Retours sur la Journée ” Que fait la loi immigration à l’Université? Informations, Analyses, Ressources” (Table ronde #2)

Table ronde #2 : Personnels universitaires et étudiant·es étrangè·res : inégalités et discriminations

Animation : Louise VIROLE

L’objectif de la table ronde est d’aborder les inégalités  et discriminations actuellement subies par les étudiant·es et personnel étranger·es, notamment en termes d’accès au travail, au logement, aux études et à la santé.

Christelle HAMEL, Chargée de recherche en sociologie, INED

Christelle HAMEL aborde la question des discriminations spécifiques subies par le personnel étranger dans les universités. Elle s’appuie sur l’enquête ACADISCRI “Inégalités de traitement, conditions d’étude et de travail dans l’enseignement supérieur et la recherche”.  L’enquête a été menée par questionnaire dans six établissements, dont deux, à faible taux de participation, situés dans les DROM TOM. Le taux de participation pour le personnel est de 20%, quant à celui des étudiants est seulement de 6%. Cette enquête s’applique aux personnes vivant en France métropolitaine. Les répondant-es sont séparé-es en trois groupes: les personnes immigrées, les personnes descendant d’immigré-es, et les personnes françaises de naissance sur au moins deux générations.

Il en résulte que dans les universités parisiennes, les personnes immigrées ou issues de l’immigration ont plus souvent un statut de contractuel-les que de fonctionnaire, statut qui n’est pas forcément lié à une faible ancienneté. Ce phénomène est moins présent dans les universités situées en-dehors de la région Ile-de-France, en partie parce que beaucoup ont fait le choix d’externaliser un certain nombre de métiers liés à l’université, les prestataires en question se retrouvant exclus de l’enquête.

Un autre pan du questionnaire traite des conditions de travail et de la reconnaissance de celui-ci à travers plusieurs questions: votre travail est-il plus contrôlé ? y a-t-il un manque de confiance flagrant en votre capacité à effectuer correctement votre travail ? vous assigne-t-on beaucoup à des tâches ingrates ? etc. Il n’en résulte que peu de différences entre les trois catégories, à l’exception des personnes d’origine maghrébine dont le travail est un peu moins reconnu. Cependant, il ressort que les périodes de congés et les horaires assignés aux personnes immigré-es  et descendantes d’immigré·es, surtout d’origine maghrébine, sont souvent peu arrangeants. Leur problèmes personnels (situation familiale, maladie) sont aussi moins pris en considération. Pour ce qui est des propos dévalorisants auxquels doit faire face le personnel étranger, on n’observe peu d’écart entre les personnes issues de l’immigration et la population majoritaire, sauf sur le fait qu’elles voient systématiquement leur nom ou prénom être écorché. Les étudiant-es étranger-es sont pour leur part 10 % à déclarer avoir vécu une situation à caractère raciste difficile à supporter au quotidien au sein de l’université.

Marion TISSIER, MCF en droit public, Université de Bordeaux

Marion TISSIER continue la discussion sur les discriminations subies par les étudiant-es étranger-es. Elle revient sur la mise en place de frais d’inscriptions différenciés pour ces dernier-es par le plan « Bienvenue en France », 15 fois le prix d’inscription. Augmenter le coût des études serait gage de leur qualité, et attirerait ainsi davantage d’étudiant-es internationaux. Les universités françaises résistent comme elles peuvent à cette mesure. Les doctorant-es étranger-es, pour commencer, ont été exonéré-es de ces droits d’inscription au nom de la recherche scientifique. De plus, des clauses permettent aux universités d’exonérer jusqu’à 10 % de leurs étudiant-es, ce que plus de la moitié des universités françaises font. Cependant, au fur et à mesure du temps, la part d’étudiant-es étranger-es dans les universités augmente et peut, dans certains cas, dépasser les 10 %. De plus en plus d’universités appliquent alors les frais d’inscription différenciés. Elles cherchent alors à appliquer des exonérations ciblées sur des critères comme celui de l’excellence, des étudiant-es francophones, originaires de pays à faibles revenus ou de certaines nationalités très représentées dans les universités, créant ainsi une situation d’inégalités entre les étudiant-es étranger-es.

De plus, ces étudiant-es font face à des difficultés spécifiques, à savoir la délivrance parfois tardive de leur visa, un accès problématique au logement puisqu’iels n’ont pas droit à une résidence CROUS dans certaines licences, la prise de notes qui peut s’avérer compliquée, le fait de devoir travailler et une situation juridique précaire. Toutes ces difficultés s’accumulent et créent une situation difficile à vivre.

Zineb EL GHARBI & Rosa-Muriel MESTANZA, Doctorantes en sciences sociales (EHESS / UPC)

Zineb El Gharbi (EHESS) et Rosa-Muriel Mestanza (UPC) racontent être venues faire leurs études en France et sont désormais en doctorat. Engagées dans la défense des droits des étudiant·es étrange·res, elles prennent la parole pour appuyer la nécessité d’organiser la lutte dans un contexte où manquent largement des structures de mobilisation. Elles rappellent le droit de toustes d’exercer son droit politique, et insistent sur le fait que les étudiant-es étranger-es encourent plus de risque que les étudiant-es français-es en se mobilisant.

El Gharbi et Mestanza ont participé à la mobilisation (partiellement victorieuse) contre l’augmentation des frais d’inscription des étudiant·es étranger·es il y a quelques années. Elles ont parlé de la création de l’association « On étudie ici, on reste ici » et elles ont dénoncé le manque d’une institution ou groupe politique qui réunisse tous les étudiants étrangers, qui diffèrent selon leur nationalité, par le fait de faire du militantisme ou pas et qui souffrent d’une grande difficulté à se rencontrer.

Muriel PRUDHOMME, Médecin, Directrice du service de santé étudiante 

Muriel PRUDHOMME intervient sur la santé des étudiant-es étranger-es et la discrimination qu’iels subissent dans l’accès au soin. Globalement, leur état de santé se dégrade, en même temps que leur situation sociale. Elle relève notamment un accroissement des troubles anxio-dépressifs et des psychotraumatismes liés aux violences subies qui concernent en majorité les étudiant-es exilées.  En raison de leur situation souvent précaire, l’accès au soin (et au droit) leur est plus compliqué. M. Prudhomme travaille au service de santé étudiante, qui est un service essentiellement financé par l’Université et qui est gratuit.

Elle bascule ensuite sur l’Aide Médicale d’État et sa possible suppression, en soulignant qu’il s’agit d’une aide très peu coûteuse pour l’assurance maladie (1,2 milliards en France, c’est-à-dire 0,4 % de l’ensemble des dépenses assurance maladie) et dont très peu d’étranger-es bénéficient réellement.

Solana RAMADAN, Myriam HAKEM, Abdoul WAHAB CISSE

Cette table ronde se termine sur l’intervention de Solana Ramadan, membre de l’Union des Étudiants Exilés, Myriam Hakem, membre du Syndicat Ecume et Abdoul Wahab Cisse, membre de Réseau Université Sans Frontières.

Solana Ramadan témoigne d’une déception générale de la part des étudiants étrangers, dont le parcours universitaire devient impossible à cause des frais à payer, et l’impossibilité de demander des bourses pour le logement. Elle a décrit cette situation comme « une manière indirecte de dire que c’est ok de ne pas être éduqué ». Myriam Hakem, représentante du Syndicat étudiant Écume a souligné le stress que subissent les étudiants étrangers, qui ne peuvent même pas tomber malades parce qu’ils n’ont pas la possibilité de se soigner.

Les intervenant·es soulignent que la reconnaissance des diplômes étrangers en France coûte 90€ par diplôme, auxquels s’ajoutent les frais d’inscription à l’université mentionnés plus tôt. Sans papiers, le financement des études s’avère extrêmement compliqué pour les étudiant-es. Ce problème du financement est largement présent, et les étudiant-es étranger-es font face à un manque flagrant de solutions, à une chaîne de difficultés qui a pour point de départ l’obtention d’un titre de séjour.

Abdoul Wahab Cisse expose les problèmes liés aux titres de séjour, notamment les retards, la perte des dossiers et le manque de réponse de la préfecture. Il a critiqué la digitalisation du processus et a dénoncé la précarisation résultante des étudiants étrangers.

Les étudiants exilés rencontrent des difficultés pour renouveler leur titre de séjour, ce qui entraîne des difficultés pour se trouver un job, se nourrir et finalement se trouver un logement. Le réseau universitaire est là pour accompagner les étudiants dans leur démarche de renouvellement de titre de séjour. Compte tenu du fait que,  la préfecture néglige souvent le renouvellement des titres de séjour des étudiants, et il existe un manque d’accompagnement pour les étudiants étrangers et doctorants.

La table s’est conclue par des anecdotes personnelles, des témoignages et des réflexions sur les difficultés rencontrées par les étudiants étrangers et le personnel universitaire, soulignant la nécessité de lutter contre les discriminations et les inégalités dans le contexte universitaire.

Echanges avec la salle

Les représentantes de la CGT personnel (Emilie Radjai et Sandra Lafon) et des membres des études chinoises de l’Université Paris Cité (Béatrice Laridon, responsable des études chinoises de l’UFR LCIAO) qui sont dans la salle prennent la parole.

Suite de la journée, cliquez ici


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
urmis (2 avril 2024). Retours sur la Journée ” Que fait la loi immigration à l’Université? Informations, Analyses, Ressources” (Table ronde #2). Migrations et altérités. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w55c