L’observatoire [des réfugiés] et « l’industrie de la crise »

Un texte de Katerina Rozakou (Panteion University of Social and Political Sciences, Athènes) écrit pour le Observatory of Refugee and Migration Crisis in the Aegean (Université de l’Egée), mis en ligne le 14 septembre 2018. https://refugeeobservatory.aegean.gr/en/observatory-and-crisis-industry (Traduction Kali et Ion Argyriadis)

Dans ce texte, je vais soulever un certain nombre de questions qui me préoccupent en tant que chercheuse (assorties d’autocritiques indirectes) ; ce faisant je me demanderai quel rôle doit jouer l’Observatoire au point de vue méthodologique, épistémologique, éthique et finalement politique dans le contexte de la crise des réfugiés. Quelle pourrait être la posture de l’Observatoire dans ce champ, porteur d’enjeux clés et de défis majeurs ? Comment peut-il contribuer à son étude ? Quelles sont les possibilités qui s’ouvrent à lui et les défis auxquels il est également confronté ?

Ces dernières années, la Grèce a attiré des chercheurs de tous les coins de la planète. Avec la crise des réfugiés et la crise grecque, le pays, jusqu’ici plutôt en position régionale et marginale, est devenu l’épicentre des activités de recherche. J’oserai même affirmer qu’il n’y a pas un seul chercheur travaillant sur le phénomène du régime frontalier européen, de l’aide humanitaire ou de l’immigration qui n’ait « fait un tour » à Lesbos ces deux dernières années. Les publications sur la crise des réfugiés et sur la Grèce se développent à un rythme soutenu. Or, si on réfléchit au fait que deux années sont trop courtes pour faire mûrir des questions de recherche et pour produire un texte de qualité, on entrevoit l’ampleur de la demande que la crise des réfugiés a générée dans le contexte moderne de l’université néolibérale.

Lorsqu’en 2016 j’ai publié un article sur la solidarité avec les réfugiés, basé sur une recherche antérieure dont je discutais les résultats à l’aune des changements induits par la « crise des réfugiés », un collègue bien intentionné m’a dit : « Tu dois absolument mettre refugee crisis dans les mots clés ». Peu importe que le terme ait été ou non entre guillemets, l’essentiel était de le saisir dans les mots-clés. L’essentiel pour moi était de sécuriser ma position dans ce domaine de recherche émergent qui, comme le soulignait à juste titre ce collègue expérimenté, évoluerait rapidement dans les années à venir.

Le phénomène des réfugiés – le déplacement de populations le plus important qui ait eut lieu en Europe après la Seconde Guerre mondiale – n’est pas seulement une question de recherche, n’est pas seulement un problème pour le régime frontalier européen, n’est pas seulement un défi pour l’aide humanitaire. Le phénomène des réfugiés est une énorme opportunité. Ruben Andersson (2014), qui a étudié les flux migratoires entre l’Europe et l’Afrique, a inventé à ce propos la notion très appropriée d’« industrie de l’illégalité » (illegality industry). Cette notion fait référence à un réseau d’acteurs variés, ayant des idéologies, des agendas et des champs d’action très différents mais partageant un point commun : ils participent tous activement à cette industrie lucrative qu’est l’industrie de l’illégalité. L’industrie de l’illégalité comprend tous ceux qui « gèrent » (le concept de gestion étant restrictif, sinon problématique) les déplacements illégaux. On pourrait même dire que leur travail consiste précisément à produire l’immigrant « illégal », en établissant par exemple des procédures d’enregistrement à la frontière ou des mesures de détection, d’arrestation dans les hot spots, puis diverses procédures bureaucratiques. Il s’agit donc en premier lieu des gestionnaires des frontières étatiques et supranationales, des gardes-frontières, des autorités portuaires, de la police, de Frontex. Mais les organisations humanitaires jouent aussi un rôle actif dans cette industrie de l’illégalité, fournissant une aide humanitaire, des biens et des services aux réfugiés et aux migrants. Les migrants qui créent des ONG en font également partie : Anderson fait par exemple référence à des migrants sénégalais expulsés qui ont créé des ONG une fois de retour dans leur pays. A cette industrie participent de même journalistes et photographes. Je pourrais ajouter d’innombrables autres figures impliquées, en lesquelles vous pourriez tous reconnaître une partie de l’éventail d’acteurs composant le paysage qui caractérise Lesbos ces dernières années.

Une partie enfin de cette industrie de l’illégalité est constituée par nous autres chercheurs, dont le travail est d’étudier le résultat de notre propre production (car bien sûr cette industrie est productive) c’est-à-dire les articles, les études, les livres. Des chercheurs qui couvrent leurs frais avec leur salaire, avec les subventions de recherche qui contribuent à leur survie, avec les financements occasionnels qui fluctuent selon l’importance des événements et favorisent l’étude d’un phénomène contemporain stimulant, d’un problème, ainsi qu’est signifié le phénomène des réfugiés. Des chercheurs dont le profit est entre autres le capital symbolique qu’ils accumulent grâce à la production de connaissances. En disant cela, je ne veux pas sous-estimer le défi que celle-ci constitue à ce stade. La dichotomie entre profit et altruisme, la distinction entre ceux qui « gagnent de l’argent » grâce à la crise des réfugiés et les militants désintéressés, n’est d’ailleurs ni heuristique ni opératoire. Ce que je veux souligner, c’est qu’évidemment les réfugiés sont une opportunité pour tous ceux qui sont impliqués dans cette industrie de crise. Gardant cela à l’esprit, je n’ai ni l’intention d’altérer leur motivation ni de leur faire la morale sur leur connaissance et leur production. Mais il serait naïf et dangereux d’ignorer les défis éthiques posés par l’étude du phénomène des réfugiés, de même que ceux de tout phénomène impliquant l’étude des humains ou d’autres organismes vivants, et peut-être pas seulement des vivants.

Outre les questions éthiques que je viens d’évoquer brièvement, l’étude des réfugiés pose de sérieuses questions méthodologiques. Celles-ci concernent les choix méthodologiques éventuellement incomplets, fragmentaires et opportunistes des chercheurs. Autrement dit une courte visite de deux jours, une recherche insuffisamment poussée suffit-elle pour produire une étude approfondie ? Dans le régime tendu des frontières européennes, l’étude du phénomène des réfugiés n’est par ailleurs pas sans entraves. A Lesbos par exemple, on peut se rendre facilement dans certains endroits mais pas dans d’autres. Il y a des endroits, comme le camp de Moria, où se côtoient à la fois violence structurelle, abandon, contrôle, anarchie et chaos. L’accès des chercheurs y est extrêmement problématique. Il n’est généralement possible que sous la forme d’une visite occasionnelle d’un jour ou deux. Mais malgré tout ce que j’ai mentionné ci-dessus et tout ce que cela implique, je crois en l’importance et en la nécessité de faire de la recherche spécialement sur ces terrains. Je crois qu’il est nécessaire pour les chercheurs de s’efforcer d’obtenir un accès plus large, plus substantiel et moins opportuniste à ceux-ci ; de développer une approche qui mette en valeur le quotidien des frontières, les expériences et la routine quotidienne des personnes qui y vivent et y travaillent, une approche qui mette en lumière – sous forme d’analyse réfléchie et non de critique superficielle émise depuis une position de supériorité morale – la violence qui s’exerce aux frontières, non seulement contre les migrants et les réfugiés mais aussi contre les travailleurs. L’Observatoire peut-il y contribuer dans le cadre de l’Université de l’Égée, en tant qu’institution appartenant à l’université grecque, en tant qu’élément de la communauté locale, en tant qu’organisme qui transmet et produit des connaissances ?

Pour finir, je voudrais élargir le débat en évoquant le dernier défi que constitue cette politique pour la contribution de l’Observatoire à la production de connaissances. Il y a trente ans, Michael Herzfeld (2004), avec sa combativité bien connue, a remis en question les approches propres à l’ethnographie méditerranéenne, ou à l’anthropologie de la région méditerranéenne. Herzfeld a inventé la notion de Mediterraneanism, en s’inspirant de celle d’orientalisme proposée par Edward Said. Il a émis cette critique en soulignant le fait que la Méditerranée avait été découverte par les anthropologues après les années 1950. Peu à peu, la région méditerranéenne, en tant qu’aire culturelle régie par des caractéristiques culturelles, des codes moraux, des valeurs communes, est devenue pour l’anthropologie « l’autre » de l’Europe. En lieu et place des tribus d’Afrique, on trouvait au sud de l’Europe les sociétés de la Méditerranée. Herzfeld a particulièrement insisté dans ses autres travaux sur la façon dont la Grèce occupe, au sein de la théorie anthropologique, la même position régionale et finalement marginale qu’au sein de la Communauté européenne (Herzfeld 1988). Pas tout à fait européenne, la Grèce est un pays en marge géographique et symbolique de l’Europe. Elle n’est qu’un champ de recherche : non pas un lieu de production de connaissances mais un terrain, un matériel de recherche. Nous devons repenser cette hiérarchie globale des savoirs et des valeurs et peut-être la confronter aux circonstances actuelles. Car le phénomène des réfugiés, sujet devenu à la mode, risque de devenir un lieu de reproduction des stéréotypes et de cette hiérarchie globale des savoirs.

Comment l’Observatoire peut-il faire face à cela, comment produire une théorie ethnographique à partir d’un nouveau terrain ethnographique « brûlant » et non l’inverse ? Autrement dit, comment éviter d’utiliser le cas des réfugiés et de la Grèce pour reproduire les modèles théoriques émis depuis les centres du savoir anthropologique, en Europe ou aux USA ? C’est cette posture que je défends, non pas du point de vue d’un nationalisme épistémologique mais bien en tant qu’acte politique et de connaissance.

  • Andersson, Ruben. 2014. Illegality Inc. Clandestine Migration and the Business of Bordering Europe. Oakland : University of California Press.
  • Herzfeld, Michael. 2005. « Practical Mediterraneanism: Excuses for Everything, from Epistemology to Eating ». In W.V. Harris (dir.), Rethinking the Mediterranean, 45-63. Oxford: Oxford University Press.
  • Herzfeld, Michael. 1998 [1987], Η ανθρωπολογία μέσα από τον καθρέφτη: Κριτική εθνογραφία της Ελλάδας και της Ευρώπης. Αθήνα: Αλεξάνδρεια.

Voir aussi : https://refugeeobservatory.aegean.gr  (plusieurs billets sont en anglais)