie (RTF, 28.09.1953)

2 min

Bibliographie sélective

  • Ras Tafari, Hailé Sélassié : visages du dernier empereur d’Ethiopie, Denis Gérard (L’Archange Minotaure, Forcalquier, Hautes-Alpes, 2006)
  • Ma Vie et les Progrès de l’Ethiopie de 1892 à 1937, Hailé Sélassié (autobiographie traduite par Pascal Mawuli Macé) (Pascal Mawuli Macé, 2013)
  • Negus Christ : histoires du mouvement rastafari, Giulia Bonacci, Robert A. Hill, Jakes Homiak et Boris Lutanie (Afromundi)
  • La fanfare du négus. Les Arméniens en Éthiopie (XIXe-XXe siècles), Boris Adjemian (‎École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2013)
  • Exodus ! L’histoire du retour des Rastafariens en Ethiopie, Giulia Bonacci (L’Harmattan, 2010)
  • Écoutez nos défaites, Laurent Gaudé (Actes Sud, 2016)
  • Récits romanesques :
  • Le roi fantôme, Maaza Mengiste (L’Olivier, 2022)
  • Hiver africain (1903-1966), Evelyn Waugh (Quai Voltaire, 1991)
  • Le Négus, Ryszard Kapuściński (Flammarion, 1984)

Avec les lectures de Écoutez nos défaites de Laurent Gaudé (Actes Sud)

Haïlé Sélassié (1892-1975) lors d'une conférence de presse au palais Ménélik à Addis-Abeba (Éthiopie, 03.11.1974)
Haïlé Sélassié (1892-1975) lors d’une conférence de presse au palais Ménélik à Addis-Abeba (Éthiopie, 03.11.1974) © Getty – Photo by Michele LAURENT/Gamma-Rapho via Getty Images

Musique

Serge Gainsbourg, Negus Negast – Bob Marley, Concrete jungle – Arat Kilo, Enie konjo – Hymne à la Mère de Dieu lors de la messe du 17 aout 1989 par le Chœur de la Cathédrale de Kidana-Mehret – Emahoy Tsege Mariam Gebru, Farewell Eve – Hymne national d’Éthiopie par La Musique Militaire de la Garde Impériale – Haile Selassie’s 80th birthday celebration : Borana tribe – Era fascista, Faccetta nera – The Souljazz Orchestra, Negus negast – Arat Kilo, Minew jal intro – Gloire à Haïlé Séllasié 1er par La Musique de la Garde Impériale – Compro Oro, Greetings From The Colony – Kolonel Djafaar, Recording 68′ – STILL, Haile selassie is the micro-chip – Arat Kilo, Masarat 52” et Zar (version 3) – Bob Marley, Selassie is the Chapel – Bob Marley, War – Arat Kilo, Zar (version_2) – Sinead O’connor, Jah Nuh Dead – Phillys Dillon, Picture on the wall.

Générique

Un documentaire de Élodie Maillot, réalisé par David Jacubowiez. Prises de son, Raymond Albouy, Ollivia Branger, Jean-François Salle et Thimotée Hubert. Mixage, Eric Boisset. Coordination, Anaïs Kien. Archives Ina, Marie Chauveau. Attachée de production et page web, Sylvia Favre-Steyaert.

Les personnes migrantes attendent et attendent à la préfecture de Nice

Présentation d’un mémoire de recherche du master Migration Studies – Université Côte d’Azur avec la collaboration de 2 étudiants de 3e année de licence en sociologie, stagiaires à l’Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes.

Leur analyse critique met en lumière les enjeux et les défis auxquels font face les personnes étrangères engagées dans des démarches administratives. Elle traite des interactions sociales à l’œuvre à la préfecture, ainsi que des dynamiques de pouvoir dans la file d’attente des guichets pour étrangers.

Compte-rendu par Pinar Selek, enseignante-chercheuse à Université Côte d’Azur et coordonnatrice de l’Observatoire, qui a encadré ce travail de recherche et sa restitution à l’Association Habitat & Citoyenneté, à Nice, le 20 juin 2023 :

Intervention de nos étudiant.es à l’Association Habitat & Citoyenneté : Les personnes migrantes attendent et attendent à la préfecture de Nice

Nous sommes très heureuses et heureux de vous informer que nous avons terminé avec un grand succès une nouvelle expérience de stage au sein de l’Observatoire des Migrations 06 : faire travailler ensemble les étudiant.es de différents niveaux d’études pour qu’ils-elles répondent mutuellement à leurs besoins respectifs.

Deux étudiants de L3 Sociologie, Saleh Freddy Ramazani, Cheikh Seye ont fait une enquête de terrain qualitative, qui consistait à l’observation directe et participante, dans le cadre de la recherche sur les files d’attente devant la préfecture, de Mathilde Demuro en M1 Migrations Studies, qui leur a guidé dans cette démarche en partageant ses connaissances méthodologiques.  Le mardi 20 juin, ces trois étudiant.es ont restitué les résultats de cette recherche, à l’Association Habitat & Citoyenneté,  aux acteurs du terrains, spécialistes de la question.

Quatre points importants :

  • La salle était comble
  • Les trois interventions étaient passionnantes
  • Les échanges et le débat qui ont suivi les interventions étaient très intéressantes.
  • Les acteurs de terrains attendent la publication du mémoire ou d’un rapport de cette recherche sur le site de l’Observatoire.

Merci à toutes les personnes qui ont contribué à cette expérience. Merci surtout à l’EUR Odyssée.

Le tourisme en Outre-mer : le paradis, vraiment ?

Participation de Jean-Christophe Gay, géographe, professeur Université Côte d’Azur, membre de l’Urmis, dans l’émission Géographie à la carte, France-Culture, jeudi 5 janvier 2023.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/geographie-a-la-carte/le-tourisme-en-outre-mer-le-paradis-vraiment-8744827

Pourquoi le tourisme dans les îles de la France d’outre-mer demeure-t-il si confidentiel ? Quels critères doivent-ils être remplis pour qu’une île devienne une destination touristique ?

Avec

  • Jean-Christophe Gay Agrégé de géographie, professeur des universités à l’IAE de Nice (université Côte d’Azur).

La carte du territoire

Carte de la fréquentation touristique dans l'espace Caraïbe
Carte de la fréquentation touristique dans l’espace Caraïbe – Jean-Christophe Gay

Si vous tapez le mot « vacances » dans votre messagerie téléphonique, il y a de grandes chances pour que votre smartphone vous propose instantanément une image paradisiaque d’île et de palmiers, même si vous aviez en tête de partir à la montagne. Car l’idée des vacances semble irrémédiablement associée à un imaginaire insulaire et tropical.

Or, et c’est paradoxal, car les clichés liés à cet imaginaire leur sont associés, les îles de la France d’outre-mer restent peu fréquentés par les touristes…

La Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, la Réunion, la Nouvelle Calédonie, au large de l’Australie, la Polynésie française dans l’océan Pacifique, Wallis et Futuna dans le pacifique également, Mayotte au large de Madagascar, ou encore les îles Kerguelen : en tout, ce sont 2 760 000 habitants qui y résident sur 13 entités. Qu’ont-elles en partage ?

Peut-être est-ce le sentiment de proximité et d’éloignement qu’il faut avoir à l’esprit lorsqu’on étudie ces territoires. Si Tahiti, la Réunion, la Nouvelle Calédonie sont très différents et distants les uns des autres, ils ont en commun l’insularité, l’éloignement géographique de la métropole, de se situer presque tous en zone tropicales ou équatoriales (si l’on excepte les terres australes antarctiques et Saint-Pierre-et-Miquelon), et aussi d’être soumis à de forts aléas climatiques (cyclones, volcanisme, tremblements de terre).

A l’exception de Bora-Bora et de Saint Barthélémy, pourquoi les voisins étrangers, tel Cuba, Saint-Domingue ou la Jamaïque, exercent- ils une plus forte attractivité que les territoires français ? Sur quoi repose leur vulnérabilité ? Face au tourisme de masse, à la perte d’identité traditionnelle qu’il engendre et à son impact environnemental, le sous-tourisme ne serait-il pas un atout ?

Pour en parler, Matthieu Garrigou Lagrange reçoit Jean-Christophe Gay, géographe, directeur scientifique de l’Institut du tourisme Côte d’Azur (ITCA) et co-directeur du master Management de l’Hôtellerie Internationale (Université Nice Côte d’Azur).Il a co-dirigé, avec Philippe Violier, Philippe Duhamel et  Véronique Mondou  Le tourisme en France Volume 1, Approche globale et Le tourisme en France Volume 2, Approche régionale (Iste éditions). Il a par ailleurs publié La France d’outre-mer : terres éparses, sociétés vivantes aux éditions Armand Colin.

Retrouvez la carte du territoire dès le mardi sur @Mgarrigou