L’héritage de Donald Trump dans la politique migratoire mexicaine

Un article de Maria Dolores PARIS POMBO, Chercheuse, Département d’Études culturelles, El Colef (Tijuana, Mexique), publié le 20 janvier 2021 sur la page de El Colef : https://www.colef.mx/estudiosdeelcolef/el-legado-de-donald-trump-en-la-politica-migratoria-mexicana

Depuis des décennies, on peut observer l’influence du gouvernement étatsunien sur la politique migratoire mexicaine. Les opérations destinées à contenir les flux migratoires au Mexique ont été réalisées à des moments-clés des négociations entre les deux gouvernements, qu’elles soient migratoires ou commerciales. L’une a été lancée en 1993 au moment de la fondation de l’Institut National de Migration quelques mois avant l’entrée en vigueur du Traité de Libre Commerce d’Amérique du Nord (TLCAN). En 2001, au moment où le gouvernement de Vicente Fox négociait un accord migratoire avec celui de Georges W Bush, le Mexique a mis en route le Plan Sud et établit plusieurs ceintures de contention des migrants près de la frontière avec le Guatemala. A l’été 2014, quand le président Barack Obama a déclaré une crise humanitaire à la suite de l’arrivée massive d’enfants et d’adolescents non accompagnés, son vice-président, Joseph Biden, s’est rendu au Mexique pour négocier des mesures de contention de la  migration centraméricaine. Deux jours plus tard, le président Enrique Peña Nieto annonçait la mise en route du Plan Intégral pour la Frontière Sud. Avec une stratégie très similaire à celle du Plan Sud (2001-2003), ce programme consistait à établir les mêmes ceintures de sécurité entre l’Isthme de Tehuantepec, au sud du pays, et la frontière avec le Guatemala, et à déclencher de multiples opérations destinées à faire descendre les migrants centraméricains des trains de marchandises.

Mais au cours des dernières années, à travers plusieurs accords entre les gouvernements de Donald Trump et de Andrés Manuel López Obrador, nous avons assisté à des changements qui représentent une inflexion dans la politique migratoire et qui auront des effets durables dans toute la région.

1) En décembre 2018, pour la première fois de son histoire et en violant ses propres lois, le Mexique a accepté de recevoir sur son territoire des personnes ayant entamé des démarches d’immigration et de demande d’asile dans des tribunaux étatsuniens. Cette politique, connue sous le nom de “Reste au Mexique”, et officiellement appelée Protocoles de Protection du Migrant, a entraîné, en deux ans, le renvoi de près de 70 000 demandeurs d’asile non mexicains au Mexique.  En d’autres termes, nous pouvons affirmer que le territoire mexicain s’est transformé en une gigantesque salle d’attente où les personnes étrangères particulièrement vulnérables et supposées protégées par le droit international sur le statut des réfugiés, ont été contraintes de s’établir dans le pays voisin pendant les mois ou les années qu’a duré leur processus d’immigration ou d’asile. La plupart d’entre elles ont vécu sans aide d’aucun des deux gouvernements, dans des conditions extrêmement précaires et soumises à de multiples violations de leurs droits. Avec la crise sanitaire et la fermeture partielle de la frontière terrestre, leurs procès migratoires aux États-Unis ont été repoussés indéfiniment, tout comme leur séjour au Mexique.

2) La militarisation du contrôle migratoire au Mexique avec la participation de la Garde Nationale, composée principalement de membres de l’armée, est un autre changement fondamental. Elle s’est produite en réponse immédiate à Donald Trump, en mai 2019, qui a menacé d’augmenter progressivement les droits de douane de 5 % à 25 % sur tous les produits tant que le problème de l’’immigration clandestine ne serait pas résolu. Le gouvernement mexicain lui a répondu en réalisant des changements législatifs et institutionnels avec une rapidité surprenante pour mobiliser, en moins d’un mois, près de 6000 membres de la toute nouvelle Garde Nationale sur la frontière sud et 15000 autres sur la frontière nord. 

3) Avec le confinement sanitaire dû à la pandémie du COVID-19 et la fermeture partielle des frontières terrestres décrétée par les Etats-Unis le 20 mars 2020, le gouvernement américain a ordonné à la Patrouille Frontalière de renvoyer vers les pays limitrophes (Mexique et Canada), de manière expéditive, toute personne qui passerait la frontière de manière irrégulière.  Dans une note de presse, le Ministère des Affaires Etrangères (Secretaría de Relaciones Exteriores) a accepté que des migrants étrangers soient renvoyés au Mexique. De mars à décembre 2020, la Patrouille Frontalière a expulsé vers le Mexique 380 000 migrants, sans vérifier leur nationalité et de manière expéditive.

« Prototipo de muro », 2018, Alfonso Caraveo

4) La fermeture partielle de la frontière terrestre d’une durée de 9 mois, n’a pas non plus d’équivalent dans l’histoire de la région ; cela crée un précédent non seulement en matière migratoire mais aussi pour un large éventail de domaines concernant la population qui vit dans la région frontalière. Bien que les gouvernements aient interdit « les passages non essentiels de la frontière » à cause de l’urgence sanitaire, en fait, la fermeture partielle n’a été effective que du sud vers le nord : l’Institut National de Migration mexicain n’a pas contrôlé la circulation des véhicules vers le Mexique, de sorte que tous les passages du nord vers le sud ont continué à se faire sans entrave, que ce soit pour les affaires, les études, les loisirs, le tourisme, la santé ou tout autre objectif. 

Le gouvernement du Mouvement de Régénération Nationale (Movimiento de Regeneración Nacional (MORENA) est arrivé au pouvoir en décembre 2018 avec la promesse d’un changement de régime et d’une grande transformation de tous les domaines de l’Etat, y compris la politique migratoire. Les nouveaux gouvernants ont déclaré que contrairement à leurs prédécesseurs, ils mèneraient une politique régie par les principes des droits humains et du développement. A peu de temps de là, le gouvernement de Donald Trump les a forcés à prendre une toute autre voie.

« Prototipo de muro », 2018, Alfonso Caraveo

L’arrivée de Joseph Biden semble augurer des politiques et des lois bien plus favorables aux immigrants et aux demandeurs d’asile. Les déclarations récentes de Andrés Manuel López Obrador après sa première conversation téléphonique avec le nouveau président étasunien sont étonnamment semblables aux discours qui prévalaient au début de son gouvernement : on parle de nouveau de stimuler le développement au Mexique et en Amérique centrale, d’une migration sûre et d’une politique en accord avec les droits humains des migrants. Cependant, les conditions politiques et économiques ont subi un changement radical au cours de l’année écoulée, en grande partie à cause de la profonde crise sanitaire que connaissent les deux pays. Parmi les défis que devra affronter le nouveau gouvernement étatsunien, l’immigration ne sera probablement pas une priorité. L’héritage de Donald Trump dans la politique migratoire mexicaine ne disparaîtra ni à court ni à moyen terme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.