Quartier prioritaire de la politique de la ville de Fautaua Val à Pirae (agglomération de Papeete, Tahiti).

L’outre-mer : une France en souffrance 

Photo : Quartier prioritaire de la politique de la ville de Fautaua Val à Pirae (agglomération de Papeete, Tahiti). Photo Jean-Christophe Gay, 2018.

Dans un dossier sur la France publié à Barcelone par le journal La Vanguardia sous le titre "Francia en el diván" (Vanguardia Dossier n°83, avril-juin 2022, https://www.lavanguardia.com/internacional/vanguardia-dossier/revista/revista/20220310/8112024/francia-divan.html), Jean-Christophe Gay, professeur à l'Université Côte d’Azur et membre de l'Urmis, membre du conseil scientifique de la Chaire Outre-Mer de Sciences Po Paris présentait la situation de l'outre-mer français. Il s'agit de douze territoires répartis sur les grands océans qui confèrent à la France la deuxième plus grande zone économique exclusive du monde, mais qui présentent d'importants déficits structurels. L'article est paru en castillan sous le titre : "Ultramar: una Francia doliente". En voici le texte original en français...

De l’immense empire colonial français, qui couvrait 12 millions de km² à la veille de la seconde guerre mondiale, il n’en reste plus que le centième, soit 120 000 km². La colonisation est au fondement de la France d’outre-mer (FOM) et la manière dont l’empire colonial fut exploité, au profit de la mère-patrie et de ses colons, a encore des conséquences majeures, sur le plan humain et économique. L’héritage colonial y est variable, mais partout marqué par l’ambiguïté d’une décolonisation sans indépendance, combinée à une sujétion économique et à un assistanat, que traduit le toponyme « outre-mer », appellation donnée par un centre dominant sur des périphéries dominées.

La FOM est peuplée aujourd’hui de 2,8 millions d’habitants, soit l’équivalent de la Galice. Elle se décline en douze entités aux statuts internes et européens différents (voir carte) : les plus connues sont les « quatre vieilles colonies », car la France en a pris possession au XVIIe siècle, devenues des départements d’outre-mer (DOM) en 1946 et des régions d’outre-mer (ROM) en 1982. Comme les Canaries, il s’agit de Régions ultrapériphériques (RUP) intégrées à l’espace communautaire et bénéficiant des fonds structurels. Les trois « îles à sucre » (Guadeloupe, Martinique et La Réunion) ainsi que la Guyane ont une histoire commune, marquée par l’esclavage, jusqu’à son abolition, en 1848, et l’assimilation, avec la départementalisation, en 1946. Ces sociétés créoles totalisent 1,9 million d’habitants, soit environ les deux tiers de la population de la FOM. La Guyane est l’entité la plus vaste, avec une superficie équivalente à celle de l’Andalousie.

Cet ensemble, dont les statuts ont divergé récemment, est complété par une série de collectivités diverses dont Mayotte, devenue un DOM en 2011, et d’autres appelées collectivités d’outre-mer (COM) et qui ne sont qu’associées à l’Union européenne en étant des Pays et territoires d’outre-mer (PTOM), à l’instar de la Nouvelle-Calédonie, de Wallis-et-Futuna, de la Polynésie française ou de Saint-Pierre-et-Miquelon. Des îles inhabitées ou sans population permanente, telles les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) ou Clipperton, complètent cet ensemble hétéroclite et dispersé, qui donne à la France la deuxième plus grande Zone économique exclusive (ZEE) du monde (10 millions de km²) derrière les États-Unis mais devant l’Australie ou la Russie. L’outre-mer permet à la France d’être présente sur tous les grands océans. D’une manière anecdotique, elle fait de la France le pays du monde qui possède le plus d’heures légales (13 en hiver et 14 en été boréal !).

La dynamique démographique est de plus en plus contrastée, avec d’un côté des territoires où la population baisse, comme en Martinique et en Guadeloupe, par son vieillissement accéléré, une fécondité devenue inférieure à celle de la Métropole, et un solde migratoire négatif. À l’opposé, la Guyane et Mayotte connaissent une explosion démographique par une immigration illégale incontrôlée. La population guyanaise a ainsi été multipliée par dix en une soixantaine d’années, celle de Guyane par douze. On ferme des classes dans les Antilles françaises alors qu’à Mayotte des enfants ont cours soit le matin soit l’après-midi, par manque de bâtiments.

Les conséquences de la colonisation et de l’esclavage restent encore très nettes avec de spectaculaires inégalités, sans commune mesure avec celles de Métropole. La couleur de la peau est toujours un facteur déterminant pour comprendre cette situation. La population ultramarine est plus vulnérable qu’en Métropole avec des problèmes de santé plus fréquents (diabète, obésité, hypertension, addictions aux drogues et à l’alcool…) et des violences plus nombreuses (insécurité routière, cambriolages, meurtres, viols, incestes, etc.). La condition des femmes y est plus mauvaise qu’en Métropole, avec, entre autres, une monoparentalité devenue un fait social massif aujourd’hui aux Antilles (41 % en Martinique). Parmi les plaies économiques et sociales, le chômage est une des principales, avec des taux deux à trois fois supérieurs aux Antilles ou à La Réunion qu’en Métropole. Le PIB par habitant y est inférieur de plus d’un tiers. Par exemple, en 2021, la richesse créée par habitant est 37 % inférieure à La Réunion qu’en Métropole. Plus du tiers des Réunionnais sont sous le seuil de pauvreté métropolitain contre 14 % en Métropole. Sans politique redistributive par le versement de prestations sociales diverses (allocations familiales, prestations logement, minima sociaux, etc.), c’est plus de la moitié des Réunionnais qui seraient sous ce seuil. Les inégalités de revenus, mesurées par l’indice de Gini, sont semblables à celles des États-Unis ou de l’Amérique latine, et beaucoup plus fortes qu’en Métropole.  

L’émigration vers la Métropole est une réponse à cette précarité. À partir de 1963 et jusqu’au début des années 1980, elle est organisée par l’État qui répond ainsi au sous-emploi aux Antilles et à La Réunion. La Métropole connaît en effet une croissance économique très forte et l’on manque de main-d’œuvre pour des postes auxquels les étrangers ne peuvent prétendre, tels les emplois publics peu qualifiés offerts par la Poste ou l’Assistance publique. À côté de cette émigration administrée, une émigration autonome se développe. Cet épisode donne naissance à une importante communauté domienne en Métropole, alors que le reste de la FOM y est moins établi. Après un net ralentissement de l’émigration durant les années 1990, celle-ci reprend ensuite avec une diversification puisqu’elle concerne aujourd’hui l’ensemble de l’outre-mer. Le nombre de personnes nés en outre-mer et les enfants dont au moins un des parents y est né est estimé aujourd’hui à environ un million. La visibilité de ces communautés est forte dans le sport. Ainsi, l‘équipe de France de football, championne du monde en 1998, comptait trois Antillais (Thuram, Henry et Diomède), un Guyanais (Lama) et un Néo-Calédonien (Karembeu). L’Armée est aujourd’hui une solution pour nombre d’Ultramarins.  Ils constituent 8 à 10 % des recrues alors que l’outre-mer ne représente que 4 % de la population française. La surreprésentation de l’outre-mer est encore plus forte dans l’administration pénitentiaire, où entre un quart et un tiers des élèves surveillants de prison en sont originaires.

Ces départs vers la Métropole sont révélateurs des maux dont souffrent toutes les économies ultramarines : chômage chronique, faible compétitivité, faible productivité, vie chère, manque de concurrence dans le secteur de l’import-distribution, fuite des talents, fortes inégalités salariales, etc. Ce sont des économies sous perfusion, isolées, protégées et sous-fiscalisées. La balance commerciale y est très dégradée avec des échanges commerciaux dominés par la Métropole. La prospérité est factice, reposant d’abord sur les transferts publics colossaux de l’État et dans une moindre mesure de l’Union européenne, sous forme d’aides diverses, de prestations sociales ou de salaires artificiellement élevés.La surrémunération des fonctionnaires y est une des clés de compréhension de la situation économique et sociale. C’est un héritage de la période coloniale, quand le grand isolement et les conditions de vie difficiles imposaient un supplément de salaire pour attirer les fonctionnaires et les militaires métropolitains. Par la suite, ces compléments de rémunération ont été appliqués à tous les militaires ou les fonctionnaires, et se sont répandus dans la fonction publique locale et certains secteurs de droit privé comme la banque ou l’assurance. Ils vont de 40 % aux Antilles à plus de 100 % en Polynésie française, auxquels se rajoutent des primes et une fiscalité directe plus faible. Ils opposent, d’un côté, des salariés bien payés en secteur protégé et, de l’autre, des personnes au chômage ou occupant des emplois sous-rémunérés. Un tel dispositif a eu un fort effet inflationniste et le coût de la vie est élevé pour ceux-ci. La question de la vie chère est explosive, comme l’ont montré les grèves générales, les blocus, les émeutes, les manifestations de masse et les forts mouvements de protestation en Polynésie française en 1987, à La Réunion en 1991, 2008 et 2012, dans les Antilles en 2009, en Guyane en 2017 ou à Mayotte en 2018.

La vie chère est aussi liée aux manques de concurrence et aux réglementations à l’importation, dont l’octroi de mer dans les DOM, une taxe visant à protéger les productions locales. Les importations sont ainsi très encadrées par des règles sanitaires anciennes, quelquefois obsolètes et anti-concurrentielles. L’ampleur des marges bénéficiaires tient dans la structure oligopolistique, voire monopolistique, des marchés, dans lesquels un très petit nombre d’entreprises ont le monopole de l’offre d’une marchandise ou d’un service. Aux Antilles, les Békés, population blanche qui descend des premiers colons esclavagistes, représentent moins de 1 % de la population, mais dominent économiquement, possédant la moitié des terres agricoles, une bonne partie du secteur de l’import-distribution (concessions automobiles, hypermarchés…) et des industries agro-alimentaires.

L’État injecte toujours plus d’argent pour limiter les tensions sociales et mener des « politiques de rattrapage » sans remettre en cause ce modèle économique où l’élite blanche a préféré transférer les bénéfices de la terre vers le commerce d’import-export plutôt que vers le tourisme. Exposé à la concurrence internationale, il est la principale victime de cette économie de transferts. Non-compétitif, il ne supporte pas la comparaison avec les destinations voisines : hôtellerie vieillissante, excursions ou restauration trop chers ; shopping limité et coûteux ; vie nocturne faible ; accueil à revoir… La FOM n’a reçu en 2019 que 2,5 millions de touristes par an, dont plus de la moitié aux Antilles. La majorité des touristes visitant l’outre-mer est métropolitaine. L’activité de croisières y est très réduite.

Si on ne peut que constater les progrès indéniables accomplis dans de très nombreux domaines, avec des populations mieux éduquées, mieux soignées ou plus qualifiées, on regrette le maintien d’organisations économiques ou sociales forgées au temps de la colonisation, telle une agriculture tournée vers l’exportation dans les DOM ou une École trop calquée sur celle de la mère-patrie, dans laquelle les langues maternelles des populations locales sont largement ignorées. Sans réflexion sur l’avenir de l’outre-mer, l’État n’a jamais mené une réforme en profondeur depuis 1946. Il a fait preuve d’amateurisme avec la départementalisation de Mayotte en 2011, mal préparée et pilotée avec des conséquences financières très mal maîtrisées. La révision constitutionnelle de 2003 permet à chaque entité ultramarine de choisir son statut, mais les Martiniquais et les Guyanais, en 2010, ont rejeté une autonomie accrue, craignant de perdre les acquis sociaux de la départementalisation. Cet exemple montre toute l’ambiguïté de la relation des populations d’outre-mer à l’État français, à la fois dénigré et toujours invoqué comme recours, spécialement à la Martinique et en Guadeloupe, où le violent mouvement de contestation de la vaccination et du passe sanitaire, en novembre-décembre 2021, démontre une identité collective se construisant en opposition à la Métropole. L’échec de l’État dans le dossier de l’approvisionnement en eau potable, très dégradé, le scandale sanitaire du chlordécone, un produit phytosanitaire utilisé dans les bananeraies qui a contaminé la très grande majorité de la population en bénéficiant de dérogations successives alors qu’il était interdit depuis un certain temps aux États-Unis et en Métropole, n’ont fait qu’attiser les blessures de la colonisation et de l’esclavage. L’assimilation beaucoup plus acceptée à La Réunion illustre que chaque société ultramarine est spécifique.  

La Nouvelle-Calédonie, au statut à nul autre pareil, dérogatoire et transitoire, est le seul territoire ultramarin lancé dans une dynamique d’autodétermination depuis la période insurrectionnelle des années 1980 et la volonté de la très grande majorité du peuple autochtone kanak d’accéder à l’indépendance. À la suite des accords de Matignon (1988) et de Nouméa (1998), l’État s’est engagé en faveur du développement économique et du rééquilibrage des territoires et des compétences entre les différentes communautés avec l’organisation d’un scrutin d’autodétermination en 1998, repoussé de vingt ans. Comme la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie jouit d’une large autonomie avec transferts majeurs de compétence, mais elle est dotée en plus de son propre pouvoir législatif. Une citoyenneté de la Nouvelle-Calédonie offre une priorité d’embauche et l’accès à un « corps électoral spécial » pour les élections provinciales. De tels dispositifs ne peuvent être que transitoires du point de vue constitutionnel et des conventions européennes. Trois référendums d’autodétermination ont été organisés en 2018, 2020 et 2021. Les deux premiers, avec une très forte participation d’un corps électoral spécifique et restreint, ont rejeté l’indépendance, respectivement à 56,7 % et 53,3 %. Le troisième, organisé le 12 décembre 2021, a été boycotté par les indépendantistes, en raison notamment de la pandémie de la covid-19, très meurtrière en Nouvelle-Calédonie en septembre-octobre 2021. Le « Non » l’a emporté à 96,5 % mais avec un taux d’abstention de 56,5 %. Juridiquement valable ce dernier référendum ne l’est pas politiquement. La Nouvelle-Calédonie est à nouveau dans l’impasse au bout de plus de trente ans d’un processus politique qui n’a pas réussi à atténuer le clivage entre indépendantistes et non-indépendantistes. L’instrumentalisation du troisième référendum dans le débat sur l’influence croissante de la Chine dans le Pacifique et son appétit pour le nickel néo-calédonien montre que les considérations stratégiques pèsent toujours fortement sur la relation entre la Métropole et son outre-mer.