Par quoi l’Université est-elle menacée ?

Jocelyne Streif-Fénart

Suite à la polémique suscitée par les propos du ministre de l'éducation nationale quant à la menace islamo-gauchiste à l'université, Jocelyne Streiff-Fénart, ancienne directrice de l'URMIS, a rédigé un propos qui, bien que n'appartenant qu'à son autrice, reflète la position d'un certain nombre de membres de l'Urmis. Merci à elle !
Swanie Potot, directrice de l'Urmis 

La sortie de Jean Michel Blanquer sur l’islamo-gauchisme à l’université ne tombe pas du ciel. Elle s’inscrit dans une série d’accusations visant en particulier les sciences sociales, venant de l’extérieur ou s’exprimant en leur sein, qui s’emploient à dénoncer leurs « dérives » dans plusieurs directions :

  • réfuter leur travail de compréhension des ressorts sociaux de comportement illicites (par exemple la délinquance, le terrorisme) comme des « excuses » dédouanant leurs auteurs de leur responsabilité. En 2015, Manuel Valls dénonçait les « explications sociologiques ou culturelles des phénomènes de terrorisme ».
  • dénoncer le « déni » de vérités scientifiques « dérangeantes »  qui seraient occultées par l’auto-censure des chercheur.e.s : le poids des cultures familiales sur les comportements délinquants ou la « réalité » des flux migratoires.
  • les accuser de trahir les valeurs de la République (la laïcité, la culture de l’universel) dans les lieux (l’université) et par les acteurs (les enseignants fonctionnaires) qui seraient les premiers chargés de la diffuser. Sont visés notamment les études post-coloniales, les termes d’islamophobie ou de racisme d’Etat, le communautarisme « à l’américaine ».

La déclaration de J. M. Blanquer franchit un pas supplémentaire :  parce qu’elle émane du Ministre de l’Éducation, parce qu’elle met à l’index des universitaires désignés par un terme (islamo-gauchiste) d’abord cantonné aux polémiques dans la sphère politique, parce qu’elle suggère une relation de causalité entre des enseignements et la radicalisation islamiste, parce qu’elle appelle à un contrôle du contenu de l’enseignement.  

Le caractère disruptif de cette déclaration est attesté par le fait qu’au-delà des protestations des enseignants-chercheurs, elle a suscité des réactions de la part des institutions du monde universitaire : la Conférence des Présidents d’Université (CPU), mais aussi la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

La réponse de F. Vidal à J. M. Blanquer est intéressante à double titre : d’une part, contrairement à la consternante tribune « des cent » (https://manifestedes90.wixsite.com/monsite), elle rend manifeste ce qui sépare la pensée scientifique de la rhétorique politico-idéologique. La Ministre y inflige notamment un désaveu cinglant de la stigmatisation du « comprendre », et des idées « importées », requalifiées en « confrontation d’idées » (https://www.lopinion.fr/edition/politique/l-universite-n-est-pas-lieu-d-encouragement-d-expression-fanatisme-227464).

D’autre part, cette affirmation de la transnationalité de la science est de façon paradoxale soutenue par l’affirmation qu’il incombe aux universitaires de transmettre les valeurs de la République :  « C’est à l’université que sont formés nos enseignants et c’est en ce lieu qu’ils reçoivent comme un héritage à transmettre aux plus jeunes, à l’école, les valeurs et les principes de la République : la liberté d’expression naturellement comme la tolérance et le respect qui sont au cœur de notre conception de la laïcité ». On ne s’étonnera guère de cette conception ministérielle du rôle de l’Université qui vient justifier l’amendement au projet de loi de programmation de la recherche (LPR) conditionnant l’exercice des libertés académiques au « respect des valeurs de la République ».

Cette conception nationaliste de l’enseignement universitaire soulève une question qui mérite d’être abordée de front : les universitaires sont-ils investis de la mission de transmettre des valeurs ? de défendre des principes ? de préserver un héritage ? S’agissant en particulier des sciences sociales leur mission consiste à transmettre des connaissances fondées sur des enquêtes et à les faire progresser en les mettant en débat, à forger de nouveaux concepts (dont « racisme d’état », « privilège blanc », « colonialité du pouvoir ») pour rendre compte des évolutions en cours dans les sociétés et à les soumettre à la critique des pairs, y compris sous forme d’oppositions parfois polémiques au sens universitaire de la disputatio.

C’est ce qu’elles font par exemple :

  • En mettant en évidence les discriminations par l’établissement de données statistiques fondées sur l’origine et en ouvrant un débat sur leur potentiel d’essentialisation des catégories ethniques.
  • En renouvelant l’étude du racisme : par l’hypothèse de son caractère systémique soumise à l’épreuve  d’études empiriques sur les institutions comme la police, les organismes de logement ou l’école ; par le développement d’analyses sur les liens entre modernité, esclavage et hiérarchisation raciale.
  • En s’interrogeant sur le poids de l’héritage colonial et en confrontant ses interprétations divergentes, en explicitant les ruptures épistémologiques et leurs limites, comme pour les postcolonial studies et la notion de postcolonial.
  • En débattant sur la prédominance de la position économique (la classe) ou de la différence anthropologique (la race, la culture) dans la hiérarchisation sociale.
  • En mettant en évidence les processus d’assignation  à l’œuvre dans les constructions d’identités (en proposant par exemple de nouveaux termes comme « racisé », « racialisation »), ce qui ne relève pas d’une essentialisation mais du contraire.

Cette mission de production et de transmission des connaissances implique de retracer l’histoire et d’analyser la genèse de notions comme la Nation, la laïcité, l’universalisme, de prendre un recul critique sur leurs fonctions politiques et leurs usages rhétoriques.

Le monde universitaire a ses propres valeurs qui ne demandent pas à être enseignées, encore moins inculquées, mais mises en pratique quotidiennement dans l’exercice du métier d’enseignant-chercheur : la liberté d’expression, la soumission des idées à la critique des pairs, la production de données fondée sur un appareil méthodologique contrôlé, la mise à disposition des connaissances en les soumettant à évaluation dans des supports de publication spécifiques.

Plutôt que de contrôler le contenu des enseignements et les pratiques pédagogiques, ou la rectitude républicaine des analyses des chercheur.e.s, on attend des organismes de tutelle qu’ils garantissent les conditions, matérielles et institutionnelles, permettant de faire vivre ces valeurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.