La(s) caravana(s) de migrantes (1ère partie)


Par Pascaline Chappart, anthropologue, postdoctorante IRD / Urmis, pascaline.chappart@ird.fr, le 28/11/2018


Depuis octobre, « la caravane de migrants » fait régulièrement la une de l’actualité au Mexique, aux États-Unis et plus largement dans le monde entier : « J’ai même vu des journalistes chinois ! Il y a aussi des Allemands, des Colombiens, des Italiens qui sont là pour nous soutenir et toi, de France. C’est incroyable » remarquait avec étonnement un Hondurien participant à cette mobilisation arrivée dans la capitale mexicaine, le dimanche 4 novembre 2018. De quoi parle-t-on actuellement ? Cette note vise à présenter de façon synthétique quelques éléments de contexte sur les caravanes qui traversent actuellement le Mexique en direction des États-Unis, les réactions politiques et sociales qu’elles suscitent de part et d’autre des frontières… Un prochain document présentera plus spécifiquement ce que j’ai pu observer du 5 au 8 novembre au stade « Palillo » Martinez, lors du séjour de la caravane dans la capitale mexicaine.


1.Quelques éléments de contexte sur la notion de « caravane » au Mexique 

 Dans l’histoire centraméricaine, la notion de « caravane » se réfère de prime abord à la Caravana de madres de migrantes desaparecidos, soit les caravanes de mères de migrant.e.s centraméricain.e.s (originaires du Nicaragua, du Honduras, du Salvador, du Guatemala et du Mexique) disparu.e.s au cours de la traversée du Mexique vers les États-Unis et qui, depuis 14 ans,parcourent les différents États du pays (parfois jusqu’à la frontière américaine) à la recherche de leurs disparus. La caravane démarre sa route en novembre et se poursuit généralement jusqu’au 18 décembre, date de la journée internationale des migrant.e.s.

 Également appelée « caravane de l’espérance », cette mobilisation est soutenue par différents mouvements dont le Movimiento Migrante Mesoamericano dirigé par la sociologue mexicaine (née en France en 1941) Marta Sánchez Soler et la Pastoral de Movilidad Humana, coordonnée dans la région Pacifique Sud par Alejandro Solalinde, grande figure de la défense des droits de l’homme au Mexique, curé (qui a eu quelques démêlés avec l’ordre ecclésiastique du fait de ses idées progressistes) et directeur de l’auberge Casa de los migrantes hermanos en el Camino situé à Ixtepec, dans l’isthme mexicain.

Lors du 8e forum social mondial des migrations,qui a eu lieu du 2 au 4 novembre 2018 à Mexico City, les mères centraméricaines se sont unies à celles venues d’Espagne, d’Italie, d’Algérie, de Tunisie, du Maroc, du Sénégal, de Mauritanie et des États-Unis pour former un réseau mondial de mères de migrant.e.s disparu.e.s1.

  • Pour les hispanophones intéressé.e.s : à voir, la vidéo du séminaire du SEPMIG du 6/11/2018 consacré aux caravanes de mères avec les présentations de Amarela Varela Huerta (sociologue, UACM) et Marta Sánchez Soler.

Ce répertoire d’action fait également référence au Viacrucis migrante (ou del migrante), soit le « chemin de croix du migrant » qui a lieu chaque année, depuis 2010 environ, à l’époque de la Semaine Sainte (grosso modo vers Pâques) et qui réunit des sans-papiers centraméricains et des défenseurs des droits humains (religieux ou non) avec pour objectif général de visibiliser les violations des droits des migrant.e.sen transit au Mexique et de revendiquer la poursuites des auteurs (étatiques ou non) de violences à l’encontre des migrant.e.s (séquestres, racket,assassinats, viols, féminicides, exploitations et autres abus).

Viacrucis migrante, 2011. Crédit photo : Bren | CC BY NC SA

 Ces « caravanes de migrants » sont transnationales (Honduras, Salvador, Nicaragua, Guatemala, Mexique) et ont pour spécificité d’utiliser le registre religieux pour exposer leurs revendications politiques.

Les parcours varient chaque année en fonction de l’actualité et des thématiques que les organisateurs de la caravane souhaitent mettre en avant. En2011, alors qu’une importante réforme de la législation en matière de migration était en discussion au parlement mexicain2 et un an après le massacre de 72 migrants par les Zetas (un cartel mexicain) à San Fernando (État de Tamaulipas, frontalier des USA) la caravane a fait de la capitale mexicaine l’espace de convergence des mobilisations et des revendications. Le Viacrucis migrante 2015a plutôt axé ses actions dans les États mexicains du sud, ceux du Chiapas et de Tabasco, pour visibiliser ces espaces frontaliers (la frontière sud du Mexique faisant figure de « frontière oubliée ») et les conséquences du Programa Frontera Sur mis en place parle gouvernement mexicain en 2014 : criminalisation de la migration qui rend les routes migratoires d’autant plus dangereuses et augmentation des drames humains liés au renforcement des dispositifs de contrôle à la frontière sud du Mexique3 et à l’accélération de la vitesse du train traversant le Mexique jusqu’aux USA, connu comme « La Bestia ».

Pueblo Sin Fronteras, dirigé par Irineo Mujica, est l’une des organisations participant depuis 2010 à cette mobilisation : son action vise notamment à fournir un appui logistique, légal et organisationnel aux migrant.e.s des viacrucis tout au long du parcours de la caravane, que les personnes souhaitent ou non aller jusqu’aux États-Unis pour demander l’asile ou s’installer au Mexique.

 En mars 2018, une caravane des migrants a été organisée à l’appel de Pueblo Sin Fronteras : près de 700 personnes originaires du Nicaragua, du Honduras, du Salvador et du Guatemala se sont réunies le 26 mars2018 à la frontière entre le Mexique et le Guatemala avec pour objectif de dénoncer le contexte de violences multiformes qui sévit dans cette région du monde et chercher asile au Mexique ou aux États-Unis. Lors de son arrivée à Mexico City,elle comptait près de 1200 personnes. Ce « viacrucis » différait donc des précédents organisés en concertation avec les organisations religieuses et de la société civile mexicaines. Sans le dire ouvertement, les associations mexicaines de défense des droits des étrangers ayant pignon sur rue ne soutenaient pas cette caravane au motif qu’elle mettait en danger la vie des migrant.e.s exposé.e.s à toutes les violences possibles au cours de leur périple, faute d’organisation interinstitutionnelle préalable pour organiser un accueil digne de ce nom. Certaines estimaient qu’elle participait aussi à l’abandon des procédures de régularisation engagées, avec le soutien des dites associations, par des centraméricain.e.s qui ont préféré rejoindre la caravane. En bref, l’action de Pueblo Sin Frontera était décrite comme une instrumentalisation des migrant.e.s pour ses propres fins politiques.

URL : http://www.remamx.org/2017/04/megaproyectos-militarizacion-y-control-socio-territorial-en-la-zona-transfronteriza-mexico-guatemala/

L’autre élément distinctif a été l’attention nouvelle portée par les autorités américaines à cette caravane4 et son inscription à l’agenda politique américain afin de faire pression sur le Mexique qualifié de« promoteur de la migration irrégulière » : menace de rupture de la renégociation du traité de libre-échange ALENA et début des négociations d’un accord visant à faire du Mexique un « pays tiers sûr »,autrement dit légitimer le refoulement des demandeurs d’asile qui auraient transité par le Mexique. La menace d’envoi de militaires aux frontières par Trump a été mise à exécution (mais ce n’était pas une première, Bush et Obama avaient déjà procédé à ce genre de mise en scène) et le Mexique n’a pas été en reste puisqu’il a fait de même.

De la mobilisation des mères de disparu.e.s à l’« exode » hondurien de la faim et des violences en cours depuis la mi-octobre 2018 en passant par l’annuel « viacrucis migrante », il y a donc derrière le répertoire commun de la caravane une pluralité d’usages et de revendications politiques mais aussi d’acteurs5 . Il n’y a pas une mais des caravanes. Et il en va de même au sein des différents groupes de migrant.e.s traversant actuellement le Mexique.


2. La(s) caravana(s) en route depuis octobre 2018 : de l’appel à une « caminata migrante » à l’« exode »

5/11/2018 : « Nous ne partons pas par envie, c’est la violence et la pauvreté qui nous expulsent ». Ce sont dans ces termes qu’est lancé l’appel à une« Marche du migrant » [Caminata del Migrante], relayé sur une page clonée du compte Facebook de Bartolo Fuentes, ancien député hondurien de l’opposition (Partido Libre) et journaliste indépendant. Cette publication (cf. ci-dessous) lui vaudra d’être considéré comme l’un des principaux organisateurs de cette mobilisation, affirmation dont il se défendra à plusieurs reprises.

« Allons accompagner ces gens.
Il est regrettable qu’il n’y ait pas d’institutions au Honduras qui puissent faire en sorte d’éviter que les migrants s’en aillent sans orientation, exposés à tous les dangers.
Aidons-les au moins lors de leur sortie du pays. Dénonçons la situation terrible que nous vivons actuellement au Honduras : chômage, insécurité, pauvreté. Et ceux contre qui nous protestons nous poursuivent ou tirent en l’air en signe de menace. » (Traduction personnelle)

11/10/2018 : Mike Pence, vice-président des États-Unis, au cours de la Conférence sur la prospérité et la sécurité en Amérique Centrale, déplore la migration massive des pays du Triangle du Nord (Honduras, Salvador et du Guatemala) vers les USA, demande aux chefs d’État concernés d’en faire avantage en matière de contrôle des frontières, de lutte contre la migration irrégulière et les enjoint à encourager leurs citoyens à rester chez eux :« A vrai dire, votre message se résume à leur dire que s’ils ne peuvent pas venir de façon régulière, ils ne devraient pas venir du tout ». Pour étayer ce discours, il est fait référence à une étude de la Banque mondiale démontrant que l’émigration nuit aux pays de départ6.

12/10/2018 : suite à l’appel d’une Caminata Migrante sur les réseaux sociaux et en réaction aux propos de Pence, plusieurs groupes de ressortissants honduriens désireux de fuir le pays pour dénoncer la situation de crise politique que connaît actuellement le Honduras (violence,chômage, corruption et élections contestées), se retrouvent au point de ralliement, la gare routière de la ville de San Pedro Sula (au Nord du Honduras) : y convergent dans la journée 160 personnes ; elles sont600 en fin de journée. Le lendemain, 13/10,elles sont près de 1 300 lors d’une étape dans la ville de Cofradía situé au nord est du Honduras. Le groupe rassemblant des personnes originaires de Tegucigalpa avait pris contact avec le journaliste et député hondurien, Bartholo Fuentès pour qu’il partage son expérience du Viacrucis auquel il avait participé en mars dernier. Ce dernier les accompagne et soutient leur mobilisation. La campagne de désinformation lancée par les médias honduriens (notamment la chaine de télévision HCH) a finalement participé à la médiatisation du mouvement qui n’a fait que s’accroître depuis lors. Le même jour, le Secrétariat du gouvernement mexicain rappelle dans un communiqué que pour entrer au Mexique, toute personne doit suivre les règles édictées par la loi de migration et que les démarches en vue de l’obtention d’un visa doivent être faites à partir des pays d’origine et non aux passages frontaliers.

Le 14/10, le groupe poursuit sa marche jusqu’à la ville de Ocotepeque, où les habitants ont tout organisé en prévision de leur arrivée : la caravane compte alors près de 2 000personnes.

wikimedia.org

 Le 15/10, les marcheurs arrivent à Agua Caliente, ville frontalière du Guatemala, gardée par les militaires. Après plusieurs heures de tension, ils parviennent à démolir la clôture et marchent jusqu’à la ville d’Esquipulas qui dispose d’une auberge où ils peuvent se reposer. Le gouvernement tente de démanteler la caravane à travers une campagne de désinformation médiatique sur les liens supposés entre la caravane et des partis politiques qui souhaiteraient déstabiliser le pays en instrumentalisant les citoyens à des fins politiques, en salissant l’image du pays et en nuisant à l’économie. Après son entrée au Guatemala, la caravane qui compte alors près de 3 000 personnes commence à se scinder en petits groupes, certains privilégiant de faire la route en bus, d’autres obtenant l’aide de conducteurs de camions.

16/10 : A l’aube, la caravane quitte la ville d’Esquipulas en direction de Chuiquimula. A leur arrivée, ils sont accueillis par des étudiants de l’Université de San Carlos de Guatemala et la population locale.

Trump menace d’interrompre tout financement ou aide au Honduras si les autorités ne retiennent pas la caravane : « Les États-Unis ont fait savoir au Président du Honduras que si l’importante caravane se dirigeant vers les US n’était pas stoppée et ramenée au Honduras, il n’y aurait plus d’argent ou d’aide octroyés au Honduras, application immédiate ! » (Traduction personnelle du tweet de Trump). Déjà évoquée la veille par Trump, cette menace d’interruption de l’aide est étendue au Salvador et au Guatemala. La pression américaine se joue également par le biais d’échanges téléphoniques entre Mike Pence et les Présidents du Honduras et du Guatemala,ainsi qu’avec le Mexique. En réaction, le président du Honduras enjoint ses nationaux déjà partis à revenir, aux autres à ne pas rejoindre la caravane,qualifiée de « mobilisation illégale, faite de mensonges et de fausses promesses7 ». Les opérations de contrôle et d’entrave à la sortie du territoire menées par la police du Honduras se multiplient, officiellement pour empêcher que les auteurs de crime n’échappent à la justice.

De son côté, le Président guatémaltèque, en quête du soutien américain suite à son annonce de mettre un terme aux activités de la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG, organisme mis en place par les Nations Unies en 2007 afin de démanteler les réseaux criminels et qui enquête actuellement sur des affaires impliquant la présidence, sa famille et ses alliés politiques), voit dans le blocage de la caravane une façon de satisfaire les attentes américaines : les dispositifs policiers sont renforcés, des points d’information sur le « retour assisté » sont mis en place dans les villes traversées par la caravane. Bartolo Fuentes a été arrêté la veille, il est détenu par la police guatémaltèque et son expulsion imminente est annoncée dans les médias.

L’association Pueblo Sin Frontera publie un communiqué à destination des gouvernements du Guatemala, du Mexique, du Honduras et des États-Unis exigeant que cesse la « criminalisation des participants à cet exode massif »,demandant le « respect du droit international à migrer et à solliciter l’asile » et le « non recours à l’usage de la force et de la violence à l’encontre de personnes qui ne font que fuir massivement la violence ».Il ajoute : « Nous observons avec préoccupation la réponse des gouvernements à cette crise humanitaire qu’ils ont eux-mêmes créée. C’est une attaque aux personnes forcées de se déplacer. Cette crise n’a pas commencé avec le début de la Marche du migrant. C’est le résultat de décennies d’interventions politiques, économiques et militaires des États-Unis ainsi que de négligences, de coups d’État, d’insécurité, de corruption et d’impunité de la part des gouvernements centraméricains. »

17/10 : Des centaines de personnes arrivent dans la ville de Tecún Umán, à la frontière du Mexique,bordée par le fleuve Suchiate et sont accueillies par la Casa del Migrante du diocèse de San Marcos. Près d’un millier de migrant.e.s arrivent à la Casa del Migrante de la capitale guatémaltèque tandis que d’autres ont repris leur marche en direction de la frontière mexicaine, soit depuis Guatemala City, soit depuis Chiquimula. Des citoyen.ne.s Guatémaltèques se joignent à la caravane,de même que des Hondurien.ne.s qui avaient déjà quitté leur pays depuis plusieurs mois. Un autre groupe, de près d’un millier de Honduriens, franchit la frontière avec le Salvador avec l’intention de traverser le pays pour rejoindre la marche au Guatemala.

Les autorités mexicaines renforcent la présence de la police fédérale à la frontière sud avec l’envoi de 250 officiers parés d’équipements anti-émeute pour suppléer l’Institut national de migration (Instituto nacional de migración ou Inami, qui est l’administration de l’immigration et des expulsions) : une partie du contingent est affectée au niveau du pont international de Suchiate (de la ville de Ciudad Hidalgo),l’autre au poste-frontière de Talismán. Officiellement, il ne s’agit pas d’entraver l’entrée de la caravane sur le territoire mexicain mais plutôt d’aider l’Inami pour éviter tout débordement et « garantir la sécurité des traversées » avec l’idée qu’elles devront se faire de manière ordonnée et légale. Dans un communiqué, l’Inami prévient que toute personne franchissant la frontière de façon irrégulière sera arrêtée et, après évaluation de sa situation, éventuellement expulsée8 . La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH, mexicaine) a quant à elle demandé aux autorités fédérales, étatiques et municipales des mesures provisoires [medidas cautelares] et humanitaires pour garantir la protection et l’assistance des personnes en migration, en particulier des groupes vulnérables participant à la caravane. Alors que davantage de migrant.e.s se concentrent dans cet espace frontalier, à mesure que l’attente du passage se prolonge et se transforme en un sentiment de force du nombre, l’idée d’un passage en force commence à prendre corps.

Le même jour, à Tegucigalpa, au Honduras, le futur ministre des Affaires étrangères mexicain, Marcel Ebrard, se réunit avec ses homologues du Honduras, du Salvador et du Guatemala ainsi que des représentants de la Commission économique pour l’Amérique latine (CEPAL) pour s’accorder sur un« programme de développement intégral de l’Amérique centrale »prenant en considération la régularisation et la protection des migrants. Au cours d’une conférence de presse, le futur président mexicain, Andrés Manuel López Obrador (ou « AMLO »), annonce qu’il s’engage à mettre en place un programme de visa de travail pour les migrants centraméricains lors de sa prise de fonction le 1er décembre prochain, mesure présentée comme une façon de contenir le flux migratoire en direction des États-Unis :« Celui qui voudra travailler dans notre pays obtiendra un appui, un visa de travail ; nous y travaillons de façon à ne pas considérer ce sujet seulement sous l’angle des expulsions ou des moyens de répression mais plutôt pour donner des options, des alternatives9

Jeudi 18/10 : Les arrivées se poursuivent dans la ville frontalière de Tecún Umán. Les premières entrées sur le territoire mexicain se font en radeau (« balsa » en mexicain, fait à partir de chambre à air de pneu de camion et de palettes) par traversée du fleuve Suchiate. Ces personnes sont accueillies par la police fédérale, la« migra » et des défenseurs de droits de l’homme. Pas d’information précise sur d’éventuelles arrestations suivies d’expulsion.

Le ministre des Affaires étrangères mexicain, Videgaray, rencontre le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres et sollicite l’appui du Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (HCR) pour l’enregistrement des demandes d’asile à venir… sachant que le dispositif d’asile mexicain est saturé tant du fait de l’absence de moyens humains et financiers alloués à l’administration en charge de l’asile, la COMAR (Comisión mexicana de ayuda a refugiados, soit Commission mexicaine d’aide aux réfugiés) que de l’absence d’autres motifs de régularisation possible (sauf le visa humanitaire valable un an pour les personnes victimes de violence durant leur transit au Mexique). En somme, c’est l’asile ou l’expulsion.

Côté nord-américain, Trump poursuit sa campagne de tweets, transformant la caravane en argument électoral alors que la campagne des « mid-terms » (élections de mi-mandat) bat son plein : « En plus de mettre un terme aux paiements octroyés à ces pays qui semblent n’avoir pratiquement aucun contrôle sur leurs populations, je demande avec véhémence au Mexique de stopper cet assaut – et s’il n’est pas capable de le faire, je ferai appel à l’armée américaine et FERMERAI NOTRE FRONTIERE SUD ! » Il poursuivra dans la même journée en menaçant de se retirer du nouveau traité de libre-échange conclu avec le Mexique et le Canada (T-MEC ou USMCA) si le Mexique ne parvient pas à retenir « cet assaut » tout laissant entendre que la Caravane inclue des criminels et des trafiquants de drogue.

Le 19/10 : Le matin, après plusieurs heures d’attente et d’incertitude, les membres de la caravane font tomber la clôture du poste frontière côté guatémaltèque, permettant ainsi à plus de 1 600 personnes de s’engouffrer sur le pont menant vers l’entrée officielle du territoire mexicain, à la ville mexicaine de Ciudad Hidalgo, au Chiapas. Ce passage en force a été largement médiatisé au Mexique comme à l’échelle internationale. El Pais a réalisé un reportage photo sur cet événement et l’attente prolongée qui s’en est suivie sur le pont menant au Mexique ainsi que les passages par le fleuve : « El puente que cruza el río Suchiate, un gigantesco albergue entre México y Guatemala ».

Dans le même temps, certaines personnes traversent le fleuve en radeau (« balsa »)afin d’atteindre plus rapidement la rive mexicaine ; cette possibilité fut empêchée temporairement par les autorités au cours de la journée.

La police fédérale mexicaine intervient et lance des gaz lacrymogènes ;les marcheurs répondent à coup de lancers de pierre ou de ce qui leur tombe sous la main. Le survol à basse altitude des hélicoptères et les sirènes des voitures de patrouilles postées à la frontière participent à la confusion et au climat de menace institué par l’approche militaire et sécuritaire adoptée parles autorités mexicaines10.

Près de 300 femmes et enfants entrent au Mexique et, par groupes de 10 à 40, sont enregistrés pour demander l’asile, puis transférés en bus à la « estación migratoria » (équivalent euphémistique du centre de rétention) ou à la Feria Internacional de Tapachula, sorte d’immense hangar transformé en « auberge » qui tient plutôt lieu d’extension de la « estación migratoria » car les personnes n’ont pas le droit d’en sortir. Les entrées se poursuivent au compte-goutte, les affrontements ont dissuadé certains de tenter le passage aujourd’hui.

Photo : Iván Francisco Porraz Gómez
Photo : Iván Francisco Porraz Gómez

La nuit, le pont se transforme en dortoir tandis que les traversées du fleuve se poursuivent, rythmées par les slogans des ressortissants du Honduras :« Ici et là-bas, le Honduras traversera ! » [Aquí y allá, Honduras cruzará !] Du côté Guatemala, les personnes attendant leur tour scandent : « Oui, c’est possible »[Si se puede !] et chantent l’hymne national du Honduras chaque fois qu’un groupe atteint la rive mexicaine où les applaudissements fusent car l’objectif est de ne pas se disperser et de rester unis.

Dans la soirée, le Secrétaire d’État des États-Unis, Mike Pompeo, rencontrait le Président Enrique Peña Nieto et le ministre des Affaires étrangères, Luis Videgaray, pour les enjoindre de nouveau à bloquer la caravane. Mexico, par la voix de Videgaray, rappelle la souveraineté de ses décisions en matière de politique migratoire : « La politique migratoire de Mexico est définie par le Mexique, tout comme la politique migratoire des États-Unis est définie par les États-Unis11 ».

Le 20/10, tandis que les passages officiels se font toujours au compte-goutte, la plupart des membres de la caravane, lassés d’attendre12 et dissuadés par l’idée d’être détenus à la Feria Internacional de Tapachula, privilégient la traversée du fleuve en balsa : la presse laisse entendre que la police observe mais à priori n’arrête personne, ce qui encourage d’autant ces passages, même pour ceux qui craignaient d’être arrêtés et expulsés. En attendant le reste de la caravane, ceux qui sont déjà passés se regroupent peu à peu sur la place centrale de Ciudad Hidalgo, l’église ouvre ses portes aux marcheurs : ambiance festive menée par l’orchestre municipal qui joue les grands classiques centraméricains (cf. sur youtube : Tres veces mojado,de Los Tigres del Norte – une chanson qui parle justement d’exil vers les USA) sous l’œil vigilant de la police… Selon l’Inami,il y a eu 640 passages officiels13 au cours de ces deux jours. Les autorités municipales de Ciudad Hidalgo comptent plus de 5000 personnes ayant franchi le fleuve. La veille, vers 18h, l’Inami en comptait 1 600.

« Aide humanitaire, une des priorités de l’assistance portée aux migrants centraméricains », Communiqué conjoint du Secrétariat du gouvernement – Secrétariat des relations extérieures, le 20/10/2018 [traduction personnelle] :
Les Secrétariats du gouvernement et des relations extérieures informent que, dans le plein respect des droits de l’homme, une attention humanitaire constante a été fournie aux près de 4 500 migrants qui se trouvaient, le 19 octobre, sur le Pont international frontalier Dr. Rodolfo Robles, entre le Mexique et le Guatemala. Fruits des efforts de dialogue et d’informations des migrants ainsi que du déploiement interinstitutionnel réalisé entre les autorités du Honduras, du Guatemala et du Mexique, les actions suivantes ont pu être menées à bien : 640 personnes ont été orientées de façon ordonnée et sûre dans les installations de l’Inami, en priorité les familles et, en particulier, celles avec enfants et adolescents, aux femmes, aux femmes enceintes et aux personnes âgées. Elles ont exprimé leur volonté de demander l’asile et ont été transférées dans une installation destinée à leur prise en charge par l’Inami, à Tapachula (Chiapas). Les personnels du HCR et de la Commission nationale des droits de l’homme ont secondé les activités de l’Inami visant à la prise en charge de ce groupe. Suite à la sensibilisation réalisée par les gouvernements du Honduras et du Guatemala, près de 500 personnes ont manifesté volontairement leur intérêt à retourner au Honduras. Un autre groupe, d’environ mille migrants, présent sur le territoire guatémaltèque, réalise actuellement les démarches en vue de son rapatriement. Près de 900 migrants ont tenté d’entrer de manière informelle sur le territoire mexicain par la traversée du Rio Suchiate, en mettant ainsi leur vie en danger. Les autorités mexicaines ont procédé à leur arrestation : ils seront soumis à la procédure administrative prévue par la législation mexicaine, et le cas échéant, rapatriés dans leur pays d’origine. Le personnel de l’ambassade du Mexique au Guatemala et le Consulat du Mexique à Tecún Umán ont rappelé aux 2 200 migrants qui se trouvent jusqu’à présent sur le pont frontalier les conditions requises pour entrer au Mexique et ont contribué à la distribution d’eau et de soins médicaux. Les secrétariats du gouvernement et des relations extérieures tiennent à remercier les organisations de la société civile ou d’autres structures comme la Croix Rouge mexicaine pour leur appui et l’assistance qu’elles ont fourni aux migrants. Nos deux instances continueront de coordonner les efforts des acteurs mentionnés ainsi que des institutions fédérales, étatiques et municipales qui assistent la population migrante sur le territoire mexicain. Le gouvernement de la république réitère sa ferme intention de prendre en charge cette situation dans le plein respect des droits humains des migrants et dans une perspective humanitaire.

Le Honduras ordonne la fermeture temporaire du passage frontalier d’Agua Caliente pour freiner la sortie de ses ressortissants. Officiellement, il s’agit de « préserver la vie et l’intégrité physique des nationaux et des étrangers qui transitent par ce poste-frontière14 », également fermé du côté guatémaltèque. Les participants de la caravane dénoncent alors des« tactiques obscures pour nous fatiguer15 » de la part de la police guatémaltèques (menace et incitation au retour, menace envers les chauffeurs qui les transportent) or, ils sont libre de circuler puisque le Guatemala est signataire du traite centraméricain de libre circulation (Convenio centroamericano de libre movilidad, connu comme le CA-4, signé en juin 2006) qui établit un espace de libre circulation pour les citoyens du Guatemala, du Nicaragua, du Salvador et du Honduras. Une seconde caravane quitte le Honduras.

Les présidents du Honduras (Juan Orlando Hernández) et du Guatemala (Jimmy Moralès) se réunissent pour conclure le plan « retorno seguro » (retour sûr) : officiellement il s’agit de faciliter le retour au Honduras des participants de la caravane qui en feraient la demande16.

21/10 : Les milliers de personnes entrées au Mexique (7 200 selon les autorités municipales de Ciudad Hidalgo) reprennent la route en direction de Tapachula.

Avant leur entrée dans la ville, les représentants de l’Inami et de la police fédérale tentent de les persuader de se rendre à la Feria pour régulariser leur situation. La plupart d’entre elles préfèrent passer la nuit, regroupées sur les places centrales, plus connues sous le nom de Parque Hidalgo et Parque Bicentenario. Aucune confiance dans le discours des autorités : refus de la détention et peur d’être expulsé. Élan de solidarité de la population qui apporte nourriture, eau, soins médicaux tandis que le Secrétariat de l’Éducation du Chiapas ordonne la fermeture des écoles et des établissements scolaires, les 22 et 23 octobre, pour « préserver l’intégrité des élèves et du personnel ». La xénophobie s’exprime aussi sur les réseaux sociaux17.

D’après un communiqué de la Commission interaméricaine des droits de l’homme, le Guatemala aurait à cette date renvoyé 1 121 Hondurien.ne.s.

Communiqué de Pueblo Sin Fronteras qui appelle à la solidarité et au rejet de la répression : « Pendant que les peuples guatémaltèque et mexicain offraient de la nourriture, de l’eau et un toit à leurs sœurs et frères centraméricains, les gouvernements de la région se sont alliés pour frapper, détenir et réprimer avec une violence excessive les personnes faisant parties de la caravane. Nos gouvernements au Mexique et en Amérique Centrale ont adopté une politique raciste et de peur imposée par les États-Unis,faisant ainsi le sale boulot et assumant les coûts d’une répression qui méconnait les causes de cet exode. Nous exigeons un véritable respect du droit de migrer et d’asile. Au sud du Mexique, le processus actuel sert davantage à endiguer qu’à protéger les personnes qui fuient l’Amérique centrale. […]. Nous avons vu que le gouvernement mexicain se couche devant la pression du gouvernement états-unien et qu’il se rend ainsi complice du gouvernement illégitime et répressif de Juan Orlando Hernández. […]. La responsabilité de respecter la voix et la volonté du peuple centraméricain et d’apporter l’assistance humanitaire que requiert cet exode massif incombe au peuple. Cela incombe aux étudiant.e.s et aux professeur.e.s, aux conducteurs et ouvriers,aux personnes des villes et des campagnes, aux mères, aux pères et aux familles, à tout un chacun et aux organisations de la société civile. »

22/10 : A l’issue d’une manifestation devant les locaux de la Comar pour dénoncer la lenteur des procédures d’asile puis devant les consulats du Honduras et du Guatemala, les membres de la caravane reprennent leur route en direction de Huixtla (situé à 40 km).

Les 200 personnes qui attendaient toujours sur le pont leur tour pour entrer légalement au Mexique et régulariser leur situation sont transférées à la Feria Internacional Mesoamericana de Tapachula.

D’après le rapport réalisé par le Conseil citoyen de l’Inami (Consejo ciudadano del Inami), les acteurs humanitaires et administratifs étaient déployés en grand nombre : on compte ainsi parmi les organisations internationales, le HCR, l’OIM, l’Unicef ; les institutions fédérales et étatiques, l’Inami, la Protection Civile ; les Commissions nationale et du Chiapas des droits de l’homme (CNDH, CEDH) et d’autres ONG comme la Croix Rougem exicaine, Save the Children et Médecins du Monde ; chacune assurant différentes formes d’assistance (nourriture, soins médicaux et psychologiques, activités ludiques, appels téléphoniques, accompagnement juridique pour la demande d’asile et en priorité les cas jugés les plus vulnérables).

Cet espace sera fermé sans préavis par l’Inami, le 5 novembre, mettant à la rue plus de1 500 personnes, après leur avoir remis un document attestant de leur demande d’asile et d’une Clé unique d’enregistrement de population (Clave Única de Registro de Población ou CURP), indispensable pour chercher du travail ; mais aussi après leur avoir rappelé qu’elles doivent se présenter chaque semaine à la Comar de Tapachula et signer un registre attestant ainsi du non-abandon de la procédure qui, légalement, dure 45 jours mais en pratique au minimum trois mois pour les plus chanceux… Tapachula ne dispose pas de suffisamment d’auberges dédiées à l’accueil des migrants (ou casa del migrante) pour héberger un tel effectif. En urgence, le HCR a donc organisé le transfert des « plus vulnérables »dans des auberges de la région (femmes avec enfants et personnes âgées ou malades) et financé trois nuits d’hôtels du centre-ville pour certaines familles. D’autres ont été pris en charge par l’église ou des organisations non-gouvernementales… Mais des centaines déambulaient en quête d’un endroit pour passer la nuit18.

Des centaines d’organisations (dont le Groupe de travail sur la politique migratoire) et des chercheurs spécialisés dans les questions migratoires signent un communiqué conjoint : ils considèrent qu’il ne s’agit pas tant d’une caravane de migrants que d’un déplacement forcé de personnes nécessitant une protection internationale et, invitent les pouvoirs exécutif et législatif à se saisir de l’opportunité offerte par ce contexte pour transformer la politique migratoire mexicaine et adopter une approche résolument orientée vers les droits des personnes. En référence à l’asile collectif, octroyé via la procédure dite de « prima facie », aux Guatémaltèques fuyant la guerre civile dans les années 1980, ils appellent, vu le nombre de personnes concernées et la saturation du système d’asile à l’échelle nationale19, à la mise en place de ce mécanisme de protection pour l’ensemble des membres de la caravane.

Selon l’Unicef, entre le 19 et le 22/10, plus de 9 333 personnes ont traversé la frontière entre le Guatemala et le Mexique, dont 2 377 enfants. On n’a aucune précision sur la méthodologie d’un tel décompte…

Dans un communiqué, la Coordination nationale pour la réduction des catastrophes (Coordinadora Nacional para la Reducción de Desastres – Conred) du Guatemala annonce avoir organisé, dans le cadre du plan « retour sûr », le départ de 1 107 ressortissants du Honduras, reconduit au poste d’Agua Caliente (Esquipulas – Chiquimula) qui marque la frontière entre le Guatemala et le Honduras.

23/10 : Toujours selon le rapport du Conseil citoyen de l’Inami cité plus haut, et d’après les chiffres fournis par l’Inami, entre le 19 et le 23 octobre, 1 699 personnes auraient déposé une demande d’asile, 1 228 d’entre elles ont été placées dans la Feria de Tapachula controlée par l’Inami et la police municipale, 471 sont détenues dans la estación migratoria de Tapachula. 495 personnes ont été expulsées au cours de cette période ; chiffre qui comprend aussi bien des personnes venues dans le cadre de la caravane que des personnes arrêtées dans le cadre des opérations quotidiennes de contrôle migratoire de l’Inami.

Jour de repos et de deuil pour les membres de la première caravane à Huixtla. La veille, un jeune est décédé après être tombé du camion qui le transportait. Selon El Perro Amarrillo (le seul média du Honduras à suivre la caravane), moins d’une centaine de personnes décident de retourner au Honduras, du fait de problème de santé.

Dans le cadre de sa mission d’observation de la réponse des autorités mexicaines au passage de la caravane, des membres de l’association Centro de derechos humanos Fray Matias de Cordova accompagnent un groupe de 79 personnes en route pour rejoindre, depuis Tapachula, le gros de la caravane à Huixtla : au cours du trajet, l’Inami procède à une opération musclée de police qualifiée d’arbitraire par le Fray Matias et 8 personnes sont interpellées. En milieu de journée, au niveau du poste frontalier de Ciudad Hidalgo, l’association comptait une dizaine d’agents de l’Inami et une vingtaine d’agents de la gendarmerie (rattachée à la police fédérale) armés. Les personnes qui traversent la frontière en balsa sont soumises à un contrôle d’identité ; plusieurs d’entre elles sont arrêtées et, pendant que l’Inami procède à leur enregistrement, elles sont gardées parla gendarmerie. Sur le pont, près de cinquante personnes attendent d’être autorisées à passer : la régularisation de ce passage est toujours conditionnée à la détention, ce qui contribue souvent à la séparation des familles. L’Inami refuse de donner toute information sur le sort des personnes détenues.

A suivre…

  1. Lien vers le manifeste(en espagnol) : movimientomigrantemesoamericano.org []
  2. Elle donnera lieu à l’adoption, le 25 mai 2011, de la Ley de migración qui fixe les règles d’entrée, de séjour et d’éloignement et supprime les sanctions pénales prises jusqu’alors à l’encontre des personnes en situation irrégulière. Pour la plupart des spécialistes des questions migratoires mexicaines, le Mexique n’a pas de politique migratoire (ça se discute) et la loi n’existe que sur le papier (corruption, violations des droits et précarité des ressources allouées en matière d’asile et d’immigration). []
  3. Voir, plus loin, la carte réalisée par le collectif GeoComunes, en partenariat avec un réseau d’associations mexicaines et guatémaltèques : elle représente brillamment les multiples dispositifs de contrôle migratoire dans la partie sud du Mexique et la logique de cordons de contrôle mis en place dans le cadre du programme Frontera Sur (cf. les bandes rouges sur la carte).  []
  4. En particulier via une campagne de tweets de Trump : New York Times, 3/4/2018, « Los tuits de Trump convierten al Viacrucis Migrante en un asunto internacional ». La réplique du gouvernement mexicain tendait à normaliser la pratique annuelle du « viacrucis del migrante », en tant que « manifestation publique qui vise à attirer l’attention sur le phénomène migratoire et l’importance du respect des droits des migrants centraméricains qui, dans bien des cas, se voient obligés d’abandonner leurs régions d’origine pour chercher de meilleures opportunités ou pour solliciter une forme de protection internationale telle que l’asile. » (El Sol de Mexico, 2/4/2018, « Caravana de migrantes es una manifestación y evento anual, asegura Segob y Cancilería »). []
  5. Ce type de mobilisation a par exemple aussi été utilisé en mars 2017 par une trentaine de travailleurs saisonniers, qui, tout au long de leur marche depuis de la Vallée de San Quintin (Basse Californie) aux locaux du Secrétariat du Gouvernement de la capitale mexicaine, ont fait connaître leurs conditions d’exploitation et revendiquer un « salaire juste et une vie digne » []
  6. ShareAmerica, 12/10/2018,« Pence meets with Central American leaders to address illegal immigration ». Ce site d’information appartient au U.S. Department of State’s. []
  7. LaTribuna, 17/10/2018, « Presidente Hernández sobre caravana migrante:“Hondureños no deben prestarse a ese juego político inhumano y condenable” » []
  8. Animalpolitico, 19/10/2018, « Qué busca la caravana migrante y por qué México los recibe con 200 policías para impedir su paso » []
  9. « El que quiera trabajar en nuestro país, va a tener apoyo, va a tener una visa de trabajo, estamos viendo eso, no atender el asunto sólo con deportaciones o con medidas de fuerza, más bien dando opciones, dando alternativas » : El Sol de Mexico, 17/10/2018, « Visas de trabajo para migrantes centroamericanos, promete AMLO » []
  10. Communiqué conjoint des acteurs sociaux de la défense des personnes migrantes et réfugiées de Tapachula, 19/10/2018,« Acción urgente ante los hechos occuridos el 19 de Octubre en el Río Suchiate, Frontera Sur de Mexico. » []
  11. Efe, 19/10/2018,« Caravana hondureña fuerza valla fronteriza desde Guatemala y entra a Mexico » []
  12. La Jornada, 21/10/2018,« Cansados de esperar, más de mil hondureños cruzaron ayer el Suchiate » []
  13. D’après un communiqué de l’Inami : 640 demandes d’asile ont été enregistrées au niveau du passage frontalier entre les 19 et 20/10. []
  14. La Jornada, 21/10/2018,« Ordena Honduras cierre de un control migratorio en la frontera con Guatemala » []
  15. BBC, 26/10/2018, « Caravanade migrantes: las « tácticas oscuras » de Guatemala para tratar dedetener a los hondureños hacia México y Estados Unidos » []
  16. Efe, 20/10/2018, « Hondurasy Guatemala se aferran al retorno seguro para la tragedia migratoria » []
  17. La Jornada, 21/10/2018, « Se enciende la xenofobia mediante las redes sociales » []
  18. Quadratin Chiapas, 6/11/2018, « Migrantes deambulan en Tapachula, tras cierre de albergue » []
  19. Des demandes d’asile, déposées depuis 2016, n’ont toujours pas été examinées et c’est également le cas pour plus de 50% des requêtes formulées en 2017. Pour en savoir plus : CNDH, 25/2/2018, Comunicado de prensa DGC/046/1 : « La CNDH hace una llamada urgente al gobierno federal ante el posible colapso del sistema de protección a refugiados en México ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.