Retours sur la Journée ” Que fait la loi immigration à l’Université? Informations, Analyses, Ressources” (Introduction)

9-17h Campus des Grands Moulins, Université Paris Cité

Synthèse des échanges

La synthèse des différentes tables rondes de cette journée s’est notamment basée sur les comptes-rendus rédigés par les étudiant-e-s de 1re année de la Licence de sociologie de l’Université Paris Cité, dans le cadre de leur participation à l’UE « Migrations, Ethnicité, Racisme » assurée par Cyprien Meslet et Aude Rabaud.

Merci à: Antoine Fares Ajard, Maret Alkhastova, Manuela Alvarez Zapata, Ayline Aouam, Anissa Arrhioui, Halimata Ba, Maena Bardou, Yuki Caliterna, Giulia Caravello, Lalie Cartier, Sabrina Chauvin, Manon Chevallier, Paul Chevallier Clinchamp, Sokona Cisse, Ambre Cretet Massarut, Marion Da Silva, Lucas Datil, Mariama Diawara, Harouna Diawara, Nina Dupuits, Abir El Toukhy, Noe Faglin, Mbaye Fall, Ines Fellah, Akossiwa Folly, Lola Gautho, Anna Gazel, Midori Goly, Mariana Goncalves, Cylia Gorce Toxe, Lina Hadri, Mahmoud Massoundi Halifa, Elisa Hebert, Stephane Ivanyuk, Kenza Kadi, Meriem Kouka, Orora Kuqi, Monica Alejandra Kuri Gonzalez, Pauline Lassalle, Manon Le Beller, Zoe Le Janel, Clementine Lenfle, Irene Lin, Matey Madina Magassa, Melissa Marin, Juliette Maupertuis Molinier, Morgane Michel, Mamadou Mbaye, Ilse Mohan, Anna Parque, Julia eParys, Shalina Paulat, Aviva Pimbe, Anna Piovesan, Lorine Posenel, Gaia Roncaglia, Lisa Lou Rougerie, Mamadou Sarr, Elona Sasso Ferreira, Justine Seago, Yume Seggaa, Baptiste Sepiol Duchemin, Patricia Uzan, Patricia Uzan, Mollie Wehl, Sarah Zahraoui.

Introduction du Comité d’organisation : Delphin M’BOH, Estelle MIRAMOND, Louise VIROLE

Bonjour et bienvenue à tous·tes dans cette journée “Que fait la loi immigration à l’Université? Informations, Analyses, Ressources”. Le 19 décembre 2023 a été voté un projet de loi pour « contrôler l’immigration, améliorer l’intégration », également connu sous le nom de “loi immigration”, ou “loi Darmanin”, et largement plébiscitée par l’extrême droite. Marquant un durcissement nationaliste et xénophobe particulièrement inquiétant,  cette loi condense de graves attaques contre les droits des étranger·es en France, mais aussi contre les personnes binationales. Elle ne manquera pas d’affecter les personnels étranger·es qui travaillent dans les universités françaises, les étudiant·es internationaux/les déjà inscrit·es à l’université et toutes celles et ceux qui souhaiteraient venir étudier en France. A l’échelle du pays, cette loi entérine un climat de stigmatisation et de panique morale autour de l’immigration et de racisme, dans un contexte où la situation est déjà préoccupante pour les étudiant·es étranger·es dont les préfectures refusent de plus en plus l’octroi ou le renouvellement de leurs titre de séjour.

Le conseil constitutionnel va donner son avis demain : l’objectif de cette journée est de présenter une photographie complète de la gravité des lois qui tentent d’être promulguées en France aujourd’hui afin de prendre la mesure de leur gravité et des moyens engagés pour y résister. Nous remercions nos invité·es juristes spécialistes qui vont décrypter de manière détaillée l’ensemble de cette loi ce matin.

Cette journée résulte de la volonté exprimée de tous·tes les enseignant·es réunis en conseil du département des sciences sociales de l’IHSS le 22 décembre 2023. Le constat était partagé par tous·tes : en tant qu’enseignant·es et chercheur·es, il nous semble fondamental d’agir à notre niveau à la fois pour informer sur les effets de cette loi à l’université, pour donner des éléments d’analyse et de contextualisation de cette loi et enfin pour rendre visible les ressources et outils qui existent pour soutenir les étudiant·es et collègues étranger·es.

Lors de ce conseil de département, la décision a été prise à l’unanimité d’organiser une journée dédiée à cette loi et nous avons voté une motion pour banaliser les cours de tout le département ce jour-là. Un comité d’organisation de cette journée s’est constitué, composé de Delphin M’Boh, Estelle Miramond, Dominique Vidal et Louise VIROLE. D’autres collègues nous ont aussi aidé dans cette tache, nous tenons à remercier notamment Elodie Apart et Vincent Gay pour leur aide. Par ailleurs nous tenons à remercier le laboratoire URMIS qui nous a permis d’imprimer des programmes et des affiches, et le Conseil de département des sciences sociales qui nous a permis d’imprimer des guides pour l’accompagnement des étudiant·es étranger·es qui sont à votre disposition à l’entrée.

Afin d’organiser cette journée nous avons contacté en urgence de nombreuses personnes expertes du sujet ou elles mêmes concernées, qui ont répondu présent·es, merci à elles. Nous avons donc de nombreuses interventions aujourd’hui, organisées en 3 tables rondes.

Les tables rondes réunissent des chercheur·es, syndicats, associations, doctorant·es, et étudiant·es. Un programme varié, comprenant des moments d’échanges, permettra d’explorer en profondeur les différents aspects de la loi.  Nous sommes impatient·es de partager ce moment d’échange et de réflexion avec vous. Merci de votre présence et de votre engagement dans cette démarche collective.

Cette journée représente pour nous une occasion exceptionnelle de témoigner un soutien et une solidarité envers les étudiant·es étranger·es, qui font face à un climat de méfiance. En affichant de manière concrète notre engagement, nous exprimons notre désaccord face aux politiques restrictives en vigueur.

De plus, elle offre une opportunité pour approfondir la compréhension juridique de la loi en question ainsi que ses répercussions concrètes. En rassemblant des spécialistes en sciences sociales, des juristes, des professionnel·les de la santé et d’autres acteur·ices, nous aspirons à analyser les implications légales et sociales de ces mesures.

Dans un contexte où cette loi a soulevé une vague de désapprobation au sein des milieux universitaires, il est impératif de souligner l’ampleur de la mobilisation. À titre d’exemple marquant, le président de l’Université Paris Cité, accompagné de ses homologues des universités partenaires, a cosigné un communiqué en date du 17 décembre 2023. Ce document, également soutenu par les présidents d’autres institutions académiques telles que Paris 8, Saclay, Sorbonne Nouvelle, Panthéon Sorbonne, Paris Nord, Nanterre, INALCO, ainsi que par des universités de provinces telles que Aix-Marseille, Nantes, Strasbourg, Lyon 1 et 2, Toulouse et Bordeaux, est accessible sur le site officiel de l’Université Paris Cité. Par ailleurs, des doctorant·es ont également pris la parole à travers des tribunes, parmi lesquelles celle des doctorant·es de l’URMIS (accessible sur le blog de l’URMIS) et des géographes du laboratoire PRODIGE.

Introduction des représentant·es de l’Université Paris Cité 

Trois représentant·es de l’Université Paris Cité prennent la parole pour l’introduction de cette journée. Le président de l’Université Paris Cité a été invité mais n’était malheureusement pas disponible aujourd’hui.

Fabienne Hanique, Directrice du conseil du département des sciences sociales

Fabienne Hanique prend brièvement la la parole pour souhaiter la bienvenue et rappeler le rôle du Conseil du département des sciences sociales de l’IHSS à l’origine de cette journée.

Xavier Sense, Vice-président du conseil d’administration de l’UPC

Xavier SENSE souligne l’impact négatif de cette loi sur les valeurs d’humanisme, d’universalisme et d’ouverture des universités. Il craint que certaines mesures, telles que le dispositif de caution et les droits d’inscription différenciés, hiérarchisent les étudiants étrangers et compromettent l’attractivité de l’enseignement supérieur et de la recherche en France. Xavier Sense estime que la loi ne répond pas aux enjeux contemporains et plaide pour une approche plus adaptée aux transformations mondiales, mettant en avant l’idée d’une hospitalité inconditionnelle plutôt que conditionnelle. Il suggère de s’appuyer sur l’histoire, la citoyenneté, la démocratie et le droit international pour repenser l’accueil des étrangers et favoriser l’innovation et la création de savoir.

Julia Motte-Baumvol, Vice doyenne des relations internationales de la faculté des sciences humaines à l’UPC

Julia MOTTE-BAUMVOL exprime le souhait de renforcer la politique d’internationalisation de l’université malgré les obstacles législatifs. Elle critique la future loi sur l’immigration, soulignant les problèmes liés aux quotas basés sur la nationalité et leur impact sur la mobilité étudiante. Elle estime que la loi est inefficace, dogmatique, et ne correspond ni à l’université ni à la recherche internationale. Les cautions symboliques pour les cartes de séjour sont jugées inutiles, et la loi risque de placer la France en situation de désavantage concurrentiel. L’obligation de justification annuelle des études est critiquée comme arbitraire, créant un climat d’incertitude et de stigmatisation. La majoration des frais d’inscription crée une barrière financière et va à l’encontre du principe d’enseignement public et gratuit en France. La suppression des aides aux étrangers sans emploi accroît leur précarité, affectant particulièrement les jeunes chercheurs étrangers et ternissant l’image et les valeurs de la France.

Suite de la journée: cliquez ici



Citer ce billet
urmis (2024, 2 avril). Retours sur la Journée ” Que fait la loi immigration à l’Université? Informations, Analyses, Ressources” (Introduction). Migrations et altérités. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w55e