Archives de catégorie : Interventions dans les médias

Cette catégorie regroupe, dans le respect du droit, des interventions des chercheur·e·s de l’Urmis dans les médias.

L’entretien d’actu – Le Média – Une sociologue en prison à vie ? Persécutée, elle témoigne

A voir sur le site de Le Média, un excellent entretien télévisé avec Pinar Selek, par Cemil Şanlı, le jeudi 28 septembre 2023.

https://www.lemediatv.fr/emissions/2023/une-sociologue-en-prison-a-vie-persecutee-elle-temoigne-4JnrwOB6Q-iOqKRZ5J7vcw

Une sociologue en prison à vie ? Persécutée, elle témoigne

2023 est une année particulière pour Pinar Selek. La République de son pays natal fête ses 100 ans et la justice de cette dernière la persécute depuis 25 ans.

Sociologue et militante féministe et antimilitariste, Pinar Selek est poursuivie devant le tribunal d’Istanbul une cinquième fois pour un attentat imaginaire.

Arrêtée et emprisonnée en 1998 pour ses travaux sur la communauté kurde, elle apprend en prison être accusée d’être liée à une explosion qui venait de faire sept morts au bazar aux épices d’Istanbul. Le pouvoir décrit un attentat, la justice et les experts jugent qu’il s’agit d’un accident.

Pinar Selek est donc acquittée par quatre fois, en 2006, 2008, 2011, 2014. Malgré cela, elle subie la torture et, depuis, une persécution psychologique. La Cour suprême de Turquie annulant tout ses acquittements pour la traduire une cinquième fois devant les tribunaux en mars dernier. Et finalement le 29 septembre. Nous apprendrons ce jour-là, au lendemain de notre tournage (la veille, le 28 septembre), un nouveau report du procès… au 28 juin 2024.

En exil en France en 2011, Pinar Selek obtient la nationalité en 2017, mais cette dernière ne l’a protège pas entièrement. Désormais placée sous mandat d’arrêt international, Pinar Selek est aussi menacée de mort par l’extrême-droite turque et les Loups Gris, une mouvance ultranationaliste armée turque particulièrement active en Europe de l’Ouest.

Dans son dernier ouvrage, “Le chaudron militaire turc, un exemple de production de la violence masculin” (aux éditions Des Femmes, Antoinette Fouque), elle persiste et signe. Défiant la censure, elle revient sur ses recherches sociologiques débutées en 2007, pour les élargir au contexte mondial néolibéral actuel, compressé entre la montée des nationalismes, des autocraties et le retour des guerres de contact.

Tribune du monde littéraire pour l’acquittement définitif de Pinar Selek

Une tribune parue dans Le Monde, 25/09/2023 https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/09/25/pour-que-pinar-selek-recouvre-une-liberte-de-creation-de-recherche-et-d-action-politique-pleine-et-entiere_6190945_3232.html

Alors qu’une nouvelle audience de la Cour suprême de Turquie doit se tenir le 29 septembre, un collectif d’autrices, d’auteurs, d’éditrices, d’éditeurs et de libraires, parmi lesquels Nathalie Quintane, Annie Ernaux ou Sedef Ecer, apporte son soutien à la sociologue exilée en France depuis 2011 qui risque la prison à vie en Turquie.

Texte intégral et liste des signataires sur https://pinarselek.fr/actualites/le-monde-litteraire-pour-lacquittement-definitif-de-pinar-selek/

Depuis 25 ans, Pinar Selek est persécutée par la justice turque. Un quart de siècle de procès, incarcération, tortures, exil — et à présent, mandat d’arrêt international demandant son emprisonnement immédiat.

Pourquoi ?

Parce que Pinar Selek est sociologue et qu’elle a travaillé sur le mouvement de résistance kurde — c’est là, pour ce motif, qu’elle est arrêtée et torturée en 1998: on veut lui faire avouer le nom des personnes qu’elle a rencontrées pendant son enquête.

Parce que Pinar Selek réunit à elle seule à peu près tout ce qu’un pouvoir autoritaire déteste: la défense des plus opprimé.e.s (les enfants des rues, les prostituées, les femmes migrantes…), les combats écologistes, féministes et LGBTQI+, le refus de toutes les violences et un antimilitarisme radical.

Parce que, même exilée, même menacée par un Pouvoir qui semble avoir tous les pouvoirs, Pinar Selek continue son travail de chercheuse et d’universitaire, parce que Pinar Selek continue à écrire — des contes aussi, un merveilleux essai paru en 2015: Parce qu’il sont Arméniens — et son dernier livre: Azucena ou Les fourmis zinzines paru aux éditions des femmes l’an dernier.

Aujourd’hui où la distinction entre les démocraties supposées, les régimes «illibéraux» ou en voie de le devenir et les états simplement autoritaires devient de plus en plus indécise, nous, poètes, autrices, auteurs, éditrices, éditeurs, libraires, nous sentons plus que jamais solidaires des combats de Pinar Selek. Ce qui lui arrive pourrait nous arriver un jour. Qu’est-ce que la liberté dont nous jouissons encore quand quelqu’un comme elle ne peut pas circuler librement, travailler librement, quand la nationalité française qui lui a été accordée ne la protège pas pleinement, comme elle le devrait? Quand quatre procès, suivis de quatre acquittements prononcés par la justice turque elle-même ont été quatre fois cassés?

Une nouvelle audience, dans un nouveau procès ouvert le 31 mars, a été reportée au 29 septembre prochain. Nous savons que la mobilisation n’est pas vaine, qu’elle gêne la Turquie comme elle gênerait n’importe quel pouvoir abusif et injuste. Nous signons ici pour que Pinar Selek recouvre une liberté de création, de recherche et d’action politique pleine et entière. N’en doutons plus : en signant pour elle, nous signons pour nous.

Signataires individuel.les:

  • Santiago Amigorena, écrivain
  • Joseph Andras, écrivain
  • Leili Anvar, Maîtres de Conférences en langue et littérature persanes (Inalco)
  • Ella Balaert, enseignante à Paris III Sorbonne nouvelle
  • Katy Barasc philosophe
  • Samantha Barendson, poétesse
  • Brigitte Baumié poétesse
  • Emna Belhaj Yahia, romancière, enseignante de philosophie, membre de l’Académie tunisienne Beit al-Hikma
  • Arno Bertina, écrivain
  • Jean-Michel Besnier,Comité directeur du PEN-Club, philosophe
  • Muriel Bloch, conteuse
  • Flora Boffy-Prache, éditrice
  • Béatrice Bonhomme, poétesse, directrice de la revue Nu
  • Oristelle Bonis, éditrice
  • Sonia Bressler, philosophe, Présidente de l’AFFDU (Association Française des Femmes Diplômées d’Université)
  • Lydia Cacho, journaliste
  • Mireille Calle-Gruber, professeur des universités, Sorbonne nouvelle
  • Belinda Cannone , écrivain
  • Lise Chapuis, traductrice
  • Orélie Chen Fuchs,poétesse
  • Sylvestre Clancier, écrivain, Président d’honneur du PEN Club
  • Marie Cosnay, écrivaine et traductrice
  • Felip Costaglioli, écrivain
  • Grégoire Courtois, écrivain
  • François Cusset, historien
  • Vincent d’Eaubonne, fils de Françoise d’Eaubonne
  • Catherine Demolis, éditrice
  • Dominique Dussol, professeur émérite, Université Pau et Pays de l’Adour
  • Zehra Dogan, artiste, journaliste
  • Fabien Drouet écrivain
  • Alicia Dujovne Ortiz,autrice, journaliste
  • Fabienne Dumont, historienne de l’art
  • Delphine Durand, poétesse
  • Dominique Dussol, professeur émérite, Université Pau et Pays de l’Adour
  • Cécile Dutheil de la Rochère, Editrice, critique littéraire, traductrice
  • Sedef Ecer, romancière, membre du Parlement des Écrivaines Francophones (PEF)
  • Asli Erdogan écrivaine
  • Annie Ernaux écrivaine, Prix Nobel de littérature
  • Tarek Essaker, écrivain, essayiste et poète
  • Johan Faerber, critique, éditeur, cofondateurs du magazine Diacritik.
  • Nina Faure, réalisatrice
  • Julie Finidori, agente littéraire
  • Isabelle Garon, poétesse
  • Nicolas Gary, journaliste
  • Frédérique Guétat-Liviani, poète
  • Liliane Giraudon, poétesse
  • Barbara Glowczewski, directrice de recherches émérite au CNRS
  • Aliette Griz, écrivaine
  • Catherine Guyot, journaliste, Institut en sciences des femmes (IERSF)
  • Jacqueline Heinen, Professeure émérite de sociologie, UVSQ Paris-Saclay
  • Marie Huot, poétesse
  • Chloé Jacot-Descombes, écrivaine
  • Pascal Jourdana, cofondateur de la Marelle, lieu d’action littéraire
  • Huguette Junod écrivaine
  • Maria Kakogianni, philosophe
  • Leslie Kaplan, écrivaine
  • Karim Kattan, écrivain
  • Jean Kehayan, écrivain
  • Colette Klein, poétesse
  • Souad Labbize, poétesse
  • Marie-Eve Lacasse écrivaine
  • Emmanuelle Lambert, écrivaine
  • Elisabeth Lebovici, historienne et critique
  • Sylvie Le Clech, historienne, Paris III Sorbonne, Parlement des écrivains francophones, Conservatrive générale du patrimoine
  • Marin Ledun, écrivain
  • Alain Lezongar, journaliste
  • Perrine Le Querrec poète-iconographe
  • Alain Lipietz Economiste, auteur, ancien député européen.
  • Carine Lorenzoni, Directrice de Publication de Rebelle-Santé
  • Béatrice Machet, poétesse et traductrice
  • Valérie Manteau, écrivaine
  • Lou Marin, traducteur et essayiste
  • Jacqueline Merville, autrice
  • Thierry Mesny, trésorier du PEN-Club
  • Zoé Monti, historienne de l’art et éditrice
  • Elisabeth Nicoli, Co presidente de l’Alliance des Femmes pour la Démocratie
  • Rina Nissim, auteure et éditrice.
  • Alain Nouvel, écrivain
  • Wilfried N’Sondé écrivain
  • Naz Oke, journaliste
  • Makenzy Orcel, écrivain
  • Cécile Oumhani, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones
  • Florence Pazzottu, poétesse
  • Denis Pean, artiste
  • Michèle Pedinelli, écrivaine
  • Geneviève Peigné poétesse
  • Bruno Pellegrino écrivain
  • Juliette Penblanc, écrivaine
  • Charles Pennequin écrivain et poète
  • Serge Pey, poète
  • Jean-Yves Potel, écrivain
  • Stéfanie Prezioso, Professeure d’histoire, université de Lausanne
  • Sylvain Prudhomme, écrivain
  • Nathalie Quintane, écrivaine, rédactrice de la tribune
  • Laurine Rousselet, poétesse
  • Lionel Ruffel, auteur
  • Jean-Luc Sahagian, écrivain
  • Esther Salmona, poétesse
  • Sophie Salleron, autrice et conteuse
  • Sabine Savornin, peintre, universitaire
  • Inna Shevchenko, autrice, leader des Femen
  • Mona L. Siegel, historienne, professeur à California State University, Sacramento (USA)
  • Jean-Pierre Siméon, poète
  • Marina Skalova, écrivaine
  • Alexandra Sollogoub autrice, actrice
  • Béatrice Soulé, Artiste visuel
  • Antoine Spire Président du PEN-club français
  • Sabine Strasser, anthropologue
  • Brigitte Studer, professeure d’histoire émérite, Université de Berne
  • Ece Temelkuran, journaliste et auteure
  • Élise Thiébaut, autrice
  • Beata Umubyeyi Mairesse, écrivaine
  • Christine Villeneuve, co directrice des editions des femmes-Antoinette Fouque
  • Carmelo Virone, écrivain poète
  • Arnaud Viviant critique littéraire, écrivain
  • Sophie Wahnich, historienne
  • Catherine Weinzaepflen écrivaine
  • He Yuhong, autrice, présidente des Artistes d’Asie en France

Maisons d’éditions signataires:

  • Éditions aldante
  • Éditions Amsterdam
  • Éditions Cambourakis
  • Éditions circé
  • Éditions des Femmes-Antoinette Fouque
  • Éditions des lisières
  • Éditions des Sables, Genève
  • Éditions Encre Fraîche, Genève
  • Éditions Excès
  • Éditions iXe
  • Éditions La Crypte
  • Éditions Le festin
  • Éditions le passager clandestin
  • Éditions Les prouesses
  • Éditions Mamamélis, Genève
  • Éditions Hourra
  • Eric Pesty Editeur

Librairies Signataires:

  • Librairie 47° Nord (Mulhouse, 68)
  • Librairie Atelier (Paris, 75)
  • Librairie Boutique du Livre (Neuchâtel, CH)
  • Librairie ChEZ SimOnE (Bayonne, 64)
  • Librairie Colobrije (Montreuil, 93)
  • Librairie de l’Angle Rouge (Douarnenez, 29)
  • Librairie Des femmes (Paris, 75)
  • Librairie du Boulevard (Genève, CH)
  • Librairie Floury Frères, (Toulouse, 31)
  • Librairie Georges (Talence, 33)
  • Librairie L’escampette (Pau, 64)
  • Librairie L’Hibernie (Carmaux, 81)
  • Librairie l’esperluette (Lyon, 69)
  • Librairie La Boîte à Livres (Tours, 37)
  • Librairie La carline (Forcalquier, 04)
  • Librairie La Flibuste (Fontenay sous bois, 94)
  • Librairie La Friche (Paris, 75)
  • Librairie La Madeleine (Lyon, 69)
  • Librairie La Marge (Haguenau, 67)
  • Librairie La nouvelle Dérive (Grenoble, 38)
  • Librairie La P’tite Denise (Saint-Denis, 93)
  • Librairie la Pluie d ‘été (Pont-croix, 29)
  • Librairie La promesse de l’aube (Autun, 71)
  • Librairie La Rumeur des crêtes (Cadenet, 84)
  • Librairie La tête ailleurs (Paris, 75)
  • Librairie La Voie aux Chapitres (Lyon, 69)
  • Librairie Le Bateau Livre (Lille, 59)
  • Librairie Le Bleuet (Banon, 04).
  • Librairie Le café Le temps qu’il fait (Mellionnec, 22)
  • Librairie Les ruelles (Périgueux, 24)
  • Librairie Les villes invisibles (Clisson, 44)
  • Librairie Lucioles (Vienne, 38)
  • Librairie Obliques (Auxerre, 89)
  • Librairie Ouvrir l’Oeil (Lyon, 69)
  • Librairie Petite Égypte (Paris, 75)
  • Librairie Quai des Brumes (Strasbourg, 67)
  • Librairie Terre des livres (Lyon, 69)
  • Librairie Tulitu (Bruxelles, B)
  • Librairie Un livre et une tasse de thé (Paris, 75)
  • Librairie Vivre d’Art (Meymac, 19)

La liberté est féministe. Pinar Selek persiste et signe…

A lire sur le journal culturel La Strada, septembre 2023, un grand dossier présentant le parcours, l’œuvre et l’actualité (brûlante) de Pinar Selek. La publication de son ouvrage Le Chaudron militaire turc – Un exemple de production de la violence masculine est une réponse comme un acte de liberté, un acte de réflexion, d’analyse et de recherche face à la peur alors même qu’elle est encore en butte avec un nouveau procès par le régime turc, le 29 septembre 2023 et qu’elle est sans cesse menacée par l’extrême droite turque… Elle l’explique dans une “lettre à ses ami·es”, lettre à portée universelle…

Logo de l'émission "Toute une vie", sur France-Culture

Haïlé Sélassié (1892-1975), le dernier des rois d’Éthiopie

Intervention de Giulia Bonacci, historienne, membre de l’Urmis, dans le podcast “Toute une vie“, France-Culture, le 1er juillet 2023.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/toute-une-vie/haile-selassie-1892-1975-le-dernier-roi-des-rois-d-ethiopie-9275384

Presque 50 ans après sa mystérieuse disparition, les portraits du dernier roi des Rois éthiopiens veillent encore. Héros antifasciste et anticolonial, il fut aussi un personnage de récits romanesques, et même un Dieu vivant pour les rastas. Pourtant, sa vie reste méconnue….

Avec

  • Laurent Gaudé Romancier, poète et dramaturge
  • Fabienne Lehouérou Directrice de recherche au CNRS
  • Boris Abjemian Historien
  • Estelle Sohier Docteure en histoire
  • Giulia Bonacci Historienne, chargée de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement
  • Sisaye Mehabie Restaurateur
  • Ahma Abiyi Enseignant

C’est l’histoire d’un mythe, l’histoire d’une icône qui a fait le tour du monde et fait converger des millions de regards vers l’Afrique.
Quelle image reste-t-il d’Haïlé Sélassié ? Roi fantôme, souverain éclairé, brillant diplomate, pont entre l’Afrique et l’Occident, dictateur paranoïaque, père de l’Unité Africaine, messie du peuple noir dont les pieds reposent sur un cousin de velours brodé, Dieu des rastas, prophétique orateur à la SDN, héros mystérieux de romans et de la lutte contre le fascisme ? Sa biographie n’a pas encore été écrite, mais ces clichés traversent les siècles. Comme un négatif en chambre noire, son image révèle sa lumière et ses ombres avec le temps. À chacun son cadre, à chacun son regard.

Il y a ceux qui gardent l’image d’un homme digne à la tribune de la Société des Nations, le 30 juin 1936, face aux sifflets des fascistes italiens, alors que les troupes Mussoliniennes viennent d’écraser l’Éthiopie à coup de gaz toxiques interdits. Avec son regard triste et sa noble cape, sa Majesté incarne alors la dignité outragée et le vertige d’un monde qui va basculer. Il a 44 ans. Son discours entre dans l’histoire, bien avant celui de l’ONU en 1963. Il deviendra un tube de Bob Marley. Il promet la guerre au monde occidental qui ne s’interpose pas, ses mots fragiles auront un écho inattendu.

Et quand Sélassié s’exile en Angleterre, une jeune fille lui écrit qu’elle l’aime et qu’elle l’admire : elle s’appelle Elisabeth et deviendra Reine.

La reine Elizabeth II et Haïlé Sélassié, lors d'une visite officielle de la souveraine en Éthiopie (février 1965)
La reine Elizabeth II et Haïlé Sélassié, lors d’une visite officielle de la souveraine en Éthiopie (février 1965) © AFP

Le 2 novembre 1930, le fils unique Ras Makonnen, Ras Tafari, est lui-même devenu Roi avec pour nom de règne Haïlé Sélassié (Pouvoir de la Trinité), seigneur des Seigneurs, Lion Conquérant du Royaume de Juda, Lumière du Monde, élu de Dieu, se proclamant descendant du roi Salomon et de la reine de Saba devant caméras et les journalistes du monde entier venus couvrir cet évènement inédit.
Sa personnalité mystérieuse et son règne atypique huilés par les courtisans vont inspirer les récits occidentaux les plus divers (de Jean Yanne à Laurent Gaudé, Kapuscinski ou Evelyn Waugh). Certains diront qu’il a modernisé son pays, créé une imprimerie, aboli l’esclavage, offert un hymne officiel à l’Éthiopie, mais on connait mal la vie de cet homme qui a joué des mythes et des images pour gouverner et pour durer.

Jusqu’à sa mystérieuse disparition à 84 ans, il ne cesse d’être photographié : Tafari à quatre ans immortalisé par des missionnaires catholiques français, Sélassié drapé dans une cape avec épée et gants blancs, l’Empereur en habit de souverain couronné d’or, le Négus coiffé d’un casque colonial ou d’un chapeau à plumes, à la fois le dernier roi des Rois et le premier dirigeant africain à peser la scène internationale.

Le Ras Tafari Makonnen, nouveau roi d'Abyssinie sous le nom d'Haïlé Sélassié, quitte le palais en voiture après son couronnement (Addis-Abeba, Ethiopie, 1930)
Le Ras Tafari Makonnen, nouveau roi d’Abyssinie sous le nom d’Haïlé Sélassié, quitte le palais en voiture après son couronnement (Addis-Abeba, Ethiopie, 1930) © Getty – Photo by Keystone-France\Gamma-Rapho via Getty Images

En 1963, avec l’installation de l’Organisation de l’Unité Africaine à Addis-Abeba, le voilà un héraut du panafricanisme. Plus extraordinaire, il est même considéré comme une divinité par les rastas, qui se nomment ainsi en hommage à son premier titre Ras Tafari (« Ras » qui signifie tête ou chef, et Tafari, son prénom de baptême qui veut dire « celui qui est craint »). Eux ne croient pas à sa mort en 1975 quand le commandant Mengistu Haile Mariam plonge le pays dans une terreur rouge et fait assassiner le roi, tout en cachant son corps. C’est comme si Lénine avait renversé louis XIV commente le Times de l’époque.
L’absence de dépouille de Sélassié va d’ailleurs nourrir les fantasmes jusqu’à son inhumation officielle vingt-cinq ans plus tard.

L'empereur d'Éthiopie Haïlé Sélassié (1892 - 1975) et le Charles de Gaule (1890 - 1970), alors président de la République française, à Addis-Ababa (Éthiopie, 08.1966)
L’empereur d’Éthiopie Haïlé Sélassié (1892 – 1975) et le Charles de Gaule (1890 – 1970), alors président de la République française, à Addis-Ababa (Éthiopie, 08.1966) © Getty – Photo by Fox Photos/Getty Images

Mystérieux et fascinant, ce petit homme a souvent joué de son aura mystique et religieuse. Et le portrait de Sa Majesté s’affiche encore dans les maisons en Jamaïque et ailleurs, comme une photo énigmatique qui veille au mur…

Que reste-t-il des rapports du Négus au monde ? Des photos d’archives avec De Gaulle ou le Duke d’York, une chanson de Gainsbourg, des récits romancés de Kapuscinski, une aura teintée de reggae ? Qui a construit son image ? Le Monarque lui-même ou le regard que le monde a posé sur lui ?

Merci au restaurant Le Négus, 52 rue de Montreuil, Paris 11ème, pour son accueil.

Dans “Le monde comme il va”, “ONU : bilan d’une année 1952-1953”, discours de Hailé Sélassié (11.09.1952) à Addis-Abeba sur l’entrée de l’Erythrée dans une fédération avec l’Éthiopie (RTF, 28.09.1953)

2 min

Bibliographie sélective

  • Ras Tafari, Hailé Sélassié : visages du dernier empereur d’Ethiopie, Denis Gérard (L’Archange Minotaure, Forcalquier, Hautes-Alpes, 2006)
  • Ma Vie et les Progrès de l’Ethiopie de 1892 à 1937, Hailé Sélassié (autobiographie traduite par Pascal Mawuli Macé) (Pascal Mawuli Macé, 2013)
  • Negus Christ : histoires du mouvement rastafari, Giulia Bonacci, Robert A. Hill, Jakes Homiak et Boris Lutanie (Afromundi)
  • La fanfare du négus. Les Arméniens en Éthiopie (XIXe-XXe siècles), Boris Adjemian (‎École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2013)
  • Exodus ! L’histoire du retour des Rastafariens en Ethiopie, Giulia Bonacci (L’Harmattan, 2010)
  • Écoutez nos défaites, Laurent Gaudé (Actes Sud, 2016)
  • Récits romanesques :
  • Le roi fantôme, Maaza Mengiste (L’Olivier, 2022)
  • Hiver africain (1903-1966), Evelyn Waugh (Quai Voltaire, 1991)
  • Le Négus, Ryszard Kapuściński (Flammarion, 1984)

Avec les lectures de Écoutez nos défaites de Laurent Gaudé (Actes Sud)

Haïlé Sélassié (1892-1975) lors d'une conférence de presse au palais Ménélik à Addis-Abeba (Éthiopie, 03.11.1974)
Haïlé Sélassié (1892-1975) lors d’une conférence de presse au palais Ménélik à Addis-Abeba (Éthiopie, 03.11.1974) © Getty – Photo by Michele LAURENT/Gamma-Rapho via Getty Images

Musique

Serge Gainsbourg, Negus Negast – Bob Marley, Concrete jungle – Arat Kilo, Enie konjo – Hymne à la Mère de Dieu lors de la messe du 17 aout 1989 par le Chœur de la Cathédrale de Kidana-Mehret – Emahoy Tsege Mariam Gebru, Farewell Eve – Hymne national d’Éthiopie par La Musique Militaire de la Garde Impériale – Haile Selassie’s 80th birthday celebration : Borana tribe – Era fascista, Faccetta nera – The Souljazz Orchestra, Negus negast – Arat Kilo, Minew jal intro – Gloire à Haïlé Séllasié 1er par La Musique de la Garde Impériale – Compro Oro, Greetings From The Colony – Kolonel Djafaar, Recording 68′ – STILL, Haile selassie is the micro-chip – Arat Kilo, Masarat 52” et Zar (version 3) – Bob Marley, Selassie is the Chapel – Bob Marley, War – Arat Kilo, Zar (version_2) – Sinead O’connor, Jah Nuh Dead – Phillys Dillon, Picture on the wall.

Générique

Un documentaire de Élodie Maillot, réalisé par David Jacubowiez. Prises de son, Raymond Albouy, Ollivia Branger, Jean-François Salle et Thimotée Hubert. Mixage, Eric Boisset. Coordination, Anaïs Kien. Archives Ina, Marie Chauveau. Attachée de production et page web, Sylvia Favre-Steyaert.

Le tourisme en Outre-mer : le paradis, vraiment ?

Participation de Jean-Christophe Gay, géographe, professeur Université Côte d’Azur, membre de l’Urmis, dans l’émission Géographie à la carte, France-Culture, jeudi 5 janvier 2023.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/geographie-a-la-carte/le-tourisme-en-outre-mer-le-paradis-vraiment-8744827

Pourquoi le tourisme dans les îles de la France d’outre-mer demeure-t-il si confidentiel ? Quels critères doivent-ils être remplis pour qu’une île devienne une destination touristique ?

Avec

  • Jean-Christophe Gay Agrégé de géographie, professeur des universités à l’IAE de Nice (université Côte d’Azur).

La carte du territoire

Carte de la fréquentation touristique dans l'espace Caraïbe
Carte de la fréquentation touristique dans l’espace Caraïbe – Jean-Christophe Gay

Si vous tapez le mot « vacances » dans votre messagerie téléphonique, il y a de grandes chances pour que votre smartphone vous propose instantanément une image paradisiaque d’île et de palmiers, même si vous aviez en tête de partir à la montagne. Car l’idée des vacances semble irrémédiablement associée à un imaginaire insulaire et tropical.

Or, et c’est paradoxal, car les clichés liés à cet imaginaire leur sont associés, les îles de la France d’outre-mer restent peu fréquentés par les touristes…

La Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, la Réunion, la Nouvelle Calédonie, au large de l’Australie, la Polynésie française dans l’océan Pacifique, Wallis et Futuna dans le pacifique également, Mayotte au large de Madagascar, ou encore les îles Kerguelen : en tout, ce sont 2 760 000 habitants qui y résident sur 13 entités. Qu’ont-elles en partage ?

Peut-être est-ce le sentiment de proximité et d’éloignement qu’il faut avoir à l’esprit lorsqu’on étudie ces territoires. Si Tahiti, la Réunion, la Nouvelle Calédonie sont très différents et distants les uns des autres, ils ont en commun l’insularité, l’éloignement géographique de la métropole, de se situer presque tous en zone tropicales ou équatoriales (si l’on excepte les terres australes antarctiques et Saint-Pierre-et-Miquelon), et aussi d’être soumis à de forts aléas climatiques (cyclones, volcanisme, tremblements de terre).

A l’exception de Bora-Bora et de Saint Barthélémy, pourquoi les voisins étrangers, tel Cuba, Saint-Domingue ou la Jamaïque, exercent- ils une plus forte attractivité que les territoires français ? Sur quoi repose leur vulnérabilité ? Face au tourisme de masse, à la perte d’identité traditionnelle qu’il engendre et à son impact environnemental, le sous-tourisme ne serait-il pas un atout ?

Pour en parler, Matthieu Garrigou Lagrange reçoit Jean-Christophe Gay, géographe, directeur scientifique de l’Institut du tourisme Côte d’Azur (ITCA) et co-directeur du master Management de l’Hôtellerie Internationale (Université Nice Côte d’Azur).Il a co-dirigé, avec Philippe Violier, Philippe Duhamel et  Véronique Mondou  Le tourisme en France Volume 1, Approche globale et Le tourisme en France Volume 2, Approche régionale (Iste éditions). Il a par ailleurs publié La France d’outre-mer : terres éparses, sociétés vivantes aux éditions Armand Colin.

Retrouvez la carte du territoire dès le mardi sur @Mgarrigou

Harcèlement scolaire : l’Etat à la traîne ?

Participation de Catherine Blaya, professeure en sciences de l’éducation à Université Côte d’Azur, membre de l’Urmis, dans l’émission Les Matins de France-Culture, le vendredi 9 juin 2023.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/l-invite-e-des-matins/harcelement-scolaire-l-etat-a-la-traine-6539949

Chaque année, près d’un élève sur dix serait concerné par un harcèlement scolaire. Un chiffre loin d’être anodin, comme l’illustrent les suicides de jeunes Lucas et Lindsay ces derniers mois. L’Etat a-t-il trop longtemps négligé ce fléau ? Comment lutter contre le harcèlement ?

Avec

  • Catherine Blaya Professeur en sciences de l’éducation
  • Nesrine Slaoui Journaliste

“Seule”, l’histoire de la mort tragique d’une adolescente harcelée

« Le livre Seule, je l’ai écrit après le 14 mars 2021. C’est le jour où je suis allée à la Marche blanche à Argenteuil, raconte Nesrine SlaouiAlisha, c’est une jeune adolescente de quatorze ans qui avait été harcelée par ses camarades. Et sa mort est tragique. Ils l’ont poussée dans la Seine, sous le pont de l’autoroute à Argenteuil. En me rendant sur place, en discutant à la fois avec les anciens camarades de classe d’Alisha, en discutant avec les professeurs, la famille, j’ai commencé à m’interroger. Comment on peut arriver à la mort tragique d’une adolescente ? Que ce soit par suicide ou parce qu’elles sont tuées, les dynamiques en réalité, sont malheureusement les mêmes. Ce qui m’avait d’ailleurs beaucoup marquée dans le parallèle entre Lindsay, la jeune fille qui s’est suicidée au mois de mai et Alisha, c’est le fait que des signalements avaient été fait plusieurs fois, que ce soit aux chefs d’établissement, aux CPE, aux parents des autres élèves ou à la police. Il y a une espèce d’atonie générale, où personne ne réagit ou en tout cas personne ne sait comment réagir, jusqu’au moment où ça devient fatal. »

Comment protéger une jeunesse hyper connectée ?

« Le harcèlement existe depuis tout temps et en tout lieu. Ce qui a changé massivement avec Internet, c’est que le harcèlement scolaire ne s’arrête pas à la porte de l’école et c’est là que cela devient dangereux, estime Nesrine SlaouiQuand on était victime de harcèlement scolaire, dans ma génération, on rentrait chez nous, on n’avait pas encore de téléphone, on pouvait oublier. On passait de très mauvaises nuits mais on pouvait avoir des sas de répit, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Les adolescents sont hyper connectés. Quand on va voir des professeurs et des chefs d’établissement en leur disant qu’on a un problème de harcèlement scolaire, ils vous disent d’éteindre vos téléphones et cette réponse-là ne peut plus marcher. C’est une réponse très dangereuse, c’est une inversion de la culpabilité. C’est considérer Internet comme un outil annexe. Il faut en tant que société, que l’on réalise qu’Internet, c’est la vraie vie. La seule manière de lutter contre ce qu’il s’y passe c’est de codifier Internet par les mêmes lois que dans l’espace public. »

« On a des jeunes qui sont particulièrement vulnérables, acquiesce Catherine BlayaIls n’ont aucun répit et d’autant moins de répit que, quand bien même ils changeraient d’établissement, à partir du moment où ce harcèlement est inscrit en ligne et a lieu sur Internet, les jeunes continuent d’être harcelés, où qu’ils soient. Que les établissements suggèrent que la victime change d’établissement n’est pas la bonne solution, c’est une double peine. La formation des enseignants, c’est absolument nécessaire », conclut la professeure.


Ouvrage de Catherine Blaya aux éditions Mardaga, juin 2023.
ISBN : 9782804731144
Broché 179 pages
Prix : 19.90€
Disponible en librairies le 13 juin 2023

Présentation et commande sur le site de l’éditeur : https://www.editionsmardaga.com/products/le-cyberharclement-chez-les-jeunes

pancarte Justice pour Pinar Selek

Vidéo : Pinar Selek au magazine Mediterraneo 

Le magazine télévisé Mediterraneo du 27 mai 2023 a consacré un long reportage à Pinar Selek, en revenant notamment sur l’explosion accidentelle du marché aux épices qui a servi de prétexte pour lancer un harcèlement sans fin, depuis 25 ans, par l’Etat turc à l’encontre de notre collègue sociologue, universitaire et écrivaine. Le reportage présente également les images de la conférence de presse organisée (mais interdite par la police) devant le Palais de justice d’Istanbul le 31 mars 2023 et les témoignages de Pinar Selek et de collègues ou membres de son comité de soutien.

Reportage à visionner et à partager pour élargir le soutien à Pinar Selek en vue de la prochaine audience du 29 septembre à Istanbul :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/programmes/france-3_provence-alpes-cote-d-azur_mediterraneo-provence-alpes?id=4961854

Turquie : la gueule de bois. Intervention de Pinar Selek sur France Inter au lendemain des élections en Turquie

© Radio France

© Radio France

Notre collègue Pinar Selek était l’invitée de Fabienne Sintes sur France Inter pour l’émission Un jour dans le monde, le lundi 15 mai, pour commenter les résultats des élections en Turquie. Durée : 17 minutes… Vous pouvez écouter ou podcaster l’émission ici :

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/un-jour-dans-le-monde/un-jour-dans-le-monde-du-lundi-15-mai-2023-5939328

L’espoir d’un changement pour l’opposition politique en Turquie s’éloigne de plus en plus. Au lendemain des élections présidentielles, Erdogan arrive en tête des scrutins, sans pour autant passer la barre des 50%. Il affrontera son opposant Kemal Kiliçdaroglu lors d’un second tour le 28 mai.

Recep Tayyp Erdogan a raté de peu l’élection présidentielle qui avait lieu hier en Turquie. Le scrutin lui donne un peu plus de 49% des voix contre 44% pour son principal adversaire, Kemal Kiliçdaroglu. Des résultats qui nécessitent donc un deuxième tour, prévu le 28 mai. Une première en Turquie.

Mais la victoire est déjà remportée pour le chef de l’AKP. Au pouvoir depuis 20 ans, il se dit convaincu de “servir encore son pays pendant cinq ans”. Il revendique également avoir remporté la majorité des 600 sièges du Parlement lors des législatives, organisées également hier.

Avec près de 89% de taux de participation, les électeurs turcs semblent donc orienter leur pays vers le maintien au pouvoir de la coalition gouvernementale. D’après les sondages, une partie croissante de la société aspirait pourtant à un changement de cap. En rassemblant une coalition de six partis d’opposition, Kemal Kiliçdaroglu était considéré comme le plus enclin à mettre fin au règne d’Erdogan.

Avec nous pour en parler, Pinar Selek, sociologue et politologue à l’Université Nice Sophia Antipolis.


Le Bruit du monde est ce soir à la frontière mexico-américaine

Des milliers de migrants, venus d’Amérique centrale et du Sud se rassemblent devant des portes closes et des barrières, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Ils espèrent que la fin du fameux Titre 42, une mesure qui facilitait les expulsions expéditives durant la pandémie, leur sera favorable. Mais le gouvernement de Joe Biden a annoncé de nouvelles mesures restrictives envers les demandeurs d’asile. La crainte, c’est un chaos à la frontière. Le reste, c’est Emmanuelle Steels qui raconte.


Egalement au programme de cette émission

Sous les radars, par Sébastien Laugénie

Le choc des Empires en Russie, Sylvain Tronchet

Le monde d’après, par Franck Mathevon

Débat France 24 avec Pinar Selek sur les élections en Turquie

Second tour de la présidentielle en Turquie le 28 mai : vers une nouvelle victoire d’Erdogan ?

Intervention, notamment, de notre collègue Pinar Selek dans le débat organisé par France 24 sur le résultat du premier tour des élections en Turquie. Lundi 15 mai 2023.

https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/le-d%C3%A9bat/20230515-turquie-vers-victoire-erdogan-second-tour-entre-president-et-kilicdaroglu

Publié le : 15/05/2023 – 20:26

Vidéo par :Stéphanie ANTOINE

La Turquie aura son second tour de l’élection présidentielle, le 28 mai. Le dernier comptage attribue 49,5 % des suffrages à Recep Tayyip Erdogan contre 44,9 % à son rival Kemal Kilicdaroglu. L’opposition progresse dans ses fiefs du Sud-Est et dans les grandes villes mais pas assez pour battre le président sortant qui a mieux résisté que prévu dans les régions touchées par le récent séisme. L’issue du second tour risque de dépendre du troisième candidat, l’ultranationaliste Sinan Ogan (5,2 %).

Une émission préparée par Mélissa Kalaydjian, Léonore Jaury et Morgane Minair

NOS INVITÉS

  • Marc SEMO, Collaborateur Le Monde et ancien correspondant de Libération en Turquie
  • Guillaume PERRIER, Grand reporter Le Point, ancien correspondant en Turquie, co-auteur de “Les loups aiment la brume – Enquête sur les opérations clandestines de la Turquie en Europe” (éditions Grasset, 2022)
  • Pinar SELEK, Sociologue et écrivaine turque
  • Ahmet INSEL, Politologue et économiste turc, ancien chroniqueur pour Cumhuriyet, co-auteur de “Le national-capitalisme autoritaire – une menace pour la démocratie” (éditions Bleu Autour, 2021)

Interview Pinar Selek

En Turquie, le procès sans fin de la sociologue Pinar Selek renvoyé au 29 septembre

Un article de France 24 avec une intervention (vidéo ci-dessous) de Pinar Selek présentant les enjeux du "procès" du 31 mars 2023 à Istanbul

https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20230331-pinar-selek-cible-d-une-traque-judiciaire-en-turquie-nous-luttons-de-fa%C3%A7on-tr%C3%A8s-d%C3%A9termin%C3%A9e

Publié le : 31/03/2023 – 16:28 Modifié le : 31/03/2023 – 18:47

Réfugiée en France depuis quinze ans, la sociologue turque et défenseure des droits humains et des minorités Pinar Selek était rejugée à Istanbul par contumace, vendredi. Mais après trois heures d’audience, son procès a été renvoyé au 29 septembre. Accusée d’avoir commis un attentat, il s’agit d’un énième épisode d’une procédure judiciaire qui dure depuis 25 ans.

La saga judiciaire dure depuis un quart de siècle. La justice turque, qui s’acharne à vouloir rejuger la sociologue et écrivaine Pinar Selek, réfugiée en France depuis quinze ans et quatre fois acquittée a, vendredi 31 mars, renvoyé son procès au 29 septembre et réclamé son extradition.

“Nous avons demandé son extradition aux autorités françaises, c’est à elles de la faire respecter”, a déclaré le juge du tribunal d’Istanbul au terme de trois heures d’audience, en l’absence de l’intéressée mais devant un prétoire comble, où l’important comité de soutien à la chercheuse avait pris place.

D’ici au 29 septembre, les élections présidentielle et législatives prévues le 14 mai risquent néanmoins de voir une nouvelle équipe portée au pouvoir en Turquie.

Un procès au “caractère politique”

Depuis 15 ans, l’infatigable militante féministe et défenseure des droits humains et des minorités est réfugiée en France pour échapper à l’insistance judiciaire qui la cible dans son pays.

Pinar Selek, qui suivait l’audience depuis le siège de la Ligue des droits de l’Homme à Paris, a de nouveau dénoncé par visioconférence “le caractère politique” de ce procès. “Cette décision (du tribunal) met la responsabilité sur les épaules de la France et de l’Europe en demandant mon extradition. L’acharnement continue, la France et d’autres pays européens doivent prendre une position très ferme sans attendre que les choses s’aggravent” a-t-elle ajouté. Pinar Selek a par ailleurs demandé à Paris “d’affirmer une position nette et ferme dans cette affaire”.

La chercheuse de 51 ans, arrêtée en 1998 pour ses travaux sur la communauté kurde, a été ensuite accusée de liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK, considéré comme organisation terroriste par Ankara et ses alliés occidentaux) puis d’avoir participé à un “attentat” – en réalité une explosion accidentelle qui avait fait sept morts en 1998 sur le marché aux épices d’Istanbul.

Son père, avocat âgé de 93 ans, et sa sœur Seyda Selek, devenue avocate pour la défendre, étaient présents sur les bancs de la défense au côté d’avocats venus de France, de Paris et de Marseille.

“Traque judiciaire”

“Nous pensons que l’acquittement déjà prononcé à quatre reprises par le passé le sera de nouveau”, assène tout d’abord Me Akin Atalay notant qu’une “telle affaire est exceptionnelle dans une carrière”.

Mais le procureur n’en démord pas et demande au tribunal de respecter la décision de la Cour suprême qui avait annulé le quatrième acquittement prononcé en 2014.

“Nous souhaitons vivement que ce parcours judiciaire, cette traque judiciaire depuis 25 ans, un quart de siècle, cesse… On n’est pas quatre fois déclaré innocent par hasard, Pinar Selek a été par quatre fois déclarée innocente. Il faut aujourd’hui que tout cela cesse”, a plaidé l’avocate française, Francoise Cotta.

Une centaine de personnes venues de France, Suisse, Belgique, Allemagne, Italie, Norvège – parlementaires, élus, avocats, représentants d’organisations de défense des droits humains, universitaires – ont fait le voyage d’Istanbul en soutien à l’universitaire et romancière.

“Acharnement politico-judiciaire”

“Ce procès, qui a commencé avant (l’arrivée au pouvoir de Recep Tayyip) Erdogan et dure depuis 25 ans, montre à la fois la continuité du régime répressif et les nouveaux dispositifs de ce régime”, avait estimé Pinar Selek dans un récent entretien à l’AFP à Nice, dans le sud de la France, où elle enseigne la sociologie depuis 2016.

Après deux ans et demi de prison, maintes fois condamnée et quatre fois acquittée – en 2006, 2008, 2011 et 2014 – Pinar Selek ne s’attendait pas à ce que son cas revienne une fois de plus devant la justice. Mais en juin l’année dernière, la Cour suprême a annulé la totalité des acquittements, puis un nouveau mandat d’arrêt international a été lancé en janvier, assorti d’un mandat d’emprisonnement immédiat.

“Cet acharnement politico-judiciaire du pouvoir turc, qui dure depuis 25 ans, s’inscrit dans un contexte de répression inouïe visant toutes les personnes qui défendent la démocratie et l’État de droit” a affirmé Amnesty International dans un communiqué de soutien à Pinar Selek.

“Si ce procès dure depuis 25 ans, c’est grâce à notre lutte forte” pour la justice, expliquait Pinar Selek dans un entretien accordé à France 24, quelques minutes après l’ouverture de l’audience vendredi. La sociologue poursuivait alors : “Nous luttons vraiment de façon très déterminée”.

Avec AFP

Emission ligne 16

Émission publique sur l’accueil des étudiants étrangers

Compte rendu par le média ligne16.net de la table-ronde / émission radio sur l'accueil des étudiant·es étranger·es puis du "cabaret migratoire" organisés à Nice le mercredi 12 avril 2023 dans le cadre du Printemps des migrations… Avec la participation notamment de Laura Schuft, Géraldine Bozec, Yvan Gastaut, Marie Lesclingand et Swanie Potot, membres de l'Urmis.

http://www.ligne16.net/emission-publique-sur-laccueil-des-etudiants-etrangers/

Mercredi 12 avril a eu lieu à 18 heures l’émission radio publique des jeunes de Ligne16* dans le cadre du Printemps des Migrations à l’Entre-Pont à Nice. Avec comme invités, les chercheuses Laura Schuft et Géraldine Bozec du Laboratoire URMIS* et Joël Mathieu de RESF*, cette émission a permis de mieux comprendre la situation des étudiants étrangers arrivant à l’Université de Nice, les discriminations dont ils font l’objet, et plus particulièrement ceux qui sont issus de pays non européens. L’absence d’accueil humain, la barrière de la langue et la bureaucratie française, font que certains se découragent et abandonnent leur cursus.

Des solutions ont été évoquées comme celle de créer un “kit de survie” avec toutes les informations utiles pour mieux se repérer, le parrainage qui existe dans d’autres universités où un étudiant plus avancé peut accompagner un étudiant étranger et favoriser donc son inclusion.

Concernant les classes UPE2A créées dans certains collèges et lycées, “il en faudrait beaucoup plus“, exprime Joël de RESF.

Cette émission s’est poursuivie par un magnifique “Cabaret Migratoire orchestré par Aurélie Selvi qui a co-écrit le livre “Les Sentinelles“. Un programme riche avec Philippe Cara, Paolo Lizzandro, des musiciens engagés, Sophie de Montgolfier comédienne accompagnée de Dada Rose, Yvan Gastaut historien et spécialiste de la migration, Marie Lesclingand et Swanie Potot de l’Observatoire des migrations, Christine Poupon d’Amnesty Internationale ainsi que des exilés qui ont aujourd’hui sont plus en place en France. Ils sont venus exprimer leur parcours. Pour le final, Tram’baleti nous a fait danser au son de l’accordéon, de la vielle à roue, des percussions, de la guitare et du chant. Quelques 200 personnes ont pu ainsi échanger sur le sujet et profiter aussi de l’exposition des portraits dessinés par Marie Khaldi.

*URMIS : Unité de Recherches Migrations et Société
*RESF : Réseau Éducation Sans Frontière


Photos :

emission-ligne16-migrations-12avril2023_33

emission-ligne16-migrations-12avril2023_33

emission-ligne16-migrations-12avril2023_32

emission-ligne16-migrations-12avril2023_32

emission-ligne16-migrations-12avril2023_31

emission-ligne16-migrations-12avril2023_31

emission-ligne16-migrations-12avril2023_30

emission-ligne16-migrations-12avril2023_30

emission-ligne16-migrations-12avril2023_29

emission-ligne16-migrations-12avril2023_29

emission-ligne16-migrations-12avril2023_28

emission-ligne16-migrations-12avril2023_28

emission-ligne16-migrations-12avril2023_27

emission-ligne16-migrations-12avril2023_27

emission-ligne16-migrations-12avril2023_26

emission-ligne16-migrations-12avril2023_26

emission-ligne16-migrations-12avril2023_24

emission-ligne16-migrations-12avril2023_24

emission-ligne16-migrations-12avril2023_22

emission-ligne16-migrations-12avril2023_22

emission-ligne16-migrations-12avril2023_21

emission-ligne16-migrations-12avril2023_21

emission-ligne16-migrations-12avril2023_20

emission-ligne16-migrations-12avril2023_20

emission-ligne16-migrations-12avril2023_19

emission-ligne16-migrations-12avril2023_19

emission-ligne16-migrations-12avril2023_18

emission-ligne16-migrations-12avril2023_18

emission-ligne16-migrations-12avril2023_16

emission-ligne16-migrations-12avril2023_16

emission-ligne16-migrations-12avril2023_15

emission-ligne16-migrations-12avril2023_15

emission-ligne16-migrations-12avril2023_14

emission-ligne16-migrations-12avril2023_14

emission-ligne16-migrations-12avril2023_13

emission-ligne16-migrations-12avril2023_13

emission-ligne16-migrations-12avril2023_11

emission-ligne16-migrations-12avril2023_11

emission-ligne16-migrations-12avril2023_08

emission-ligne16-migrations-12avril2023_08

dig

dig

emission-ligne16-migrations-12avril2023_06

emission-ligne16-migrations-12avril2023_06

emission-ligne16-migrations-12avril2023_05

emission-ligne16-migrations-12avril2023_05

emission-ligne16-migrations-12avril2023_02

emission-ligne16-migrations-12avril2023_02


Avec *Amine (présentateur), Nada, Ela, Mohamed et Brahim (chroniqueurs-ses),
Ayoub (photographe) et Rayana (assistante micro),
Tania (coordinatrice de Ligne16), Fredo (sons) et Philippe (lumières).

Lien vers l’article original sur ligne16.net : http://www.ligne16.net/emission-publique-sur-laccueil-des-etudiants-etrangers/

Les voix de Sabra à Beyrouth

Dans l'émission "Écouter le monde" sur RFI, réalisée par Monica Fantini, le 17/09/2018, diffusion à partir du travail de Nicolas Puig, chercheur à l'Urmis, d’une pastille sonore construite à partir des enregistrements du marché de Sabra dans le cadre d’une enquête sur les interactions entre établis arabes et migrants d’Asie et du Bangladesh. Durée : 02:29.

https://www.rfi.fr/fr/emission/20180915-voix-sabra-beyrouth

Au marché de Sabra, à côté des établis libanais, palestiniens et syriens, passent, s’installent et travaillent les migrants d’Éthiopie, du Sri Lanka, des Philippines et du Bangladesh. De nouvelles langues et de nouvelles voix se greffent dans un espace déjà saturé. Au marché de Sabra, les langues s’imposent par bribes. Sabra c’est Babel. 

Le marché de Sabra, au Liban. Hoda Kassatly, 2013

Cet épisode a été réalisé avec Nicolas Puig, anthropologue à l’Institut de recherche pour le développement, unité de recherche migrations et société.

Pour aller plus loin :

– Le marché de Sabra à Beyrouth par l’image et le son. Retour sur une enquête intensive
– SabraSonore

Pinar Selek, France Inter

France Inter : entretien avec Pinar Selek

A écouter sur France Inter, émission L’invité de 9h10, le 28 mars 2023, Pinar Selek, une sociologue traquée par la justice turque.

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-invite-de-9h10/le-7-9h30-l-interview-de-9h10-du-mardi-28-mars-2023-3285633

La sociologue et auteure turque Pinar Selek est accusée d’avoir commis un attentat il y a 25 ans à Istanbul. Depuis, elle clame son innocence. Son cinquième et dernier procès doit avoir lieu ce vendredi. Pinar Selek est l’invitée de 9h10.

Avec Pinar Selek sociologue et politologue à l’Université Nice Sophia Antipolis

Pinar Selek est turque. Elle enseigne la sociologie et les sciences politiques à l’université de Nice. Elle est réfugiée en France, sous le coup d’un mandat d’arrêt international. Vendredi, aura lieu à Istanbul son 5e procès. Victime d’un acharnement judiciaire sans précédent en Turquie. Rencontre avec une femme qui a fraternisé avec les prostituées, les Kurdes, les enfants des rues et les poètes.

Son histoire et ses combats

Pinar Selek raconte au micro de Sonia Devillers ce qui lui est arrivé en 1998 : “Je suis chercheuse, et à l’époque, je faisais une recherche, une enquête sociologique sur le mouvement kurde et j’ai été arrêtée pour cette raison-là. On m’a demandé les noms de mes interlocutrices et interlocuteurs, et j’ai résisté. À l’époque, il y avait des disquettes, ils ont confisqué toutes les disquettes. Si je donnais les noms, je pouvais partir. J’ai dit non. Et à cause de cette résistance, j’ai été torturée, ce qui m’a empêchée de bouger pendant des mois.”

Deux mois après, ils l’ont accusée d’avoir perpétré un attentat. C’est un dossier judiciaire monté de toute pièces. Elle est sans cesse condamnée et acquittée. Elle a dû fuir le pays. Elle explique en quoi son cas est emblématique : “Mon procès montre la continuité du régime répressif parce que ça a commencé avant ce gouvernement. Avant Erdogan. Je parlais du génocide des Arméniens, de toutes les répressions contre les Kurdes, contre les Grecs, contre d’autres personnes et j’essayais de comprendre la lutte des Kurdes.

Elle a été se frotter à toutes les marges de la société turque, à toutes les minorités de la société turque, à tous les brimés de la société turque. Elle a aussi écrit des contes pour enfants, car elle a travaillé auprès des enfants des rues en Turquie. Elle a aussi fraternisé avec des prostituées, qu’elle a aidées. Elle s’est même demandée si ce n’était pas la raison de son arrestation au départ.

Beaucoup de combats et beaucoup de soutiens

Pinar Selek va être jugée vendredi à Istanbul, mais ne va pas s’y rendre. Beaucoup de gens vont y aller à sa place, des universitaires en pagaille, des étudiants, ses maisons d’édition, des élus de Paris, de Marseille, etc.

Son père, qui a 93 ans et qui est avocat, continue de défendre sa fille. Sa sœur a également quitté son travail pour devenir avocate et la défendre.

Autour d’elle, il y a des convergences importantes. Elle est aussi soutenue par des militantes et militants féministes, écologistes, antimilitaristes. Pinar Selek s’associe à la militante féministe noir américaine Bell Hooks pour dire : “Dans le mouvement des femmes, nous n’avons pas de priorités parce qu’il y a différentes personnes, il y a des Noirs, il y a des pauvres, etc. Elle disait que tous les problèmes, il ne faut pas les hiérarchiser.

Féminisme

Concernant la déchirure liée à l’exil, elle ne se dit plus vraiment concernée, de par son parcours et ses convictions : “J’avais de la chance parce que j’étais féministe. J’ai grandi et je me suis construite dans le mouvement féministe en Turquie. J’étais très antimilitariste parce que c’est un féminisme très antimilitariste et qui ne croit pas aux frontières. Donc moi, je ne croyais pas aux frontières parce que j’étais aussi très proche des Kurdes, des Arméniens, et je savais que ces frontières ont fait couler beaucoup de sang. Donc cette histoire, cette connaissance m’a permis aussi de ne pas me sentir loin de mon pays.”

À lire aussi : Une femme est victime de féminicide chaque jour en Turquie

À Nice, elle a rassemblé des milliers de personnes pour soutenir un événement qui s’intitule ‘Toutes aux frontières’ pour dénoncer les violences dont sont victimes les femmes migrantes. Elle explique : “pour nous, c’était très important parce que les femmes exilées et surtout sans-papiers sont les plus invisibles de l’Europe. Elles sont très très nombreuses et elles endossent, comme les autres sans-papiers, beaucoup de travaux de services. Je peux même vous dire que l’économie européenne respire grâce à ces personnes. Les fragilités administratives les rendent plus dociles au niveau économique. Donc nous avons voulu faire une action.”

À lire aussi : Accusée de terrorisme, une chercheuse turque a trouvé refuge en France

Turquie : la sociologue Pinar Selek poursuivie

Notre collègue Pinar Selek, sociologue, enseignante-chercheure à l’Université Côte d’Azur et membre de l’Urmis, fait l’objet d’une procédure judiciaire absurde qui dure depuis 25 ans en Turquie. Nous lui renouvelons notre soutien sans faille et appelons à rejoindre les différentes initiatives en cours pour exiger la vérité et la justice pour Pinar Selek…

Parmi les nombreuses interventions dans les médias à ce sujet, voir par exemple l’interview chez TV5 Monde le 26 janvier 2023 :

https://information.tv5monde.com/video/turquie-la-sociologue-pinar-selek-poursuivie

“La lutte pour la vérité se paye très fort en Turquie” : Pinar Selek sait de quoi elle parle. La sociologue, aujourd’hui réfugiée en France, est poursuivie depuis 25 ans pour un attentat qui n’a jamais eu lieu. Elle fait désormais l’objet d’un mandat d’arrêt international.