Archives mensuelles : avril 2019

Migrants : pour le droit de libre circulation et le choix du pays d’installation

Paru dans le journal l’Humanité, le samedi 6 avril 2019.

Le Radeau de La Méduse, Géricault.
Le Radeau de La Méduse, Géricault.

Par Catherine Quiminal et Maryse Tripier, Professeures émérites de l’université Paris-Diderot

Pourquoi nous défendons désormais la liberté de circulation et d’installation ? Pourquoi il faut multiplier les acteurs impliqués et les organiser ?

Les élections européennes vont-elles être à nouveau l’occasion de désigner les migrants comme responsables de bien des maux que connaît la société française ? Ne peuvent-elles être au contraire un moment de débat sur la crise des politiques migratoires ?

Face à la persistance des flux migratoires non régulés à destination de l’Europe et à l’inefficacité avérée des renforcements des contrôles aux frontières n’y a –t-il d’autres solutions que de renforcer encore et encore la « forteresse Europe » au mépris de tant de vies humaines ?

Nous avons toutes deux, consacré notre carrière aux immigrés en France (cf bibliographie sélective à la fin). Nous avons consacré nos travaux à leurs luttes, seuls, ou dans –avec les syndicats et les associations. Et ce dans les entreprises, les foyers, dans la relation entre la France et leur pays d’origine.

Les conditions du marché du travail ont cependant progressivement changé, de même que la nature des flux migratoires. Les délocalisations ont affaibli le tissu productif, le chômage de masse s’est installé, comme la précarité des contrats de travail. Le fait le plus significatif est l’apparition des « sans-papiers ». Main d’œuvre sans feu ni lieu, sans droits, corvéable à merci. La grève de 2008, s’est à juste titre focalisée sur l’obtention des papiers, une régularisation (au demeurant temporaire) qui inclut ces travailleurs dans la communauté du salariat.

Avant d’avancer les argumentaires des pros et anti ouverture des frontières, totalement ou partiellement, nous posons le fait que les migrations sont inéluctables. Leurs motivations et composition peuvent varier mais elles ne cesseront pas. C’est un effet quasi structurel de la mondialisation impériale, des guerres, des inégalités qu’elle engendre.

Contre l’ouverture des frontières.

Les principaux arguments contre l’ouverture des frontières sont généralement portés par l’idéologie de droite. Ainsi, le président américain républicain Donald Trump a fait de la construction d’un mur à la frontière mexicaine le symbole de sa politique xénophobe.

Sans refaire tout l’historique, nous constatons qu’avec l’arrivée des nouveaux migrants depuis les années 2000, ces analyses restent liées pour une grande part à d’anciens paradigmes : « il y a déjà du chômage », ou « ces migrants nous coûtent cher et l’argent devrait aller aux nationaux ».

A ces arguments se sont ajouté aujourd’hui celui du risque d’une perte d’identité nationale et de souveraineté. Le principal slogan des meetings de l’ex FN est « On est chez nous ». C’est la peur du « grand remplacement » qui a déclenché l’attentat islamophobe en Nouvelle Zélande.

 Les travaux de nombreux démographes ont montré que cet argument, comme celui d’une africanisation de l’Europe était constamment contredit par les chiffres. De ce point de vue aucune menace de « remplacement » n’est à craindre. Mais il est certain que l’ensemble du monde sera de plus en plus métissé à moyen terme. Est-ce une menace ?

« Sur les près de 1,3 milliard d’Africains, seulement 29,3 millions vivent à l’étranger. Parmi ces 29,3 millions, 70 % n’ont pris ni le chemin de l’Europe, ni d’aucune autre région du monde. Ils se sont installés dans d’autres pays d’Afrique » {Achille Mbembe in Le Monde Afrique,10 février 2019.}

« Réalisons-nous que seulement “5% de la population mondiale migrent, quand 95% demeurent” dans le pays d’origine ?!) » {François Heran, leçon inaugurale au collège de France. 2018.}

Un autre argument parfois manié par la gauche est celui du pillage des ressources en capital humain des pays de départ. Certes le pillage des ressources matérielles ainsi que la destruction des écosystèmes a eu lieu et se perpétue. Mais cette histoire est plus une cause des migrations qu’une conséquence.

Les femmes, les hommes et leurs enfants qui risquent leur vie pour atteindre l’Europe ne peuvent plus vivre dans leur pays.

De ce point de vue, on peut penser que les colonisateurs et néo-colonisateurs ont une dette vis-à-vis de ces pays qu’ils ont aussi entraînés dans leurs divers conflits. Eux qui ont bénéficié du droit de circulation (conquêtes) et du droit d’installation.

 L’argument de la concurrence entre étrangers et salariés nationaux est très ancien, et le mouvement ouvrier y a répondu par l’exigence d’égalité. Le même problème de concurrence étant posé pour toutes les catégories de travailleurs (femmes, jeunes…)

Pour l’ouverture des frontières et le droit d’installation

Nous n’avions jamais prôné la fermeture des frontières, mais si nous avions pris position pour la liberté de circulation nous n’avions pas encore pris position pour la liberté d’installation et son organisation pratique.

L’argument principal en faveur de cette nouvelle liberté tient à trois facteurs.

– Il existe une fracture dans le droit et l’accès à la mobilité et à l’installation. Certains n’y ont pas droit. Doit-on les assigner à résidence ?

-la fermeture des frontières est coûteuse, inhumaine, inefficace.

– L’hospitalité est un contre poison contre l’égoïsme collectif, la montée du racisme et de l’extrême droite.

-L’aide au développement ne tarira pas les migrations.

1- Une discrimination insupportable

L’idée que certaines populations doivent être assignées à résidence est insupportable. Les situations qui poussent à émigrer sont le résultat de bien des facteurs complexes mais pour l’essentiel elles proviennent du traitement inégal de ces peuples, auquel s’ajoutent des dominations croisées comme pour les LGBT.

La liberté de sortir de son pays a été actée par l’ONU dès la déclaration universelle des Droits de l’Homme en 1948. Cependant beaucoup de pays ne l’appliquaient ou ne l’appliquent pas. Elle a donc été réaffirmée contre les pratiques de l’ex URSS.

En revanche il n’y a aucune obligation d’accueil. La souveraineté des politiques migratoires reste entre les mains des pays de destination. La « charte » des migrants de l’ONU (1990) vise surtout à éviter les mauvais traitements aux migrants réguliers.

Le pacte de Marrakech, du 10 décembre 2018, proposés aux États et non contraignant, vise principalement à « encadrer les migrations comme son nom l’indique : « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. » Il n’aborde pas la question du droit à l’installation.

Le droit d’asile est lui-même à géométrie variable selon les contextes et les pays d’origine. {« Réfugiés ou migrants ? Les enjeux politiques d’une distinction juridique. » Karen Akoka p15-30 In N° 25 printemps 2018, spécial migrants de La Nouvelle Revue de Psychosociologie}

2- Des contrôles coûteux qui se sont avérés inefficaces et inhumains

Malgré des dépenses colossales afin de se protéger des migrants, aucun mur, aucune fermeture des frontières n’ont prouvé leur efficacité. Les parcours changent, la volonté de vivre ailleurs demeure.

L’obstination sécuritaire est d’un coût élevé. Trump n’hésite pas à paralyser l’administration américaine en exigeant plusieurs milliards de dollars pour financer un mur entre les USA et le Mexique.

Le budget Frontex est en augmentation régulière et impressionnante : 250.millions en 2016 320 en 2018 soit 14% d’augmentation, 1,4 milliards prévus pour la période 2019/2020, augmentation du nombre de gardes côtes, sophistication des armes de surveillance, accroissement du montant des aides aux pays extérieurs à l’Europe pour établir des camps, pourchasser les migrants, externaliser les frontières.

Les camps se multiplient : camps de réfugiés, camps de rétention qui ne se ferment jamais et deviennent des formes d’habitat précaire de longue durée.

« La planète compte aujourd’hui soixante-cinq millions de réfugiés et de déplacés. Faute de politiques d’accueil, un grand nombre d’entre eux sont contraints de vivre dans des camps, sortes de prisons à ciel ouvert dont les résidents sont privés de droits fondamentaux Longtemps confinées aux pays du Sud, ces structures prolifèrent et se banalisent en Europe depuis quelques années, s’ajoutant aux centaines de centres de rétention administrative qui servaient déjà à enfermer les migrants clandestins. Par leur nombre et leur pérennité – le temps de séjour moyen dans un centre du Haut-Commissariat pour les réfugiés est de dix-sept ans -, les camps ont fini par représenter un marché que se disputent âprement organisations non gouvernementales et multinationales. ». {C. Agier Le Monde diplomatique Mai 2017 p13}.

Les conséquences humaines sont catastrophiques et ce à un niveau mondial.

Les opérations de sauvetage en mer sont de plus entravées, en contradiction avec le droit maritime.

La Méditerranée est devenue un véritable cimetière : L’OIM estime que le nombre de morts depuis 2015 s’élève à plus de 20.000. Chiffre difficile à établir vu le nombre de catastrophe non recensées.

L’Australie retient les candidats à l’immigration sur l’île Christmas, île prison où les gens deviennent fous et se suicident.

En Libye, ceux qui ne peuvent partir sont livrés à des exactions, à un marché d’êtres humains (en particulier les femmes) qui ont permis de décrire « un marché aux esclaves ».

On trouve 3 millions et demi d’exilés en Turquie, 1,500 millions au Liban sur une population totale de 4,500 millions, la Grèce, l’Italie doivent « retenir » ceux qui ne veulent que passer.

La multiplication des barrières, entraîne le marché des êtres humains, l’existence de sans papiers, le tout au profit des « passeurs » sans interrompre la pression à l’émigration dont ils profitent.

Elle freine la fluidité des mobilités (allers-retours, migrations temporaires)

La question climatique entraîne déjà des catastrophes et des migrations forcées, devons-nous regarder sans intervenir ?

Enfin elle contribue au renforcement de l’égoïsme collectif, à la montée du racisme et des extrêmes droites.

 Pourtant dans des pays vieillissants l’immigration peut être une chance, comme le montre l’exemple de l’Allemagne qui a su intégrer près d’un million de demandeurs d’asile en 2016, grâce notamment à une forte mobilisation citoyenne.

Certaines expériences en Italie indiquent qu’on peut repenser l’accueil : on pense à Riace petite ville qui s’est renommée ville d’accueil, accueil qui lui a permisde relancer sa démographie.Italiens et nouveaux arrivants travaillent ensemble dans des ateliers de verrerie, de broderie ou de menuiserie.

En France des villages ont été redynamisés grâce à l’accueil de migrants, des associations telle « l’Association des villes et des territoires accueillants » se sont constituées. A Peyrelevade le bureau de poste, où chaque résident a dû ouvrir un livret bancaire, a vu sa fréquentation augmenter de 30 % alors qu’il devait fermer. Grâce à l’inscription obligatoire des enfants réfugiés à l’école communale, une classe a échappé à sa suppression, un poste supplémentaire d’institutrice a été créé. Les habitants apprennent, au-delà de l’utilité, à comprendre les autres et à faire vivre la fraternité.

Les prochaines élections européennes appellent à une réflexion sur les acteurs légitimes à penser ce nouveau monde (pas seulement les pays développés), à imaginer les possibilités, les modalités d’accueil aux différentes échelles : locales, nationales, européennes, mondiales.

Doit-on tout laisser entre les mains des gouvernements des pays de départ et de destination ? D’autant que l’aide au développement est assorti d’un chantage à la rétention des migrants et à leur retour forcé ? Les ONG, les associations de migrants sont pour l’instant écartées de toutes les décisions, les migrants sont réduits à l’état d’objets et non d’acteurs de leurs vies.

 La meilleure option serait que les individus aient le choix d’émigrer ou non, de s’installer là où ils estiment pouvoir vivre (et non survivre) et exercer leurs compétences. Pour le moment ce choix n’existe pas en raison de l’inégale répartition des richesses à l’échelle mondiale et des politiques migratoires de plus en plus restrictives.

Catherine Quiminal, anthropologue, professeure émérite, URMIS, Université Paris Diderot. Auteure de Gens d’ici Gens d’ailleurs. Migrations soninkés et transformations villageoises, éditions Ch. Bourgois, 1991.

Maryse Tripier, sociologue, professeure émérite, URMIS, Université Paris Diderot. Auteure avec Andrea Rea de Sociologie de l’immigration, collection Repères, éditions La Découverte, 2003, réédité en 2008.