Archives mensuelles : septembre 2020

Septembre violent à Bogota

Par Olga L Gonzalez, Sociologue, chercheure associée à l’Urmis, Université de Paris olgalu (at) free (dot) fr

Deuxième semaine de septembre. Images de guerre urbaine dans ma ville, Bogota. Je demande à un de mes amis virtuels de m’envoyer quelques clichés pris par lui. Je préfère avoir une photo avec licence, et une photo d’une zone de Bogota moins couverte par les grands médias.

CAI du quartier « Laureles », localité de Bosa, Bogota, nuit du 10 septembre 2020. © Moisés Gaitán
CAI du quartier « Laureles », localité de Bosa, Bogota, nuit du 10 septembre 2020. © Moisés Gaitán

C’est une photo du CAI d’un quartier de Bosa qu’il m’envoie. CAI, pour « Centre d’Attention Immédiate » : ce sont les postes de police mis en place dans les années 1990 à Bogota. Une petite douzaine d’agents de police y travaille. Ils sont censés connaître les zones chaudes des quartiers. En dehors de l’officier et du commandant, ils gagnent un smic (1 million de pesos, soit environ 300 €), et juste un peu plus s’ils ont 10 ans d’ancienneté ou s’ils se trouvent dans des zones difficiles. C’est dire que ce sont des postes réservés à la classe prolétaire… Comme les soldats du pays, parmi les plus mal payés des fonctionnaires.

Deux de ces agents ont interpellé, dans la nuit du 9 septembre, un citoyen qui se trouvait dans la rue, en compagnie de ses amis, en train de boire et de discuter. On ne connaît pas les motivations précises de l’interpellation, mais la sociologue née à Bogota et bien informée sur la Colombie que je suis l’imagine ainsi (les détails sur la vie professionnelle de la victime sont vrais) :

2h du matin d’un mardi. Quelques chauffeurs de taxi discutent dans la rue, à côté d’une des vendeuses ambulantes qui propose des cafés encore tard le soir. Les taxistes se méfient terriblement de la police, qui par temps normaux les harcèle en raison de leurs manquements au code la route et les couvre de contraventions. Ils sont par ailleurs craints, et aussi méprisés par une bonne partie des Bogotains, surtout depuis l’arrivée il y a quelques années des Uber. Les taxistes s’étaient farouchement opposés à cette forme de concurrence qu’ils jugent complètement déloyale, mais les usagers ont considéré que les voitures neuves des Uber et les tarifs préférentiels étaient incontestablement meilleurs que les taxis jaunes, où tant d’abus (vols, kidnapping express, etc.) ont été documentés depuis deux décennies.

Javier Ordóñez était un des taxistes qui se réchauffait cette nuit froide. Comme chez la plupart de ses collègues, son choix de métier était le résultat d’une reconversion professionnelle. Affronter les embouteillages et la pollution de la ville n’était absolument pas drôle, mais c’était la forme la plus sûre pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, et notamment pour payer l’éducation de ses deux enfants de 11 et 15 ans. Javier avait une grande confiance dans l’éducation. Il avait fait des études d’aéronautique dans le passé et gardait une curiosité très vive. A 44 ans, il faisait des études de droit. Il révisait ses codes lors des discussions avec les clients, qui des fois lui confiaient les divers problèmes de paperasse, factures, gardes d’enfant.

Les embouteillages étaient longs, mais plus supportables que les mois de chômage qu’il avait traversés dans le passé. Ce même chômage qui avait forcé son frère et sa mère à émigrer il y a quelques années, le premier en Argentine, la seconde en Espagne. Lui, il l’aurait sans doute fait également, s’il n’avait pas eu ses enfants et sa femme. Et puis la ville, et les gens. Javier aimait argumenter et avoir raison. Il n’évangélisait pas ses clients avec la bible, comme tant d’autres taxistes, mais avec les codes et les droits. Il enseignait à ses enfants que chacun a des droits dans la vie en société. Il parlait avec la conviction d’un futur avocat.

Aussi, quand il a vu les policiers s’approcher, il a compris qu’ils allaient à nouveau s’en prendre à lui. Cela ne faisait que 8 jours que le très long confinement (plus de 5 mois !) avait pris fin en Colombie. Un confinement précoce, très éprouvant et in fine –c’était ça le pire– assez inutile, car le coronavirus circulait malgré tout activement.

Durant les mois d’enfermement, il n’avait pu utiliser son taxi que pour des appels reçus via les plateformes. Interdiction de prendre quelqu’un dans la rue. Et il avait dû respecter rigoureusement le port du masque sous peine de contravention, disposer du gel dans la voiture, tout l’arsenal hygiénique de la pandémie mondiale.

Circulant en ville, il s’était rendu compte des grandes différences entre quartiers. Dans les extrêmes, au sud, à l’ouest, les grandes localités Suba, Usme, Ciudad Bolivar, les gens bravaient les lois pour tenter de gagner quelques sous. C’est dans ces quartiers qu’il avait vu le plus d’interpellations. Un million de pesos l’amende (c’est-à-dire un smic) si l’on n’avait pas l’autorisation de sortir. Tous les travailleurs de la grande industrie pouvaient sortir : des dérogations avaient été délivrées pour eux, pour les maçons et salariés du grand capital dès le mois d’avril, mais pas pour les autres. Pour la grande masse des informels, zéro autorisation. Javier a vu de ses propres yeux des scènes aberrantes, comme cette vieille dame, une vendeuse de glaces qui a été enlevée du trottoir par la force par de jeunes patrouilleurs de la police. Il avait vu dans le journal que les localités pauvres de la ville –des centaines de milliers de personnes- avaient reçu dix fois plus d’amendes que les quartiers riches du nord et de l’est.

Une fois, on l’avait appelé pour amener quelqu’un dans un hôpital. On l’avait prévenu : le patient avait la Covid, il faudrait désinfecter son taxi après utilisation. Javier avait dit oui tout de suite. Deux de ses collègues avaient refusé, à juste titre, car le taxi ne leur appartenait pas. Ils le louaient et devaient le rendre intact tous les soirs au propriétaire, et ils ne voulaient pas s’attirer des problèmes. Lui, par chance, il avait sa propre voiture, il était son propre chef. Il n’a pas hésité à dire oui. Il faut dire que c’est sa curiosité pour les litiges, qui le poussait ainsi. Il voulait voir à quoi ressemblait un hôpital pour les pauvres en temps de coronavirus. Ce qu’il y a vu ne lui a pas plu. Même depuis l’extérieur, on apercevait les fissures sur le mur de l’immeuble. Dedans, les lits avec des malades de tous types dans les couloirs.

Les gens toussaient et postillonnaient les uns sur les autres, la distanciation physique n’était absolument pas respectée. Javier était curieux mais aussi conscient. Il accompagna le Monsieur d’une petite soixantaine d’années jusqu’à s’assurer qu’une secrétaire l’avait vu, lui dit des mots gentils, et s’en alla rapidement.

Retour au mardi 9 septembre à 2 heures du matin. Les voilà qui viennent vers le groupe, les agents de police. Ils ont l’air plus menaçant que d’habitude. Javier, qui a une grosse voix, qui sait parler, va au devant, tandis que ses collègues essayent de le calmer –ils savent qu’avec les flics, il faut baisser la tête, ou au moins faire semblant. Mais c’est mal connaître Javier. Il veut savoir de quel droit les agents de police viennent vers eux, auraient-ils pris goût à molester les passants pour un oui ou pour un non ? Le confinement est fini, légalement ils peuvent être là, et d’ailleurs lui et les autres font comme avant cette « nouvelle normalité » décrétée par le gouvernement dans sa novlangue, il sait qu’il n’y a aucun délit, il connaît son code pénal ! Ils se réchauffent avec un carajillo, un peu de café et de l’aguardiente, et oui, on peut boire un coup dans la rue, cela s’est toujours fait à Bogota, les us et coutumes fondent aussi la loi. « Je suis dans mon droit, c’est à vous de vous expliquer », leur lance-t-il. Ces simples mots sont pris comme une agression par les policiers. Là, les choses s’enchaînent très vite. Il est pris par deux des policiers, et comme il leur oppose résistance –il se sait dans son droit-, il est mis carrément par terre.

Là, ce sont les témoignages et le sang froid de ses amis qui ont permis de connaître la fin de l’histoire. Alors qu’il est complètement immobilisé, par terre, ces deux agents lui appliquent deux coups de pistolet électrique, le fameux « Taser », arme qui délivre une décharge de plusieurs dizaines de milliers de volts dans le but de bloquer le système nerveux et qui se répand depuis les années 2000 dans de nombreuses polices de par le monde. Arme qui est censée être utilisée en cas extrême, si le policier est l’objet d’une agression. Non pas pour se venger sur quelqu’un qui crie qu’il a des droits. Oui, Javier crie. Encore par terre, il crie pour sa vie, pour ses droits. Heureusement, ses amis ont filmé la scène. Javier est décédé dans les minutes suivant cette interpellation (on ignore les circonstances exactes de sa mort, mais l’enquête préliminaire dit qu’il a été battu brutalement, par la suite, dans le CAI où il a été emmené, puis est décédé dans une voiture en route vers l’hôpital). 

Le mercredi 10 septembre, comme pour d’autres cas mondialement célèbres (George Floyd), ces images avaient fait le tour des réseaux sociaux. Les titres des journaux relevaient sa condition d’« avocat » et non pas de « taxiste », ce qui aurait généré moins d’empathie. L’indignation était d’autant plus forte que le pays plonge à nouveau dans une phase de grandes violences, et que le gouvernement se satisfait de promulguer des mesures inefficaces, peu attentives à la complexité des réalités locales.

Les chiffres sont effarants : 38 massacres avaient eu lieu entre janvier et août 2020. Le mois d’août, en particulier, a connu une recrudescence des massacres dans ces zones et dans les quartiers périphériques des villes. Pour rappel, dans le vocabulaire de la guerre colombienne, il se produit un massacre quand au moins 4 personnes sont tuées dans un même lieu, et en dehors de tout combat –bien que, dans l’exercice de novlangue du gouvernement colombien, ceux-ci soient devenus des « homicides collectifs ».

En Colombie, on vit encore dans un état de guerre. Les violences les plus impressionnantes sont celles qui touchent les populations rurales éloignées des grands axes de communication et où se concentrent les « acteurs armés illégaux » : guérilla ELN, anciens guérilléros des Farc n’ayant pas accepté le processus de paix (ils sont appelés « dissidents ») ; groupes paramilitaires ; groupes de mafieux ; bandes criminelles… Ces groupes imposent la loi dans les contrées qu’ils « dominent ». Des disputes âpres pour les corridors stratégiques, pour le marché de la coca ou d’autres produits légaux ou illégaux, enfin pour la gestion du pouvoir sont extrêmement ravageurs pour la population civile : les leaders sociaux, les défenseurs des droits humains ou de l’environnement sont assassinés. De plus, le confinement et les mesures de distanciation physique servent de prétexte à ces groupes pour commettre des meurtres : le site journalistique cerosetenta rassemble les données des ONG colombiennes et estime qu’une trentaine de meurtres ont été commis pour non respect de ces règles.

A ces violences plutôt rurales et inscrites dans le cadre de la bataille pour le monopole des ressources, s’ajoutent les violences policières proprement dites, surtout visibles dans les grandes villes. Elles sont très nombreuses : une ONG, Temblores, les comptabilise. Voici un seul de leurs nombreux et terribles constats : entre 2017 et 2019, il y a eu 639 homicides avec participation de la police.

Certains cas ont particulièrement soulevé la colère des foules, comme l’assassinat, par des forces de l’Esmad (police anti-émeutes de Bogota) d’un très jeune homme, Dilan Cruz, lors des manifestations contre les mesures économiques du gouvernement (journées du 21-22 novembre 2019). Le sentiment qui domine est que les jeunes, qui sont la force vive de ces manifestations, et qui sont touchés de plein fouet par ces réformes économiques, sont particulièrement ciblés par les forces de l’ordre.

Plaque en hommage de Dilan Cruz, tué par un policier anti-émeutes en novembre 2019. © Claudia Lancheros
Plaque en hommage de Dilan Cruz, tué par un policier anti-émeutes en novembre 2019. © Claudia Lancheros

Les nuits du 9 et du 10 septembre 2020 ont ravivé des choses vues en novembre de l’année dernière, quand la police, mais aussi les militaires et des groupes d’hommes en cagoule, ont semé la panique en ville. La première nuit, les manifestants se sont dirigés avec violence vers les postes de police (les CAI cités plus haut). Ils y ont mis le feu, les ont taggés, et ont attaqué les agents avec les armes artisanales (pierres, projectiles, etc.). La police, de son côté, a réagi avec des armes à feu. Certes, il n’est pas exclu que des tirs soient partis également du côté de certains manifestants. Le bilan de cette nuit d’émeutes dirigée contre la police a été de dix civils tués et environ 200 blessés. De leur côté, les policiers ont eu 150 membres blessés.

Ces postes de police (CAI) traînent derrière eux une longue histoire de crimes et de violences dont il n’y a pas de trace. Le bouche à oreille et les histoires qui circulent rappellent vaguement les abus policiers, les viols, la « guerre politique », in fine la primauté de la force brute. Ainsi, le CAI de Bosa (photo du haut) a subi deux fois des attaques des Farc. Cependant, ces événements semblent déjà lointains, alors qu’ils n’ont pas 30 ans. Personne n’a écrit ni n’écrira ce qui s’y est passé. Les voisins se rappellent également, vaguement, d’une triste histoire d’homicide d’une jeune fille. Sans nom, sans date, sans contexte… De nombreux autres récits épars, des souvenirs incomplets, émaillent le tissu des postes de police de la ville… Détentions arbitraires, coups, gazages, viols… Car, dans le raz-de-marée des violences colombiennes, les noms et les circonstances précises se perdent. Le prochain assassinat, le prochain crime a déjà effacé celui de la veille, et l’impunité et l’oubli font le travail de fond.

Je voudrais cependant évoquer un de ces crimes : il est survenu alors que j’étais étudiante à la fac à Bogota, il y a bien 25 ans, dans la station de police située à côté de cette Université située en centre ville. Le nom de la victime est Sandra Catalina Vásquez, 9 ans. Elle a été violée et tuée par un ou des membres de la police dans ce bâtiment. Les circonstances ? Le père de la fille y était agent de police. Sa mère était venue lui demander quelque chose, et avait envoyé la fille le chercher. Elle l’attendait dehors. Quinze minutes plus tard, c’est le cadavre de sa fille, outragé, qu’elle a trouvé dans les toilettes. Il y avait 120 agents de police à l’intérieur du bâtiment. Le premier suspect a été le père, puis un autre homme, puis un autre. On sait qu’un policier a purgé une peine de dix ans.

Conclusions

En fin de compte, il ne serait pas plus mal que ces bâtiments brûlent, s’ils donnaient l’occasion de repartir sur de nouvelles bases. Hélas, je n’y crois pas beaucoup. A l’heure où j’écris, les manifestations, violentes et/ou pacifiques, gagnent d’autres villes que Bogota. Ces deux tendances coexistent, d’ailleurs les deux peuvent se mélanger et donner lieu à des justifications dans les deux camps (suivant en ceci la tendance récente des mobilisations urbaines, des gilets jaunes aux « Black Lives Matter »). Ainsi, la violence devient un mode d’expression de plus en plus admis, face à une autre violence auparavant légitime, et de plus en plus perçue comme arbitraire et disproportionnée.

Cependant, la lutte est bien inégale. Les grandes villes sont-elles devenues le terrain d’entraînement de nouvelles tactiques de contrôle par les forces d’extrême-droite ? Ou bien les autorités centrales (le président Ivan Duque et le ministre de la défense Carlos Holmes) copient-ils les méthodes de Trump pour « reprendre le contrôle » dans des villes tenues par les démocrates ? Toujours est-il que la maire de la capitale, Claudia Lopez, dénonce via twitter (en Colombie comme ailleurs, la « tribune » politique) une police qui n’obéit pas à ses ordres, et sur laquelle elle n’a aucun pouvoir réel. A l’heure où j’écris, de nombreux secteurs politiques du pays demandent des explications au président Duque. Celui-ci est vu au mieux comme pusillanime, au pire comme inféodé aux ordres d’un pouvoir dans l’ombre : celui du encore assez influent ancien président Uribe, qui réclame un couvre-feu, une militarisation, l’expulsion des étrangers (sic) et dénonce ce « complot » ourdi selon lui par l’opposition, vrais « auteurs intellectuels » des nuits d’émeutes.

Discriminations en santé et crise sanitaire : entretien avec Marguerite Cognet

« Nous avons, depuis quelques années déjà, des études qui montrent assez clairement l’existence de vécus discriminatoires à différents niveaux d’accès du système de santé. » 

Marguerite Cognet est maîtresse de conférences à l’Université de Paris et membre de l’Urmis. Ses travaux concernent notamment l’étude des relations ethniques et des discriminations dans le domaine de la santé. Voici le texte de son interview publiée sur le site de la Société française de santé publique (Dossier du mois de septembre 2020, https://sfsp.fr/content-page/item/28149 )


Quel est l’impact des discriminations sociales dans la crise sanitaire actuelle ?

En s’appuyant sur les études épidémiologiques actuelles, on retrouve certaines similitudes dans le vécu des populations vivant dans les quartiers pauvres des grandes villes de différents pays, que ce soit en Angleterre, aux États-Unis, au Canada ou en France, et notamment en Seine-Saint Denis[1]. On peut constater dans ces territoires des taux de morbidité et de mortalité plus élevés que dans des clusters de populations plus riches. Pour autant, si on a des écarts de taux d’infection qui peuvent nous interroger, ils ne sont pas imputés à autre chose que la pauvreté pour le moment.

Afin de mieux comprendre l’impact des discriminations sur la santé dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, plusieurs études sont actuellement menées afin de déterminer dans quelles mesures la stigmatisation ou le racisme ont poussé des personnes à moins consulter, et si elles ont consulté, dans quelles conditions elles ont pu le faire.

Ce que nous avons observé pour le moment, c’est le fait que les populations en situation de précarité sont plus nombreuses à travailler dans le domaine des services, qu’elles ont continué de travailler durant le confinement et ont donc été plus exposées[2]. D’autre part, on retrouve dans les territoires les plus pauvres, où habitent ces populations, de nombreux logements précaires, mal isolés et surpeuplés. Cette situation a poussé ces habitant.e.s à adopter ce qui peut être considéré comme des comportements à risque, à ne pas respecter les règles du confinement. Les conditions de vie dans les HLM, qui peuvent rendre le confinement insupportable, n’ont pas assez été prises en compte par les pouvoirs publics. De fait, cette situation a généré des tensions et des réponses policières plus drastiques, avec des taux de contravention nettement supérieurs à d’autres territoires.

Un autre facteur à prendre en compte est celui des comorbidités. Il est documenté que les personnes atteintes de maladies métaboliques, cardiovasculaires, de l’appareil respiratoire sont des personnes à risque, pouvant avoir des complications très sérieuses, et que ces pathologies sont étroitement liées à des situations de pauvreté. La « malbouffe » par exemple, est facteur du diabète gras, de l’hypertension, et frappe beaucoup plus durement les populations les plus pauvres.

Nous sommes pour l’instant devant ces différentes d’hypothèses et un certain nombre d’études vont être nécessaires pour documenter et dissocier les effets des différents facteurs.

Quel regard portez-vous sur la politique du confinement mise en place par les pouvoirs publics ?

Sur cette question, je crois qu’il faut dépasser la seule analyse de l’épidémie pour replacer la sécurité sanitaire dans un discours sécuritaire plus large. Il semble que l’on ait affaire depuis les années 90 à une lame de fond qui se caractérise par la production croissante de discours et de politiques sécuritaires dont les deux aspects les plus visibles sont la sécurité sanitaire et la sécurité antiterroriste. Ces politiques et discours s’appuient notamment sur la nécessité qu’il y aurait à protéger la collectivité, son bien-être, sa santé, et cela au détriment des libertés individuelles. Une des conséquences de cette situation est la stigmatisation des populations qui ne se plient pas aux différentes injonctions, ainsi que la répression plus sévère des comportements déviants.

Suite à différentes attaques terroristes ayant eu lieu sur le territoire français, on a pu voir la mise en place rapide des mesures d’état d’urgence. Aujourd’hui, un état d’urgence a été déclenché pour faire face à la crise sanitaire. L’apparition d’une pandémie reçoit comme réponse la mise en place d’un confinement, au nom de la santé collective. Le réponse sanitaire entraine la privation de libertés essentielles et une mise en quarantaine forcée, politique, acceptée majoritairement par la population. Comment comprendre que la population ait accepté aussi rapidement de se plier à des contraintes aussi fortes si ce n’est de l’interpréter comme étant la suite d’une logique politique, mise en place depuis plusieurs années déjà, et qui nous a habitué à ce type de réponse ?

Au-delà de la crise sanitaire actuelle, comment pouvons-nous analyser les discriminations en santé en France ?

Nous avons, depuis quelques années déjà, des études qui montrent assez clairement l’existence de vécus discriminatoires à différents niveaux d’accès du système de santé. On peut considérer, en accord avec Pierre Lombrail, que l’on a deux grands modes d’accès à la santé que sont l’accès primaire et l’accès secondaire[3]. L’accès primaire se décline également sous deux angles, dans lesquels s’insinuent des formes de discrimination. D’une part, celui de l’accès au droit de santé et à l’ouverture aux droits, et d’autre part, celui de l’accès géographique. S’agissant du premier aspect, on peut examiner, par exemple, la différence d’accès au système de soin entre les personnes qui sont sous le régime général, ceux qui sont sous le régime de la CMU ou encore ceux qui sont sous le régime de l’Aide Médicale d’État, quand ils peuvent y avoir accès. Toutes ces personnes qui n’ont pas les mêmes types de droit et d’assurance de santé, notamment les moins aisées, sont plus souvent confrontées à des retards dans les consultations ou dans la prise en charge des soins. En ce qui concerne l’accès géographique, la possibilité d’avoir à proximité de chez soi des acteurs et des structures de santé est un élément de discrimination territoriale. Elle impacte notamment les personnes qui habitent les territoires isolés ou pauvres, dans lesquels on retrouve le plus souvent les personnes qui ne sont pas sous le régime général.

L’accès secondaire, quant à lui, se rapporte à la manière dont sont soignées les personnes prises en charge dans les services de soin. Dans ce cadre, nous avons étudié la qualité de la prise en charge et les relations avec les soignants selon l’origine sociale, la supposée origine ethnique ou la couleur de peau des patients. Les études que j’ai menées[4] montrent que ces dimensions jouent relativement peu dans le cadre des soins d’urgence, qui demandent des plateaux techniques importants (en néonatalogie, ou en neurochirurgie par exemple) où l’urgence, la rapidité et la technique l’emportent sur d’autres considérations. Dans les services dans lesquels les soins sont plus longs, la dimension ethnique a beaucoup plus de place pour émerger. Dans ce sens, je ne pense pas que la crise sanitaire du COVID-19, du fait de la nature des soins qu’elle implique, soit un bon exemple de ce genre de discriminations. En revanche, l’émergence d’une dimension ethnique, voire raciste, dans les pratiques peut se constater dans le cadre de soins au long court, tels que la psychiatrie, la gériatrie ou les maladies chroniques. Ainsi, concernant l’existence de discriminations basées sur l’origine ethnique supposée ou la couleur de peau, il faut considérer le type de prise en charge clinique qui s’opère.

Également, beaucoup d’études ont démontré que dans le secteur 2 et la médecine de ville, il y a une sélection de la clientèle qui s’opère et qui discrimine les patients sous CMU, CMU-C et AME, notamment en refusant de les consulter. Or rappelons que les personnes sous ces régimes, et notamment sous la CMU-C et l’AME, sont composées de nombreuses personnes d’origines étrangères. Ce sont donc elles qui sont les plus touchées par ces refus de prise en charge. Par ailleurs, les discriminations en santé impactent d’abord les personnes les plus pauvres, or ce sont majoritairement les personnes immigrées qui sont en situation de précarité. De plus, on sait depuis les années 80 que la mobilité sociale est très faible en France, et qu’elle l’est d’autant moins pour les populations ethnicisées. On a donc une condition qui se reproduit d’une génération à l’autre, et qui amène à ce que les personnes d’origines étrangères soient toujours les plus nombreuses parmi les populations socioéconomiquement défavorisées. En ce sens, nous n’avons pas affaire à du racisme direct, ou même indirect, mais à un racisme systémique.

Comment le corps médical réagit-il aux apports de ces recherches ?

Le corps médical, le monde de la santé, partage avec le monde de l’éducation, un rapport similaire à cette problématique. Au sein de ces deux sphères, un certain nombre d’acteurs sont persuadés que leur vision humaniste et déontologiste dédouanent d’emblée leur comportement, ce qui constitue un frein important pour qu’ils questionnent leurs pratiques.

Quand on interroge des médecins, comme des enseignants, ils rapportent que ce n’est pas chez eux que ça se passe. On retrouve dans les propos des soignants — infirmiers, aides-soignants, médecins — le fait que leur déontologie professionnelle et ses valeurs humanistes les protège de commettre des actes racistes et de produire des discriminations, notamment parce qu’ils « font au mieux » pour le patient. Or, ce « faire au mieux » est également une attitude qui peut dissimuler des pratiques discriminatoires.

Par exemple, une étude en psychiatrie a montré que les soignants, en étant persuadés de faire justement de leur mieux pour les patients, traitaient systématiquement les patients africains, ou d’origine africaine, différemment. Cette différence de traitement traduit d’une part l’idée pour les soignants concernés que ces patients soient supposés plus violents et donc nécessitent plus de moyens de contention que les populations non africaines. D’autre part, une fois que les soignants avaient dépassé cette image de la personne violente, une autre représentation, infantilisante, conduisait à ce que ces patients soient le plus souvent convoqués à l’hôpital au lieu d’aller en consultation, et cela sous prétexte qu’ils ont plus de difficultés à établir une relation de confiance avec les soignants. On a donc observé dans le soin et dans la postcure, des traitements discriminatoires qui reposent sur des représentations et des prénotions de la part des soignants, couplés à un phénomène de déni sur ces questions de racisme et de discriminations.

Ce qui est également intéressant c’est que depuis des décennies, on a des discours de la part d’organisations sanitaires, telles que l’OMS, qui admettent la complémentarité entre l’anthropologie et la santé, tout en gardant une vision colonialiste ou utilitariste de l’anthropologie. Cette dernière est ainsi utile pour agir sur le terrain, par exemple lors de l’épidémie d’Ebola, pour comprendre les populations, pour mieux travailler et mieux soigner. Cependant ce monde médical n’a pas encore compris qu’il avait besoin des sociologues et des anthropologues pour l’aider à réfléchir sur ses pratiques et se regarder. Concrètement, on rencontre des difficultés à enquêter auprès de médecins, et notamment les médecins spécialisés dans les maladies tropicales. Il est acquis pour eux qu’ils ne peuvent pas avoir de pratiques racistes parce qu’ils travaillent avec empathie envers les populations.

Pensez-vous que les « statistiques ethniques » puissent être utiles afin de mesurer l’ampleur des discriminations en santé ?

La question des statistiques ethniques, c’est un vieux débat qui revient régulièrement depuis les années 2000. Dans le monde de la recherche, les chercheurs qui s’intéressent à ces questions considèrent qu’il nous faut des statistiques ethniques pour établir les faits. Pour autant, si on en a besoin pour des recherches ponctuelles, sur des questions précises, on ne souhaite pas leur systématisation. Elles pourront être utiles dans des cas particuliers pour lesquels on veut déterminer l’impact d’une discrimination.

De manière générale, nous avons besoin d’avoir davantage de recherche sur les liens entre santé et ethnicité. Ces questions ont émergé dans les années 90, grâce aux travaux de Didier Fassin, il n’y avait pratiquement aucune recherche auparavant. Depuis, il n’y a pas pléthore de données, le monde de la santé reste une sphère qui résiste à l’étude des sciences sociales. C’est essentiellement de soutiens et de financements de recherches dont on a besoin, plutôt que la généralisation de statistiques dites ethniques.

Une des conséquences de cette situation est la stigmatisation des populations qui ne se plient pas aux différentes injonctions, ainsi que la répression plus sévère des comportements déviants.


POUR ALLER PLUS LOIN

 @SFSPAsso Réagissez sur twitter avec le hashtag #SFSPdossierdumois


Marguerite Cognet a également répondu à une interview sur le site Hospimédia : "La santé est un domaine au sein duquel il est difficile de repérer les discriminations" (7 septembre 2020). A lire ici : https://www.hospimedia.fr/actualite/interviews/20200907-marguerite-cognet-enseignante-chercheuse-la-sante-est-un