Tous les articles par Hervé Andres

Labyrinthe

Écrire la déchirure

Un article de Pinar Selek, écrivaine et sociologue, membre de l'Urmis, article paru initialement dans la revue L’Entre-deux, numéro 7, juin 2020, dossier "Écrire le voyage centrifuge. Actualité des écritures migrantes", https://www.lentre-deux.com/?b=100

Dans un article écrit en 19491, Adorno aborde la question de la poésie après Auschwitz. Neutralisée et refaçonnée, donc dépouillée du sel de la vérité, la culture est devenue, dit-il, une camelote inutile, superflue. Pire, selon lui, écrire un poème après Auschwitz est barbare : il explique ainsi pour quelles raisons il est devenu impossible d’écrire des poèmes.

Continuer la lecture de Écrire la déchirure
  1. Theodor W. ADORNO, « Critique de la culture et société » (1949), Geneviève ROCHLITZ , Rainer ROCHLITZ (trad.), repris dans le recueil Prismes, Paris, Payot, 2003, p. 7-23. []

Débat : Comment décoloniser le lexique sur l’«outre-mer» ?

La Guadeloupe vue de l’ISS en 2005. Wikipédia
Un article de Jean-Christophe Gay, géographe et membre de l'Unité de Recherches Migrations et Société, paru initialement le 9 octobre 2022 dans The Conversation.

Les termes que nous employons pour désigner les réalités liées à l’outre-mer en tant que territoire sont piégés. En effet, ils ont pour toile de fond la colonisation et les utiliser encore fait resurgir la domination qu’elle implique. Le vocabulaire concernant les derniers vestiges de l’empire colonial français en porte les stigmates, comme le faisait remarquer en 1966 Charles Laroche, conservateur en chef des futures Archives nationales d’outre-mer :

Continuer la lecture de Débat : Comment décoloniser le lexique sur l’«outre-mer» ?

Publication des résultats de l’enquête sur la prévalence des « mutilations sexuelles féminines »

Veuillez trouver ci-dessous, pour info, le communiqué du 11 octobre 2022 du ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, présentant les résultats de l’enquête sur la prévalence des "mutilations sexuelles féminines", MSF-PREVAL, coordonné par Marie Lesclingand, professeure à l’Université Côte d’Azur (URMIS).

Protocole de recueil de données relatives aux mutilations sexuelles féminines : l’étude MSF-PREVAL

Résultats dans les 3 départements pilotes
Continuer la lecture de Publication des résultats de l’enquête sur la prévalence des « mutilations sexuelles féminines »
Quartier prioritaire de la politique de la ville de Fautaua Val à Pirae (agglomération de Papeete, Tahiti).

L’outre-mer : une France en souffrance 

Photo : Quartier prioritaire de la politique de la ville de Fautaua Val à Pirae (agglomération de Papeete, Tahiti). Photo Jean-Christophe Gay, 2018.

Dans un dossier sur la France publié à Barcelone par le journal La Vanguardia sous le titre "Francia en el diván" (Vanguardia Dossier n°83, avril-juin 2022, https://www.lavanguardia.com/internacional/vanguardia-dossier/revista/revista/20220310/8112024/francia-divan.html), Jean-Christophe Gay, professeur à l'Université Côte d’Azur et membre de l'Urmis, membre du conseil scientifique de la Chaire Outre-Mer de Sciences Po Paris présentait la situation de l'outre-mer français. Il s'agit de douze territoires répartis sur les grands océans qui confèrent à la France la deuxième plus grande zone économique exclusive du monde, mais qui présentent d'importants déficits structurels. L'article est paru en castillan sous le titre : "Ultramar: una Francia doliente". En voici le texte original en français...

De l’immense empire colonial français, qui couvrait 12 millions de km² à la veille de la seconde guerre mondiale, il n’en reste plus que le centième, soit 120 000 km². La colonisation est au fondement de la France d’outre-mer (FOM) et la manière dont l’empire colonial fut exploité, au profit de la mère-patrie et de ses colons, a encore des conséquences majeures, sur le plan humain et économique. L’héritage colonial y est variable, mais partout marqué par l’ambiguïté d’une décolonisation sans indépendance, combinée à une sujétion économique et à un assistanat, que traduit le toponyme « outre-mer », appellation donnée par un centre dominant sur des périphéries dominées.

Continuer la lecture de L’outre-mer : une France en souffrance 
Banderole sur laquelle on peut lire « Tourist Go Home, you are the terrorist »

La « tourismophobie », une tendance qui vient de loin

The Conversation

Photo : Banderole affichée sur un immeuble de Barcelone, en Espagne, sur laquelle on peut lire « touriste, rentre chez toi, c’est toi le terroriste ». Ben Freeman/Flickr, CC BY-SA

Un article de Jean-Christophe Gay, géographe, directeur scientifique de l’Institut du tourisme Côte d’Azur (ITCA), membre de l'Urmis et professeur à l'Université Côte d'Azur, initialement paru dans The Conversation le 6 juillet 2022.

Début août, les chiffres du baromètre de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) faisaient état d’un fort rebond du secteur après des années 2020 et 2021 marquées par la crise du Covid-19. Au cours des cinq premiers mois de 2022, l’Europe a ainsi accueilli, en raison d’une forte demande et des levées des restrictions sanitaires, plus de quatre fois plus d’arrivées internationales que sur la même période l’année précédente.

Continuer la lecture de La « tourismophobie », une tendance qui vient de loin

L’engagement d’un leader nigérian pour obtenir réparation de l’esclavage et du colonialisme

Un article de Giulia Bonacci, historienne, membre de l'Urmis, 
chargée de recherche à l'Institut de recherche pour le développement (IRD), paru initialement le 21 juin 2022 sur le site The Conversation. Consulter la version originale avec les photos de l'AFP...

Photo : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:MoshoodAbiola.jpg, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Alors que les études sur la question des réparations au titre de l’esclavage et du colonialisme se multiplient, elles sont peu nombreuses à se pencher précisément sur le continent africain. La position ambiguë de l’Afrique a été soulignée par Wole Soyinka, prix Nobel de littérature en 1986 : les Africains pouvaient être tenus pour co-responsables dans la vente d’êtres humains aux esclavagistes européens, mais ils pouvaient aussi revendiquer des réparations puisque l’esclavage avait ravagé les dynamiques organiques de leur développement.

Continuer la lecture de L’engagement d’un leader nigérian pour obtenir réparation de l’esclavage et du colonialisme

“Global Africa” : une nouvelle revue pour un concept militant

Couverture du premier numéro de la revue « Global Africa ». Global Africa
Un article de Giulia Bonacci, historienne, membre de l'Urmis, 
chargée de recherche à l'Institut de recherche pour le développement (IRD), paru initialement le 31 mai 2022 sur le site The Conversation

Alors qu’une nouvelle revue scientifique intitulée « Global Africa » veut corriger la marginalisation de la recherche africaine dans la production scientifique internationale, il est important de revenir sur les origines du concept qui lui donne son nom et sur les enjeux qu’il recouvre.

Continuer la lecture de “Global Africa” : une nouvelle revue pour un concept militant

Étudier les discriminations dans l’enseignement supérieur en France : quels enjeux ?

Un article de plusieurs membres de l'Urmis (Tana Bao, Romane Blassel, Fabrice Dhume, Pierre-Olivier Weiss, dans le cadre de l'équipe de recherche Acadiscri, article publié initialement le 15 mai 2022 sur le site The Conversation...
The Conversation
L’émergence d’un discours ministériel sur le thème des discriminations, dans l’enseignement supérieur, ne s’est donc pas accompagnée d’une problématisation. Shutterstock

Romane Blassel, Université Côte d’Azur; Camille Gillet, Sorbonne Université; Fabrice Dhume, Université Paris Cité; Pierre-Olivier Weiss, Université Côte d’Azur et Tana Bao, Université Côte d’Azur

L’équipe de recherche ACADISCRI (visant à mesurer et analyser systématiquement l’expérience des discriminations vécue à la fois par les étudiant·e·s et par les personnels de l’ESR) est composée de Tana Bao, Romane Blassel, Géraldine Bozec, Marguerite Cognet, Fabrice Dhume, Camille Gillet, Abdellali Hajjat, Christelle Hamel, Hanane Karimi, Cécile Rodrigues, Pierre-Olivier Weiss.

Continuer la lecture de Étudier les discriminations dans l’enseignement supérieur en France : quels enjeux ?

« Les Héritiers » : ce que Bourdieu et Passeron nous ont appris de l’inégalité des chances

Un article de Valérie Erlich, maîtresse de conférences en sociologie à l'Université Côte d'Azur, membre de l'Urmis, publié dans The Conversation le 5 avril 2022

Vingt ans après la disparition de Pierre Bourdieu, voici l’occasion de se pencher à nouveau sur l’un de ses ouvrages les plus commentés, co-écrit avec Jean-Claude Passeron, Les Héritiers, les étudiants et la culture, paru aux Éditions de Minuit en 1964. Bien au-delà du cercle restreint des sociologues, ses analyses firent émerger des débats passionnés sur l’école et restent, près de soixante ans plus tard, d’une grande actualité. Car l’inégalité sociale dans le cadre scolaire demeure un fait patent, aujourd’hui comme hier.

Continuer la lecture de « Les Héritiers » : ce que Bourdieu et Passeron nous ont appris de l’inégalité des chances

Comment les politiques migratoires influencent notre sentiment d’empathie envers les réfugiés

Cet article a été écrit par Jocelyne Streiff-Fénart, directrice de recherche émérite au CNRS, membre de l'Urmis et il est paru le 17 mars 2022 dans The Conversation.

L’exode d’une partie de la population ukrainienne après l’agression russe suscite une énorme vague d’émotion et une mobilisation sans précédent pour leur accueil. En France les élus de tous bords, la maire socialiste de Lille aussi bien que le maire RN de Perpignan, ont mis en place des dispositifs d’accueil et appellent leurs administrés à la solidarité.

Continuer la lecture de Comment les politiques migratoires influencent notre sentiment d’empathie envers les réfugiés

Obtenir l’AME : un parcours du combattant

Un article de Céline Gabarro, sociologue, chercheuse associée à l'Urmis, article publié par la revue De facto, portée par l’Institut Convergences Migrations (https://www.icmigrations.cnrs.fr/2022/02/17/defacto-031-01)

Créée en 2000, l’aide médicale d’État vise à garantir l’accès aux soins des étrangers en situation irrégulière. De nombreux parlementaires l’accusent régulièrement de provoquer des effets d’« appel d’air ». Pourtant, cette prestation sociale s’avère en réalité difficile à obtenir.

Crédits : Oéïde. Source : https://chudijon.reference-syndicale.fr/droit-a-la-sante-de-plus-en-plus-de-laisses-pour-compte/

Régulièrement attaquée par certains parlementaires, notamment lors des votes des lois de finances rectificative, et par des candidats lors des campagnes électorales, l’aide médicale d’État (AME) est accusée d’« attirer les étrangers » en France (voir notre article sur cette question). Elle est contestée à la fois quant à ses conditions d’obtention qui seraient trop faciles à remplir, et son coût présenté comme excessif et exponentiel. Ainsi le 6 décembre 2018, Alain Joyandet, sénateur Les Républicains, s’exclamait en séance : « Personne ne peut le nier, on sait très bien qu’il y a des abus nombreux avec cette AME et que par ailleurs c’est un véritable appel d’air pour l’immigration clandestine ». L’idée d’un durcissement des conditions d’obtention de l’AME et d’une réduction de la protection aux seuls soins urgents est également souvent abordée lors des campagnes présidentielles. C’est le cas actuellement avec Valérie Pécresse, Marine Le Pen ou Nicolas Dupont-Aignan qui proposent de limiter l’AME à des soins spécifiques ou d’urgence, tandis qu’Éric Zemmour souhaite la supprimer totalement. Pourtant, comme en attestent des travaux en sciences sociales, l’AME n’est pas un dispositif très connu des étrangers en situation irrégulière, ni une prestation évidente à obtenir. L’enquête Premiers Pas a ainsi montré que seules 51% des personnes éligibles à l’AME en bénéficient réellement. Et cela même lorsqu’elles déclarent souffrir de maladies nécessitant des soins.

Continuer la lecture de Obtenir l’AME : un parcours du combattant

« Le Vilain Petit Canard » ou l’apprentissage du stigmate

Cette intervention d'Aude Rabaud, maîtresse de conférences à l'Université de Paris et membre de l'Urmis, a été initialement publiée en janvier 2021 par The Conversation et elle est republiée ici sous licence Creative Commons. Lire l’article original.
Illustration réalisée par Milo Winter publiée pour la première fois en 1916 dans la version américaine des contes d’Andersen. Milo Winter/Wikimedia

Aude Rabaud, Université de Paris

Ce podcast vous est proposé dans le cadre de notre série mensuelle « Les couleurs du racisme », un nouveau rendez-vous pour analyser les mécanismes de nos préjugés raciaux et leurs reproductions. S’inscrire à la newsletter.

Dans le cadre de notre série « Les Couleurs du racisme », nous recevons aujourd’hui Aude Rabaud, sociologue et anthropologue, maîtresse de conférences à l’Université de Paris.

Continuer la lecture de « Le Vilain Petit Canard » ou l’apprentissage du stigmate

1922-2022, le centenaire de la « Catastrophe » en Grèce

Cet article de Stélios Moraïtis, doctorant à l'Urmis - Université Côte d'Azur, a été publié sur le site l'association Nantes Histoire : https://nantes-histoire.org/1922-2022-le-centenaire-de-la-catastrophe-en-grece
- Source de la photo en NB : « Le mur de l’humanité de Smyrne », collection George Grantham Bain, Library of Congress, septembre 1922, https://www.loc.gov/item/2014715228/ 

Dans le cadre du centenaire, les événements qui sont communément désignés en Grèce par le vocable de « Catastrophe » donneront lieu en 2022 à toute une série de commémorations. Cette histoire, qui suscite le bouleversement démographique de la région égéenne, constitue en Grèce un tournant historique à tous points de vue dont les conséquences transparaissent aujourd’hui au travers de multiples enjeux politiques, identitaires, mémoriels et historiographiques. Pour plusieurs raisons, ces commémorations donneront un aperçu éclairant de la manière dont l’État, ses habitants et les historiens envisagent de faire face à ces enjeux. J’aborderai ainsi dans cet article des réflexions liées à l’usage public de l’histoire, et notamment les liens qu’entretient l’écriture de l’histoire avec les questions de mémoire, d’identité, de diplomatie ou de nationalisme.

Continuer la lecture de 1922-2022, le centenaire de la « Catastrophe » en Grèce

Migrants : « Ce sont bien les États qui tuent aux frontières de l’Europe »

Image créée par rawpixel.com : https://fr.freepik.com/photos-gratuite/peinture-abstraite-toile_4102596.htm

Une tribune collective parue dans le journal Le Monde (que nous remercions) le 1er décembre 2021. Après la mort d’au moins 27 personnes dans la Manche, plus de 200 universitaires spécialistes des questions migratoires, dont plusieurs membres de l'Urmis, demandent que les États européens, y compris le Royaume-Uni, reconnaissent leurs responsabilités. Texte original : https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/12/01/ce-sont-bien-les-etats-qui-tuent-des-migrants-aux-frontieres-de-l-europe_6104242_3232.html (article réservé aux abonnés)

Mercredi 24 novembre, au moins 27 personnes sont mortes dans la Manche après avoir tenté une traversée en bateau vers les côtes britanniques. C’est le bilan le plus meurtrier de ces dernières années à Calais et ses environs. Pourtant, quiconque connaît la région ne peut s’étonner d’une telle nouvelle. D’abord parce que les frontières – mais surtout les politiques visant à empêcher leur passage – ont tué plus de 300 personnes sur ce seul littoral depuis 1999.

Continuer la lecture de Migrants : « Ce sont bien les États qui tuent aux frontières de l’Europe »

L’observatoire [des réfugiés] et « l’industrie de la crise »

Un texte de Katerina Rozakou (Panteion University of Social and Political Sciences, Athènes) écrit pour le Observatory of Refugee and Migration Crisis in the Aegean (Université de l’Egée), mis en ligne le 14 septembre 2018. https://refugeeobservatory.aegean.gr/en/observatory-and-crisis-industry (Traduction Kali et Ion Argyriadis)

Dans ce texte, je vais soulever un certain nombre de questions qui me préoccupent en tant que chercheuse (assorties d’autocritiques indirectes) ; ce faisant je me demanderai quel rôle doit jouer l’Observatoire au point de vue méthodologique, épistémologique, éthique et finalement politique dans le contexte de la crise des réfugiés. Quelle pourrait être la posture de l’Observatoire dans ce champ, porteur d’enjeux clés et de défis majeurs ? Comment peut-il contribuer à son étude ? Quelles sont les possibilités qui s’ouvrent à lui et les défis auxquels il est également confronté ?

Continuer la lecture de L’observatoire [des réfugiés] et « l’industrie de la crise »