Archives de catégorie : Billets

L’observatoire [des réfugiés] et « l’industrie de la crise »

Un texte de Katerina Rozakou (Panteion University of Social and Political Sciences, Athènes) écrit pour le Observatory of Refugee and Migration Crisis in the Aegean (Université de l’Egée), mis en ligne le 14 septembre 2018. https://refugeeobservatory.aegean.gr/en/observatory-and-crisis-industry (Traduction Kali et Ion Argyriadis)

Dans ce texte, je vais soulever un certain nombre de questions qui me préoccupent en tant que chercheuse (assorties d’autocritiques indirectes) ; ce faisant je me demanderai quel rôle doit jouer l’Observatoire au point de vue méthodologique, épistémologique, éthique et finalement politique dans le contexte de la crise des réfugiés. Quelle pourrait être la posture de l’Observatoire dans ce champ, porteur d’enjeux clés et de défis majeurs ? Comment peut-il contribuer à son étude ? Quelles sont les possibilités qui s’ouvrent à lui et les défis auxquels il est également confronté ?

Ces dernières années, la Grèce a attiré des chercheurs de tous les coins de la planète. Avec la crise des réfugiés et la crise grecque, le pays, jusqu’ici plutôt en position régionale et marginale, est devenu l’épicentre des activités de recherche. J’oserai même affirmer qu’il n’y a pas un seul chercheur travaillant sur le phénomène du régime frontalier européen, de l’aide humanitaire ou de l’immigration qui n’ait « fait un tour » à Lesbos ces deux dernières années. Les publications sur la crise des réfugiés et sur la Grèce se développent à un rythme soutenu. Or, si on réfléchit au fait que deux années sont trop courtes pour faire mûrir des questions de recherche et pour produire un texte de qualité, on entrevoit l’ampleur de la demande que la crise des réfugiés a générée dans le contexte moderne de l’université néolibérale.

Lorsqu’en 2016 j’ai publié un article sur la solidarité avec les réfugiés, basé sur une recherche antérieure dont je discutais les résultats à l’aune des changements induits par la « crise des réfugiés », un collègue bien intentionné m’a dit : « Tu dois absolument mettre refugee crisis dans les mots clés ». Peu importe que le terme ait été ou non entre guillemets, l’essentiel était de le saisir dans les mots-clés. L’essentiel pour moi était de sécuriser ma position dans ce domaine de recherche émergent qui, comme le soulignait à juste titre ce collègue expérimenté, évoluerait rapidement dans les années à venir.

Le phénomène des réfugiés – le déplacement de populations le plus important qui ait eut lieu en Europe après la Seconde Guerre mondiale – n’est pas seulement une question de recherche, n’est pas seulement un problème pour le régime frontalier européen, n’est pas seulement un défi pour l’aide humanitaire. Le phénomène des réfugiés est une énorme opportunité. Ruben Andersson (2014), qui a étudié les flux migratoires entre l’Europe et l’Afrique, a inventé à ce propos la notion très appropriée d’« industrie de l’illégalité » (illegality industry). Cette notion fait référence à un réseau d’acteurs variés, ayant des idéologies, des agendas et des champs d’action très différents mais partageant un point commun : ils participent tous activement à cette industrie lucrative qu’est l’industrie de l’illégalité. L’industrie de l’illégalité comprend tous ceux qui « gèrent » (le concept de gestion étant restrictif, sinon problématique) les déplacements illégaux. On pourrait même dire que leur travail consiste précisément à produire l’immigrant « illégal », en établissant par exemple des procédures d’enregistrement à la frontière ou des mesures de détection, d’arrestation dans les hot spots, puis diverses procédures bureaucratiques. Il s’agit donc en premier lieu des gestionnaires des frontières étatiques et supranationales, des gardes-frontières, des autorités portuaires, de la police, de Frontex. Mais les organisations humanitaires jouent aussi un rôle actif dans cette industrie de l’illégalité, fournissant une aide humanitaire, des biens et des services aux réfugiés et aux migrants. Les migrants qui créent des ONG en font également partie : Anderson fait par exemple référence à des migrants sénégalais expulsés qui ont créé des ONG une fois de retour dans leur pays. A cette industrie participent de même journalistes et photographes. Je pourrais ajouter d’innombrables autres figures impliquées, en lesquelles vous pourriez tous reconnaître une partie de l’éventail d’acteurs composant le paysage qui caractérise Lesbos ces dernières années.

Une partie enfin de cette industrie de l’illégalité est constituée par nous autres chercheurs, dont le travail est d’étudier le résultat de notre propre production (car bien sûr cette industrie est productive) c’est-à-dire les articles, les études, les livres. Des chercheurs qui couvrent leurs frais avec leur salaire, avec les subventions de recherche qui contribuent à leur survie, avec les financements occasionnels qui fluctuent selon l’importance des événements et favorisent l’étude d’un phénomène contemporain stimulant, d’un problème, ainsi qu’est signifié le phénomène des réfugiés. Des chercheurs dont le profit est entre autres le capital symbolique qu’ils accumulent grâce à la production de connaissances. En disant cela, je ne veux pas sous-estimer le défi que celle-ci constitue à ce stade. La dichotomie entre profit et altruisme, la distinction entre ceux qui « gagnent de l’argent » grâce à la crise des réfugiés et les militants désintéressés, n’est d’ailleurs ni heuristique ni opératoire. Ce que je veux souligner, c’est qu’évidemment les réfugiés sont une opportunité pour tous ceux qui sont impliqués dans cette industrie de crise. Gardant cela à l’esprit, je n’ai ni l’intention d’altérer leur motivation ni de leur faire la morale sur leur connaissance et leur production. Mais il serait naïf et dangereux d’ignorer les défis éthiques posés par l’étude du phénomène des réfugiés, de même que ceux de tout phénomène impliquant l’étude des humains ou d’autres organismes vivants, et peut-être pas seulement des vivants.

Outre les questions éthiques que je viens d’évoquer brièvement, l’étude des réfugiés pose de sérieuses questions méthodologiques. Celles-ci concernent les choix méthodologiques éventuellement incomplets, fragmentaires et opportunistes des chercheurs. Autrement dit une courte visite de deux jours, une recherche insuffisamment poussée suffit-elle pour produire une étude approfondie ? Dans le régime tendu des frontières européennes, l’étude du phénomène des réfugiés n’est par ailleurs pas sans entraves. A Lesbos par exemple, on peut se rendre facilement dans certains endroits mais pas dans d’autres. Il y a des endroits, comme le camp de Moria, où se côtoient à la fois violence structurelle, abandon, contrôle, anarchie et chaos. L’accès des chercheurs y est extrêmement problématique. Il n’est généralement possible que sous la forme d’une visite occasionnelle d’un jour ou deux. Mais malgré tout ce que j’ai mentionné ci-dessus et tout ce que cela implique, je crois en l’importance et en la nécessité de faire de la recherche spécialement sur ces terrains. Je crois qu’il est nécessaire pour les chercheurs de s’efforcer d’obtenir un accès plus large, plus substantiel et moins opportuniste à ceux-ci ; de développer une approche qui mette en valeur le quotidien des frontières, les expériences et la routine quotidienne des personnes qui y vivent et y travaillent, une approche qui mette en lumière – sous forme d’analyse réfléchie et non de critique superficielle émise depuis une position de supériorité morale – la violence qui s’exerce aux frontières, non seulement contre les migrants et les réfugiés mais aussi contre les travailleurs. L’Observatoire peut-il y contribuer dans le cadre de l’Université de l’Égée, en tant qu’institution appartenant à l’université grecque, en tant qu’élément de la communauté locale, en tant qu’organisme qui transmet et produit des connaissances ?

Pour finir, je voudrais élargir le débat en évoquant le dernier défi que constitue cette politique pour la contribution de l’Observatoire à la production de connaissances. Il y a trente ans, Michael Herzfeld (2004), avec sa combativité bien connue, a remis en question les approches propres à l’ethnographie méditerranéenne, ou à l’anthropologie de la région méditerranéenne. Herzfeld a inventé la notion de Mediterraneanism, en s’inspirant de celle d’orientalisme proposée par Edward Said. Il a émis cette critique en soulignant le fait que la Méditerranée avait été découverte par les anthropologues après les années 1950. Peu à peu, la région méditerranéenne, en tant qu’aire culturelle régie par des caractéristiques culturelles, des codes moraux, des valeurs communes, est devenue pour l’anthropologie « l’autre » de l’Europe. En lieu et place des tribus d’Afrique, on trouvait au sud de l’Europe les sociétés de la Méditerranée. Herzfeld a particulièrement insisté dans ses autres travaux sur la façon dont la Grèce occupe, au sein de la théorie anthropologique, la même position régionale et finalement marginale qu’au sein de la Communauté européenne (Herzfeld 1988). Pas tout à fait européenne, la Grèce est un pays en marge géographique et symbolique de l’Europe. Elle n’est qu’un champ de recherche : non pas un lieu de production de connaissances mais un terrain, un matériel de recherche. Nous devons repenser cette hiérarchie globale des savoirs et des valeurs et peut-être la confronter aux circonstances actuelles. Car le phénomène des réfugiés, sujet devenu à la mode, risque de devenir un lieu de reproduction des stéréotypes et de cette hiérarchie globale des savoirs.

Comment l’Observatoire peut-il faire face à cela, comment produire une théorie ethnographique à partir d’un nouveau terrain ethnographique « brûlant » et non l’inverse ? Autrement dit, comment éviter d’utiliser le cas des réfugiés et de la Grèce pour reproduire les modèles théoriques émis depuis les centres du savoir anthropologique, en Europe ou aux USA ? C’est cette posture que je défends, non pas du point de vue d’un nationalisme épistémologique mais bien en tant qu’acte politique et de connaissance.

  • Andersson, Ruben. 2014. Illegality Inc. Clandestine Migration and the Business of Bordering Europe. Oakland : University of California Press.
  • Herzfeld, Michael. 2005. « Practical Mediterraneanism: Excuses for Everything, from Epistemology to Eating ». In W.V. Harris (dir.), Rethinking the Mediterranean, 45-63. Oxford: Oxford University Press.
  • Herzfeld, Michael. 1998 [1987], Η ανθρωπολογία μέσα από τον καθρέφτη: Κριτική εθνογραφία της Ελλάδας και της Ευρώπης. Αθήνα: Αλεξάνδρεια.

Voir aussi : https://refugeeobservatory.aegean.gr  (plusieurs billets sont en anglais)

L’héritage de Donald Trump dans la politique migratoire mexicaine

Un article de Maria Dolores PARIS POMBO, Chercheuse, Département d’Études culturelles, El Colef (Tijuana, Mexique), publié le 20 janvier 2021 sur la page de El Colef : https://www.colef.mx/estudiosdeelcolef/el-legado-de-donald-trump-en-la-politica-migratoria-mexicana

Depuis des décennies, on peut observer l’influence du gouvernement étatsunien sur la politique migratoire mexicaine. Les opérations destinées à contenir les flux migratoires au Mexique ont été réalisées à des moments-clés des négociations entre les deux gouvernements, qu’elles soient migratoires ou commerciales. L’une a été lancée en 1993 au moment de la fondation de l’Institut National de Migration quelques mois avant l’entrée en vigueur du Traité de Libre Commerce d’Amérique du Nord (TLCAN). En 2001, au moment où le gouvernement de Vicente Fox négociait un accord migratoire avec celui de Georges W Bush, le Mexique a mis en route le Plan Sud et établit plusieurs ceintures de contention des migrants près de la frontière avec le Guatemala. A l’été 2014, quand le président Barack Obama a déclaré une crise humanitaire à la suite de l’arrivée massive d’enfants et d’adolescents non accompagnés, son vice-président, Joseph Biden, s’est rendu au Mexique pour négocier des mesures de contention de la  migration centraméricaine. Deux jours plus tard, le président Enrique Peña Nieto annonçait la mise en route du Plan Intégral pour la Frontière Sud. Avec une stratégie très similaire à celle du Plan Sud (2001-2003), ce programme consistait à établir les mêmes ceintures de sécurité entre l’Isthme de Tehuantepec, au sud du pays, et la frontière avec le Guatemala, et à déclencher de multiples opérations destinées à faire descendre les migrants centraméricains des trains de marchandises.

Mais au cours des dernières années, à travers plusieurs accords entre les gouvernements de Donald Trump et de Andrés Manuel López Obrador, nous avons assisté à des changements qui représentent une inflexion dans la politique migratoire et qui auront des effets durables dans toute la région.

1) En décembre 2018, pour la première fois de son histoire et en violant ses propres lois, le Mexique a accepté de recevoir sur son territoire des personnes ayant entamé des démarches d’immigration et de demande d’asile dans des tribunaux étatsuniens. Cette politique, connue sous le nom de “Reste au Mexique”, et officiellement appelée Protocoles de Protection du Migrant, a entraîné, en deux ans, le renvoi de près de 70 000 demandeurs d’asile non mexicains au Mexique.  En d’autres termes, nous pouvons affirmer que le territoire mexicain s’est transformé en une gigantesque salle d’attente où les personnes étrangères particulièrement vulnérables et supposées protégées par le droit international sur le statut des réfugiés, ont été contraintes de s’établir dans le pays voisin pendant les mois ou les années qu’a duré leur processus d’immigration ou d’asile. La plupart d’entre elles ont vécu sans aide d’aucun des deux gouvernements, dans des conditions extrêmement précaires et soumises à de multiples violations de leurs droits. Avec la crise sanitaire et la fermeture partielle de la frontière terrestre, leurs procès migratoires aux États-Unis ont été repoussés indéfiniment, tout comme leur séjour au Mexique.

2) La militarisation du contrôle migratoire au Mexique avec la participation de la Garde Nationale, composée principalement de membres de l’armée, est un autre changement fondamental. Elle s’est produite en réponse immédiate à Donald Trump, en mai 2019, qui a menacé d’augmenter progressivement les droits de douane de 5 % à 25 % sur tous les produits tant que le problème de l’’immigration clandestine ne serait pas résolu. Le gouvernement mexicain lui a répondu en réalisant des changements législatifs et institutionnels avec une rapidité surprenante pour mobiliser, en moins d’un mois, près de 6000 membres de la toute nouvelle Garde Nationale sur la frontière sud et 15000 autres sur la frontière nord. 

3) Avec le confinement sanitaire dû à la pandémie du COVID-19 et la fermeture partielle des frontières terrestres décrétée par les Etats-Unis le 20 mars 2020, le gouvernement américain a ordonné à la Patrouille Frontalière de renvoyer vers les pays limitrophes (Mexique et Canada), de manière expéditive, toute personne qui passerait la frontière de manière irrégulière.  Dans une note de presse, le Ministère des Affaires Etrangères (Secretaría de Relaciones Exteriores) a accepté que des migrants étrangers soient renvoyés au Mexique. De mars à décembre 2020, la Patrouille Frontalière a expulsé vers le Mexique 380 000 migrants, sans vérifier leur nationalité et de manière expéditive.

« Prototipo de muro », 2018, Alfonso Caraveo

4) La fermeture partielle de la frontière terrestre d’une durée de 9 mois, n’a pas non plus d’équivalent dans l’histoire de la région ; cela crée un précédent non seulement en matière migratoire mais aussi pour un large éventail de domaines concernant la population qui vit dans la région frontalière. Bien que les gouvernements aient interdit « les passages non essentiels de la frontière » à cause de l’urgence sanitaire, en fait, la fermeture partielle n’a été effective que du sud vers le nord : l’Institut National de Migration mexicain n’a pas contrôlé la circulation des véhicules vers le Mexique, de sorte que tous les passages du nord vers le sud ont continué à se faire sans entrave, que ce soit pour les affaires, les études, les loisirs, le tourisme, la santé ou tout autre objectif. 

Le gouvernement du Mouvement de Régénération Nationale (Movimiento de Regeneración Nacional (MORENA) est arrivé au pouvoir en décembre 2018 avec la promesse d’un changement de régime et d’une grande transformation de tous les domaines de l’Etat, y compris la politique migratoire. Les nouveaux gouvernants ont déclaré que contrairement à leurs prédécesseurs, ils mèneraient une politique régie par les principes des droits humains et du développement. A peu de temps de là, le gouvernement de Donald Trump les a forcés à prendre une toute autre voie.

« Prototipo de muro », 2018, Alfonso Caraveo

L’arrivée de Joseph Biden semble augurer des politiques et des lois bien plus favorables aux immigrants et aux demandeurs d’asile. Les déclarations récentes de Andrés Manuel López Obrador après sa première conversation téléphonique avec le nouveau président étasunien sont étonnamment semblables aux discours qui prévalaient au début de son gouvernement : on parle de nouveau de stimuler le développement au Mexique et en Amérique centrale, d’une migration sûre et d’une politique en accord avec les droits humains des migrants. Cependant, les conditions politiques et économiques ont subi un changement radical au cours de l’année écoulée, en grande partie à cause de la profonde crise sanitaire que connaissent les deux pays. Parmi les défis que devra affronter le nouveau gouvernement étatsunien, l’immigration ne sera probablement pas une priorité. L’héritage de Donald Trump dans la politique migratoire mexicaine ne disparaîtra ni à court ni à moyen terme.

Avortement légal en Argentine ! Et ailleurs en Amérique latine ?

Un article d'Olga L. Gonzalez, sociologue, chercheure associée à l'Urmis et Fellow de l’Institut Convergences Migrations, article publié le 5 janvier 2021 sur son blog.

La loi qui autorise l’avortement en Argentine, votée le 30 décembre 2020, est sans conteste le fruit de l’imposante mobilisation des féministes de ce pays. Pourquoi, dans la plupart des autres pays du continent, un débat parlementaire ouvrant le droit à l’IVG est aujourd’hui improbable ? Quelles sont les stratégies des féministes ailleurs ?

Le Parlement argentin a voté, à la toute fin de l’année 2020, une loi historique qui légalise l’avortement dans ce pays. L’interruption volontaire de grossesse devient légale jusqu’à la quatorzième semaine de la grossesse. Après Cuba, l’Uruguay, le Guyana et Puerto Rico, l’Argentine devient le cinquième pays d’Amérique latine à autoriser ce droit fondamental aux femmes. Du fait de son importance dans le continent, on pourrait penser que ce vote influera grandement dans les débats relatifs à l’avortement dans plusieurs autres pays d’Amérique latine. Cependant, on le verra, le débat se déroule de manière très différente dans les autres pays. En particulier, il est peu probable qu’un débat parlementaire y ait lieu.

Avant d’examiner les termes du débat et les lois relatives à l’avortement dans le reste du continent, il convient de s’interroger sur les raisons du revirement politique argentin. Il faut en effet se rappeler de l’immense déception de 2018, quand le Sénat argentin, lors d’un vote très serré, se prononça majoritairement contre le projet de loi pour l’avortement, alors que dehors, les rues étaient gagnées à la cause de l’avortement. La déception fut d’autant plus grande que c’était la première fois que le Parlement argentin examinait un projet de loi sur cette question. Qu’est-ce qui a changé depuis ? Quels facteurs expliquent le triomphe politique d’aujourd’hui ?

Le changement dans l’exécutif a été pointé par des analystes comme un facteur déterminant. En effet, le président Alberto Fernandez, péroniste, a été un soutien ferme de la loi. Aujourd’hui, il affirme aujourd’hui s’être toujours opposé, en tant que professeur universitaire (il est juriste), à la pénalisation des femmes qui avortent. Dès 2018, et avant de devenir candidat présidentiel, il avait ouvertement pris parti pour l’IVG ; celle-ci fut également une de ses promesses durant la campagne électorale de 2019. Mais ce soutien politique semble traduire surtout la volonté de se mettre en phase avec la majorité des citoyens. Le cas de son prédécesseur, Mauricio Macri est, lui très éloquent. Opposé personnellement à l’avortement, celui qui affirmait en 2015 : « L’Argentine n’est pas prête pour ce débat », ouvrait les séances parlementaires de 2018 en invitant à réaliser un débat sur l’avortement.

Dans ce même registre de volte-face politique, rappelons que l’ancienne présidente péroniste Cristina Kirchner (2007 – 2015) avait été, elle aussi, une ferme opposante à ce droit en raison de ses convictions personnelles. Si elle a changé d’avis en 2018, tout comme plusieurs autres députés et personnalités politiques, c’est sans aucun doute à cause de l’immense mobilisation féministe en Argentine.

Juin 2018. Face au Congrès, les opposants à la loi (à gauche) et les partisans de la loi (à droite) © Prensa obrera - https://www.prensaobrera.com/politicas/42817-en-las-calles-la-multitud-a-favor-de-la-ley-impuso-su-presencia, CC BY-SA 4.0, https:/ Juin 2018. Face au Congrès, les opposants à la loi (à gauche) et les partisans de la loi (à droite) © Prensa obrera – https://www.prensaobrera.com/politicas/42817-en-las-calles-la-multitud-a-favor-de-la-ley-impuso-su-presencia, CC-BY-SA 4.0

La lutte pour l’avortement est une des causes majeures du très dynamique et très divers mouvement féministe argentin. La « marée verte », du nom du symbole de la manifestation pour le droit à l’avortement (le foulard vert est brandi par les partisans de l’avortement, bien qu’on ignore l’origine précise de ce symbole) s’inscrit pleinement dans les mobilisations récentes dans le pays, et notamment celles, très imposantes, contre les féminicides (#NiUnaMenos), dès 2015. Porté majoritairement par les jeunes, ce mouvement est présent dans l’espace public sous le mode traditionnel des manifestations et également dans les réseaux sociaux. Dans tous les cas, il entend bousculer le patriarcat et son système de valeurs et de privilèges. Le projet de loi de 2018, puis celui présenté en 2020, ont été un catalyseur des différents secteurs féministes, des groupes locaux aux grandes fédérations d’étudiants, en passant par les représentants de syndicats, les mouvements de chômeurs, des usines « récupérées », etc. En somme, les deux projets de loi (2018 et 2020) sont la suite de cette immense mobilisation féministe (dont on peut voir des traits dans le documentaire de Felipe Solanas, Que sea ley).

Qu’en est-il des autres pays d’Amérique latine ? Au niveau légal, l’avortement y est pénalisé sauf, en règle générale, pour les exceptions relatives à ce que l’on nomme communément l’ « avortement thérapeutique », c’est-à-dire 1) l’interruption médicale de grossesse en cas de risque vital pour la femme enceinte ou 2) en cas de malformation du fœtus. Un troisième cas de figure, en cas de viol de la mère, est parfois pris en compte également. Cependant, tous les pays n’autorisent pas ces trois cas de figure (ainsi, au Pérou et en Équateur l’avortement n’est pas autorisé en cas de viol). De plus, certains pays (comme le Nicaragua, le Honduras, El Salvador ou la République Dominicaine) n’autorisent l’avortement sous aucuns cas de figure. Les procès et les peines sont sévères. Ainsi, au Salvador, au Pérou, en Colombie, en Équateur, au Mexique, des femmes sont dénoncées, poursuivies, harcelées, poussées au suicide, emprisonnées. L’avortement clandestin se pratique cependant au su de tout le monde, moyennant des sommes et des contacts que les femmes les plus pauvres, les plus isolées ou les plus jeunes ne peuvent pas se procurer. Ce sont elles qui courent le plus de risques en termes de santé ; ce sont elle, également, qui sont le plus souvent poursuivies dénoncées et pénalement poursuivies.

Dans un tel contexte, quel est le type de mobilisation déployé par les femmes ? Prenons le cas de la Colombie, troisième pays le plus peuplé du continent latino-américain après le Brésil et le Mexique. L’avortement y est autorisé dans les trois cas de figure signalés plus haut. Cependant, les avortements légaux ne représentent qu’une fraction des centaines de milliers d’avortements clandestins qui sont réalisés tous les ans. Et alors même qu’elles auraient théoriquement droit à l’avortement, de très nombreuses femmes ne réussissent pas à se faire pratiquer une IVG (une des raisons peut être, par exemple, le refus des gestionnaires d’établissements de santé d’autoriser cette intervention).

Les groupes féministes, conscients de cette situation, dénoncent les « barrières systémiques » pour avorter, même légalement. Études et données à l’appui, elles ont demandé à la Cour Constitutionnelle de statuer sur le droit à l’avortement. Pourquoi passer par les instances juridiques ? En Colombie comme dans la plupart des autres pays d’Amérique latine, il n’existe aucune possibilité pour que la dépénalisation de l’avortement soit votée au Parlement. Bien au contraire : les rares occasions où ce sujet a été abordé dans le Parlement se sont soldées par un énorme échec. Les raisons ? D’un côté, les partis hégémoniques dans ces parlements se situent aujourd’hui à droite. D’autre part, un bon nombre de députés appartiennent à des églises (qu’ils appartiennent ou non à des partis religieux) et militent contre les droits des femmes. Enfin, même dans les partis les plus progressistes, ou situés à gauche dans l’échiquier politique, le recours à l’IVG ne fait pas le consensus.

En conséquence, les ONG féministes déploient des stratégies juridiques: c’est par le biais de « tutelas  », un recours constitutionnel interposé par les citoyens en cas d’atteintes à leurs droits fondamentaux1, ou en évoquant des lois supranationales2, qu’elles espèrent obtenir des modifications légales. Ainsi, régulièrement, les juges et les magistrats doivent résoudre ces recours légaux. De fait, avant 2006, tous les cas de figure de l’avortement étaient interdits par la loi en Colombie. Une tutela permit d’autoriser les trois cas cités, qui cependant ne sont pas respectés et donnent lieu à de nouveaux recours de la part de femmes.

Bogota, 2020. Des militantes féministes brandissent le foulard vert devant le Palais de Justice, siège de la Cour Constitutionnelle qui doit examiner une "tutela" pour l'IVG. © Movimiento Causa Justa Bogota, 2020. Des militantes féministes brandissent le foulard vert devant le Palais de Justice, siège de la Cour Constitutionnelle qui doit examiner une « tutela » pour l’IVG. © Movimiento Causa Justa

Un changement sur le fond est-il possible ? En 2021, la Cour Constitutionnelle colombienne devra statuer sur un nouveau recours de tutela. Les plaignantes espèrent, une fois pour toutes, dépénaliser l’avortement. Cependant, leurs chances sont minces. D’un côté, les opposants à l’avortement sont forts et très organisés. Ils rassemblent les adeptes des églises (catholique et pentecôtistes) et les partis et secteurs conservateurs. Ils interposent, eux aussi des recours juridiques pour le restreindre davantage. D’autre part, les décisions dépendent de la présence de forces progressistes au sein des hautes Cours. Enfin, et surtout, ce type de débat porte sur des aspects juridiques relativement techniques et complexes, qui ne mobilisent pas la population. Or, comme l’expérience argentine le montre, les changements politiques s’inscrivent dans un cadre plus large de mobilisations féministes et de changement des mentalités. Il reste cependant à espérer que le grand bond en avant en Argentine insufflera des forces également aux mouvements féministes, bien présents dans les autres pays de la région.

  1. Bien qu’inspirée de l’ « amparo » espagnol, la « tutela » n’a pas de réel équivalent ailleurs dans le monde. Pour ses fondements juridiques, voir Manuel J. Cepeda, « El derecho a la Constitución en Colombia: entre la rebelión pacífica y la esperanza”, Revista española de derecho constitucional, año 15, número 44, mayo-agosto 1995. []
  2. Notamment, sont mobilisés les principes et les lois contenus dans la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme, CIDH, institution rattachée l’Organisation des États Américains et basée à Washington. Les juristes latino-américains s’appuient sur les décisions de cette institution pour appuyer leurs demandes. []

En Éthiopie, « le gouvernement français devrait œuvrer pour une cessation rapide des hostilités »

Giulia Bonacci, historienne et chercheuse à l’Urmis, fait partie des signataires de cet appel collectif publié dans le journal Le Monde le 25/11/2020.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/11/25/en-ethiopie-le-gouvernement-francais-devrait-uvrer-pour-une-cessation-rapide-des-hostilites_6061068_3212.html

Un collectif de chercheurs, alarmé des « conséquences désastreuses » du conflit en cours au Tigré, lance un appel à la France et à l’Europe.

A Humera, à  la frontière entre l’Ethiopie et l’Erythrée, le 24 novembre 2020.
A Humera, à  la frontière entre l’Éthiopie et l’Érythrée, le 24 novembre 2020. EDUARDO SOTERAS/AFP

Tribune. Depuis le 4 novembre, la région éthiopienne du Tigré connaît une guerre aux conséquences humanitaires désastreuses. En tant que communauté académique française investie dans l’étude de ce pays et de son histoire, attachée à ses sociétés et à ses habitants, nous nous alarmons de la situation et appelons le gouvernement français à œuvrer dans le sens d’une cessation rapide des hostilités.

Le conflit oppose le gouvernement fédéral éthiopien au gouvernement régional du Tigré, dirigé par le Front populaire de libération du Tigré (TPLF). Le blocage complet des communications dans la région rend la récolte d’informations difficile. On sait cependant déjà que la guerre a entraîné plusieurs massacres de civils et que des armes lourdes (artillerie, bombardements) sont utilisées. Lire aussi En Ethiopie, le gouvernement prédit la « phase finale » de l’offensive sur le Tigré

Les villes de Dansha, May Kadra, Humera, Addi Ramets, Alamata, Shire, Aksum et Adigrat ont été prises par l’armée fédérale après d’âpres combats et de lourdes pertes parmi les combattants, et la ville de Makalé, cible de frappes aériennes, est désormais assiégée. Des administrations et des infrastructures comme des centrales électriques ou des ponts ont été détruites, compliquant considérablement la fuite des civils. Ces derniers ne peuvent sortir du pays que par le Soudan, éloigné de plusieurs centaines de kilomètres des hautes terres les plus peuplées. Le 20 novembre, l’ONU chiffrait à plus de 33 000 le nombre de civils éthiopiens ayant fui les combats en se réfugiant au Soudan, après deux semaines de combat.

Médicaments, criquets et liquidités

Alors que la pandémie de coronavirus continuait de s’y déployer, le Tigré et plusieurs régions d’Ehiopie ont fait face ces dernières semaines à une invasion de criquets, menaçant les récoltes. Du fait du conflit politique ouvert avec le gouvernement central, les habitants du Tigré n’ont pas bénéficié d’appui fédéral dans leur lutte contre les criquets. La guerre a commencé au début de la période des récoltes, dans une région dont environ quatre cinquièmes des habitants dépendent de l’agriculture vivrière.

De plus, après l’organisation par le TPLF d’élections régionales contestées en septembre, le gouvernement fédéral a décidé de la suspension des transferts de fonds vers l’administration régionale. Cette suspension comprend le Productive Safety Net Program, une aide alimentaire dont dépendent environ un million d’habitants du Tigré.

INFOGRAPHIE LE MONDE

A Makalé et dans les villes du Tigré, les banques ont été fermées, puis les retraits soumis à un plafond de 2000 birrs (45 euros), entraînant de fait un manque de liquidités. Les villes manquent de médicaments de base, d’essence et le prix des denrées alimentaires a fortement augmenté.

La guerre ne réglera ni les oppositions entre les différents partis politiques, ni les fractures au sein des élites éthiopiennes. Les civils font face aux conséquences désastreuses d’un conflit qui menace de s’étendre aux autres régions d’Ethiopie et aux pays voisins.

Nous appelons le gouvernement français et l’Union européenne à prendre position en faveur d’une cessation rapide des hostilités et à œuvrer en ce sens.

SIGNATAIRES : David Ambrosetti, politiste, CNRS, LAM/Sciences Po Bordeaux ; Martina Ambu, doctorante en histoire, Collège de France ; Stéphane Ancel, historien, chargé de recherche au Centre d’études en sciences sociales du religieux, CNRS, Paris ; Vincent Ard, préhistorien, chargé de recherche au CNRS, Toulouse ; Jean-Nicolas Bach, politiste ; Anne Benoist, archéologue, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon ; Guillaume Blanc, historien, maître de conférences à l’université Rennes 2 ; Ninon Blond, géographe, ENS, Lyon ; Giulia Bonacci, historienne, chargée de recherche à l’IRD, université Côte d’Azur ; Jean-François Breton, archéologue, CNRS ; Claire BoscTiessé, historienne de l’art, conseillère scientifique à l’INHA, chargée de recherche au CNRS, Paris ; Jessie Cauliez, préhistorienne, chargée de recherche au CNRS, Toulouse ; Amélie Chekroun, historienne, chargée de recherche au CNRS, Aix-en-Provence ; Isabelle Crevecœur, paléoanthropologue, chargée de recherche CNRS, université de Bordeaux ; Anne Damon-Guillot, ethnomusicologue, professeure d’université, UJM, Saint-Etienne ; Anne Delagnes, préhistorienne ; Marie-Laure Derat, historienne, directrice de recherche au CNRS, Orient et Méditerranée, Paris ; Cécile Doubre, géophysicienne, université de Strasbourg ; Elise Dufief, politiste et coopération internationale ; Samir El Ouaamari, agronome et géographe, maître de conférences, Agroparistech ; François Enten, anthropologue ; Eloi Ficquet, anthropologue et historien, EHESS ; Karen Fontijn, volcanologue, Université libre de Bruxelles (Belgique) ; Emmanuel Fritsch, chercheur indépendant ; Marzia Gabriele, archéologue ; Iwona Gajda, historienne, épigraphiste, CNRS, Orient et Méditerranée, Paris ; Jean-François Girard, géophysicien, professeur, université de Strasbourg ; Yves Gleize, archéologue, Orient et Méditerranée, Paris ; Anne-Lise Goujon, archéologue ; Raphaël Grandin, géophysicien, maître de conférences, Institut de physique du Globe de Paris ; Pierre Guidi, historien, CEPED, IRD ; Thomas Guindeuil, historien, chercheur associé à l’IMAF ; Chloé Josse-Durand, politiste, IFRA, Nairobi (Kenya) ; Makéda Ketcham, réalisatrice de films documentaires ; Lamya Khalidi, préhistorienne, archéologue, chargée de recherche au CNRS, Nice ; Mehdi Labzaé, sociologue ; Anaïs Lamesa, archéologue ; René Lefort, chercheur indépendant ; Alice Leplongeon, préhistorienne ; Julien Loiseau, historien, professeur des universités, Aix-Marseille ; Roland Marchal, chercheur CNRS/Sciences Po, Paris ; Sigrid Mirabaud, conservatrice en chef du patrimoine, INHA, Paris ; Yanis Mokri, doctorant en histoire à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne ; Carlo Mologni, géomorphologue, CNRS, université Sophia Antipolis ; Clélie Nallet, chargée de recherches en sciences sociales ; Clive Oppenheimer, volcanologue, Cambridge (Royaume-Uni) ; Hervé Pennec, historien, chargé de recherche au CNRS, IMAF ; Raphaël Pik, géologue, directeur de recherche au CNRS, CRPG, Nancy ; Pierluigi Piovanelli, historien, directeur d’études sciences religieuses, Laboratoire d’études sur les monothéismes, EPHE, PSL, Paris ; Sabine Planel, géographie politique, chargée de recherche IRD, IMAF ; Sandrine Prat, préhistorienne, paléoanthropologue, directrice de recherche au CNRS, Paris ; Gérard Prunier, historien et politologue ; Jérémie Schiettecatte, archéologue, chargé de recherche au CNRS, Orient et Méditerranée ; Wolbert Smidt, ethnohistorien ; Anne Socquet, géophysicienne, physicienne du CNAP, université de Grenoble ; Estelle Sohier, maître d’enseignement et de recherche, université de Genève (Suisse) ; Céline Vidal, volcanologue, université de Cambridge (Royaume-Uni) ; Emmanuelle Vila, archéozoologue, chargée de recherches au CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon ; Anaïs Wion, historienne, chargée de recherche au CNRS, Institut des mondes africains.

Par quoi l’Université est-elle menacée ?

Jocelyne Streif-Fénart

Suite à la polémique suscitée par les propos du ministre de l'éducation nationale quant à la menace islamo-gauchiste à l'université, Jocelyne Streiff-Fénart, ancienne directrice de l'URMIS, a rédigé un propos qui, bien que n'appartenant qu'à son autrice, reflète la position d'un certain nombre de membres de l'Urmis. Merci à elle !
Swanie Potot, directrice de l'Urmis 

La sortie de Jean Michel Blanquer sur l’islamo-gauchisme à l’université ne tombe pas du ciel. Elle s’inscrit dans une série d’accusations visant en particulier les sciences sociales, venant de l’extérieur ou s’exprimant en leur sein, qui s’emploient à dénoncer leurs « dérives » dans plusieurs directions :

  • réfuter leur travail de compréhension des ressorts sociaux de comportement illicites (par exemple la délinquance, le terrorisme) comme des « excuses » dédouanant leurs auteurs de leur responsabilité. En 2015, Manuel Valls dénonçait les « explications sociologiques ou culturelles des phénomènes de terrorisme ».
  • dénoncer le « déni » de vérités scientifiques « dérangeantes »  qui seraient occultées par l’auto-censure des chercheur.e.s : le poids des cultures familiales sur les comportements délinquants ou la « réalité » des flux migratoires.
  • les accuser de trahir les valeurs de la République (la laïcité, la culture de l’universel) dans les lieux (l’université) et par les acteurs (les enseignants fonctionnaires) qui seraient les premiers chargés de la diffuser. Sont visés notamment les études post-coloniales, les termes d’islamophobie ou de racisme d’Etat, le communautarisme « à l’américaine ».

La déclaration de J. M. Blanquer franchit un pas supplémentaire :  parce qu’elle émane du Ministre de l’Éducation, parce qu’elle met à l’index des universitaires désignés par un terme (islamo-gauchiste) d’abord cantonné aux polémiques dans la sphère politique, parce qu’elle suggère une relation de causalité entre des enseignements et la radicalisation islamiste, parce qu’elle appelle à un contrôle du contenu de l’enseignement.  

Le caractère disruptif de cette déclaration est attesté par le fait qu’au-delà des protestations des enseignants-chercheurs, elle a suscité des réactions de la part des institutions du monde universitaire : la Conférence des Présidents d’Université (CPU), mais aussi la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

La réponse de F. Vidal à J. M. Blanquer est intéressante à double titre : d’une part, contrairement à la consternante tribune « des cent » (https://manifestedes90.wixsite.com/monsite), elle rend manifeste ce qui sépare la pensée scientifique de la rhétorique politico-idéologique. La Ministre y inflige notamment un désaveu cinglant de la stigmatisation du « comprendre », et des idées « importées », requalifiées en « confrontation d’idées » (https://www.lopinion.fr/edition/politique/l-universite-n-est-pas-lieu-d-encouragement-d-expression-fanatisme-227464).

D’autre part, cette affirmation de la transnationalité de la science est de façon paradoxale soutenue par l’affirmation qu’il incombe aux universitaires de transmettre les valeurs de la République :  « C’est à l’université que sont formés nos enseignants et c’est en ce lieu qu’ils reçoivent comme un héritage à transmettre aux plus jeunes, à l’école, les valeurs et les principes de la République : la liberté d’expression naturellement comme la tolérance et le respect qui sont au cœur de notre conception de la laïcité ». On ne s’étonnera guère de cette conception ministérielle du rôle de l’Université qui vient justifier l’amendement au projet de loi de programmation de la recherche (LPR) conditionnant l’exercice des libertés académiques au « respect des valeurs de la République ».

Cette conception nationaliste de l’enseignement universitaire soulève une question qui mérite d’être abordée de front : les universitaires sont-ils investis de la mission de transmettre des valeurs ? de défendre des principes ? de préserver un héritage ? S’agissant en particulier des sciences sociales leur mission consiste à transmettre des connaissances fondées sur des enquêtes et à les faire progresser en les mettant en débat, à forger de nouveaux concepts (dont « racisme d’état », « privilège blanc », « colonialité du pouvoir ») pour rendre compte des évolutions en cours dans les sociétés et à les soumettre à la critique des pairs, y compris sous forme d’oppositions parfois polémiques au sens universitaire de la disputatio.

C’est ce qu’elles font par exemple :

  • En mettant en évidence les discriminations par l’établissement de données statistiques fondées sur l’origine et en ouvrant un débat sur leur potentiel d’essentialisation des catégories ethniques.
  • En renouvelant l’étude du racisme : par l’hypothèse de son caractère systémique soumise à l’épreuve  d’études empiriques sur les institutions comme la police, les organismes de logement ou l’école ; par le développement d’analyses sur les liens entre modernité, esclavage et hiérarchisation raciale.
  • En s’interrogeant sur le poids de l’héritage colonial et en confrontant ses interprétations divergentes, en explicitant les ruptures épistémologiques et leurs limites, comme pour les postcolonial studies et la notion de postcolonial.
  • En débattant sur la prédominance de la position économique (la classe) ou de la différence anthropologique (la race, la culture) dans la hiérarchisation sociale.
  • En mettant en évidence les processus d’assignation  à l’œuvre dans les constructions d’identités (en proposant par exemple de nouveaux termes comme « racisé », « racialisation »), ce qui ne relève pas d’une essentialisation mais du contraire.

Cette mission de production et de transmission des connaissances implique de retracer l’histoire et d’analyser la genèse de notions comme la Nation, la laïcité, l’universalisme, de prendre un recul critique sur leurs fonctions politiques et leurs usages rhétoriques.

Le monde universitaire a ses propres valeurs qui ne demandent pas à être enseignées, encore moins inculquées, mais mises en pratique quotidiennement dans l’exercice du métier d’enseignant-chercheur : la liberté d’expression, la soumission des idées à la critique des pairs, la production de données fondée sur un appareil méthodologique contrôlé, la mise à disposition des connaissances en les soumettant à évaluation dans des supports de publication spécifiques.

Plutôt que de contrôler le contenu des enseignements et les pratiques pédagogiques, ou la rectitude républicaine des analyses des chercheur.e.s, on attend des organismes de tutelle qu’ils garantissent les conditions, matérielles et institutionnelles, permettant de faire vivre ces valeurs.

Septembre violent à Bogota

Par Olga L Gonzalez, Sociologue, chercheure associée à l’Urmis, Université de Paris olgalu (at) free (dot) fr

Deuxième semaine de septembre. Images de guerre urbaine dans ma ville, Bogota. Je demande à un de mes amis virtuels de m’envoyer quelques clichés pris par lui. Je préfère avoir une photo avec licence, et une photo d’une zone de Bogota moins couverte par les grands médias.

CAI du quartier « Laureles », localité de Bosa, Bogota, nuit du 10 septembre 2020. © Moisés Gaitán
CAI du quartier « Laureles », localité de Bosa, Bogota, nuit du 10 septembre 2020. © Moisés Gaitán

C’est une photo du CAI d’un quartier de Bosa qu’il m’envoie. CAI, pour « Centre d’Attention Immédiate » : ce sont les postes de police mis en place dans les années 1990 à Bogota. Une petite douzaine d’agents de police y travaille. Ils sont censés connaître les zones chaudes des quartiers. En dehors de l’officier et du commandant, ils gagnent un smic (1 million de pesos, soit environ 300 €), et juste un peu plus s’ils ont 10 ans d’ancienneté ou s’ils se trouvent dans des zones difficiles. C’est dire que ce sont des postes réservés à la classe prolétaire… Comme les soldats du pays, parmi les plus mal payés des fonctionnaires.

Deux de ces agents ont interpellé, dans la nuit du 9 septembre, un citoyen qui se trouvait dans la rue, en compagnie de ses amis, en train de boire et de discuter. On ne connaît pas les motivations précises de l’interpellation, mais la sociologue née à Bogota et bien informée sur la Colombie que je suis l’imagine ainsi (les détails sur la vie professionnelle de la victime sont vrais) :

2h du matin d’un mardi. Quelques chauffeurs de taxi discutent dans la rue, à côté d’une des vendeuses ambulantes qui propose des cafés encore tard le soir. Les taxistes se méfient terriblement de la police, qui par temps normaux les harcèle en raison de leurs manquements au code la route et les couvre de contraventions. Ils sont par ailleurs craints, et aussi méprisés par une bonne partie des Bogotains, surtout depuis l’arrivée il y a quelques années des Uber. Les taxistes s’étaient farouchement opposés à cette forme de concurrence qu’ils jugent complètement déloyale, mais les usagers ont considéré que les voitures neuves des Uber et les tarifs préférentiels étaient incontestablement meilleurs que les taxis jaunes, où tant d’abus (vols, kidnapping express, etc.) ont été documentés depuis deux décennies.

Javier Ordóñez était un des taxistes qui se réchauffait cette nuit froide. Comme chez la plupart de ses collègues, son choix de métier était le résultat d’une reconversion professionnelle. Affronter les embouteillages et la pollution de la ville n’était absolument pas drôle, mais c’était la forme la plus sûre pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, et notamment pour payer l’éducation de ses deux enfants de 11 et 15 ans. Javier avait une grande confiance dans l’éducation. Il avait fait des études d’aéronautique dans le passé et gardait une curiosité très vive. A 44 ans, il faisait des études de droit. Il révisait ses codes lors des discussions avec les clients, qui des fois lui confiaient les divers problèmes de paperasse, factures, gardes d’enfant.

Les embouteillages étaient longs, mais plus supportables que les mois de chômage qu’il avait traversés dans le passé. Ce même chômage qui avait forcé son frère et sa mère à émigrer il y a quelques années, le premier en Argentine, la seconde en Espagne. Lui, il l’aurait sans doute fait également, s’il n’avait pas eu ses enfants et sa femme. Et puis la ville, et les gens. Javier aimait argumenter et avoir raison. Il n’évangélisait pas ses clients avec la bible, comme tant d’autres taxistes, mais avec les codes et les droits. Il enseignait à ses enfants que chacun a des droits dans la vie en société. Il parlait avec la conviction d’un futur avocat.

Aussi, quand il a vu les policiers s’approcher, il a compris qu’ils allaient à nouveau s’en prendre à lui. Cela ne faisait que 8 jours que le très long confinement (plus de 5 mois !) avait pris fin en Colombie. Un confinement précoce, très éprouvant et in fine –c’était ça le pire– assez inutile, car le coronavirus circulait malgré tout activement.

Durant les mois d’enfermement, il n’avait pu utiliser son taxi que pour des appels reçus via les plateformes. Interdiction de prendre quelqu’un dans la rue. Et il avait dû respecter rigoureusement le port du masque sous peine de contravention, disposer du gel dans la voiture, tout l’arsenal hygiénique de la pandémie mondiale.

Circulant en ville, il s’était rendu compte des grandes différences entre quartiers. Dans les extrêmes, au sud, à l’ouest, les grandes localités Suba, Usme, Ciudad Bolivar, les gens bravaient les lois pour tenter de gagner quelques sous. C’est dans ces quartiers qu’il avait vu le plus d’interpellations. Un million de pesos l’amende (c’est-à-dire un smic) si l’on n’avait pas l’autorisation de sortir. Tous les travailleurs de la grande industrie pouvaient sortir : des dérogations avaient été délivrées pour eux, pour les maçons et salariés du grand capital dès le mois d’avril, mais pas pour les autres. Pour la grande masse des informels, zéro autorisation. Javier a vu de ses propres yeux des scènes aberrantes, comme cette vieille dame, une vendeuse de glaces qui a été enlevée du trottoir par la force par de jeunes patrouilleurs de la police. Il avait vu dans le journal que les localités pauvres de la ville –des centaines de milliers de personnes- avaient reçu dix fois plus d’amendes que les quartiers riches du nord et de l’est.

Une fois, on l’avait appelé pour amener quelqu’un dans un hôpital. On l’avait prévenu : le patient avait la Covid, il faudrait désinfecter son taxi après utilisation. Javier avait dit oui tout de suite. Deux de ses collègues avaient refusé, à juste titre, car le taxi ne leur appartenait pas. Ils le louaient et devaient le rendre intact tous les soirs au propriétaire, et ils ne voulaient pas s’attirer des problèmes. Lui, par chance, il avait sa propre voiture, il était son propre chef. Il n’a pas hésité à dire oui. Il faut dire que c’est sa curiosité pour les litiges, qui le poussait ainsi. Il voulait voir à quoi ressemblait un hôpital pour les pauvres en temps de coronavirus. Ce qu’il y a vu ne lui a pas plu. Même depuis l’extérieur, on apercevait les fissures sur le mur de l’immeuble. Dedans, les lits avec des malades de tous types dans les couloirs.

Les gens toussaient et postillonnaient les uns sur les autres, la distanciation physique n’était absolument pas respectée. Javier était curieux mais aussi conscient. Il accompagna le Monsieur d’une petite soixantaine d’années jusqu’à s’assurer qu’une secrétaire l’avait vu, lui dit des mots gentils, et s’en alla rapidement.

Retour au mardi 9 septembre à 2 heures du matin. Les voilà qui viennent vers le groupe, les agents de police. Ils ont l’air plus menaçant que d’habitude. Javier, qui a une grosse voix, qui sait parler, va au devant, tandis que ses collègues essayent de le calmer –ils savent qu’avec les flics, il faut baisser la tête, ou au moins faire semblant. Mais c’est mal connaître Javier. Il veut savoir de quel droit les agents de police viennent vers eux, auraient-ils pris goût à molester les passants pour un oui ou pour un non ? Le confinement est fini, légalement ils peuvent être là, et d’ailleurs lui et les autres font comme avant cette « nouvelle normalité » décrétée par le gouvernement dans sa novlangue, il sait qu’il n’y a aucun délit, il connaît son code pénal ! Ils se réchauffent avec un carajillo, un peu de café et de l’aguardiente, et oui, on peut boire un coup dans la rue, cela s’est toujours fait à Bogota, les us et coutumes fondent aussi la loi. « Je suis dans mon droit, c’est à vous de vous expliquer », leur lance-t-il. Ces simples mots sont pris comme une agression par les policiers. Là, les choses s’enchaînent très vite. Il est pris par deux des policiers, et comme il leur oppose résistance –il se sait dans son droit-, il est mis carrément par terre.

Là, ce sont les témoignages et le sang froid de ses amis qui ont permis de connaître la fin de l’histoire. Alors qu’il est complètement immobilisé, par terre, ces deux agents lui appliquent deux coups de pistolet électrique, le fameux « Taser », arme qui délivre une décharge de plusieurs dizaines de milliers de volts dans le but de bloquer le système nerveux et qui se répand depuis les années 2000 dans de nombreuses polices de par le monde. Arme qui est censée être utilisée en cas extrême, si le policier est l’objet d’une agression. Non pas pour se venger sur quelqu’un qui crie qu’il a des droits. Oui, Javier crie. Encore par terre, il crie pour sa vie, pour ses droits. Heureusement, ses amis ont filmé la scène. Javier est décédé dans les minutes suivant cette interpellation (on ignore les circonstances exactes de sa mort, mais l’enquête préliminaire dit qu’il a été battu brutalement, par la suite, dans le CAI où il a été emmené, puis est décédé dans une voiture en route vers l’hôpital). 

Le mercredi 10 septembre, comme pour d’autres cas mondialement célèbres (George Floyd), ces images avaient fait le tour des réseaux sociaux. Les titres des journaux relevaient sa condition d’« avocat » et non pas de « taxiste », ce qui aurait généré moins d’empathie. L’indignation était d’autant plus forte que le pays plonge à nouveau dans une phase de grandes violences, et que le gouvernement se satisfait de promulguer des mesures inefficaces, peu attentives à la complexité des réalités locales.

Les chiffres sont effarants : 38 massacres avaient eu lieu entre janvier et août 2020. Le mois d’août, en particulier, a connu une recrudescence des massacres dans ces zones et dans les quartiers périphériques des villes. Pour rappel, dans le vocabulaire de la guerre colombienne, il se produit un massacre quand au moins 4 personnes sont tuées dans un même lieu, et en dehors de tout combat –bien que, dans l’exercice de novlangue du gouvernement colombien, ceux-ci soient devenus des « homicides collectifs ».

En Colombie, on vit encore dans un état de guerre. Les violences les plus impressionnantes sont celles qui touchent les populations rurales éloignées des grands axes de communication et où se concentrent les « acteurs armés illégaux » : guérilla ELN, anciens guérilléros des Farc n’ayant pas accepté le processus de paix (ils sont appelés « dissidents ») ; groupes paramilitaires ; groupes de mafieux ; bandes criminelles… Ces groupes imposent la loi dans les contrées qu’ils « dominent ». Des disputes âpres pour les corridors stratégiques, pour le marché de la coca ou d’autres produits légaux ou illégaux, enfin pour la gestion du pouvoir sont extrêmement ravageurs pour la population civile : les leaders sociaux, les défenseurs des droits humains ou de l’environnement sont assassinés. De plus, le confinement et les mesures de distanciation physique servent de prétexte à ces groupes pour commettre des meurtres : le site journalistique cerosetenta rassemble les données des ONG colombiennes et estime qu’une trentaine de meurtres ont été commis pour non respect de ces règles.

A ces violences plutôt rurales et inscrites dans le cadre de la bataille pour le monopole des ressources, s’ajoutent les violences policières proprement dites, surtout visibles dans les grandes villes. Elles sont très nombreuses : une ONG, Temblores, les comptabilise. Voici un seul de leurs nombreux et terribles constats : entre 2017 et 2019, il y a eu 639 homicides avec participation de la police.

Certains cas ont particulièrement soulevé la colère des foules, comme l’assassinat, par des forces de l’Esmad (police anti-émeutes de Bogota) d’un très jeune homme, Dilan Cruz, lors des manifestations contre les mesures économiques du gouvernement (journées du 21-22 novembre 2019). Le sentiment qui domine est que les jeunes, qui sont la force vive de ces manifestations, et qui sont touchés de plein fouet par ces réformes économiques, sont particulièrement ciblés par les forces de l’ordre.

Plaque en hommage de Dilan Cruz, tué par un policier anti-émeutes en novembre 2019. © Claudia Lancheros
Plaque en hommage de Dilan Cruz, tué par un policier anti-émeutes en novembre 2019. © Claudia Lancheros

Les nuits du 9 et du 10 septembre 2020 ont ravivé des choses vues en novembre de l’année dernière, quand la police, mais aussi les militaires et des groupes d’hommes en cagoule, ont semé la panique en ville. La première nuit, les manifestants se sont dirigés avec violence vers les postes de police (les CAI cités plus haut). Ils y ont mis le feu, les ont taggés, et ont attaqué les agents avec les armes artisanales (pierres, projectiles, etc.). La police, de son côté, a réagi avec des armes à feu. Certes, il n’est pas exclu que des tirs soient partis également du côté de certains manifestants. Le bilan de cette nuit d’émeutes dirigée contre la police a été de dix civils tués et environ 200 blessés. De leur côté, les policiers ont eu 150 membres blessés.

Ces postes de police (CAI) traînent derrière eux une longue histoire de crimes et de violences dont il n’y a pas de trace. Le bouche à oreille et les histoires qui circulent rappellent vaguement les abus policiers, les viols, la « guerre politique », in fine la primauté de la force brute. Ainsi, le CAI de Bosa (photo du haut) a subi deux fois des attaques des Farc. Cependant, ces événements semblent déjà lointains, alors qu’ils n’ont pas 30 ans. Personne n’a écrit ni n’écrira ce qui s’y est passé. Les voisins se rappellent également, vaguement, d’une triste histoire d’homicide d’une jeune fille. Sans nom, sans date, sans contexte… De nombreux autres récits épars, des souvenirs incomplets, émaillent le tissu des postes de police de la ville… Détentions arbitraires, coups, gazages, viols… Car, dans le raz-de-marée des violences colombiennes, les noms et les circonstances précises se perdent. Le prochain assassinat, le prochain crime a déjà effacé celui de la veille, et l’impunité et l’oubli font le travail de fond.

Je voudrais cependant évoquer un de ces crimes : il est survenu alors que j’étais étudiante à la fac à Bogota, il y a bien 25 ans, dans la station de police située à côté de cette Université située en centre ville. Le nom de la victime est Sandra Catalina Vásquez, 9 ans. Elle a été violée et tuée par un ou des membres de la police dans ce bâtiment. Les circonstances ? Le père de la fille y était agent de police. Sa mère était venue lui demander quelque chose, et avait envoyé la fille le chercher. Elle l’attendait dehors. Quinze minutes plus tard, c’est le cadavre de sa fille, outragé, qu’elle a trouvé dans les toilettes. Il y avait 120 agents de police à l’intérieur du bâtiment. Le premier suspect a été le père, puis un autre homme, puis un autre. On sait qu’un policier a purgé une peine de dix ans.

Conclusions

En fin de compte, il ne serait pas plus mal que ces bâtiments brûlent, s’ils donnaient l’occasion de repartir sur de nouvelles bases. Hélas, je n’y crois pas beaucoup. A l’heure où j’écris, les manifestations, violentes et/ou pacifiques, gagnent d’autres villes que Bogota. Ces deux tendances coexistent, d’ailleurs les deux peuvent se mélanger et donner lieu à des justifications dans les deux camps (suivant en ceci la tendance récente des mobilisations urbaines, des gilets jaunes aux « Black Lives Matter »). Ainsi, la violence devient un mode d’expression de plus en plus admis, face à une autre violence auparavant légitime, et de plus en plus perçue comme arbitraire et disproportionnée.

Cependant, la lutte est bien inégale. Les grandes villes sont-elles devenues le terrain d’entraînement de nouvelles tactiques de contrôle par les forces d’extrême-droite ? Ou bien les autorités centrales (le président Ivan Duque et le ministre de la défense Carlos Holmes) copient-ils les méthodes de Trump pour « reprendre le contrôle » dans des villes tenues par les démocrates ? Toujours est-il que la maire de la capitale, Claudia Lopez, dénonce via twitter (en Colombie comme ailleurs, la « tribune » politique) une police qui n’obéit pas à ses ordres, et sur laquelle elle n’a aucun pouvoir réel. A l’heure où j’écris, de nombreux secteurs politiques du pays demandent des explications au président Duque. Celui-ci est vu au mieux comme pusillanime, au pire comme inféodé aux ordres d’un pouvoir dans l’ombre : celui du encore assez influent ancien président Uribe, qui réclame un couvre-feu, une militarisation, l’expulsion des étrangers (sic) et dénonce ce « complot » ourdi selon lui par l’opposition, vrais « auteurs intellectuels » des nuits d’émeutes.

Discriminations en santé et crise sanitaire : entretien avec Marguerite Cognet

« Nous avons, depuis quelques années déjà, des études qui montrent assez clairement l’existence de vécus discriminatoires à différents niveaux d’accès du système de santé. » 

Marguerite Cognet est maîtresse de conférences à l’Université de Paris et membre de l’Urmis. Ses travaux concernent notamment l’étude des relations ethniques et des discriminations dans le domaine de la santé. Voici le texte de son interview publiée sur le site de la Société française de santé publique (Dossier du mois de septembre 2020, https://sfsp.fr/content-page/item/28149 )


Quel est l’impact des discriminations sociales dans la crise sanitaire actuelle ?

En s’appuyant sur les études épidémiologiques actuelles, on retrouve certaines similitudes dans le vécu des populations vivant dans les quartiers pauvres des grandes villes de différents pays, que ce soit en Angleterre, aux États-Unis, au Canada ou en France, et notamment en Seine-Saint Denis[1]. On peut constater dans ces territoires des taux de morbidité et de mortalité plus élevés que dans des clusters de populations plus riches. Pour autant, si on a des écarts de taux d’infection qui peuvent nous interroger, ils ne sont pas imputés à autre chose que la pauvreté pour le moment.

Afin de mieux comprendre l’impact des discriminations sur la santé dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, plusieurs études sont actuellement menées afin de déterminer dans quelles mesures la stigmatisation ou le racisme ont poussé des personnes à moins consulter, et si elles ont consulté, dans quelles conditions elles ont pu le faire.

Ce que nous avons observé pour le moment, c’est le fait que les populations en situation de précarité sont plus nombreuses à travailler dans le domaine des services, qu’elles ont continué de travailler durant le confinement et ont donc été plus exposées[2]. D’autre part, on retrouve dans les territoires les plus pauvres, où habitent ces populations, de nombreux logements précaires, mal isolés et surpeuplés. Cette situation a poussé ces habitant.e.s à adopter ce qui peut être considéré comme des comportements à risque, à ne pas respecter les règles du confinement. Les conditions de vie dans les HLM, qui peuvent rendre le confinement insupportable, n’ont pas assez été prises en compte par les pouvoirs publics. De fait, cette situation a généré des tensions et des réponses policières plus drastiques, avec des taux de contravention nettement supérieurs à d’autres territoires.

Un autre facteur à prendre en compte est celui des comorbidités. Il est documenté que les personnes atteintes de maladies métaboliques, cardiovasculaires, de l’appareil respiratoire sont des personnes à risque, pouvant avoir des complications très sérieuses, et que ces pathologies sont étroitement liées à des situations de pauvreté. La « malbouffe » par exemple, est facteur du diabète gras, de l’hypertension, et frappe beaucoup plus durement les populations les plus pauvres.

Nous sommes pour l’instant devant ces différentes d’hypothèses et un certain nombre d’études vont être nécessaires pour documenter et dissocier les effets des différents facteurs.

Quel regard portez-vous sur la politique du confinement mise en place par les pouvoirs publics ?

Sur cette question, je crois qu’il faut dépasser la seule analyse de l’épidémie pour replacer la sécurité sanitaire dans un discours sécuritaire plus large. Il semble que l’on ait affaire depuis les années 90 à une lame de fond qui se caractérise par la production croissante de discours et de politiques sécuritaires dont les deux aspects les plus visibles sont la sécurité sanitaire et la sécurité antiterroriste. Ces politiques et discours s’appuient notamment sur la nécessité qu’il y aurait à protéger la collectivité, son bien-être, sa santé, et cela au détriment des libertés individuelles. Une des conséquences de cette situation est la stigmatisation des populations qui ne se plient pas aux différentes injonctions, ainsi que la répression plus sévère des comportements déviants.

Suite à différentes attaques terroristes ayant eu lieu sur le territoire français, on a pu voir la mise en place rapide des mesures d’état d’urgence. Aujourd’hui, un état d’urgence a été déclenché pour faire face à la crise sanitaire. L’apparition d’une pandémie reçoit comme réponse la mise en place d’un confinement, au nom de la santé collective. Le réponse sanitaire entraine la privation de libertés essentielles et une mise en quarantaine forcée, politique, acceptée majoritairement par la population. Comment comprendre que la population ait accepté aussi rapidement de se plier à des contraintes aussi fortes si ce n’est de l’interpréter comme étant la suite d’une logique politique, mise en place depuis plusieurs années déjà, et qui nous a habitué à ce type de réponse ?

Au-delà de la crise sanitaire actuelle, comment pouvons-nous analyser les discriminations en santé en France ?

Nous avons, depuis quelques années déjà, des études qui montrent assez clairement l’existence de vécus discriminatoires à différents niveaux d’accès du système de santé. On peut considérer, en accord avec Pierre Lombrail, que l’on a deux grands modes d’accès à la santé que sont l’accès primaire et l’accès secondaire[3]. L’accès primaire se décline également sous deux angles, dans lesquels s’insinuent des formes de discrimination. D’une part, celui de l’accès au droit de santé et à l’ouverture aux droits, et d’autre part, celui de l’accès géographique. S’agissant du premier aspect, on peut examiner, par exemple, la différence d’accès au système de soin entre les personnes qui sont sous le régime général, ceux qui sont sous le régime de la CMU ou encore ceux qui sont sous le régime de l’Aide Médicale d’État, quand ils peuvent y avoir accès. Toutes ces personnes qui n’ont pas les mêmes types de droit et d’assurance de santé, notamment les moins aisées, sont plus souvent confrontées à des retards dans les consultations ou dans la prise en charge des soins. En ce qui concerne l’accès géographique, la possibilité d’avoir à proximité de chez soi des acteurs et des structures de santé est un élément de discrimination territoriale. Elle impacte notamment les personnes qui habitent les territoires isolés ou pauvres, dans lesquels on retrouve le plus souvent les personnes qui ne sont pas sous le régime général.

L’accès secondaire, quant à lui, se rapporte à la manière dont sont soignées les personnes prises en charge dans les services de soin. Dans ce cadre, nous avons étudié la qualité de la prise en charge et les relations avec les soignants selon l’origine sociale, la supposée origine ethnique ou la couleur de peau des patients. Les études que j’ai menées[4] montrent que ces dimensions jouent relativement peu dans le cadre des soins d’urgence, qui demandent des plateaux techniques importants (en néonatalogie, ou en neurochirurgie par exemple) où l’urgence, la rapidité et la technique l’emportent sur d’autres considérations. Dans les services dans lesquels les soins sont plus longs, la dimension ethnique a beaucoup plus de place pour émerger. Dans ce sens, je ne pense pas que la crise sanitaire du COVID-19, du fait de la nature des soins qu’elle implique, soit un bon exemple de ce genre de discriminations. En revanche, l’émergence d’une dimension ethnique, voire raciste, dans les pratiques peut se constater dans le cadre de soins au long court, tels que la psychiatrie, la gériatrie ou les maladies chroniques. Ainsi, concernant l’existence de discriminations basées sur l’origine ethnique supposée ou la couleur de peau, il faut considérer le type de prise en charge clinique qui s’opère.

Également, beaucoup d’études ont démontré que dans le secteur 2 et la médecine de ville, il y a une sélection de la clientèle qui s’opère et qui discrimine les patients sous CMU, CMU-C et AME, notamment en refusant de les consulter. Or rappelons que les personnes sous ces régimes, et notamment sous la CMU-C et l’AME, sont composées de nombreuses personnes d’origines étrangères. Ce sont donc elles qui sont les plus touchées par ces refus de prise en charge. Par ailleurs, les discriminations en santé impactent d’abord les personnes les plus pauvres, or ce sont majoritairement les personnes immigrées qui sont en situation de précarité. De plus, on sait depuis les années 80 que la mobilité sociale est très faible en France, et qu’elle l’est d’autant moins pour les populations ethnicisées. On a donc une condition qui se reproduit d’une génération à l’autre, et qui amène à ce que les personnes d’origines étrangères soient toujours les plus nombreuses parmi les populations socioéconomiquement défavorisées. En ce sens, nous n’avons pas affaire à du racisme direct, ou même indirect, mais à un racisme systémique.

Comment le corps médical réagit-il aux apports de ces recherches ?

Le corps médical, le monde de la santé, partage avec le monde de l’éducation, un rapport similaire à cette problématique. Au sein de ces deux sphères, un certain nombre d’acteurs sont persuadés que leur vision humaniste et déontologiste dédouanent d’emblée leur comportement, ce qui constitue un frein important pour qu’ils questionnent leurs pratiques.

Quand on interroge des médecins, comme des enseignants, ils rapportent que ce n’est pas chez eux que ça se passe. On retrouve dans les propos des soignants — infirmiers, aides-soignants, médecins — le fait que leur déontologie professionnelle et ses valeurs humanistes les protège de commettre des actes racistes et de produire des discriminations, notamment parce qu’ils « font au mieux » pour le patient. Or, ce « faire au mieux » est également une attitude qui peut dissimuler des pratiques discriminatoires.

Par exemple, une étude en psychiatrie a montré que les soignants, en étant persuadés de faire justement de leur mieux pour les patients, traitaient systématiquement les patients africains, ou d’origine africaine, différemment. Cette différence de traitement traduit d’une part l’idée pour les soignants concernés que ces patients soient supposés plus violents et donc nécessitent plus de moyens de contention que les populations non africaines. D’autre part, une fois que les soignants avaient dépassé cette image de la personne violente, une autre représentation, infantilisante, conduisait à ce que ces patients soient le plus souvent convoqués à l’hôpital au lieu d’aller en consultation, et cela sous prétexte qu’ils ont plus de difficultés à établir une relation de confiance avec les soignants. On a donc observé dans le soin et dans la postcure, des traitements discriminatoires qui reposent sur des représentations et des prénotions de la part des soignants, couplés à un phénomène de déni sur ces questions de racisme et de discriminations.

Ce qui est également intéressant c’est que depuis des décennies, on a des discours de la part d’organisations sanitaires, telles que l’OMS, qui admettent la complémentarité entre l’anthropologie et la santé, tout en gardant une vision colonialiste ou utilitariste de l’anthropologie. Cette dernière est ainsi utile pour agir sur le terrain, par exemple lors de l’épidémie d’Ebola, pour comprendre les populations, pour mieux travailler et mieux soigner. Cependant ce monde médical n’a pas encore compris qu’il avait besoin des sociologues et des anthropologues pour l’aider à réfléchir sur ses pratiques et se regarder. Concrètement, on rencontre des difficultés à enquêter auprès de médecins, et notamment les médecins spécialisés dans les maladies tropicales. Il est acquis pour eux qu’ils ne peuvent pas avoir de pratiques racistes parce qu’ils travaillent avec empathie envers les populations.

Pensez-vous que les « statistiques ethniques » puissent être utiles afin de mesurer l’ampleur des discriminations en santé ?

La question des statistiques ethniques, c’est un vieux débat qui revient régulièrement depuis les années 2000. Dans le monde de la recherche, les chercheurs qui s’intéressent à ces questions considèrent qu’il nous faut des statistiques ethniques pour établir les faits. Pour autant, si on en a besoin pour des recherches ponctuelles, sur des questions précises, on ne souhaite pas leur systématisation. Elles pourront être utiles dans des cas particuliers pour lesquels on veut déterminer l’impact d’une discrimination.

De manière générale, nous avons besoin d’avoir davantage de recherche sur les liens entre santé et ethnicité. Ces questions ont émergé dans les années 90, grâce aux travaux de Didier Fassin, il n’y avait pratiquement aucune recherche auparavant. Depuis, il n’y a pas pléthore de données, le monde de la santé reste une sphère qui résiste à l’étude des sciences sociales. C’est essentiellement de soutiens et de financements de recherches dont on a besoin, plutôt que la généralisation de statistiques dites ethniques.

Une des conséquences de cette situation est la stigmatisation des populations qui ne se plient pas aux différentes injonctions, ainsi que la répression plus sévère des comportements déviants.


POUR ALLER PLUS LOIN

 @SFSPAsso Réagissez sur twitter avec le hashtag #SFSPdossierdumois


Marguerite Cognet a également répondu à une interview sur le site Hospimédia : "La santé est un domaine au sein duquel il est difficile de repérer les discriminations" (7 septembre 2020). A lire ici : https://www.hospimedia.fr/actualite/interviews/20200907-marguerite-cognet-enseignante-chercheuse-la-sante-est-un

La malemort. Deuils, rituels et Covid-19.

Article publié sur le blog de la revue Terrain : blogterrain.hypotheses.org/15966

Laura Marina Panizo. Anthropologue. CONICET-Argentine, Universidad Academia de Humanismo Cristiano-Chili.

Valérie Robin Azevedo. Anthropologue. Professeure à l’Université de Paris, Urmis – IFEA.

Membres du projet de recherche « Transfunéraire: Approche comparative des rituels collectifs de ré-inhumation en contexte post-violence de masse (Europe/Amérique latine) ». Financé par l’ANR (2020-2023). https://funeraire.hypotheses.org/

« Malamuerte » Illustration réalisée par Margarita Cubino
margaritacubino.com

Nous autres anthropologues avons appris que les sociétés humaines, par-delà leurs différences culturelles, se singularisent par les classifications sociales qui leur permettent d’ordonner le monde qui les entoure. Parmi ces classifications, les modèles idéal-typiques de la « bonne mort » et de la « malemort » occupent une place essentielle, soulignée notamment par Brigitte Baptandier, à la suite de Robert Hertz. Nombre de sociétés attribuent à la « bonne mort » des circonstances dans lesquelles le trépas est traversé par certaines pratiques d’adieu et de séparation, qui incluent les soins appropriés aux corps et l’accompagnement des endeuillés. Il s’agit de sceller une nouvelle relation avec les défunts, dorénavant invisibles, même s’ils ne disparaissent pas totalement de la vie de leurs proches.

Inversement, les morts inattendues, violentes ou suspectes, ne pouvant être affrontées au moyen des pratiques prescrites, ou dans lesquelles le soin du corps est considéré comme inapproprié, deviennent des « malemorts ». La malemort peut donc faire référence à la circonstance spécifique du décès, au traitement du cadavre (ou à son absence) et à la pratique rituelle en général. La malemort évoque également l’idée d’un mort parti dans des conditions douloureuses et qui continue de souffrir, souvent associé à l’idée d’âme en peine pouvant se manifester aux vivants, par le biais d’apparitions oniriques ou spectrales, pour réclamer soins et repos restés en suspens.

Ces derniers mois, avec l’irruption de la Covid-19, la difficile gestion de la mort, littéralement débordante, a monopolisé la vie quotidienne de la planète. Que faire avec l’irruption d’une quantité inédite de cadavres, en si peu de temps ? Morgues, funérariums et cimetières de différents pays ont été saturés de façon quasi simultanée. Dans ce débordement, les mourants comme les défunts n’ont pas toujours pu être accompagnés, car souvent soustraits à leurs proches. Une malemort, médiatisée comme jamais, a affecté l’humanité presque entière, de Wuhan à Bergame, de Guayaquil à New York. Décès inattendus, déplacés, hors-jeu, et surtout contagieux.

Dans certaines parties du monde, bien des collectivités cohabitent avec la malemort. Elles l’ont fait dans le passé et continueront probablement dans le futur, même lorsque la pandémie actuelle et la malemort qui l’accompagne cesseront pour les plus privilégiés. Mais la coexistence dramatique de ces populations avec la malemort n’a jamais fait la couverture des journaux comme c’est le cas pour les décès de Covid-19. Rappelons seulement le manque d’empathie envers les réfugiés décédés sur le chemin de l’exil et le peu de visibilité des immenses cimetières en lesquels se sont transformés, par exemple, la mer Méditerranée ou le désert reliant les États-Unis et le Mexique.

« Dans certaines parties du monde, bien des collectivités cohabitent avec la malemort. Elles l’ont fait dans le passé et continueront probablement dans le futur ».
Veillée funéraire lors de la remise des corps exhumés du conflit armé, trente ans après les massacres et disparitions forcées perpétrés dans la communauté paysanne d’Aranhuay, Andes d’Ayacucho (Pérou) juillet 2016. Photo de Valérie Robin Azevedo.

En revanche, les médias transmettent un flux débordant d’informations sur « notre » nouvelle malemort. Des corps contaminés accumulés dans les hôpitaux, les foyers et même dans les rues, gênant le travail des professionnels, menaçant la population, continuant malgré tout d’être aussi sacrés que les relations sociales qu’ils impliquent. Comment donner sens à la contamination et à la sacralité dans la même idée, dans le même geste ou pratique rituelle ? Comment endurer ces morts si particulières, si extraordinaires, pour lesquelles notre capacité d’action dans la sphère publique s’est vue limitée ?

Les politiques de santé publique ont généré de nouveaux protocoles relatifs à la manipulation des corps, les rituels funéraires habituels ont alors été entravés ou réduits à leur expression minimale. En Italie comme en France, face au nombre accablant de morts, les autorités ont interdit les messes et restreint l’accès des familles aux obsèques. À peine une poignée de proches a été autorisée à faire ses adieux à la porte du cimetière. Les soins habituels aux corps ont été interdits, de la conservation par thanatopraxie aux rituels juifs ou musulmans de toilette mortuaire et de purification qui aident l’âme à entreprendre son voyage posthume. Ces gestes de soin et d’esthétique des corps ont été remplacés par d’autres centrés sur la désinfection des espaces pour éviter la contagion.

« Quand le corps manque, quand les derniers jours du moribond ont lieu dans la solitude, et que nous n’avons pu accompagner son départ ».
Mère quechua de disparu du conflit armé entre l’État péruvien et le Sentier lumineux, veillée à l’occasion du second anniversaire de la remise du rapport final de la Commission de la Vérité et Réconciliation, ville d’Ayacucho (Pérou), août 2005. Photo de Valérie Robin Azevedo.

Mary Douglas soutenait que la « souillure » tendait un pont entre la culture occidentale et les autres cultures pour lesquelles les classifications troubles et ambiguës de l’univers étaient déclarées taboues. Ce que nous qualifions de souillure et de danger, nous dit l’anthropologue britannique, est qualifié de « tabou » ailleurs. Le tabou relatif aux corps de la pandémie actuelle a éloigné les parents du contact avec leurs êtres chers dans leur passage vers la mort. Mais le tabou sur les corps contaminés nous a aussi éloignés d’autres corps, ceux des vivants. L’interdiction de toute manifestation physique entre proches et endeuillés, due, à présent, à la (mal nommée) « distanciation sociale » obligatoire de la gestion de la Covid-19, a entravé la consolation et la compassion octroyées par la configuration rituelle. Ainsi, selon les mots de Mary Douglas, le tabou établit les limites pour circonscrire les relations vulnérables.

Là, quand le corps manque, quand les derniers jours du moribond ont lieu dans la solitude, et que nous n’avons pu accompagner son départ. Là, quand la crémation du corps est imminente et nécessaire, mais que nous étions habitué.es à enterrer nos êtres chers. Là, quand les défunts avaient exprimé des souhaits posthumes et que l’on ne peut les respecter. Là, quand on interdit aux musulmans africains d’Europe de rapatrier leurs morts dans leurs pays d’origine, et qu’ils cherchent, désespérés, un lieu où les enterrer. Là, quand la saturation des cimetières italiens oblige à réquisitionner des camions militaires pour transférer les cercueils de nuit vers d’autres régions, loin de leurs proches. Là, quand les voisins terrorisés d’un cimetière au Pérou lapident les endeuillés pour empêcher un enterrement contagieux près de chez eux, ou que des soldats profitent du couvre-feu pour procéder à un enterrement nocturne. Là, quand on entrepose les cadavres sur une patinoire à Madrid ou dans des entrepôts réfrigérés du plus grand marché de gros francilien, et que les parents déambulent dans ces morgues temporaires inhabituelles, vues comme indignes. Là, quand l’extraordinaire déborde sur l’ordinaire. Justement là, quand la malemort et ses tabous s’introduisent dans les foyers, nous nous rendons compte du coût de l’éloignement et de la solitude, aussi sceptiques que nous ayons pu être, dans le passé, sur l’importance que revêtent la coprésence des corps et le rituel lors des obsèques.

Inversement, dans certaines villes, les morts contaminés sont restés des jours dans les maisons, sans que personne n’aille les récupérer. Mourir en quarantaine et y demeurer après la mort. Tandis que certain.e.s ont été privé.e.s de l’adieu et de l’ultime au revoir avec l’être cher, faisant écho au célèbre essai de Norbert Elias, d’autres ont été obligé.es de cohabiter avec les corps, peut-être contagieux, plus longtemps qu’à l’accoutumée. Certain.es, comme à Guayaquil, ont été jusqu’à déposer celles et ceux qui venaient de mourir sur les trottoirs, de peur de contaminer le reste de la famille. Beaucoup se sont désespéré.es de l’invasion des rues par les morts, abandonnés comme des déchets. D’autres, enfin, se demandent si nous n’avons pas perdu notre humanité.

Nous ne sommes pas habitué.es à côtoyer des corps en putréfaction sur la voie publique, ni au contact de la mort de masse et invasive. Ou peut-être avons-nous en fait oublié les expériences collectives de cohabitation avec les macchabés issus des guerres, génocides et autres pandémies ? En comparant la mortalité actuelle avec les pandémies du passé, la distance temporelle invite à la prudence quant à l’idée d’exceptionnalité et d’étendue de ce qui nous arrive. La variole amenée par l’invasion européenne des Amériques ou les pestes ayant frappé l’Europe jusqu’au XVIIIe siècle, ont décimé ces continents avec des millions de corps jetés et entassés dans des fosses communes. Les « sépultures de catastrophe », comme les nomme Catherine Rigeade, se sont alors multipliées. En France, les archéologues ont ainsi mis au jour certains cas de disparition temporaire des schémas funéraires dans ces contextes de mortalité extrême. Le manque d’assistance aux morts désespérait déjà les survivants. Lors de l’épidémie de fièvre jaune du XIXe siècle, les habitants de Buenos Aires ont aussi été surpris et débordés : « Jamais une épidémie n’avait produit autant de morts et la ville été si profondément blessée ». Les pandémies ont affecté les conceptions sanitaires ainsi que la gestion funéraire et les pratiques relatives aux défunts. Pour autant, la vie s’est toujours réimposée, comme les soins aux défunts. Et la malemort a fini par s’éloigner.

Aujourd’hui, comme autrefois, le fonctionnement du monde et nos certitudes semblent s’écrouler. Durant cette période délimitée par un « avant Covid-19 » et un après, le sentiment d’impuissance et de vulnérabilité face à la pandémie nous submerge. Victor Turner, à la suite d’Arnold Van Gennep, qualifiait de « liminaire » cet état transitoire et intermédiaire des rites de passage, en particulier ceux d’initiation. L’invisibilité structurelle des personnes liminaires, nous dit-il, est double. Elles ne sont plus classées et, en même temps, elles ne sont toujours pas classées. Cette transition identitaire les rend contaminantes. Elles sont marginalisées et recluses. Lorsqu’elles ne sont pas confinées, on les camoufle sous des masques ou d’étranges habits. Leur condition est bien celle de l’ambiguïté et du paradoxe, de l’incertitude et de la précarité, qui rend caduque l’usage des catégories ordinaires. Mais elle favorise également la réflexion et permet la transformation, collectivement prise en charge.

« Elles ne sont plus classées et, en même temps, elles ne sont toujours pas classées ».
Quand enfin la douleur d’une situation de liminarité prolongée prend fin.
Restitution du corps de Celedonio Sepúlveda à ses proches. Détenu et disparu sous la dictadure de Pinochet au Chili. La remise du corps fut réalisée par le Service Médico-Légal de la ville de Santiago du Chile. 2019. Photo de Laura Marina Panizo.

Le parallèle avec l’actualité interpelle. Néanmoins, bien que l’étape de marge des rites soit délimitée, la liminarité que nous vivons à notre tour semble sans fin. Le déconfinement total, et l’entrée, non plus dans le monde d’avant mais dans un monde nouveau qui reste à inventer, semble un horizon aussi lointain qu’incertain, pas seulement pour les quelques néophytes des rites d’initiation, mais pour l’ensemble de la société. La liminarité présente reflète la difficile projection vers le futur. Cela concerne les vivants, en particulier celles et ceux qui luttent aujourd’hui plus que jamais pour leur survie, la Covid agissant comme un démultiplicateur des inégalités sociales. Mais cela concerne aussi les morts, en attente d’attentions qui soulageront les vivants de la culpabilité, voire du danger encouru, du fait de n’avoir pas décemment accompagné leur départ de ce monde. Une fois l’ambiguïté désespérante de la liminarité traversée, les défunts devenus de « nouveaux types de morts » pour le cercle familial, seront-ils/elles consacré.es comme victimes, martyrs ou héros ? Finalement, cette situation nous confronte à notre propre finitude. Pour autant, même si nous ne savons pas encore quand cela se produira, la liminarité et la malemort cesseront, à l’instar des états de transition rituelle.

L’anthropologie recense nombre d’exemples ethnographiques qui nous aident à penser cette « malemort ». Une (male)mort que nombre d’entre-nous expérimentons pour la première fois, mais que tant d’autres, victimes ou proches de morts de masse, d’épidémies, de catastrophes naturelles ou industrielles, de guerres, génocides ou disparitions forcées ont dû surmonter. L’expérience des familles de disparu.es des terrorismes d’État, ou d’autres morts violentes et disruptives, nous ont également montré les effets liminaires de la disparition : la perte ambigüe, l’indétermination entre la vie et la mort, le besoin de « voir et toucher » le défunt, la quête prolongée, la difficulté de clore, le temps suspendu. Aussi, avec les effets de la disparition forcée, la représentation de la mort et le locus du disparu s’incarnent dans des enterrements anonymes et collectifs, analysés entre autres par Ludmila da Silva Catela. Et de nouveau, d’une certaine façon, le parallèle avec l’actualité interpelle.

« Les effets de la disparition forcée, la représentation de la mort et le locus du disparu s’incarnent dans des enterrements anonymes et collectifs ».
Cimetière Général de Santiago du Chili. Mausolée où gisent les corps resitués des prisonniers-disparus assassinés par la dictature de Pinochet au Chile. Photo de Laura Marina Panizo. 

À Milan, des dizaines de corps non (encore ?) réclamés ont été enterrés dans le cimetière de Musocco, où sont alignées de petites croix blanches, comme l’explique la déléguée aux services funéraires : « Ce n’est pas une fosse commune, c’est un espace entièrement dédié à ces gens qui sont malheureusement morts sans avoir de proches auprès d’eux [pour les enterrer] ». Mais les proches des disparu.e.s de régimes dictatoriaux, de même que ceux d’autres morts violentes et extraordinaires, nous ont montré la manière dont, effectivement, dans le cercle familial ou dans l’arène collective, les deuils difficiles, interdits ou entravés, peuvent se transformer avec le temps en expériences réparatrices, avec pour objectif principal la reconstruction des relations entre les morts et les vivants et celles des vivants entre eux : autels domestiques, cénotaphes, monuments, exhumations, identifications et enterrements différés, pratiques de soutien aux endeuillés, voire dénonciations collectives des tortionnaires.

La crise actuelle a généré des ruptures et des obstacles difficiles à affronter, mais elle a aussi induit la réinvention des modalités d’adieu. L’accompagnement des défunts dans ce contexte pandémique s’est reconfiguré, tant pour les morts de Covid-19 que pour les autres. Nombre de prêtres, pasteurs, rabbins et imams ont imaginé des alternatives pour escorter les défunts et alléger la douleur de leurs proches. Offices religieux ou laïques avec photos des parents absents, bénédictions de cercueils sans aucun proche présent, familles qui écoutent en direct sur WhatsApp le dernier au revoir ou reçoivent la vidéo enregistrée de la cérémonie réduite au minimum, sont autant de moyens qui visent à compenser l’absence et apaiser la peine des survivants. Les bricolages rituels utilisant les TIC se sont déployés pour partager le départ et l’inquiétude : autels commémoratifs virtuels sur Facebook ou vidéos mises en ligne sur YouTube se sont ainsi multipliés. Et l’on a vu les réseaux sociaux remplir, maintenant plus que jamais, un rôle de complément voire de substitution de la présence matérielle du corps du défunt, autorisant des modalités de gestion du deuil inédites.

Cimetière du village de Huancapi, Andes d’Ayacucho (Pérou), août 2007.
Photo de Valérie Robin Azevedo.

La pandémie a altéré et étiré la mort comme processus. Elle s’avère aujourd’hui déchirante pour celles et ceux qui doivent l’affronter sans encadrement idoine. Mais la malemort sera domptée. Le soin digne des défunts reviendra. Après la crise sanitaire, il est probable que des rituels alternatifs chercheront à compenser les failles survenues lors de l’hommage fait à l’être aimé disparu. Pour bien des familles, il est difficile de penser que la souffrance et la culpabilité cesseront. Mais pathologiser la douleur des proches ou affirmer que leur deuil ne peut se faire, comme on le lit parfois dans les médias, ici ou ici, n’aide peut-être pas. Cela empêche de voir que les cérémonies bricolées pour se (re)lier au défunt peuvent d’ores et déjà consoler et constituer des gestes de résilience, sans doute précaires et insuffisants quoiqu’importants, jusqu’à ce qu’advienne le temps de mieux faire. Car la malemort peut toujours être inversée, et quand ce moment arrivera, la société jouera (comme toujours) un rôle fondamental.

Article originellement publié en espagnol sur le blog de l’IFEA (Institut français d’études andines), et repris par le site de la revue Anfibia de l’Universidad Nacional de San Martín sous le titre: « La malamuerte. Duelos, Rituales y Covid-19. » Traduit en français pour Carnets de Terrain par Mélanie Lercier (doctorante en anthropologie à l’Université de Rennes II) et Valérie Robin Azevedo (Professeure en anthropologie à l’Université de Paris). 

« Tous les testings concluent à une discrimination à l’embauche très nette »

Un entretien avec Jean-Luc Primon, membre de l’Urmis, à lire sur lemonde.fr

Article complet disponible sur demande à herve.andres@cnrs.fr

Les jeunes issus de l’immigration sont les plus vulnérables sur le marché du travail, en particulier en cette période de crise, et quel que soit leur niveau de qualification, observe le sociologue Jean-Luc Primon.

Propos recueillis par Alice Raybaud. Publié le 23 juin 2020 à 06h30. Article réservé aux abonnés : https://www.lemonde.fr/campus/article/2020/06/23/tous-les-testings-concluent-a-une-discrimination-a-l-embauche-tres-nette_6043832_4401467.html

De l’école à l’entrée sur le marché du travail, les jeunes descendants d’immigrés ou originaires des départements d’outre-mer subissent les effets d’un « racisme systémique », estime Jean-Luc Primon, sociologue à l’université Côte d’Azur et chercheur associé à l’Institut national d’études démographiques. Ce rôle discriminant de l’origine pourrait peser encore davantage en cette période de crise économique.

Ces derniers temps, une partie de la jeunesse exprime sa colère dans la rue contre les discriminations raciales. Que lisez-vous dans ce mouvement ?

Parti d’un élément déclencheur, l’affaire George Floyd aux États-Unis, ce mouvement est le reflet d’un ressentiment qui vient de loin chez une population minoritaire, notamment descendante d’immigrés. Il se cristallise autour des contrôles policiers répétitifs, auxquels les jeunes racisés sont surexposés, et qui se sont renforcés avec le régime d’état d’urgence, puis avec le confinement.

Au-delà de la question du contrôle d’identité et des violences policières, on y entend la dénonciation d’un racisme latent, le rejet de discriminations auxquelles ces jeunes sont confrontés dans toutes les sphères : à l’école, sur le marché du travail, dans la rue… Ces manifestations expriment un malaise ancré chez cette jeunesse qu’il est urgent d’entendre. Il ne faut, cette fois, pas rater le coche : il s’agit de mettre en place une politique d’égalité coordonnée et volontariste. Cesser le déni et prendre en compte l’aspect systémique du racisme qui impacte le parcours de ces jeunes.

Vous parlez d’un racisme systémique : dans quelle mesure entrave-t-il les débuts professionnels des jeunes ?

Tous les testings concluent à une discrimination à l’embauche très nette des jeunes d’origine nord-africaine ou subsaharienne. Et ce quel que soit le secteur d’activité ou le niveau de qualification. Cela n’a pas bougé en vingt ans. En termes statistiques, on note des écarts, lors de l’entrée dans la vie active, qui ne sont pas imputables au niveau de formation, ni même au niveau social ou au capital culturel des parents. Ils révèlent un racisme insidieux dans les processus de recrutement, et le dernier rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’homme le confirme.

A bien des égards, les jeunes descendants d’immigrés font fonction de variable d’ajustement sur le marché du travail, davantage encore que les autres jeunes. D’autant qu’ils sont surreprésentés parmi ceux qui sortent du système scolaire sans ou avec peu de qualifications. Ce sont les plus vulnérables, notamment en cette période de crise économique.

Il vous reste 35.31% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Débat : Peut-on parler de « racisme d’État » ?

Un article publié sur The Conversation, par :

  • Xavier Dunezat, sociologue rattaché au Cresppa et à l’Urmis
  • Camille Gourdeau, socio-anthropologue, Université de Paris, Urmis
  • Aude Rabaud, maîtresse de conférences en sociologie, Université de Paris, Urmis
  • Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à CRISIS, associé à l’Urmis, Université de Paris

« Knee-to-neck » : cette technique d’immobilisation controversée qui a causé la mort de George Floyd aux États-Unis se matérialise par un genou (policier) sur le cou d’une personne interpellée. Cette mort a-t-elle été causée par le genou du policier ou par une violence institutionnelle qui tolère, voire légalise, l’usage de ce type de techniques dans le travail ordinaire policier ?

La même question se pose, en France, avec l’usage du Lanceur de balles de défense (LBD) dans la surveillance policière des manifestations. La comparaison et les écarts entre pays permettent de poser à nouveaux frais l’hypothèse de la violence institutionnelle.


À lire aussi : De Minneapolis à la porte de Clichy : la question des violences policières


Et si nous passions à côté de ce qui est raciste ?

Cette institutionnalisation de l’analyse marque cependant le pas dès que l’hypothèse de « racisme institutionnel » ou de « racisme d’État » vient colorer le tableau d’une prise en compte des principales victimes des actes policiers.

La surreprésentation des victimes dites racisées lors des contrôles policiers et des actes policiers qui « dégénèrent » – aux États-Unis certes, mais aussi en France – continue d’être protégée par une timide chasse institutionnelle au « policier raciste ».

Les débats qui traversent l’antiracisme contemporain rejaillissent alors : et si à force de traquer qui est raciste nous passions à côté de ce qui est raciste dans le fonctionnement ordinaire de nos institutions ? Pour reprendre une distinction célèbre, le « racisme individuel » serait l’arbre qui cache – sert à cacher ? – la forêt du « racisme institutionnel », souvent décliné dans le contexte français en hypothèse de « racisme d’État ».

Cette résistance collective à la prise en compte de la dimension institutionnelle du racisme ressort particulièrement de notre enquête menée sur « l’affaire SUD éducation 93 ». En effet, en octobre 2017, ce syndicat annonçait l’organisation d’un stage centré sur l’« analyse du racisme d’État dans la société et en particulier dans l’Éducation nationale ».

L’objet même du stage fait alors polémique tant l’expression est communément associée aux États ayant appliqué des politiques ségrégationnistes ou à des régimes affichant une idéologie explicitement raciste.

L’ouvrage Du racisme d’état en France vient de paraître (éditions Les Bords de l’Eau, 2020). Editionsbdl.com, CC BY

D’ailleurs, le 21 novembre 2017, le ministre de l’Éducation Jean‑Michel Blanquer déclare, à l’Assemblée nationale, porter plainte pour diffamation. La grande majorité des députés se lève pour l’applaudir. Le débat prend alors de l’ampleur avec une forte médiatisation portée par les grands quotidiens nationaux.

Les militants, chercheurs, éditorialistes se confrontent à l’objet-tabou : peut-on utiliser l’expression « racisme d’État » pour caractériser la France contemporaine et les institutions rattachées à l’État ?

Une analyse du contenu de la presse nationale montre que la polémique met en scène des conceptions opposées du racisme.

Les deux pôles de l’antiracisme

L’usage ou non de l’expression « racisme d’État » participe d’une lutte au sein du champ de l’antiracisme, présentée dans les médias comme une « guerre des antiracismes » qui, selon Audrey Loussouarn, prendrait « en partie sa source en 2005, année des révoltes des banlieues » (L’Humanité, 23 octobre 2018). Ce conflit opposerait, selon les commentateurs, « associations généralistes » vs « spécifiques » (Pap Ndiaye, in Le Monde, 18 décembre 2017), « universalistes » vs « décoloniaux » (L’Express, Paul Conge, 20 mars 2019). « Généralistes et universalistes » désigneraient les associations davantage institutionnalisées (LICRA, SOS Racisme, MRAP…) ; « spécifiques et décoloniaux » désigneraient les « nouveaux militants antiracistes » qui participent depuis les années 2000 au Mouvement des Indigènes de la République (MIR), au Conseil représentatif des associations noires (CRAN), au Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), etc. Ces deux visages de l’antiracisme se distingueraient fortement.

D’une part, l’antiracisme dit spécifique serait davantage animé par les « principaux concernés », des « militants issus de l’immigration maghrébine et subsaharienne » selon le journaliste Yves Mamou (Le Figaro, 13 mars 2019). Cette particularisation « identitariste » ne se retrouve pas pour l’antiracisme dit généraliste dont le profil militant n’est pas spécifié dans la presse.

D’autre part, selon les nouveaux militants antiracistes, le racisme ne serait pas intentionnel, individuel, populaire, mais « un système structurant les rapports sociaux » (Libération, Frantz Durupt, 25 novembre 2017). Pour le philosophe Pierre Tévanian, parler de racisme d’État revient alors à « souligner que le racisme […] vient d’en haut » contre une définition pathologique qui « permet aux élites de se poser comme les médecins » (in L’Obs, 3 décembre 2017). Dans ce conflit entre antiracismes, vient se loger la mise en visibilité du rôle de l’État et des institutions dans la production du racisme.

Les formes du rejet : stratégique, historique, républicain

Nos recherches montrent que la presse fait d’abord parler les chercheurs, militants ou éditorialistes qui réfutent la pertinence de l’expression « racisme d’État » pour caractériser la France actuelle.

La première forme de rejet est stratégique et consiste à proposer d’autres termes pour dépassionner le débat, comme ceux de « politiques de racialisation » du sociologue Eric Fassin (cité in Libération, Frantz Durupt, 25 novembre 2017).

La deuxième est historique et réserve l’usage de l’expression « racisme d’État » aux régimes politiques qui ont reposé sur – ou promu – une législation raciste.

À titre d’exemples, le sociologue Michel Wieviorka cite l’apartheid sud-africain (Libération, 25 novembre 2017) et la philosophe Magali Bessone pointe la « ségrégation légale » aux États-Unis (in La Croix, 30 novembre 2017). Ainsi, selon l’historien Pap Ndiaye,

« Le “racisme d’État” suppose que les institutions de l’État soient au service d’une politique raciste, ce qui n’est évidemment pas le cas en France. » (Le Monde, 18 décembre 2017)

Le troisième rejet se présente comme républicain et vise les « Indigènes de la République », mouvement devenu parti en 2010. Par une opposition frontale à ce courant, il s’agit de déjouer une supposée offensive racialiste, séparatiste, communautariste et islamiste.

D’abord, selon l’éditorialiste Barbara Lefebvre, un « séparatisme racial » se cacherait derrière la dénonciation d’un « prétendu racisme d’État des blancs » et de leur « racisme atavique », intergénérationnel (Le Figaro, 21 novembre 2017).

Ensuite, selon d’autres éditorialistes classés à droite, l’offensive politique du mouvement indigéniste serait partout : à l’école, au sein de la lutte contre le sida via Act Up (Le Point, Clément Pétreault, 10 mai 2018), de l’« aide aux migrants » via la Fasti, du féminisme via le Planning familial, du syndicalisme étudiant via l’Unef (L’Express, Paul Conge, 20 mars 2019). Enfin, cette offensive serait aussi religieuse, car, selon le militant laïc Naëm Bestandji, elle donne « la priorité à la lutte contre les discriminations envers “les musulmans” (dévoyée par le terme “islamophobie”) » (Le Figaro, 27 novembre 2017) et, selon l’éditorialiste Guylain Chevrier, on « voit poindre concrètement ici cette frange de l’islam qui se radicalise » (Atlantico, 8 décembre 2017).

Face au risque de sombrer dans de nouvelles formes de racisme, il faut alors, selon Bestandji, conserver « notre modèle universaliste français, un idéal à préserver, car le seul respectueux de chaque être humain » (Le Figaro, 27 novembre 2017).

Le racisme d’État existe même si l’État n’est pas nécessairement raciste

La position selon laquelle on peut parler de racisme d’État à propos de la France contemporaine est minoritaire. Et, dans ce cas, la prudence est toujours de mise. Se dessine alors un champ de légitimation sous conditions de l’usage du concept.

Selon la sociologue Nacira Guénif, il s’agit de viser un « racisme qui a fini par s’installer dans les instances de l’État, à tous les niveaux » (citée in Libération, Frantz Durupt, 25 novembre 2017). Celui-ci se repérerait dans les « contrôles au faciès » et dans la politique migratoire, notamment la « manière dont sont traités les étrangers venant demander des papiers dans les préfectures » et la « (non-)gestion de la crise des migrants ».

La Marche solidaire pour les migrants Vintimille-Londres, à Paris, le 17 juin 2018. Jeanne Menjoulet/Flickr, CC BY-SA

Que ce soit aux États-Unis ou en France, selon la journaliste Rokhaya Diallo, ce sont cependant les « contrôles d’identité » et les « violences policières contre de jeunes Noirs » qui illustrent le plus le racisme d’État (Courrier international, 29 décembre 2017). Le rôle de l’école est rarement mis en question sauf par les nouveaux militants antiracistes qui associent le racisme d’État au « manque de moyens » pour les établissements où « la plupart sont immigrés », à la « concentration de noirs et d’arabes dans certaines filières professionnelles » (Challenges, 18 décembre 2017). Enfin, lorsque l’expression « racisme d’État » est légitimée, on partage l’idée qu’il faut différencier « racisme d’État » et « État raciste », car les pratiques discriminatoires ne se traduisent pas nécessairement dans le droit et sont même interdites.

La question centrale de l’intentionnalité

Cependant, une tribune de la « militante féministe et antiraciste » Mélusine (Libération, 23 novembre 2017) et une interview du philosophe Pierre Tévanian (L’Obs, 3 décembre 2017) donnent à voir une légitimation sans détour du concept de « racisme d’État ».

D’une part, selon Mélusine, il faut une terminologie pour « rendre dicible » et exprimer la « réalité – non pas biologique, mais sociale – » de la race. Le concept permet alors d’interroger « les choix de politiques publiques », notamment de circulaires qui contournent la loi.

Le statut des Territoires d’outre-mer, les politiques migratoires et sécuritaires, les circulaires spéciales « Roms », la double peine pour les étrangers, les emplois sous condition de nationalité, la loi de 2004 sur « le voile », valideraient l’hypothèse d’un racisme d’État qui, selon Tévanian, « institue de manière active et volontariste une discrimination ».

D’autre part, Mélusine soutient qu’« une approche systémique du racisme » combine le fait qu’il est à la fois une « idéologie » et « un système structurant où le stigmate racial détermine la position sociale relative des personnes ». Il faut alors changer de point de vue en s’intéressant davantage aux « résultats » qu’aux « intentions » racistes selon le sociologue Eric Fassin, l’historienne Stéphanie Roza et la militante communiste Fabienne Haloui (L’Humanité, 16 avril 2018).

Ainsi, dans ces conflits, la question de l’intentionnalité raciste est centrale, avec d’un côté une traque de qui est raciste et de l’autre une définition de ce qui est raciste. Or, il nous semble que, si l’on ne s’émancipe pas du « qui », on ne peut pas saisir les dynamiques contemporaines du racisme, de son institutionnalisation en particulier. C’est le racisme institutionnel dans la police qui a tué George Floyd, plus qu’un policier.


The Conversation

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

SANSARI. La déesse et le corona en Himalaya

Fin mars 2020. Dans un village du Népal, touché comme le reste du pays — et du monde — par le confinement, la nouvelle du virus se répand. Des villageois décident d’avancer le rite à Sansari, déesse des épidémies, en l’adaptant aux circonstances du moment. Rapport au politique, rapport à la nature, place de l’étranger, respect de la tradition et adaptation au changement, responsabilité humaine et divine, rumeur et discours savant… Comme ailleurs, on cherche quoi penser et quoi faire, et on bricole d’incertaines réponses. C’est l’occasion de découvrir d’autres réflexions sur la crise actuelle liée au virus, un regard décalé, qui fait pourtant étrangement écho à ce qui se dit et se fait dans les autres parties de ce monde que l’épidémie actuelle a participé à rendre toujours plus global.

Film documentaire de Grégoire Schlemmer, ethnologue, chargé de recherche à l’IRD, membre de l’Urmis. Durée 19 min.

Le Costa Rica, bon élève de la pandémie ?

Élisabeth Cunin est directrice de recherche à l’IRD, chercheuse à l’Urmis, Unité de recherche Migrations et Société, actuellement en accueil au CIICLA, Centro de Investigación en Identidad y Cultura Latinoamericanas, Universidad de Costa Rica. Elle a été déléguée du pôle sud-est de l’Institut des Amériques.

Ce billet a été publié sur le blog COVIDAM, réalisé par l’unité mixte internationale Interdisciplinary and global environmental studies (iGLOBES) et l’Institut des Amériques (IdA). Si la  pandémie de Covid-19 a touché les Amériques plus tard que l’Asie et que l’Europe, la vague qui y déferle désormais est d’une ampleur  exceptionnelle. Grâce à l’expertise du vaste réseau composé par les  membres de l’IdA en France et à l’étranger, des spécialistes de toutes  disciplines proposent chaque jour sur ce blog un nouveau décryptage sur cette crise, qui part de l’actualité mais n’oublie ni le temps long ni les structures sociales profondes qui expliquent les configurations actuelles. Plus d’informations ici

Au Costa Rica, les conférences de presse quotidiennes du Ministère de la Santé constituent une image forte de la gestion de la crise de la Covid 19 : ton solennel, drapeaux officiels, portraits vieillis des anciens responsables de la santé, traduction simultanée en langage des sourds, grande bouteille de gel au milieu des micros. Ce rendez-vous quotidien a transformé le Ministre de la santé, Daniel Salas, en héros national.

Capture d’écran de la conférence de presse quotidienne
du ministre de la santé, 15 avril 2020

Les chiffres sont révélateurs. Si le Costa Rica a connu le premier cas de Covid 19 en Amérique centrale (le 6 mars 2020), il est également le pays qui compte le moins de décès dans la région (5 personnes au 19 avril 2020). Le nombre de personnes contaminées augmente régulièrement (660 cas confirmés pour une population de 5 millions d’habitants) et dépasse largement, en pourcentage, celui de ses voisins, à l’exception du Panamá. Mais le taux de létalité (0,76%) est le plus bas d’Amérique latine (suivi par le Chili avec 1,32% et l’Uruguay avec 1,93%) et même l’un des plus bas du monde (derrière Singapour à 0,17% mais devant Taiwan à 1,43%, ou la Corée du Sud à 2,19% selon les chiffres de la John Hopkins University). Le rôle de l’état et des politiques publiques mises en place depuis les années 1940 explique sans doute ces bons résultats. Le système de santé est l’un des meilleurs d’Amérique latine et l’accès aux soins est universel. Depuis le début de la pandémie, les universités, en particulier l’Universidad de Costa Rica, travaillent également à la production de masques, de respirateurs ou à la recherche d’un anti-virus (notamment à partir des anticorps des personnes guéries).

Alors que les cas déclarés étaient encore peu nombreux, le gouvernement a pris des mesures fortes dès le début du mois de mars, bien avant les États-Unis, le Mexique ou la France : télétravail dans les administrations le 9 mars et fermeture des espaces publics le 10 mars (alors que le pays ne comptait que 9 cas identifiés), fermeture des premières écoles le 12 mars, et progressivement annulation des manifestations publiques, fermeture des cinémas, théâtres, bars, discothèques, parcs naturels, plages. Le 16 mars, l’état d’urgence sanitaire est déclaré, s’accompagnant de la fermeture de toutes les écoles et des frontières nationales. Une ligne téléphonique dédiée est mise en place et les procédures à suivre en cas de symptômes largement diffusées ; toutes les consignes et mesures prises par le gouvernement sont disponibles en ligne sur le site du Ministère de la Santé ; elles contiennent notamment des directives spécifiques concernant la violence de genre, les personnes vivant dans la rue, les populations amérindiennes et afrodescendantes.

Craignant une dispersion du virus dans l’ensemble du pays (il est pour l’instant fortement concentré dans la vallée centrale, autour des villes de San José, Alajuela, Heredia et Cartago, qui comptent plus de 60% de la population), le gouvernement a renforcé ces mesures pour la Semaine Sainte : commerces non essentiels fermés, centres commerciaux interdits, circulation quasi à l’arrêt. A San José, où le trafic routier est d’ordinaire infernal (le Costa Rica possède le troisième parc automobile par habitant d’Amérique latine), l’autoroute interaméricaine est restée déserte pendant 5 jours, offrant un espace de promenade inédit aux marcheurs et cyclistes. La maîtrise du gouvernement sur la situation (ou l’impression de maîtrise qu’il donne) est incontestable, allant même jusqu’à évoquer l’achat de 3000 sacs adaptés au transport de cadavres (bolsas para cadáveres) tout en précisant que les protocoles en préconisent deux par personne… Tout est prêt avant la tempête, même si tout le monde espère qu’elle n’arrivera pas, car malgré son système de santé performant, le Costa Rica ne dispose que de 143 lits en unités de soins intensifs.

Autoroute interaméricaine entre San José et Cartago
(le boulevard périphérique local), 6 avril 2020.

Néanmoins, les restrictions restent mesurées : pas de quarantaine stricte, circulation routière modulée selon les heures et les jours, commerces limités à 50% de leur capacité d’accueil. De nombreux restaurants, boulangeries, épiceries, petits supermarchés, restent ouverts en modalité « livraison à domicile » ou « express », au travers d’un guichet de vente. Du fait de la consigne de confinement (« Quédate en casa »), les livreurs à vélo ou moto sont, avec le ministre de la santé, les autres personnages incontournables de la crise. Comme ailleurs, l’économie sera sans doute durablement touchée, notamment le tourisme, mais ce fonctionnement au ralenti permet de conserver une certaine activité. Dans le même temps, le gouvernement a mis en place une série de mesures pour soutenir le télétravail et pour aider les petites entreprises : création d’une allocation (Bono Proteger) pour les travailleurs ayant perdu leur emploi ou obligés de travailler à temps partiel, moratoire sur le paiement de certains impôts, contributions spécifiques pour le secteur touristique, etc.

Ce message politique, qui se veut rassurant, compétent et prévoyant, s’appuie également sur un autre élément central de la société costaricienne : sa confiance dans le gouvernement et dans son modèle national. Comme le répète le ministre de la santé : “La responsabilidad de cuidarnos es de todos y todas: gobierno, empresas y ciudadanía” (« Prendre soin de nous est une responsabilité partagée: gouvernement, entreprises et citoyens » Daniel Salas, conférence de presse, 14 avril 2020).

De fait, les mesures mises en place, même si elles sont en parties coercitives (et directement sanctionnées par des amendes), reposent sur la responsabilisation individuelle et sur le civisme. Voire sur une certaine fierté nationale. Le gouvernement du Costa Rica se targue de suivre à la lettre les consignes de l’OMS et les costariciens les recommandations du gouvernement. Ce sentiment d’être le « bon élève » de l’Amérique centrale rend compte d’un véritable engagement démocratique, qui prend aussi parfois une tournure nationaliste, porteuse d’un certain entre-soi bien-pensant qui ne tolère pas la déviance, celle des autres pays d’Amérique centrale mais aussi celle des concitoyens non respectueux des règles communes.

Affiche sur la devanture du restaurant Faqra, barrio Escalante, 15 avril 2020.

Les commentaires qui nourrissent la page Facebook du Ministère de la Santé sont à ce titre remarquables : s’ils félicitent régulièrement le gouvernement pour sa maitrise de la situation (“Vamos Sr. Ministro usted está haciendo lo correcto[1], “Gracias Excelente Ministro de Salud Dr Daniel Salas. Que Dios Lo Proteja Llene de Mucha Fortaleza Lo Siga Guiando e Iluminando Siempre Bendiciones[2]), mais aussi la société costaricienne pour sa bonne conduite (“Soy orgullosa de mi patria[3], “Esperemos Buenos comportamientos de los Costarricenses[4]), ils vilipendent violemment tout acte jugé incivique (“deje de malinformar![5], “si quieres jalar jalese, nadie lo detiene, pero no vuelva nunca mas por favor[6]).

Plusieurs propos évoquent la situation des nicaraguayens au Costa Rica (“Hagan algo con ese montón de nicaragüenses que querían salir el día de hoy en 2 buses repletos para Nicaragua… Sanciones fuertes!”[7]). Comme souvent, la « face cachée » de la démocratie costaricienne est visible dans son rapport à son voisin nicaraguayen, notamment en raison de la présence de migrants en provenance de ce pays, représentant jusqu’à 10 % de la population et une partie importante de la main d’œuvre. L’inaction du président du Nicaragua, Daniel Ortega, face à la pandémie suscite des commentaires inquiets, voire hostiles, et les tentatives de franchissement illégal de la frontière entre les deux pays alimentent les polémiques. Une base aérienne a ainsi été installée pour contrôler la frontière, près de la ville de Los Chiles. L’accueil de réfugiés nicaraguayens fuyant le régime Ortega a été suspendu, alors que les réfugiés déjà présents au Costa Rica (50 000 selon les chiffres officiels, jusqu’à 100 000 selon les ONG) vivent dans des conditions particulièrement précaires. Aux récentes mobilisations anti-migrants risque donc de se superposer une association implicite entre nicaraguayens et Covid 19, comme le montre le cas d’une jeune femme nicaraguayenne enceinte, entrée illégalement au Costa Rica, et soupçonnée (à tort) d’être porteuse du virus. Souvent bon élève à l’échelle mondiale (développement durable, absence d’armée, valorisation des Droits de l’homme et désormais gestion du Covid 19), le Costa Rica peut aussi se montrer  provincial, moralisateur et excluant !

San Jose (Costa Rica), le 20 avril 2020


(1) Continuez Monsieur le Ministre, excellent travail !

(2) Merci Monsieur le Ministre de la santé Daniel Salas. Que Dieu vous protège, vous donne de la force, vous guide et vous illumine. Que Dieu vous bénisse.

(3) Je suis fière de ma patrie !

(4) Nous attendons un comportement exemplaire des Costariciens.

(5) Halte à la désinformation !

(6) Si vous voulez partir partez, personne ne vous retient, mais s’il vous plait ne revenez jamais.

(7) Deux bus pleins à craquer de Nicaraguayens aujourd’hui! Il faut faire quelque chose! Sanctions fortes!

Acclimatation violente du virus en Colombie

Olga L. Gonzalez est sociologue, membre associée à l’Urmis. Ses recherches portent principalement sur les migrants, l’Amérique latine et les questions de genre.
Site universitaire : https://olgagonzalez.wordpress.com.
Blog en espagnol : https://ojodeperdiz.wordpress.com

Le coronavirus est un révélateur des profondes fractures de nos sociétés. C’est le cas aussi en Colombie, où la gestion erratique de la pandémie sera aggravée par la liste de problèmes non résolus : violences, inégalités, privatisation de la santé, précarité des professionnels… S’ajoute, en plus, le soutien à l’ingérence belliqueuse des États-Unis au Venezuela.

La « société civile connectée » force les autorités à réagir

En Colombie, le premier cas de Covid 19 détecté date du 6 mars, et le premier décès du 21 mars. Comme dans la plupart des pays d’Amérique latine, les mesures de distanciation sociale ont été prises tôt (fermeture des écoles le 16 mars, confinement depuis le 25 mars). Le 6 avril, le confinement a été prolongé jusqu’au 26 avril. L’adoption de ces mesures, prises durant la phase de « contention » de l’épidémie, s’expliquent par la très rapide prise de conscience de la gravité de la situation au niveau mondial.

Certes, au début du mois de mars des commentateurs influents, comme l’ancien négociateur des accords de paix, Humberto de la Calle, voyaient encore le coronavirus comme un événement lointain, qui ne concernait que les pays européens. Mais suite à la fermeture des frontières aux Etats-Unis et aux mesures de confinement strict imposé en Espagne, en France et dans d’autres pays européens, la pression sociale, qui s’exprime notamment dans les réseaux sociaux et dans les médias, s’est fait sentir. Depuis ces tribunes très influentes, les principaux « leaders d’opinion » et chefs politiques ont exigé une action immédiate du gouvernement. Ainsi, une communauté très au courant des informations internationales, une véritable « société civile connectée », a joué un rôle déterminant et a poussé les dirigeants à l’action.

Des différences dans l’application de ces mesures ont pu être néanmoins observées. Ainsi, alors que la maire de Bogota, la fraîchement élue Claudia Lopez, prenait les devants en organisant une « répétition » du confinement pour la ville (le 20 mars), le président Iván Duque demandait la protection de la Vierge de Chiquinquirá, la « patronne de la Colombie ».

Une pandémie dans un contexte d’extrême violence

Si le gouvernement national et les autorités locales répondent à cette crise en suivant les protocoles prônés par les organisations internationales et se calquent sur l’expérience d’autres pays, il reste que le contexte colombien est celui d’un pays soumis à de grandes violences, aussi bien sociales que politiques. Comment est vécue la pandémie alors que de larges secteurs semblent accepter la banalité de la mort violente ? Quelle sera l’incidence du confinement face à ces violences ?

Prison colombienne. Photo de María Angélica Ospina, collection Matrioshkas
Prison colombienne. Photo de María Angélica Ospina, collection Matrioshkas

Plusieurs éléments montrent qu’il y a sujet à s’inquiéter. Lors du premier confinement effectué par la Mairie de Bogota entre le 20 mars et le 24 mars, s’est produit le soulèvement d’une des prisons les plus importantes de la capitale, par ailleurs surpeuplée (comme toutes les prisons colombiennes, dans une proportion de 50% à 100%) et donc, exposant les prisonniers à des risques sanitaires. Le bilan de l’opération a été de 23 prisonniers morts dans cette prison, de toute évidence assassinés par les gardiens. Ainsi, avant les contaminations par le coronavirus, et en raison des craintes liées à celui-ci, c’est la répression officielle qui a fait ses premières victimes.

Dans des zones plus éloignées des centres urbains, le confinement donne également lieu à des situations préoccupantes : une ONG dénonce que dans le Putumayo, les groupes paramilitaires d’extrême-droite exercent des « contrôles » des populations, mettent à mort et démembrent les « voleurs vénézuéliens » et menacent la population locale d’assassiner les personnes qui malades du Covid-19.

De fait, le confinement n’arrête pas net les violences, mais risque de les rendre encore moins visibles et, par là, d’aggraver l’impunité. Ainsi, depuis la promulgation des mesures se sont poursuivis les meurtres des anciens combattants des Farc, le massacre d’un syndicaliste et de sa famille, les attaques menées par des factions dissidentes des Farc ou l’assassinat de leaders sociaux.

Dans un contexte où la violence est pour beaucoup un moyen d’expression, il se produit des actions d’agression du personnel médical et infirmier car susceptible de porter la maladie, ou des scènes de violence physique de la part d’élus (contre un fournisseur suite à des accusations de corruption dans l’aide humanitaire pour les confinés). Et lorsqu’une mairie essaye de mettre en place un hébergement d’urgence dans un hôtel confisqué à la mafia, la population locale se révolte tout en « accusant » les futurs hébergés d’être des SDF.

Comme partout ailleurs, le confinement expose les enfants et les femmes à des violences dans la sphère domestique. Mais le niveau déjà très élevé de ces violences en temps « normal » rend les menaces encore plus préoccupantes : dans ce pays, mille femmes sont assassinées tous les ans (quatre fois plus qu’en France, pour un pays qui compte 20 millions d’habitants en moins), et la violence sexuelle sur les enfants est en hausse constante A ceci s’ajoutent d’autres violences, comme celles touchant les jeunes LGBT rejetés par leur entourage.

Dans ce contexte déjà très difficile, le gouvernement peine à trouver des réponses. Ainsi, la vice-présidente Martha Lucia Ramirez a proposé de confisquer l’alcool dans les familles pour combattre les violences de genre, une initiative fortement critiquée car paternaliste et inapplicable.

Une pandémie dans un contexte de grande précarité

Chiffon rouge et enfant à Bogota. Photo de Victor de Currea-Lugo
Le chiffon rouge est devenu le signal de la faim. Bogota.
Photo de Victor de Currea-Lugo

En dehors de ces problèmes spécifiquement liés à la configuration très violente de la Colombie, la pandémie survient dans un pays qui, bien qu’ayant des indices macro-économiques tout à fait acceptables pour les agences internationales, présente des très grosses inégalités socio-économiques (c’est un des pays les plus inégalitaires au monde), un niveau très élevé d’informalité (58% des travailleurs sont dans l’économie informelle) et un très faible taux de syndicalisation (moins de 5%).

Le gouvernement s’est empressé d’annoncer un ensemble de mesures pour pallier aux besoins des plus démunis. Mais les difficultés pour faire acheminer les aides en nature, ainsi que le faible niveau d’accès aux services bancaires, et la méfiance par rapport au secteur financier, très concentré et pratiquant des coûts d’intermédiation exorbitants, rend très compliquées les choses. Les permanentes hésitations de ce gouvernement ne permettent pas de savoir de quoi sera fait le destin économique des Colombiens : par exemple, alors qu’une nouvelle réforme budgétaire est annoncée par le ministre des finances, le président le dément

Pour le moment, dans les vastes quartiers populaires des villes, les foyers ont trouvé un moyen de signaler leur détresse alimentaire : un chiffon rouge est désormais accroché à la porte ou aux fenêtres des maisons. Dans certains secteurs paupérisés, toutes les maisons sont ainsi « marquées ». La nuit venue, malgré les interdictions strictes de confinement, des émeutes ont pu éclater dans des zones pauvres des villes, semblables aux émeutes de la faim observées ailleurs dans le monde.

Décrets présidentiels contre les précaires dans la santé 

Personnel sanitaire à Bogota. Photo de Victor de Currea-Lugo.
Personnel sanitaire à Bogota.
Photo de Victor de Currea-Lugo.

A l’heure actuelle, l’urgence économique se double d’une urgence médicale : dans un pays ayant privatisé son système de santé depuis les années 1990, et alors que 80% du personnel sanitaire a des contrats précaires et des conditions de travail inacceptables (salaires impayés depuis plusieurs mois, aucune assurance en cas de maladie professionnelle y compris le Covid, annonce de baisse de 20% de leur salaire en raison de l’urgence sanitaire, etc.), un mouvement d’inquiétude gagne médecins et infirmiers. La Fédération des Médecins Colombiens a réalisé une enquête auprès de 880 personnes du corps sanitaire hospitalier, et ses conclusions sont accablantes : seulement 50 ont déclaré avoir les masques N95, seulement 25 avaient les costumes de biosécurité.

Dans ce contexte, beaucoup d’entre eux refusent de renouveler leur (précaires) contrats de travail ou menacent de faire des grèves. Face à la rogne, le gouvernement a émis un décret pour obliger le personnel sanitaire à se rendre dans leurs lieux de travail. Des discussions ont commencé avec les (rares) secteurs organisés (syndicats) dans ce secteur. Pendant ce temps, quatre médecins sont déjà morts de Covid 19 (sur 131 décès officiels)… et la communication officielle rend hommage aux « héros ».

Un donnée inconnue : le Venezuela

Enfin, la situation dans le plus important voisin de la Colombie, le Venezuela, affecte le pays de plusieurs manières. Premièrement, en raison du grand nombre de Vénézuéliens installés sur son territoire (environ un million, arrivés massivement ces 3 dernières années). Ces migrants sont un réel défi au système de santé et des aides économiques. Pourtant, ils sont surreprésentés dans le secteur des services (et notamment dans les livraisons à domicile dans les villes), et ils s’exposent pour éviter que d’autres personnes ne sortent de chez eux et respectent le confinement strict. Sans source de revenu, sans attaches, sans aides sociales et expulsés de leurs logements, nombre d’entre eux entament, à pied, le chemin de retour vers leur pays.

En raison de ces mouvements migratoires, la situation à la frontière risque de devenir un enjeu de santé délicat, d’autant plus que le Venezuela traverse une crise économique qui se répercute aussi dans les hôpitaux. Cette crise est par ailleurs aggravée par les sanctions des États-Unis qui, par exemple, interdit la vente de respirateurs à ce pays.

Queue pour faire ses courses pendant la quarantaine dans une épicerie à Bosa (Bogota).
Photo de Moisés Gaitán Bautista
Queue pour faire ses courses pendant la quarantaine dans une épicerie à Bosa (Bogota).
Photo de Moisés Gaitán Bautista

Un second motif d’inquiétude sont les déclarations tonitruantes de Donald Trump (le 26 mars, en pleine crise sanitaire à New York, il a eu le temps pour mettre la tête du président Nicolás Maduro à prix). Fanfaronnades ? Ce n’est pas certain : des manœuvres militaires à la frontière ont déjà commencé, avec l’aval du président Duque, qui s’est toujours montré favorable à une intervention armée des Etats-Unis. Surtout, un Trump gérant catastrophiquement la crise du coronavirus dans son pays pourrait bien trouver dans une intervention armée à l’étranger un moyen pour améliorer ses chances d’être réélu.

Conclusion

Au 16 avril, il y avait officiellement 3 105 cas détectés et 131 personnes décédées en Colombie. Mais bien au-delà des chiffres, et au-delà de la gestion erratique du gouvernement Duque, dans ce pays comme ailleurs, le virus rend visibles les très nombreuses lignes de fracture de la société. Les problèmes non résolus sont profonds (violences, inégalités socio-économiques, privatisation de la santé, précarité des professionnels appelés à la rescousse). Ces vieilles fractures, ainsi que la politique d’ingérence belliqueuse au Venezuela, risquent d’aggraver la pandémie… et celle-ci, à son tour, risque d’aggraver les vieux problèmes de la Colombie.

Y-a-t-il de l’espoir ? Dans l’immédiat, pour ce qui concerne le « front intérieur », il reste à souhaiter que les secteurs organisés de la société, et notamment les syndicats, extrêmement affaiblis ces dernières années, pourront trouver les forces de se faire entendre par un gouvernement indifférent au sort de son peuple. Sur le « front extérieur », et notamment sur les agissements des Etats-Unis conjointement avec la Colombie contre le Venezuela, il faut espérer que la communauté internationale ne sera pas dupe de ce qui s’y joue.

La quarantaine et « les autres ». Repenser les populations les plus précarisées au Mexique

Michelle Salord est doctorante en anthropologie à l’université de Paris – URMIS et coordinatrice du pôle Mexique de l’Institut des Amériques, associée au CEMCA. Sa thèse porte sur les flux migratoires centraméricains au Mexique. En collaboration avec plusieurs collectifs féministes, elle organise une campagne de fonds pour soutenir des femmes victimes de violences, des migrant·es, des travailleuses du sexe, des familles indigènes urbaines et des ramasseur·es de plastique comme réponse à la contingence sanitaire à Mexico : https://donorbox.org/fondo-solidario-de-emergencia-covid19-mexico

Ce billet a été publié sur le blog COVIDAM, réalisé par l’unité mixte internationale Interdisciplinary and global environmental studies (iGLOBES) et l’Institut des Amériques (IdA). Si la  pandémie de Covid-19 a touché les Amériques plus tard que l’Asie et que l’Europe, la vague qui y déferle désormais est d’une ampleur  exceptionnelle. Grâce à l’expertise du vaste réseau composé par les  membres de l’IdA en France et à l’étranger, des spécialistes de toutes  disciplines proposent chaque jour sur ce blog un nouveau décryptage sur cette crise, qui part de l’actualité mais n’oublie ni le temps long ni les structures sociales profondes qui expliquent les configurations actuelles. Plus d’informations ici

Le 24 mars, le gouvernement mexicain déclarait l’entrée nationale dans la phase 2 face à la pandémie mondiale. Cette mesure entérinait la suspension immédiate des activités sociales et économiques non essentielles dans le pays et dans la capitale jusqu’au 30 mai désormais, ainsi que des mesures plus strictes de confinement avec notamment la fermeture de certaines rues piétonnes, de plusieurs commerces et la présence de militaires dans la rue. Il y avait alors 405 cas de Covid-19 confirmés et 5 décès. La pandémie semblait néanmoins lointaine. Près de trois semaines après l’annonce de la phase 2, les chiffres ont bien changé. Au 25 avril, on compte plus de 12 872 cas confirmés et près de 1221 décès (chiffres officiels) et la tendance est à l’accélération. Les grandes enseignes de distribution ont été dévalisées de produits en tout genre par les classes sociales qui ont les moyens de consommer : papier toilette, boîtes de conserves, gel hydroalcoolique, bières et alcools divers. Ceux qui ont la possibilité – le privilège ? – de pouvoir rester à la maison et travailler de chez eux le font, et les autres… Qui sont les autres ? Dans un pays aussi vaste, compliqué et inégalitaire que le Mexique, la figure de l’altérité pourtant si présente est sujette à l’invisibilisation systémique. Cette crise sanitaire mondiale ne fait que le confirmer.

Mexico no es Europa
« Le Mexique ce n’est pas l’Europe. Ici, si tu ne travailles pas, tu ne manges pas ». 8 avril 2020 Photographie de Andalusia Knoll Soloff @andalalucha

La quarantaine, pour qui ?

La dure réalité sociale du Mexique est patente dans les chiffres, au-delà des débats sur leur fiabilité ou leur exhaustivité : plus de 60 000 disparus par an, plus de 3000 féminicides, plus de 11 000 déplacements internes forcés et plus de 400 000 migrants irréguliers traversant la frontière sud. A cela s’ajoute le travail informel, qui fait vivre près de 57 % de la population, la plupart gagnant moins de 350 € par mois, et dont une grande partie sont des femmes occupant des emplois du care (femmes de ménages, aides-soignantes particulières). Dans un pays où le système de santé reste très coûteux, excluant et étroitement associé à un contrat de travail, les inégalités de classe, de race et de niveau socio-économique sont des prismes qu’il ne faut pas perdre de vue.

Or le gouvernement conserve des angles morts dans son action. Le 7 avril, au cours d’une des désormais habituelles conférences de presse du gouvernement, un journaliste demandait par exemple au vice-ministre de la santé Lopez-Gatell quelles étaient les mesures prévues pour les centres de rétention migratoire qui enferment une quantité de migrants (centraméricains, cubains, vénézuéliens, africains et hindous) largement supérieure à leur capacité d’accueil. Cette question faisait suite à ce qui sera médiatiquement nommé « la mutinerie » du 3 avril survenue dans un des centres de rétention de l’Institut national de migration mexicain, dans la ville de Piedras Negras, au nord du pays. Face aux conditions sanitaires déplorables et au manque de mesures afin d’éviter la propagation du virus SARS-CoV-2, certains migrants avaient alors mis le feu à des matelas et à du mobilier. En réponse à la question du journaliste, Lopez-Gatell a argumenté que jusqu’à maintenant aucun cas de contagion n’avait été recensé dans les stations migratoires et que l’urgence sanitaire à laquelle les Mexicains devaient faire face ne devaient pas être politisée. Plus tard, on apprendra que les migrants ayant participé à la « mutinerie » ont été déplacés à la frontière sud, près de Villahermosa, à plus de 2000 km de là où ils se trouvaient dont certains relâchés dans les rues. Sans ressources juridiques, économiques, sociales, ils ne peuvent revenir vers l’Amérique centrale suite à la fermeture des frontières, se retrouvant « enfermés dehors », en pleine quarantaine.

Exposition et vulnérabilité pour les « autres »

A la mise en sécurité et la bunkerisation d’une frange de la population correspond l’exposition et la vulnérabilité des autres. Ce qui se passe dans le domaine migratoire n’est que l’illustration d’autres faits, comme  le manque de mesures prises pour pallier les cas de féminicides et de violences intrafamiliales qui pourtant sont en hausse depuis le début du confinement. On peut également évoquer le maintien de mégaprojets comme celui du train Maya, malgré les risques d’exposition des travailleurs et des populations indigènes qui luttent contre, ou encore le manque d’aides publiques pour les travailleurs informels qui sont encore contraints de sortir dans les rues. La crise du Covid 19 traverse tous les aspects de la vie. Mais, c’est un mythe contemporain que de considérer qu’elle traverse et habite tout le monde de la même façon. Les récits médiatiques basés sur l’émotion omettent grandement que le maintien des services essentiels sont garantis par des populations précarisés et que, en fin de compte, les grands affectés de cette crise seront des corps racialisés.

Nouvelles solidarités ?

Les Mexicains, et plus largement les Latino-Américains, sont pourtant habitués à voir leur situation changer. Chercher des revenus complémentaires, mettre en place des stratégies familiales et se créer un tissu social élargi sont des éléments nécessaires pour tout individu afin d’affronter les risques structurels de l’incertitude. Être exposé aux aléas de la vie découle certes d’un manque réel de protection sociale mais indique également la relation que les individus et les groupes sociaux entretiennent avec les autorités publiques et la force des solidarités privées. Comme lors du tremblement de terre de 2017, comme lors de nombreux épisodes traumatisants, la société civile sait trouver les moyens de s’organiser et créer des initiatives à son échelle. Le cas de figure actuel ne déroge pas à la règle. Ainsi, nous pouvons évoquer les nombreuses initiatives citoyennes et les différentes formes que celles-ci prennent visant à accompagner les populations les plus précarisées, palliant non seulement les manques de mesures gouvernementales mais cherchant également à tracer les chemins d’une écriture collective de cette pandémie. Car la mémoire est elle aussi traversée par des enjeux et des rapports de force. Une réflexion s’immisce alors : comment écrire et qui écrira les mémoires de cette pandémie ? Comment permettre un deuil collectivement construit, et non imposé, de toute cette situation ?

México, le 25 avril 2020

Les morts de Guayaquil

Chapelle sur la colline de Santa Ana à Guayaquil. Photo Sergei Mugashev - Shutterstock.com
Chapelle sur la colline de Santa Ana à Guayaquil.
Photo Sergei Mugashev – Shutterstock.com

Mercredi 2 avril 2020, Paris, 17e jour de confinement 

Par Arihana Villamil

La scène paraît irréelle : à Guayaquil, en Équateur, les gens mettent leurs morts dans la rue car il est dangereux de les garder chez eux. Dans les hôpitaux, les corps s’accumulent sans pouvoir être traités avec dignité. Les familles ne sont parfois pas prévenues. Une femme dont le mari est décédé d’une crise cardiaque depuis une semaine, ne sait toujours pas où son corps a été amené. Personne ne peut la renseigner. Les ambulanciers sont débordés, les employés des pompes funèbres sont terrifiés. Seulement 20 pompes funèbres des 120 que compte la ville sont en train de fonctionner. Des cadavres reposent encore dans les salons de leurs familles qui ne peuvent se résoudre à les abandonner. Ils y restent parfois une semaine. Certaines personnes, inquiètes pour leur santé et celle de leurs proches déplacent des cadavres par leurs propres moyens. Les veillées mortuaires traditionnellement effectuées sont à présent interdites. Les autorités ont essayé d’imposer l’incinération mais ont rencontré des réticences parmi la population très catholique de Guayaquil. « Les coutumes mortuaires de la ville sont chamboulées, la population est sous le choc », écrit l’article du Point qui m’informe de cette actualité morbide.

Ici aussi, en Europe, les rites funéraires sont perturbés. On a lu l’histoire de cet acteur italien qui a du cohabiter 24 heures avec le cadavre de sa sœur. Nous avons pris connaissance du récit de la jeune Julie, décédée du Coronavirus à 16 ans. Le maquillage des morts étant interdit, la veillée du cadavre a du se faire devant un cercueil scellé. Seulement 10 personnes ont été autorisées à se rendre aux obsèques. Ses camarades de classe ont décidé de lui rendre un hommage le 4 mai, à la fin du confinement (en espérant que ce sera possible à ce moment-là). Pour le reste des défunts, des mesures sanitaires exceptionnelles sont mises en place pour les obsèques : pas plus de vingt personnes sont autorisées à y participer (dont aucune de plus de 70 ans et aucune de moins de 16 ans), les célébrations religieuses sont réduites au strict minimum, les rapatriements de corps sont impossibles. Les employés des pompes funèbres sont considérés (à raison) comme des personnes prioritaires à l’accès du matériel de protection sanitaire (gels, masques, combinaisons, etc).

En décembre 2016, j’ai assisté à l’un des rites funéraires les plus forts et les plus marquants de mon existence. C’était dans la ville de Guapi, dans la région Pacifique colombienne. Un ami anthropologue m’y avait invité à l’occasion des « Balsadas », une célébration festive organisée en honneur à la Vierge de l’Immaculée Conception, patronne de la ville. Durant quelques jours les habitants de Guapi et des villages alentours décorent des barques avec des structures en bois, des feuilles de palmier tressées et des bougies. La nuit tombée, les barques déambulent dans la rivière, offrant aux visiteurs un spectacle onirique animé par la musique de marimba de chonta propre à la région. La musique et la danse accompagnent la fête. La nuit, les gens dansent sur les places publiques suivant les pas d’une unique chorégraphie de groupe. 

« Deux jeunes filles suivent une procession » Guapi, Colombie, décembre 2016, Photo Arihana Villamil.

Lorsque nous sommes arrivés à Guapi cette année là, le père de l’hôte chez qui nous devions loger venait de décéder. À Guapi les veillées mortuaires s’étendent sur 9 jours. Chaque soir, les femmes se réunissent dans les salons funéraires où les corps sont exposés et chantent des alabados, chants à capella improvisés dans lesquels sont évoquées la vie et les qualités du défunt. Une femme propose une strophe, auquel le reste du groupe répond par un refrain. Les alabados durent toute la nuit et sont sacrés. Ils sont parfois graves et solennels mais peuvent aussi être joyeux et animés d’une forte énergie vitale. Devant la maison de nos hôtes, la famille avait installé des tables et des chaises. Elle offrait des boissons et des collations aux visiteurs. Certains jouaient aux dominos. Le décès d’une personne est l’occasion pour le reste de la collectivité de partager un moment de convivialité venant adoucir la peine des familles endeuillées. Les neuf journées de partage se culminent avec une longue procession dans les rues de la ville jusqu’au cimetière. Un nombre incalculable de personnes y participent, chantant toutes ensembles le long du cortège.

Les rites funéraires ont des vertus insoupçonnées. Dans son livre « De chair et d’âme »(1), le neuropsychiatre spécialiste de la résilience, Boris Cyrulnik, écrit : « Lorsqu’on perd un être aimé, une partie de soi est arrachée, emportée avec le mort. Notre monde sensoriel s’est vidé d’une présence. Mais quand on est affectivement entouré, le côtoiement des autres colmate un peu la brèche. Et si la culture donne sens à la mort, on cherche à redonner une direction de vie, un projet où le défunt prendra une place particulière (…) Lorsque les pertes ne sont ni entourées ni sensées, il ne reste à l’endeuillé qu’à se recroqueviller pour moins souffrir. La douleur l’empêche de parler, il serre les dents et s’isole. On fait de même quand la culture nous fait taire. Le recroquevillement antalgique qui empêche le partage du chagrin et la socialisation de la détresse chasse le survivant du monde humain. Dans ce cas, la perte n’est pas un deuil, c’est un trou dans l’âme, un vide sans représentations, un kyste, une crypte dans un monde intime qui se prépare au clivage. En cas d’empêchement de rituels de deuil, l’endeuillé muet devient pour ses proches, une base d’insécurité. La perte est individuelle mais le deuil est collectif. Il exige le soutien affectif qui stimule sensoriellement l’endeuillé autant que le travail de deuil qui permet à la culture de donner sens à la disparition, provoquant ainsi le remaniement des représentations (…) Les facteurs de résilience qui permettent de ne pas demeurer dans l’agonie psychique sont composés par le théâtre des funérailles et le remaniement affectif du milieu ».

J’ai lu quelque part que le coronavirus était capitaliste : il met au défi nos capacités de solidarité, exacerbe tous les types d’inégalités, nous pousse à la consommation excessive, ne respecte aucune frontière, attaque nos aînés dans les lieux mêmes où leurs familles pensaient les avoir mis en sécurité, nous confine chez nous, mais aussi en nous, dans le reflet de nos individualités isolées du collectif. Lorsqu’on commence à étudier l’anthropologie, l’une des premières choses qui nous est transmise est l’importance des rites funéraires au sein des cultures humaines. Avec le langage, les structures de parenté, les croyances et les religions, ces rites sont ce qui nous distingue des autres espèces vivantes. Ainsi, plus que toute autre chose, le virus amène à la surface le fondement même de ce qui caractérise notre humanité : notre rapport à la mort.


(1) Cyrulnik, Boris, De chair et d’âme, Odile Jacob, Paris, 2008, pp. 80-82