En Éthiopie, « le gouvernement français devrait œuvrer pour une cessation rapide des hostilités »

Giulia Bonacci, historienne et chercheuse à l’Urmis, fait partie des signataires de cet appel collectif publié dans le journal Le Monde le 25/11/2020.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/11/25/en-ethiopie-le-gouvernement-francais-devrait-uvrer-pour-une-cessation-rapide-des-hostilites_6061068_3212.html

Un collectif de chercheurs, alarmé des « conséquences désastreuses » du conflit en cours au Tigré, lance un appel à la France et à l’Europe.

A Humera, à  la frontière entre l’Ethiopie et l’Erythrée, le 24 novembre 2020.
A Humera, à  la frontière entre l’Éthiopie et l’Érythrée, le 24 novembre 2020. EDUARDO SOTERAS/AFP

Tribune. Depuis le 4 novembre, la région éthiopienne du Tigré connaît une guerre aux conséquences humanitaires désastreuses. En tant que communauté académique française investie dans l’étude de ce pays et de son histoire, attachée à ses sociétés et à ses habitants, nous nous alarmons de la situation et appelons le gouvernement français à œuvrer dans le sens d’une cessation rapide des hostilités.

Le conflit oppose le gouvernement fédéral éthiopien au gouvernement régional du Tigré, dirigé par le Front populaire de libération du Tigré (TPLF). Le blocage complet des communications dans la région rend la récolte d’informations difficile. On sait cependant déjà que la guerre a entraîné plusieurs massacres de civils et que des armes lourdes (artillerie, bombardements) sont utilisées. Lire aussi En Ethiopie, le gouvernement prédit la « phase finale » de l’offensive sur le Tigré

Les villes de Dansha, May Kadra, Humera, Addi Ramets, Alamata, Shire, Aksum et Adigrat ont été prises par l’armée fédérale après d’âpres combats et de lourdes pertes parmi les combattants, et la ville de Makalé, cible de frappes aériennes, est désormais assiégée. Des administrations et des infrastructures comme des centrales électriques ou des ponts ont été détruites, compliquant considérablement la fuite des civils. Ces derniers ne peuvent sortir du pays que par le Soudan, éloigné de plusieurs centaines de kilomètres des hautes terres les plus peuplées. Le 20 novembre, l’ONU chiffrait à plus de 33 000 le nombre de civils éthiopiens ayant fui les combats en se réfugiant au Soudan, après deux semaines de combat.

Médicaments, criquets et liquidités

Alors que la pandémie de coronavirus continuait de s’y déployer, le Tigré et plusieurs régions d’Ehiopie ont fait face ces dernières semaines à une invasion de criquets, menaçant les récoltes. Du fait du conflit politique ouvert avec le gouvernement central, les habitants du Tigré n’ont pas bénéficié d’appui fédéral dans leur lutte contre les criquets. La guerre a commencé au début de la période des récoltes, dans une région dont environ quatre cinquièmes des habitants dépendent de l’agriculture vivrière.

De plus, après l’organisation par le TPLF d’élections régionales contestées en septembre, le gouvernement fédéral a décidé de la suspension des transferts de fonds vers l’administration régionale. Cette suspension comprend le Productive Safety Net Program, une aide alimentaire dont dépendent environ un million d’habitants du Tigré.

INFOGRAPHIE LE MONDE

A Makalé et dans les villes du Tigré, les banques ont été fermées, puis les retraits soumis à un plafond de 2000 birrs (45 euros), entraînant de fait un manque de liquidités. Les villes manquent de médicaments de base, d’essence et le prix des denrées alimentaires a fortement augmenté.

La guerre ne réglera ni les oppositions entre les différents partis politiques, ni les fractures au sein des élites éthiopiennes. Les civils font face aux conséquences désastreuses d’un conflit qui menace de s’étendre aux autres régions d’Ethiopie et aux pays voisins.

Nous appelons le gouvernement français et l’Union européenne à prendre position en faveur d’une cessation rapide des hostilités et à œuvrer en ce sens.

SIGNATAIRES : David Ambrosetti, politiste, CNRS, LAM/Sciences Po Bordeaux ; Martina Ambu, doctorante en histoire, Collège de France ; Stéphane Ancel, historien, chargé de recherche au Centre d’études en sciences sociales du religieux, CNRS, Paris ; Vincent Ard, préhistorien, chargé de recherche au CNRS, Toulouse ; Jean-Nicolas Bach, politiste ; Anne Benoist, archéologue, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon ; Guillaume Blanc, historien, maître de conférences à l’université Rennes 2 ; Ninon Blond, géographe, ENS, Lyon ; Giulia Bonacci, historienne, chargée de recherche à l’IRD, université Côte d’Azur ; Jean-François Breton, archéologue, CNRS ; Claire BoscTiessé, historienne de l’art, conseillère scientifique à l’INHA, chargée de recherche au CNRS, Paris ; Jessie Cauliez, préhistorienne, chargée de recherche au CNRS, Toulouse ; Amélie Chekroun, historienne, chargée de recherche au CNRS, Aix-en-Provence ; Isabelle Crevecœur, paléoanthropologue, chargée de recherche CNRS, université de Bordeaux ; Anne Damon-Guillot, ethnomusicologue, professeure d’université, UJM, Saint-Etienne ; Anne Delagnes, préhistorienne ; Marie-Laure Derat, historienne, directrice de recherche au CNRS, Orient et Méditerranée, Paris ; Cécile Doubre, géophysicienne, université de Strasbourg ; Elise Dufief, politiste et coopération internationale ; Samir El Ouaamari, agronome et géographe, maître de conférences, Agroparistech ; François Enten, anthropologue ; Eloi Ficquet, anthropologue et historien, EHESS ; Karen Fontijn, volcanologue, Université libre de Bruxelles (Belgique) ; Emmanuel Fritsch, chercheur indépendant ; Marzia Gabriele, archéologue ; Iwona Gajda, historienne, épigraphiste, CNRS, Orient et Méditerranée, Paris ; Jean-François Girard, géophysicien, professeur, université de Strasbourg ; Yves Gleize, archéologue, Orient et Méditerranée, Paris ; Anne-Lise Goujon, archéologue ; Raphaël Grandin, géophysicien, maître de conférences, Institut de physique du Globe de Paris ; Pierre Guidi, historien, CEPED, IRD ; Thomas Guindeuil, historien, chercheur associé à l’IMAF ; Chloé Josse-Durand, politiste, IFRA, Nairobi (Kenya) ; Makéda Ketcham, réalisatrice de films documentaires ; Lamya Khalidi, préhistorienne, archéologue, chargée de recherche au CNRS, Nice ; Mehdi Labzaé, sociologue ; Anaïs Lamesa, archéologue ; René Lefort, chercheur indépendant ; Alice Leplongeon, préhistorienne ; Julien Loiseau, historien, professeur des universités, Aix-Marseille ; Roland Marchal, chercheur CNRS/Sciences Po, Paris ; Sigrid Mirabaud, conservatrice en chef du patrimoine, INHA, Paris ; Yanis Mokri, doctorant en histoire à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne ; Carlo Mologni, géomorphologue, CNRS, université Sophia Antipolis ; Clélie Nallet, chargée de recherches en sciences sociales ; Clive Oppenheimer, volcanologue, Cambridge (Royaume-Uni) ; Hervé Pennec, historien, chargé de recherche au CNRS, IMAF ; Raphaël Pik, géologue, directeur de recherche au CNRS, CRPG, Nancy ; Pierluigi Piovanelli, historien, directeur d’études sciences religieuses, Laboratoire d’études sur les monothéismes, EPHE, PSL, Paris ; Sabine Planel, géographie politique, chargée de recherche IRD, IMAF ; Sandrine Prat, préhistorienne, paléoanthropologue, directrice de recherche au CNRS, Paris ; Gérard Prunier, historien et politologue ; Jérémie Schiettecatte, archéologue, chargé de recherche au CNRS, Orient et Méditerranée ; Wolbert Smidt, ethnohistorien ; Anne Socquet, géophysicienne, physicienne du CNAP, université de Grenoble ; Estelle Sohier, maître d’enseignement et de recherche, université de Genève (Suisse) ; Céline Vidal, volcanologue, université de Cambridge (Royaume-Uni) ; Emmanuelle Vila, archéozoologue, chargée de recherches au CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon ; Anaïs Wion, historienne, chargée de recherche au CNRS, Institut des mondes africains.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.