Archives de catégorie : Soutien à Pinar Selek

Historique de l’affaire, récapitulatif des actions lancées et liens d’informations : https://urmis.hypotheses.org/actualites-sur-pinar-selek

Pinar Selek : “Sonder les ténèbres qui font d’un bébé un assassin”

En marge de l’intervention de Pinar Selek à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (texte ci-dessous), un entretien vidéo avec le journaliste Jean-Jacques Régibier, L’Humanité, Chaîne Voix d’Europe, le 12 octobre 2023.

Source : https://www.humanite.fr/monde/pinar-selek/pinar-selek-sonder-les-tenebres-qui-font-dun-bebe-un-assassin

Militante féministe et antimilitariste exilée en France, Pinar Selek continue depuis 25 ans à subir l’acharnement de la justice turque. Après quatre procès où elle a été acquittée, un cinquième qui devait se tenir en septembre, a été reporté, en même temps que la Turquie lançait contre elle un mandat d’arrêt international.

Dans son dernier livre, « Le chaudron militaire », la sociologue étudie la façon dont le service militaire sert à forger l’hégémonie masculine en Turquie dans un contexte mondial dominé par le néolibéralisme, les guerres et la montée des régimes autocratiques. Comment en sortir ? Quelles sont les nouvelles formes de résistance à adopter ?


Intervention de Pinar Selek à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Strasbourg, 12 octobre 2023 :

Mesdames, Messieurs,

Vous m’accueillez, vous nous accueillez dans une période très sombre, où la barbarie, les armes, la cruauté dominent notre monde. Par conséquent, c’est aussi le désespoir qui domine. Les puissants font leurs lois, en faisant couler le sang, en détruisant les populations, les civilisations, les vies. Et les institutions internationales, censées créer des mécanismes politiques permettant la définition démocratique des problèmes publics et leurs solutions, sont en difficulté. Il en va ainsi du Conseil de l’Europe, créé après les deux guerres mondiales, autour de l’aspiration « plus jamais ça », qui œuvre pour que les valeurs démocratiques et les droits fondamentaux l’emportent sur les intérêts géostratégiques. C’est une résistance.

Résistance pour défendre les conventions internationales, même si celles-ci sont écrasées actuellement sous les bottes de rapports de forces. Dans un contexte où tout se joue au niveau géopolitique, insister sur des cadres institutionnels et des normes juridiques, approuvées dans le consensus, est une résistance. Résistance de la démocratie. Cette résistance face à la barbarie vous oblige à repousser cette organisation inter-étatique au-delà de ses limites. Est-ce que c’est possible ? Est-ce que c’est encore possible de faire adhérer les populations aux mécanismes démocratiques ? Avec quelles mesures ?

Je suis consciente des lourdes responsabilités qui pèsent sur vos épaules. Et alors que vous êtes en train de réfléchir sur de multiples domaines d’action urgente pour faire cesser la barbarie, vous m’accueillez, vous nous accueillez. Merci beaucoup à celles et ceux qui ont initié cette rencontre. Cela témoigne d’une conscience du lien fort entre notre lutte pour la justice en Turquie et des problèmes dans d’autres pays. En effet, tous ces problèmes actuels sont en lien avec les nouvelles alliances transnationales dont la Turquie fait partie. Et rendre visible les violations des droits humains et les crimes juridiques contribue à votre résistance face aux barbaries actuelles.

Ici, je ne prendrai pas le temps de résumer le long acharnement politico-judiciaire entamé il y a plus de 25 ans à mon encontre. Je vais juste résumer la dernière étape en commençant par préciser que mon procès kafkaïen a commencé avant le gouvernement actuel en Turquie. Cela montre le caractère historique et la permanence des problèmes démocratiques dans ce pays.

Tout a commencé dans une période où les cadres juridiques étaient moins favorables au respect des droits. Ce cadre a évolué aujourd’hui, mais mon procès continue. C’est en 1998 que j’ai été arrêtée et torturée pour livrer l’identité de militant·es kurdes que j’avais interviewé.e.s dans le cadre de mon enquête sociologique. Ensuite, j’ai appris en prison par la télévision que j’étais fallacieusement accusée de terrorisme. J’ai résisté grâce à une énorme solidarité, mais surtout une lutte juridique minutieuse. Des enquêtes indépendantes ont démontré qu’il n’y a jamais eu d’attentat au Marché aux épices d’Istanbul mais l’explosion d’une bonbonne de gaz. J’ai été acquittée 4 fois, car le dossier d’accusation est vide. En effet toutes les fois qu’une Cour de justice a regardé le fond de mon dossier, elle a admis qu’il n’y avait aucune preuve contre moi.

Ainsi, il apparait clairement qu’en Turquie un combat pour la justice peut aboutir.

Pourtant, en décembre 2022 la Cour suprême a cassé mon dernier acquittement de 2014, en demandant ma condamnation à la prison à perpétuité. Le 29 septembre 2023 avait lieu à Istanbul la deuxième audience du 5ème procès. Face à de nombreux soutiens locaux et internationaux, la Cour criminelle d’Istanbul a reporté à nouveau l’examen du dossier au 28 juin 2024, en renouvelant sa demande d’extradition à mon encontre et un mandat d’arrêt international.

Cet acharnement sans fin relève du harcèlement, voire de la torture psychologique. Mais c’est aussi une des formes les plus extrêmes d’atteinte à la liberté d’expression et à la liberté académique, menacées aujourd’hui partout dans le monde. Depuis le début, j’ai refusé d’être conditionnée par cet acharnement, j’ai essayé d’élargir mon espace de liberté et continué à réfléchir, à enquêter, à problématiser, à analyser et à écrire, le plus librement possible. Cela a été possible grâce à la solidarité constante d’innombrables personnes de multiples milieux, surtout en France dont je suis devenue citoyenne.

Pourtant comme l’atteste la Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères française, cet acharnement entrave mon travail. Je cite Madame la ministre Catherine Colonna “La France, attachée à la liberté de la recherche, apporte tout son soutien à la sociologue Pinar Selek, reconnue innocente à plusieurs reprises par les juridictions turques des faits dont elle a été accusée. La procédure judiciaire dont elle fait l’objet en Turquie et le risque d’arrestation encouru entravent son travail. (…)

Oui, ce processus juridique entrave mon travail : alors que je mène de multiples recherches sur les situations multidimensionnelles autour des frontières, le mandat d’arrêt international dont je fais l’objet m’empêche de sortir du territoire français et d’exercer librement mon métier. Ainsi, je ne peux même pas traverser la frontière franco-italienne bien que je sois co- coordinatrice de l’Observatoire des Migrations dans les Alpes-Maritimes. Je ne peux pas non plus répondre aux nombreuses invitations académiques que je reçois d’autres pays européens.

Je souhaite continuer à vivre comme chercheuse, penseuse et écrivaine libre. La question est la suivante : est-ce que c’est possible en Europe ? Et plus précisément est-ce que le Conseil de l’Europe peut apporter sa contribution pour garantir ma liberté de recherche ?

Merci pour tout ce que vous faites. Malgré l’obscurité de notre époque, votre engagement fait bouger les lignes !

Pinar Selek, Strasbourg, 12.10.2023

Portrait de Pinar Selek © CC-BY-SA-3.0/ Streetpepper/WikiCommons

Critique, par Gisèle Sapiro, du dernier livre de Pinar Selek, Le chaudron militaire turc

A lire sur En attendant Nadeau, journal de la littérature, des idées et des arts, n°181, 20 septembre – 3 octobre 2023, l’analyse par Gisèle Sapiro du dernier livre de Pinar Selek, Le Chaudron militaire turc, Un exemple de production de la violence masculine :

“Pour Pinar Selek”, par Gisèle Sapiro : https://www.en-attendant-nadeau.fr/2023/09/30/pinar-selek

L’entretien d’actu – Le Média – Une sociologue en prison à vie ? Persécutée, elle témoigne

A voir sur le site de Le Média, un excellent entretien télévisé avec Pinar Selek, par Cemil Şanlı, le jeudi 28 septembre 2023.

https://www.lemediatv.fr/emissions/2023/une-sociologue-en-prison-a-vie-persecutee-elle-temoigne-4JnrwOB6Q-iOqKRZ5J7vcw

Une sociologue en prison à vie ? Persécutée, elle témoigne

2023 est une année particulière pour Pinar Selek. La République de son pays natal fête ses 100 ans et la justice de cette dernière la persécute depuis 25 ans.

Sociologue et militante féministe et antimilitariste, Pinar Selek est poursuivie devant le tribunal d’Istanbul une cinquième fois pour un attentat imaginaire.

Arrêtée et emprisonnée en 1998 pour ses travaux sur la communauté kurde, elle apprend en prison être accusée d’être liée à une explosion qui venait de faire sept morts au bazar aux épices d’Istanbul. Le pouvoir décrit un attentat, la justice et les experts jugent qu’il s’agit d’un accident.

Pinar Selek est donc acquittée par quatre fois, en 2006, 2008, 2011, 2014. Malgré cela, elle subie la torture et, depuis, une persécution psychologique. La Cour suprême de Turquie annulant tout ses acquittements pour la traduire une cinquième fois devant les tribunaux en mars dernier. Et finalement le 29 septembre. Nous apprendrons ce jour-là, au lendemain de notre tournage (la veille, le 28 septembre), un nouveau report du procès… au 28 juin 2024.

En exil en France en 2011, Pinar Selek obtient la nationalité en 2017, mais cette dernière ne l’a protège pas entièrement. Désormais placée sous mandat d’arrêt international, Pinar Selek est aussi menacée de mort par l’extrême-droite turque et les Loups Gris, une mouvance ultranationaliste armée turque particulièrement active en Europe de l’Ouest.

Dans son dernier ouvrage, “Le chaudron militaire turc, un exemple de production de la violence masculin” (aux éditions Des Femmes, Antoinette Fouque), elle persiste et signe. Défiant la censure, elle revient sur ses recherches sociologiques débutées en 2007, pour les élargir au contexte mondial néolibéral actuel, compressé entre la montée des nationalismes, des autocraties et le retour des guerres de contact.

Tribune du monde littéraire pour l’acquittement définitif de Pinar Selek

Une tribune parue dans Le Monde, 25/09/2023 https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/09/25/pour-que-pinar-selek-recouvre-une-liberte-de-creation-de-recherche-et-d-action-politique-pleine-et-entiere_6190945_3232.html

Alors qu’une nouvelle audience de la Cour suprême de Turquie doit se tenir le 29 septembre, un collectif d’autrices, d’auteurs, d’éditrices, d’éditeurs et de libraires, parmi lesquels Nathalie Quintane, Annie Ernaux ou Sedef Ecer, apporte son soutien à la sociologue exilée en France depuis 2011 qui risque la prison à vie en Turquie.

Texte intégral et liste des signataires sur https://pinarselek.fr/actualites/le-monde-litteraire-pour-lacquittement-definitif-de-pinar-selek/

Depuis 25 ans, Pinar Selek est persécutée par la justice turque. Un quart de siècle de procès, incarcération, tortures, exil — et à présent, mandat d’arrêt international demandant son emprisonnement immédiat.

Pourquoi ?

Parce que Pinar Selek est sociologue et qu’elle a travaillé sur le mouvement de résistance kurde — c’est là, pour ce motif, qu’elle est arrêtée et torturée en 1998: on veut lui faire avouer le nom des personnes qu’elle a rencontrées pendant son enquête.

Parce que Pinar Selek réunit à elle seule à peu près tout ce qu’un pouvoir autoritaire déteste: la défense des plus opprimé.e.s (les enfants des rues, les prostituées, les femmes migrantes…), les combats écologistes, féministes et LGBTQI+, le refus de toutes les violences et un antimilitarisme radical.

Parce que, même exilée, même menacée par un Pouvoir qui semble avoir tous les pouvoirs, Pinar Selek continue son travail de chercheuse et d’universitaire, parce que Pinar Selek continue à écrire — des contes aussi, un merveilleux essai paru en 2015: Parce qu’il sont Arméniens — et son dernier livre: Azucena ou Les fourmis zinzines paru aux éditions des femmes l’an dernier.

Aujourd’hui où la distinction entre les démocraties supposées, les régimes «illibéraux» ou en voie de le devenir et les états simplement autoritaires devient de plus en plus indécise, nous, poètes, autrices, auteurs, éditrices, éditeurs, libraires, nous sentons plus que jamais solidaires des combats de Pinar Selek. Ce qui lui arrive pourrait nous arriver un jour. Qu’est-ce que la liberté dont nous jouissons encore quand quelqu’un comme elle ne peut pas circuler librement, travailler librement, quand la nationalité française qui lui a été accordée ne la protège pas pleinement, comme elle le devrait? Quand quatre procès, suivis de quatre acquittements prononcés par la justice turque elle-même ont été quatre fois cassés?

Une nouvelle audience, dans un nouveau procès ouvert le 31 mars, a été reportée au 29 septembre prochain. Nous savons que la mobilisation n’est pas vaine, qu’elle gêne la Turquie comme elle gênerait n’importe quel pouvoir abusif et injuste. Nous signons ici pour que Pinar Selek recouvre une liberté de création, de recherche et d’action politique pleine et entière. N’en doutons plus : en signant pour elle, nous signons pour nous.

Signataires individuel.les:

  • Santiago Amigorena, écrivain
  • Joseph Andras, écrivain
  • Leili Anvar, Maîtres de Conférences en langue et littérature persanes (Inalco)
  • Ella Balaert, enseignante à Paris III Sorbonne nouvelle
  • Katy Barasc philosophe
  • Samantha Barendson, poétesse
  • Brigitte Baumié poétesse
  • Emna Belhaj Yahia, romancière, enseignante de philosophie, membre de l’Académie tunisienne Beit al-Hikma
  • Arno Bertina, écrivain
  • Jean-Michel Besnier,Comité directeur du PEN-Club, philosophe
  • Muriel Bloch, conteuse
  • Flora Boffy-Prache, éditrice
  • Béatrice Bonhomme, poétesse, directrice de la revue Nu
  • Oristelle Bonis, éditrice
  • Sonia Bressler, philosophe, Présidente de l’AFFDU (Association Française des Femmes Diplômées d’Université)
  • Lydia Cacho, journaliste
  • Mireille Calle-Gruber, professeur des universités, Sorbonne nouvelle
  • Belinda Cannone , écrivain
  • Lise Chapuis, traductrice
  • Orélie Chen Fuchs,poétesse
  • Sylvestre Clancier, écrivain, Président d’honneur du PEN Club
  • Marie Cosnay, écrivaine et traductrice
  • Felip Costaglioli, écrivain
  • Grégoire Courtois, écrivain
  • François Cusset, historien
  • Vincent d’Eaubonne, fils de Françoise d’Eaubonne
  • Catherine Demolis, éditrice
  • Dominique Dussol, professeur émérite, Université Pau et Pays de l’Adour
  • Zehra Dogan, artiste, journaliste
  • Fabien Drouet écrivain
  • Alicia Dujovne Ortiz,autrice, journaliste
  • Fabienne Dumont, historienne de l’art
  • Delphine Durand, poétesse
  • Dominique Dussol, professeur émérite, Université Pau et Pays de l’Adour
  • Cécile Dutheil de la Rochère, Editrice, critique littéraire, traductrice
  • Sedef Ecer, romancière, membre du Parlement des Écrivaines Francophones (PEF)
  • Asli Erdogan écrivaine
  • Annie Ernaux écrivaine, Prix Nobel de littérature
  • Tarek Essaker, écrivain, essayiste et poète
  • Johan Faerber, critique, éditeur, cofondateurs du magazine Diacritik.
  • Nina Faure, réalisatrice
  • Julie Finidori, agente littéraire
  • Isabelle Garon, poétesse
  • Nicolas Gary, journaliste
  • Frédérique Guétat-Liviani, poète
  • Liliane Giraudon, poétesse
  • Barbara Glowczewski, directrice de recherches émérite au CNRS
  • Aliette Griz, écrivaine
  • Catherine Guyot, journaliste, Institut en sciences des femmes (IERSF)
  • Jacqueline Heinen, Professeure émérite de sociologie, UVSQ Paris-Saclay
  • Marie Huot, poétesse
  • Chloé Jacot-Descombes, écrivaine
  • Pascal Jourdana, cofondateur de la Marelle, lieu d’action littéraire
  • Huguette Junod écrivaine
  • Maria Kakogianni, philosophe
  • Leslie Kaplan, écrivaine
  • Karim Kattan, écrivain
  • Jean Kehayan, écrivain
  • Colette Klein, poétesse
  • Souad Labbize, poétesse
  • Marie-Eve Lacasse écrivaine
  • Emmanuelle Lambert, écrivaine
  • Elisabeth Lebovici, historienne et critique
  • Sylvie Le Clech, historienne, Paris III Sorbonne, Parlement des écrivains francophones, Conservatrive générale du patrimoine
  • Marin Ledun, écrivain
  • Alain Lezongar, journaliste
  • Perrine Le Querrec poète-iconographe
  • Alain Lipietz Economiste, auteur, ancien député européen.
  • Carine Lorenzoni, Directrice de Publication de Rebelle-Santé
  • Béatrice Machet, poétesse et traductrice
  • Valérie Manteau, écrivaine
  • Lou Marin, traducteur et essayiste
  • Jacqueline Merville, autrice
  • Thierry Mesny, trésorier du PEN-Club
  • Zoé Monti, historienne de l’art et éditrice
  • Elisabeth Nicoli, Co presidente de l’Alliance des Femmes pour la Démocratie
  • Rina Nissim, auteure et éditrice.
  • Alain Nouvel, écrivain
  • Wilfried N’Sondé écrivain
  • Naz Oke, journaliste
  • Makenzy Orcel, écrivain
  • Cécile Oumhani, écrivaine, Parlement des écrivaines francophones
  • Florence Pazzottu, poétesse
  • Denis Pean, artiste
  • Michèle Pedinelli, écrivaine
  • Geneviève Peigné poétesse
  • Bruno Pellegrino écrivain
  • Juliette Penblanc, écrivaine
  • Charles Pennequin écrivain et poète
  • Serge Pey, poète
  • Jean-Yves Potel, écrivain
  • Stéfanie Prezioso, Professeure d’histoire, université de Lausanne
  • Sylvain Prudhomme, écrivain
  • Nathalie Quintane, écrivaine, rédactrice de la tribune
  • Laurine Rousselet, poétesse
  • Lionel Ruffel, auteur
  • Jean-Luc Sahagian, écrivain
  • Esther Salmona, poétesse
  • Sophie Salleron, autrice et conteuse
  • Sabine Savornin, peintre, universitaire
  • Inna Shevchenko, autrice, leader des Femen
  • Mona L. Siegel, historienne, professeur à California State University, Sacramento (USA)
  • Jean-Pierre Siméon, poète
  • Marina Skalova, écrivaine
  • Alexandra Sollogoub autrice, actrice
  • Béatrice Soulé, Artiste visuel
  • Antoine Spire Président du PEN-club français
  • Sabine Strasser, anthropologue
  • Brigitte Studer, professeure d’histoire émérite, Université de Berne
  • Ece Temelkuran, journaliste et auteure
  • Élise Thiébaut, autrice
  • Beata Umubyeyi Mairesse, écrivaine
  • Christine Villeneuve, co directrice des editions des femmes-Antoinette Fouque
  • Carmelo Virone, écrivain poète
  • Arnaud Viviant critique littéraire, écrivain
  • Sophie Wahnich, historienne
  • Catherine Weinzaepflen écrivaine
  • He Yuhong, autrice, présidente des Artistes d’Asie en France

Maisons d’éditions signataires:

  • Éditions aldante
  • Éditions Amsterdam
  • Éditions Cambourakis
  • Éditions circé
  • Éditions des Femmes-Antoinette Fouque
  • Éditions des lisières
  • Éditions des Sables, Genève
  • Éditions Encre Fraîche, Genève
  • Éditions Excès
  • Éditions iXe
  • Éditions La Crypte
  • Éditions Le festin
  • Éditions le passager clandestin
  • Éditions Les prouesses
  • Éditions Mamamélis, Genève
  • Éditions Hourra
  • Eric Pesty Editeur

Librairies Signataires:

  • Librairie 47° Nord (Mulhouse, 68)
  • Librairie Atelier (Paris, 75)
  • Librairie Boutique du Livre (Neuchâtel, CH)
  • Librairie ChEZ SimOnE (Bayonne, 64)
  • Librairie Colobrije (Montreuil, 93)
  • Librairie de l’Angle Rouge (Douarnenez, 29)
  • Librairie Des femmes (Paris, 75)
  • Librairie du Boulevard (Genève, CH)
  • Librairie Floury Frères, (Toulouse, 31)
  • Librairie Georges (Talence, 33)
  • Librairie L’escampette (Pau, 64)
  • Librairie L’Hibernie (Carmaux, 81)
  • Librairie l’esperluette (Lyon, 69)
  • Librairie La Boîte à Livres (Tours, 37)
  • Librairie La carline (Forcalquier, 04)
  • Librairie La Flibuste (Fontenay sous bois, 94)
  • Librairie La Friche (Paris, 75)
  • Librairie La Madeleine (Lyon, 69)
  • Librairie La Marge (Haguenau, 67)
  • Librairie La nouvelle Dérive (Grenoble, 38)
  • Librairie La P’tite Denise (Saint-Denis, 93)
  • Librairie la Pluie d ‘été (Pont-croix, 29)
  • Librairie La promesse de l’aube (Autun, 71)
  • Librairie La Rumeur des crêtes (Cadenet, 84)
  • Librairie La tête ailleurs (Paris, 75)
  • Librairie La Voie aux Chapitres (Lyon, 69)
  • Librairie Le Bateau Livre (Lille, 59)
  • Librairie Le Bleuet (Banon, 04).
  • Librairie Le café Le temps qu’il fait (Mellionnec, 22)
  • Librairie Les ruelles (Périgueux, 24)
  • Librairie Les villes invisibles (Clisson, 44)
  • Librairie Lucioles (Vienne, 38)
  • Librairie Obliques (Auxerre, 89)
  • Librairie Ouvrir l’Oeil (Lyon, 69)
  • Librairie Petite Égypte (Paris, 75)
  • Librairie Quai des Brumes (Strasbourg, 67)
  • Librairie Terre des livres (Lyon, 69)
  • Librairie Tulitu (Bruxelles, B)
  • Librairie Un livre et une tasse de thé (Paris, 75)
  • Librairie Vivre d’Art (Meymac, 19)

La liberté est féministe. Pinar Selek persiste et signe…

A lire sur le journal culturel La Strada, septembre 2023, un grand dossier présentant le parcours, l’œuvre et l’actualité (brûlante) de Pinar Selek. La publication de son ouvrage Le Chaudron militaire turc – Un exemple de production de la violence masculine est une réponse comme un acte de liberté, un acte de réflexion, d’analyse et de recherche face à la peur alors même qu’elle est encore en butte avec un nouveau procès par le régime turc, le 29 septembre 2023 et qu’elle est sans cesse menacée par l’extrême droite turque… Elle l’explique dans une “lettre à ses ami·es”, lettre à portée universelle…

Unacceptable judicial persecution of sociologist and writer Pinar Selek

Born on 20 November 1971 in Istanbul, Pinar Selek is a Franco-Turkish sociologist, writer and activist known for her academic research and her work on marginalised minorities in Turkey, in particular the Kurdish and Armenian communities. She is also known for her literary writings, as well as for her militant feminist and pacifist activities, focusing on human rights, social movements and gender issues. She is also an important voice for the freedom of research.

Pinar Selek, now a French citizen and lecturer at the Côte d’Azur University, has been the victim of judicial persecution by the Turkish courts for over 25 years for a terrorist attack that never took place. Despite four judgements fully acquitting her each time, the political and legal harassment against her continues.

25 years of judicial harassment

In 1998 Pinar Selek was imprisoned for over two years and tortured because she refused to provide the names of the Kurds she had interviewed as part of her sociological research. The Turkish authorities then decided to make her a “terrorist” by claiming that the explosion at the Istanbul Spice Market in 1998 – an accident – was a terrorist act for which she was responsible.

In December 2000, Pinar Selek was released (for lack of evidence). She decided to leave the country and went to Berlin and then to France to continue her sociological research, first in Strasbourg, then in Nice. She was granted French nationality in 2017.

In Turkey, the Public Prosecutor has systematically appealed against all of the four acquittals pronounced by the Criminal Court, in 2006, 2008, 2011 and 2014. Seven years later, the Turkish Supreme Court overturned the fourth acquittal on 21 June 2022. In January 2023, an international arrest warrant was issued for Pinar Selek, with a request for her immediate imprisonment.

A new hearing was held on 31 March 2023. Around 100 MPs, local councillors, lawyers, academics and university heads, leaders of human rights associations, feminist activists, artists and journalists from France, Switzerland, Belgium, Germany and Norway attended the trial at which Pinar Selek was not present. They wished to express their solidarity with Pinar and their indignation at the political and judicial persecution inflicted on her by the Turkish authorities.

The presence of this large delegation, supported by numerous associations, organisations and municipalities (list below), prevented the Supreme Court’s decision of June 2022 from being confirmed. The court decided to fix a new hearing on 29 September 2023. It also renewed the international arrest warrant and the demand for her immediate imprisonment. In addition, the Turkish judiciary is demanding that Pinar Selek personally travel to Istanbul this autumn to give evidence. France and Europe must react against this unacceptable proposal. She must be able to give evidence without leaving France. Her safety and her life are at stake.

Even in France Pinar Selek is not out of danger. Far from it. She has received clear threats from the Turkish extreme nationalist Grey Wolves who live with impunity in France. Her life is in danger.

The political and judicial persecution of Pinar Selek is taking place against a backdrop of restricted freedoms and increasing violence against minorities and political oppo- nents. The democrats of France and Europe have a duty to act against these serious threats, which go beyond the person of Pinar Selek and affect all our democratic free- doms, in particular the freedom of research and expression.

On support of Pinar Selek:

  • Amnesty International League for Human Rights
  • Pen Club International (Duygu Asena Prize)
  • The Parliament of French-speaking Women Writers
  • La Fédération nationale Solidarité Femmes
  • Alliance of Women for Democracy
  • Les éditions des femmes-Antoinette Fouque
  • The French Sociology Association
  • Association of Sociologists Teaching in Higher Education
  • Acort
  • The cities of Nice, Marseille and Paris

Despite four acquittals, I live under the threat of life imprisonment. My trial reflects both the continuity of the authoritarian regime in Turkey and of repressive measures

Pinar Selek

pinarselek.fr

Acharnement judiciaire inacceptable contre la sociologue et écrivaine Pinar Selek

Née en 1971 à Istanbul, Pinar Selek est une sociologue, écrivaine et militante franco-turque connue pour ses recherches universitaires, pour son travail sur les minorités marginalisées en Turquie, notamment les communautés kurdes et arméniennes. Elle est également connue pour ses écrits littéraires, mais aussi pour ses actions militantes – féministes et pacifistes – axées sur les droits de l’homme, sur les mouvements sociaux et les questions de genre. C’est une voix importante pour les droits de l’homme et la liberté de recherche.

Pinar Selek, aujourd’hui citoyenne française et maîtresse de conférences à l’Université Côte d’Azur, est malheureusement poursuivie par la Justice turque depuis plus de 25 ans pour un attentat terroriste qui n’a jamais eu lieu. En dépit de quatre jugements qui l’ont à chaque fois acquittée à 100%, le harcèlement politico-juridique à son encontre continue.

Une nouvelle audience est fixée au 29 septembre 2023

Alors que le mandat d’arrêt international et la demande d’emprisonnement immédiat sont maintenus, la Justice turque exige que Pinar Selek se rende cet automne personnellement à Istanbul pour témoigner. La France et l’Europe se doivent de réagir contre cette proposition inacceptable. Pinar Selek doit pouvoir faire sa déposition sans quitter la France. Il en va de sa sécurité et de sa vie.

En 1998, Pinar Selek avait été emprisonnée pendant plus de deux ans et torturée parce qu’elle refusait de fournir les noms des Kurdes qu’elle avait interrogés dans le cadre de ses recherches sociologiques. Les autorités turques ont ensuite décidé de faire d’elle une “terroriste” en prétendant que l’explosion du marché aux épices d’Istanbul en 1998 – un accident – était un acte terroriste dont elle était responsable.

En décembre 2000, Pinar Selek est libérée (faute de preuves). Elle décide de quitter le pays et se rend à Berlin, puis en France pour poursuivre ses recherches sociologiques, d’abord à Strasbourg, puis à Nice. Elle a obtenu la nationalité française en 2017.

En Turquie, le procureur général a systématiquement fait appel des quatre acquittements prononcés par le tribunal pénal, en 2006, 2008, 2011 et 2014. Sept ans plus tard, la Cour suprême turque a annulé le quatrième acquittement le 21 juin 2022. En janvier 2023, un mandat d’arrêt international a été émis à l’encontre de Pinar Selek, avec une demande d’emprisonnement immédiat.

Une nouvelle audience a eu lieu le 31 mars 2023. Une centaine de député·e·s, d’élu·e·s, d’avocat·e·s, d’universitaires, de responsables d’associations de défense des droits de l’Homme, de militantes féministes, d’artistes et de journalistes français, suisses, belges, allemands et norvégiens ont assisté au procès de Pinar Selek sans sa présence. Ils et elles ont tenu à exprimer leur solidarité et leur indignation face aux persécutions politiques et judiciaires dont Pinar Selek fait l’objet de la part des autorités turques.

La présence de cette importante délégation, appuyée par de nombreuses associations, organisations et municipalités (liste ci-dessous), a empêché l’entérinement pur et simple de la décision prononcée en juin 2022 par la Cour Suprême. Mais Pinar Selek n’est pas tirée d’affaire. Loin de là. Actuellement les Loups gris, qui vivent impunément en France, la menacent sans retenue. Sa vie est en danger.

L’acharnement politico-judiciaire à l’encontre de Pinar Selek s’inscrit dans un contexte de restriction des libertés et de multiplication des violences visant l’ensemble des minorités et des opposant·e·s politiques. Les démocrates de France et d’Europe se doivent d’agir contre ces menaces graves, qui au-delà de la personne de Pinar Selek concernent toutes nos libertés démocratiques, en particulier la liberté de recherche et d’expression.

Au soutien de Pinar Selek, notamment :

  • Les villes de Nice, Marseille et Paris
  • Amnesty International
  • La Ligue des droits de l’Homme
  • Le Pen Club International (Prix Duygu Asena)
  • Le Parlement des écrivaines francophones
  • La Fédération nationale Solidarité Femmes
  • L’Alliance des femmes pour la démocratie
  • Les éditions des femmes-Antoinette Fouque
  • L’association française de sociologie
  • L’association des sociologues enseignant-e-s du supérieur
  • L’Acort

Malgré quatre acquittements, je vis sous la menace de la prison à perpétuité. Mon procès reflète à la fois la continuité du régime autoritaire en Turquie et des dispositifs répressifs.

Pinar Selek

pinarselek.fr

pinarselek.fr

pancarte Justice pour Pinar Selek

Vidéo : Pinar Selek au magazine Mediterraneo 

Le magazine télévisé Mediterraneo du 27 mai 2023 a consacré un long reportage à Pinar Selek, en revenant notamment sur l’explosion accidentelle du marché aux épices qui a servi de prétexte pour lancer un harcèlement sans fin, depuis 25 ans, par l’Etat turc à l’encontre de notre collègue sociologue, universitaire et écrivaine. Le reportage présente également les images de la conférence de presse organisée (mais interdite par la police) devant le Palais de justice d’Istanbul le 31 mars 2023 et les témoignages de Pinar Selek et de collègues ou membres de son comité de soutien.

Reportage à visionner et à partager pour élargir le soutien à Pinar Selek en vue de la prochaine audience du 29 septembre à Istanbul :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/programmes/france-3_provence-alpes-cote-d-azur_mediterraneo-provence-alpes?id=4961854

Turquie : la gueule de bois. Intervention de Pinar Selek sur France Inter au lendemain des élections en Turquie

© Radio France

© Radio France

Notre collègue Pinar Selek était l’invitée de Fabienne Sintes sur France Inter pour l’émission Un jour dans le monde, le lundi 15 mai, pour commenter les résultats des élections en Turquie. Durée : 17 minutes… Vous pouvez écouter ou podcaster l’émission ici :

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/un-jour-dans-le-monde/un-jour-dans-le-monde-du-lundi-15-mai-2023-5939328

L’espoir d’un changement pour l’opposition politique en Turquie s’éloigne de plus en plus. Au lendemain des élections présidentielles, Erdogan arrive en tête des scrutins, sans pour autant passer la barre des 50%. Il affrontera son opposant Kemal Kiliçdaroglu lors d’un second tour le 28 mai.

Recep Tayyp Erdogan a raté de peu l’élection présidentielle qui avait lieu hier en Turquie. Le scrutin lui donne un peu plus de 49% des voix contre 44% pour son principal adversaire, Kemal Kiliçdaroglu. Des résultats qui nécessitent donc un deuxième tour, prévu le 28 mai. Une première en Turquie.

Mais la victoire est déjà remportée pour le chef de l’AKP. Au pouvoir depuis 20 ans, il se dit convaincu de “servir encore son pays pendant cinq ans”. Il revendique également avoir remporté la majorité des 600 sièges du Parlement lors des législatives, organisées également hier.

Avec près de 89% de taux de participation, les électeurs turcs semblent donc orienter leur pays vers le maintien au pouvoir de la coalition gouvernementale. D’après les sondages, une partie croissante de la société aspirait pourtant à un changement de cap. En rassemblant une coalition de six partis d’opposition, Kemal Kiliçdaroglu était considéré comme le plus enclin à mettre fin au règne d’Erdogan.

Avec nous pour en parler, Pinar Selek, sociologue et politologue à l’Université Nice Sophia Antipolis.


Le Bruit du monde est ce soir à la frontière mexico-américaine

Des milliers de migrants, venus d’Amérique centrale et du Sud se rassemblent devant des portes closes et des barrières, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Ils espèrent que la fin du fameux Titre 42, une mesure qui facilitait les expulsions expéditives durant la pandémie, leur sera favorable. Mais le gouvernement de Joe Biden a annoncé de nouvelles mesures restrictives envers les demandeurs d’asile. La crainte, c’est un chaos à la frontière. Le reste, c’est Emmanuelle Steels qui raconte.


Egalement au programme de cette émission

Sous les radars, par Sébastien Laugénie

Le choc des Empires en Russie, Sylvain Tronchet

Le monde d’après, par Franck Mathevon

Débat France 24 avec Pinar Selek sur les élections en Turquie

Second tour de la présidentielle en Turquie le 28 mai : vers une nouvelle victoire d’Erdogan ?

Intervention, notamment, de notre collègue Pinar Selek dans le débat organisé par France 24 sur le résultat du premier tour des élections en Turquie. Lundi 15 mai 2023.

https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/le-d%C3%A9bat/20230515-turquie-vers-victoire-erdogan-second-tour-entre-president-et-kilicdaroglu

Publié le : 15/05/2023 – 20:26

Vidéo par :Stéphanie ANTOINE

La Turquie aura son second tour de l’élection présidentielle, le 28 mai. Le dernier comptage attribue 49,5 % des suffrages à Recep Tayyip Erdogan contre 44,9 % à son rival Kemal Kilicdaroglu. L’opposition progresse dans ses fiefs du Sud-Est et dans les grandes villes mais pas assez pour battre le président sortant qui a mieux résisté que prévu dans les régions touchées par le récent séisme. L’issue du second tour risque de dépendre du troisième candidat, l’ultranationaliste Sinan Ogan (5,2 %).

Une émission préparée par Mélissa Kalaydjian, Léonore Jaury et Morgane Minair

NOS INVITÉS

  • Marc SEMO, Collaborateur Le Monde et ancien correspondant de Libération en Turquie
  • Guillaume PERRIER, Grand reporter Le Point, ancien correspondant en Turquie, co-auteur de “Les loups aiment la brume – Enquête sur les opérations clandestines de la Turquie en Europe” (éditions Grasset, 2022)
  • Pinar SELEK, Sociologue et écrivaine turque
  • Ahmet INSEL, Politologue et économiste turc, ancien chroniqueur pour Cumhuriyet, co-auteur de “Le national-capitalisme autoritaire – une menace pour la démocratie” (éditions Bleu Autour, 2021)

Interview Pinar Selek

En Turquie, le procès sans fin de la sociologue Pinar Selek renvoyé au 29 septembre

Un article de France 24 avec une intervention (vidéo ci-dessous) de Pinar Selek présentant les enjeux du "procès" du 31 mars 2023 à Istanbul

https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20230331-pinar-selek-cible-d-une-traque-judiciaire-en-turquie-nous-luttons-de-fa%C3%A7on-tr%C3%A8s-d%C3%A9termin%C3%A9e

Publié le : 31/03/2023 – 16:28 Modifié le : 31/03/2023 – 18:47

Réfugiée en France depuis quinze ans, la sociologue turque et défenseure des droits humains et des minorités Pinar Selek était rejugée à Istanbul par contumace, vendredi. Mais après trois heures d’audience, son procès a été renvoyé au 29 septembre. Accusée d’avoir commis un attentat, il s’agit d’un énième épisode d’une procédure judiciaire qui dure depuis 25 ans.

La saga judiciaire dure depuis un quart de siècle. La justice turque, qui s’acharne à vouloir rejuger la sociologue et écrivaine Pinar Selek, réfugiée en France depuis quinze ans et quatre fois acquittée a, vendredi 31 mars, renvoyé son procès au 29 septembre et réclamé son extradition.

“Nous avons demandé son extradition aux autorités françaises, c’est à elles de la faire respecter”, a déclaré le juge du tribunal d’Istanbul au terme de trois heures d’audience, en l’absence de l’intéressée mais devant un prétoire comble, où l’important comité de soutien à la chercheuse avait pris place.

D’ici au 29 septembre, les élections présidentielle et législatives prévues le 14 mai risquent néanmoins de voir une nouvelle équipe portée au pouvoir en Turquie.

Un procès au “caractère politique”

Depuis 15 ans, l’infatigable militante féministe et défenseure des droits humains et des minorités est réfugiée en France pour échapper à l’insistance judiciaire qui la cible dans son pays.

Pinar Selek, qui suivait l’audience depuis le siège de la Ligue des droits de l’Homme à Paris, a de nouveau dénoncé par visioconférence “le caractère politique” de ce procès. “Cette décision (du tribunal) met la responsabilité sur les épaules de la France et de l’Europe en demandant mon extradition. L’acharnement continue, la France et d’autres pays européens doivent prendre une position très ferme sans attendre que les choses s’aggravent” a-t-elle ajouté. Pinar Selek a par ailleurs demandé à Paris “d’affirmer une position nette et ferme dans cette affaire”.

La chercheuse de 51 ans, arrêtée en 1998 pour ses travaux sur la communauté kurde, a été ensuite accusée de liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK, considéré comme organisation terroriste par Ankara et ses alliés occidentaux) puis d’avoir participé à un “attentat” – en réalité une explosion accidentelle qui avait fait sept morts en 1998 sur le marché aux épices d’Istanbul.

Son père, avocat âgé de 93 ans, et sa sœur Seyda Selek, devenue avocate pour la défendre, étaient présents sur les bancs de la défense au côté d’avocats venus de France, de Paris et de Marseille.

“Traque judiciaire”

“Nous pensons que l’acquittement déjà prononcé à quatre reprises par le passé le sera de nouveau”, assène tout d’abord Me Akin Atalay notant qu’une “telle affaire est exceptionnelle dans une carrière”.

Mais le procureur n’en démord pas et demande au tribunal de respecter la décision de la Cour suprême qui avait annulé le quatrième acquittement prononcé en 2014.

“Nous souhaitons vivement que ce parcours judiciaire, cette traque judiciaire depuis 25 ans, un quart de siècle, cesse… On n’est pas quatre fois déclaré innocent par hasard, Pinar Selek a été par quatre fois déclarée innocente. Il faut aujourd’hui que tout cela cesse”, a plaidé l’avocate française, Francoise Cotta.

Une centaine de personnes venues de France, Suisse, Belgique, Allemagne, Italie, Norvège – parlementaires, élus, avocats, représentants d’organisations de défense des droits humains, universitaires – ont fait le voyage d’Istanbul en soutien à l’universitaire et romancière.

“Acharnement politico-judiciaire”

“Ce procès, qui a commencé avant (l’arrivée au pouvoir de Recep Tayyip) Erdogan et dure depuis 25 ans, montre à la fois la continuité du régime répressif et les nouveaux dispositifs de ce régime”, avait estimé Pinar Selek dans un récent entretien à l’AFP à Nice, dans le sud de la France, où elle enseigne la sociologie depuis 2016.

Après deux ans et demi de prison, maintes fois condamnée et quatre fois acquittée – en 2006, 2008, 2011 et 2014 – Pinar Selek ne s’attendait pas à ce que son cas revienne une fois de plus devant la justice. Mais en juin l’année dernière, la Cour suprême a annulé la totalité des acquittements, puis un nouveau mandat d’arrêt international a été lancé en janvier, assorti d’un mandat d’emprisonnement immédiat.

“Cet acharnement politico-judiciaire du pouvoir turc, qui dure depuis 25 ans, s’inscrit dans un contexte de répression inouïe visant toutes les personnes qui défendent la démocratie et l’État de droit” a affirmé Amnesty International dans un communiqué de soutien à Pinar Selek.

“Si ce procès dure depuis 25 ans, c’est grâce à notre lutte forte” pour la justice, expliquait Pinar Selek dans un entretien accordé à France 24, quelques minutes après l’ouverture de l’audience vendredi. La sociologue poursuivait alors : “Nous luttons vraiment de façon très déterminée”.

Avec AFP

Pinar Selek, France Inter

France Inter : entretien avec Pinar Selek

A écouter sur France Inter, émission L’invité de 9h10, le 28 mars 2023, Pinar Selek, une sociologue traquée par la justice turque.

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-invite-de-9h10/le-7-9h30-l-interview-de-9h10-du-mardi-28-mars-2023-3285633

La sociologue et auteure turque Pinar Selek est accusée d’avoir commis un attentat il y a 25 ans à Istanbul. Depuis, elle clame son innocence. Son cinquième et dernier procès doit avoir lieu ce vendredi. Pinar Selek est l’invitée de 9h10.

Avec Pinar Selek sociologue et politologue à l’Université Nice Sophia Antipolis

Pinar Selek est turque. Elle enseigne la sociologie et les sciences politiques à l’université de Nice. Elle est réfugiée en France, sous le coup d’un mandat d’arrêt international. Vendredi, aura lieu à Istanbul son 5e procès. Victime d’un acharnement judiciaire sans précédent en Turquie. Rencontre avec une femme qui a fraternisé avec les prostituées, les Kurdes, les enfants des rues et les poètes.

Son histoire et ses combats

Pinar Selek raconte au micro de Sonia Devillers ce qui lui est arrivé en 1998 : “Je suis chercheuse, et à l’époque, je faisais une recherche, une enquête sociologique sur le mouvement kurde et j’ai été arrêtée pour cette raison-là. On m’a demandé les noms de mes interlocutrices et interlocuteurs, et j’ai résisté. À l’époque, il y avait des disquettes, ils ont confisqué toutes les disquettes. Si je donnais les noms, je pouvais partir. J’ai dit non. Et à cause de cette résistance, j’ai été torturée, ce qui m’a empêchée de bouger pendant des mois.”

Deux mois après, ils l’ont accusée d’avoir perpétré un attentat. C’est un dossier judiciaire monté de toute pièces. Elle est sans cesse condamnée et acquittée. Elle a dû fuir le pays. Elle explique en quoi son cas est emblématique : “Mon procès montre la continuité du régime répressif parce que ça a commencé avant ce gouvernement. Avant Erdogan. Je parlais du génocide des Arméniens, de toutes les répressions contre les Kurdes, contre les Grecs, contre d’autres personnes et j’essayais de comprendre la lutte des Kurdes.

Elle a été se frotter à toutes les marges de la société turque, à toutes les minorités de la société turque, à tous les brimés de la société turque. Elle a aussi écrit des contes pour enfants, car elle a travaillé auprès des enfants des rues en Turquie. Elle a aussi fraternisé avec des prostituées, qu’elle a aidées. Elle s’est même demandée si ce n’était pas la raison de son arrestation au départ.

Beaucoup de combats et beaucoup de soutiens

Pinar Selek va être jugée vendredi à Istanbul, mais ne va pas s’y rendre. Beaucoup de gens vont y aller à sa place, des universitaires en pagaille, des étudiants, ses maisons d’édition, des élus de Paris, de Marseille, etc.

Son père, qui a 93 ans et qui est avocat, continue de défendre sa fille. Sa sœur a également quitté son travail pour devenir avocate et la défendre.

Autour d’elle, il y a des convergences importantes. Elle est aussi soutenue par des militantes et militants féministes, écologistes, antimilitaristes. Pinar Selek s’associe à la militante féministe noir américaine Bell Hooks pour dire : “Dans le mouvement des femmes, nous n’avons pas de priorités parce qu’il y a différentes personnes, il y a des Noirs, il y a des pauvres, etc. Elle disait que tous les problèmes, il ne faut pas les hiérarchiser.

Féminisme

Concernant la déchirure liée à l’exil, elle ne se dit plus vraiment concernée, de par son parcours et ses convictions : “J’avais de la chance parce que j’étais féministe. J’ai grandi et je me suis construite dans le mouvement féministe en Turquie. J’étais très antimilitariste parce que c’est un féminisme très antimilitariste et qui ne croit pas aux frontières. Donc moi, je ne croyais pas aux frontières parce que j’étais aussi très proche des Kurdes, des Arméniens, et je savais que ces frontières ont fait couler beaucoup de sang. Donc cette histoire, cette connaissance m’a permis aussi de ne pas me sentir loin de mon pays.”

À lire aussi : Une femme est victime de féminicide chaque jour en Turquie

À Nice, elle a rassemblé des milliers de personnes pour soutenir un événement qui s’intitule ‘Toutes aux frontières’ pour dénoncer les violences dont sont victimes les femmes migrantes. Elle explique : “pour nous, c’était très important parce que les femmes exilées et surtout sans-papiers sont les plus invisibles de l’Europe. Elles sont très très nombreuses et elles endossent, comme les autres sans-papiers, beaucoup de travaux de services. Je peux même vous dire que l’économie européenne respire grâce à ces personnes. Les fragilités administratives les rendent plus dociles au niveau économique. Donc nous avons voulu faire une action.”

À lire aussi : Accusée de terrorisme, une chercheuse turque a trouvé refuge en France

Rassemblement pacifique le 31 mars 2023, devant le tribunal d'Istanbul, cerné par 2 cordons de policiers surarmés...

Inquiétude mais aussi espoir après l’audience du 31 mars à Istanbul – Le combat continue !

Communiqué de la Coordination des collectifs de solidarité avec Pinar Selek
Le 31 mars 2023

A l’audience du 31 mars 2023, la 15ème chambre de la Cour d’assises d’Istanbul a décidé de reporter les débats au 29 septembre et confirmé le mandat d’arrêt émis contre Pinar Selek.

Pinar Selek a été acquittée à quatre reprises dans la même affaire. La Cour d’assises n’a pas remis en cause ces acquittements, mais Pinar Selek est toujours menacée d’une peine de prison à perpétuité. Pinar Selek est la victime d’un acharnement sans précédent dans l’histoire judiciaire de la Turquie, dans le cadre d’un procès politique qui dure depuis un quart de siècle.

La Coordination des collectifs de solidarité avec Pinar Selek dénonce les intimidations d’une présence policière disproportionnée qui a nassé la délégation et empêché la tenue de la conférence de presse. C’est la reconnaissance de notre force et l’aveu de leur faiblesse.

La Coordination, forte de la participation de nombreuses élues, demande au gouvernement français de faire savoir publiquement son soutien plein et entier à la sociologue, son refus de l’extrader et son engagement effectif à assurer sa protection. Elle réitère au président de la République sa demande d’intervention auprès des autorités turques, dont l’obstination conduit à un déni de justice, pour Pinar Selek et toutes les autres victimes de cette affaire. Elle demande à la France de se coordonner avec les pays européens pour refuser l’application du mandat d’arrêt international et de permettre ainsi la libre circulation de Pinar Selek.

Sa famille, ses nombreux avocat·es, la centaine de représentant·es de la délégation, ses ami·es et soutiens de Turquie, l’ACORT et la LDH et toutes celles et tous ceux qui partagent ses espoirs, continuent la lutte.

Nous ne lâcherons rien. Nous savons que la vérité finira par l’emporter. Nous prenons l’engagement de continuer activement notre lutte pour le droit et la justice.
Nous serons toujours avec Pinar Selek, et contre toutes les dominations !

La délégation internationale et la Coordination des collectifs de solidarité avec Pinar Selek