Retours sur la Journée ” Que fait la loi immigration à l’Université? Informations, Analyses, Ressources” (Table ronde #3)

Table ronde #3 : Ressources, outils et perspectives

Animation : Delphin M’BOH

La troisième table ronde s’est tenue dans le cadre d’un engagement à identifier et à discuter des ressources et des perspectives qui pourraient être partagées avec les enseignant.e.s, le personnel et les étudiant·es afin de contrer les effets de cette loi. Elle se distingue comme un espace privilégié pour l’analyse approfondie et la discussion des ressources, des outils et des perspectives dans la lutte contre les répercussions de la législation sur l’immigration au sein de l’université. Dans ce contexte, il paraissait opportun de rappeler l’existence d’une ressource de première importance destinée aux étudiants étrangers, à savoir le guide élaboré par le GISTI. Cet ouvrage constitue une référence offrant conseils et repères aux étudiants, qu’ils soient en situation régulière ou irrégulière. Fruit d’une collaboration, ce guide est désormais disponible en format papier, fourni par le département des sciences sociales, tout en étant accessible en ligne.

La question initiale posée lors de cette table ronde invitait les intervenant·es à dresser un état des lieux des constats relevés par leurs organisations respectives quant à la situation actuelle. Dans la foulée, il était utile de mettre en avant les outils ainsi que les espaces qui ont été développés afin de soutenir le personnel enseignant, les étudiantes et étudiants étrangers en situation de précarité, confrontés à des obstacles dans leur accès aux études, à l’enseignement et à l’emploi, notamment au sein de l’université.

Claire FAVE, Référente égalité, diversité et inclusion du collège des écoles doctorales de l’UPC

Claire FAVE occupe le poste de référente en matière d’égalité, de diversité et d’inclusion au sein du collège des écoles doctorales de l’Université Paris Cité. Sa mission s’inscrit dans la lutte contre toute forme de violences et de discriminations susceptibles de survenir au sein de l’institution académique. Son action s’articule autour de plusieurs axes stratégiques, englobant la prévention, le signalement, la formation, ainsi que la recherche et l’évaluation.

Elle s’investit activement dans la sensibilisation de la communauté universitaire à travers la mise en place de séances dédiées. Ces interventions ont pour but d’éclairer les membres de l’université sur les différentes manifestations de violences et de discriminations, tout en leur fournissant des outils adéquats pour les identifier et les combattre.

En parallèle de cette action préventive, C. FAVE accorde une importance au signalement des actes de violence. Elle encourage les étudiant·es, les enseignant·es et le personnel administratif à dénoncer tout comportement inapproprié ou toute situation de discrimination dont ils et elles pourraient être témoins ou victimes. Ce processus de signalement est une étape essentielle dans la lutte contre les injustices et les violences au sein de l’institution académique, permettant ainsi de mettre en place des mesures correctives adaptées.

De plus, C. FAVE initie des programmes de formation destinés à sensibiliser les membres de la communauté universitaire aux enjeux de l’égalité et de la diversité. Ces formations, intégrées dans les Unités d’Enseignement (UE), visent à doter les étudiant·es et le personnel des connaissances nécessaires pour favoriser un environnement inclusif et respectueux de la diversité.

Enfin, l’action de C. FAVE s’étend également à la sphère de la recherche et de l’évaluation. Elle participe activement à la collecte de données et à l’analyse des tendances en matière de violences et de discriminations au sein de l’université. Cette démarche permet d’évaluer l’efficacité des politiques et des actions mises en place, tout en identifiant les domaines nécessitant une intervention supplémentaire.

Fanélie CARREY-CONTE, Secrétaire générale de la CIMADE

Lors de cette séance, Fanélie Carrey-Conte, exerçant en qualité de Secrétaire Générale de la CIMADE, a présenté les multiples initiatives de l’organisation en faveur des étudiant·es étranger·es. Elle a mis en avant leur engagement à faciliter l’accès à la justice pour ces individus, ainsi que leur assistance dans les procédures d’asile. Les permanences mises en œuvre par la CIMADE visent à offrir un soutien concret à une diversité de personnes, incluant notamment l’accompagnement dans l’apprentissage de la langue française pour les étudiant·es dépourvus de titre de séjour.

F. Carrrey-Conte révèle que les actions de la CIMADE ne se limitent pas à des interventions individuelles, mais englobent également la lutte contre les préjugés et les stigmatisations à l’égard des migrant·es. Leur implication dans les Centres de Rétention Administrative (CRA) ainsi que leur proposition d’alternatives aux politiques migratoires attestent d’une approche globale et engagée en faveur de la défense des droits des personnes étrangères.

Cependant, elle souligne les obstacles rencontrés par son organisation, notamment les difficultés d’accès aux préfectures. Cette réalité administrative complexe entrave les efforts déployés pour soutenir pleinement les étudiant·es étranger·es dans leurs démarches légales et administratives.

Mylène STAMBOULI, Ligue des Droits de l’Homme Paris 

Dans sa présentation, Mylène Stambouli, représentante de la Ligue des Droits de l’Homme à Paris, aborde les répercussions de la législation sur l’immigration dans le contexte universitaire. Elle soulève l’existence déjà en place d’un dispositif de contrôle rigoureux concernant la vérification des études pour les étudiant·es étranger·es, tout en rappelant la restriction les limitant à un seul redoublement. Cependant, elle exprime des inquiétudes quant à une détérioration potentielle de leur situation dans le cadre de cette nouvelle loi.

Face à cette conjoncture préoccupante, M. Stambouli propose une série de stratégies de résistance et de mobilisation. Elle évoque notamment la mise en œuvre d’ateliers de sensibilisation visant à informer et à éduquer les acteurs universitaires sur les enjeux complexes de l’immigration. De plus, elle souligne l’importance de saisir le Conseil constitutionnel afin de contester la constitutionnalité de certaines dispositions de la loi. Dans cette perspective, elle met en lumière le rôle essentiel des délégations envoyées auprès des parlementaires pour les sensibiliser et les inciter à voter contre cette législation controversée.

Par ailleurs, elle met en avant la nécessité de combattre vigoureusement les discours et les pratiques fondés sur une logique de division, symbolisée par le motif “eux contre nous”, qui alimente les tensions identitaires et racistes. Elle plaide en faveur d’une solidarité renforcée et d’une approche inclusive, favorisant la reconnaissance et le respect de la diversité culturelle au sein de l’université. Elle souligne l’importance d’une action collective et déterminée pour protéger les droits et la dignité des étudiants étrangers. 

Jeanne GERARD-RAIMBEAU, Union des Étudiants Exilés

Jeanne Gérard-Raimbeau, représentante de l’Union des Étudiants Exilés, a pris la parole afin de détailler les actions et les engagements de son organisation. Son intervention a permis de comprendre l’engagement de l’Union des Étudiants Exilés envers les étudiant·es en situation d’exil, en fournissant un soutien tout au long de leur parcours académique, créant un pont un pont entre les étudiant·es exilé·es et les institutions universitaires.

L’UEE met en place des permanences accessibles à tous les exilé·es. Son intervention a souligné le rôle de l’Union des Étudiants Exilés dans la promotion de l’égalité des chances et de l’accès à l’éducation pour tous. Son discours a réaffirmé l’engagement de cette organisation envers la justice sociale et la dignité humaine.

Viviana ESPITIA-PERDOMO, Réseau Université Sans Frontières

Lors de son intervention, Viviana Espitia-Perdomo a éclairé l’assemblée sur les activités et les défis auxquels le Réseau Université Sans Frontières (RUSF) fait face. Cette organisation, engagée dans le soutien des étudiant·es sans papiers à travers des permanences organisées au sein des universités, se trouve confrontée à des difficultés majeures résultant de l’intervention des préfectures et des forces de l’ordre.

V. Espitia-Perdomo a évoqué l’impératif d’un accès à une assistance juridique qualifiée pour les étudiant·es sans papiers, soulignant que les interactions avec les préfectures et les autorités policières placent souvent ces individus dans des situations complexes et délicates, nécessitant une présence spécialisée pour garantir leurs droits et leur sécurité.

Une des préoccupations  qu’elle a soulevé concerne le rôle des préfectures dans ce qu’elle qualifie de “fabrication” d’étudiant·es sans papiers. Elle a ainsi dénoncé une stratégie politique visant à rendre ces individus responsables de leur situation administrative, ce qui contribue selon elle à une institutionnalisation du racisme.

Face à ces contraintes, V. Espitia-Perdomo exhorte  l’assemblée à développer des alliances avec des professionnel·les du droit et d’investir dans l’autoformation et la formation continue en collaboration avec d’autres organisations. Ces initiatives visent à renforcer les capacités des membres du RUSF à contourner les obstacles juridiques et administratifs rencontrés dans leur lutte pour les droits des étudiant·es sans papiers.

Cependant, elle a également souligné que les mobilisations et les actions de protestation se heurtent souvent à des obstacles tangibles, en raison des conditions matérielles précaires dans lesquelles elles se déroulent. Ainsi, elle a insisté sur la nécessité de lutter contre l’isolement et de créer des espaces de solidarité pour renforcer la résilience et l’efficacité des mouvements de soutien aux étudiant·es sans papiers.

Delphin M’Boh: Seconde question à la table ronde : Quelles sont les mobilisations en cours, à l’intérieur mais aussi à l’extérieur de l’université, et les perspectives à construire pour résister à cette loi et aux discriminations que subissent les étranger.e.s sur le sol français ? 

Mariama SIDIBE, Coordination Sans Papiers 75 et Marche des solidarités

Mariama Sidibé, représentante de la Coordination Sans Papiers 75, a pris la parole lors de cet événement pour dénoncer vigoureusement le traitement injuste et discriminatoire infligé aux immigré·es en France. Avec une conviction sans faille, elle a mis en lumière les aspects répressifs d’une législation qui ne cesse de se durcir, s’attaquant ainsi à l’intégrité et à la dignité des individus.

Au cœur de son intervention, M. Sidibé a pointé du doigt une politique gouvernementale marquée par la criminalisation des personnes immigrées, les reléguant ainsi à un statut de parias au sein de la société. Avec une éloquence saisissante, elle a exposé les conséquences dévastatrices de cette approche, soulignant la nécessité impérieuse d’une réaction collective et résolue face à cette oppression systémique.

M. Sidibé a mis en avant le récit poignant du parcours tumultueux d’une femme immigrée en France, mettant en evidence les épreuves et les obstacles qu’elle a dû surmonter pour simplement exister et survivre dans un environnement complexe et discriminatoire. Son témoignage, empreint d’émotion et de vérité, a résonné dans l’assemblée, rappelant à tous l’humanité et la dignité qui sont trop souvent niées aux personnes immigrées.

M. Sidibé a appelé à une mobilisation résolue contre les politiques gouvernementales racistes et discriminatoires. Elle a souligné l’importance de la solidarité et de l’unité dans cette lutte, insistant sur le fait que c’est ensemble, en s’unissant dans une résistance collective, que nous pouvons espérer renverser les injustices et construire un avenir plus juste et égalitaire pour tous.

La prise de parole de M. Sidibé a été un puissant rappel de l’urgence d’agir face à l’oppression et à l’injustice qui sévissent dans nos sociétés. Sa voix, porteuse de courage et de détermination, résonne comme un appel à l’action, invitant chacun et chacune à se dresser contre l’injustice et à œuvrer ensemble pour un monde meilleur, où chaque individu est respecté et traité avec dignité, indépendamment de son origine ou de son statut administratif.

Cybèle DAVID, Solidaires, Unies contre l’immigration jetable (UCIJ)

Lors de cette table ronde, Cybèle David, représentante de l’organisation Solidaires, Unies contre l’immigration jetable (UCIJ), a mis en exergue l’impérieuse nécessité pour les collectifs engagés dans la lutte contre le projet de loi sur l’immigration de s’unir et de coordonner leurs efforts. Selon elle, ce projet législatif s’inscrit dans la lignée d’une conception utilitariste de l’immigration, mais il présente une radicalité accrue qui requiert une mobilisation sans réserve contre l’intégralité de ses dispositions.

C. David a également abordé l’opération Wuambushu, une initiative policière orchestrée par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et déployée à Mayotte depuis avril 2023. Cette opération, caractérisée par des expulsions brutales de personnes en situation irrégulière, suscite son indignation. Elle déplore notamment une prise de conscience tardive quant à la gravité du projet de loi et un manque de réactivité de la part de l’ensemble de la société face à cette situation.

Dans son discours, C. David a clairement exprimé sa préoccupation quant à l’essor de l’extrême droite, dont les idées imprègnent déjà les sphères du pouvoir. En contrepoint, elle a plaidé en faveur d’une politique migratoire empreinte de solidarité, affranchie des impératifs économiques. Pour elle, cela implique la reconnaissance et la garantie des droits fondamentaux des personnes migrantes, notamment la liberté de circulation et d’installation.

Echanges avec la salle :

Au cours des échanges interactifs avec les participants, plusieurs questions ont été posées, portant sur les stratégies à adopter pour libérer de l’espace au sein du CROUS et pour établir des réseaux d’entraide efficaces. De plus, des interrogations ont été soulevées quant aux démarches à entreprendre pour fournir un accompagnement institutionnel adéquat, ainsi que sur la légitimité des actions telles que les occupations et les grèves.

V. Espitia-Perdomo a souligné la nécessité d’organiser des mobilisations au sein même de l’université, tout en encourageant la collaboration avec les collectifs de sans-papiers, afin de mettre en avant les problématiques liées à la précarité étudiante et de faire pression pour obtenir des changements au niveau du CROUS. Elle a insisté sur l’impact positif de ces actions collectives, les considérant comme des leviers essentiels pour faire valoir les droits des étudiant·es les plus vulnérables.

De son côté, J. Gérard-Raimbeau a plaidé en faveur d’une approche axée sur la création de réseaux, mettant en avant l’importance du dialogue, de l’échange d’informations et de la solidarité entre les différentes parties prenantes. Selon elle, la construction de collaborations solides et la mutualisation des ressources sont des éléments clés pour renforcer la résilience des étudiant·es précaires face aux défis rencontrés.

Ces interventions ont éclairé l’assemblée sur la complexité des enjeux liés à la précarité étudiante et ont souligné l’importance d’une approche globale, combinant à la fois l’action directe et la coopération constructive. Elles ont également mis en évidence le potentiel transformateur de l’engagement collectif et de la solidarité dans la quête de solutions durables pour améliorer les conditions de vie et d’études des étudiant·es les plus fragilisé·es.

Conclusion de la journée

La journée s’est conclue par des réflexions sur les mobilisations futures, l’importance de la solidarité et la nécessité de lutter collectivement contre les discriminations et les inégalités.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
urmis (2 avril 2024). Retours sur la Journée ” Que fait la loi immigration à l’Université? Informations, Analyses, Ressources” (Table ronde #3). Migrations et altérités. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w55b