Archives mensuelles : novembre 2020

En Éthiopie, « le gouvernement français devrait œuvrer pour une cessation rapide des hostilités »

Giulia Bonacci, historienne et chercheuse à l’Urmis, fait partie des signataires de cet appel collectif publié dans le journal Le Monde le 25/11/2020.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/11/25/en-ethiopie-le-gouvernement-francais-devrait-uvrer-pour-une-cessation-rapide-des-hostilites_6061068_3212.html

Un collectif de chercheurs, alarmé des « conséquences désastreuses » du conflit en cours au Tigré, lance un appel à la France et à l’Europe.

A Humera, à  la frontière entre l’Ethiopie et l’Erythrée, le 24 novembre 2020.
A Humera, à  la frontière entre l’Éthiopie et l’Érythrée, le 24 novembre 2020. EDUARDO SOTERAS/AFP

Tribune. Depuis le 4 novembre, la région éthiopienne du Tigré connaît une guerre aux conséquences humanitaires désastreuses. En tant que communauté académique française investie dans l’étude de ce pays et de son histoire, attachée à ses sociétés et à ses habitants, nous nous alarmons de la situation et appelons le gouvernement français à œuvrer dans le sens d’une cessation rapide des hostilités.

Le conflit oppose le gouvernement fédéral éthiopien au gouvernement régional du Tigré, dirigé par le Front populaire de libération du Tigré (TPLF). Le blocage complet des communications dans la région rend la récolte d’informations difficile. On sait cependant déjà que la guerre a entraîné plusieurs massacres de civils et que des armes lourdes (artillerie, bombardements) sont utilisées. Lire aussi En Ethiopie, le gouvernement prédit la « phase finale » de l’offensive sur le Tigré

Les villes de Dansha, May Kadra, Humera, Addi Ramets, Alamata, Shire, Aksum et Adigrat ont été prises par l’armée fédérale après d’âpres combats et de lourdes pertes parmi les combattants, et la ville de Makalé, cible de frappes aériennes, est désormais assiégée. Des administrations et des infrastructures comme des centrales électriques ou des ponts ont été détruites, compliquant considérablement la fuite des civils. Ces derniers ne peuvent sortir du pays que par le Soudan, éloigné de plusieurs centaines de kilomètres des hautes terres les plus peuplées. Le 20 novembre, l’ONU chiffrait à plus de 33 000 le nombre de civils éthiopiens ayant fui les combats en se réfugiant au Soudan, après deux semaines de combat.

Médicaments, criquets et liquidités

Alors que la pandémie de coronavirus continuait de s’y déployer, le Tigré et plusieurs régions d’Ehiopie ont fait face ces dernières semaines à une invasion de criquets, menaçant les récoltes. Du fait du conflit politique ouvert avec le gouvernement central, les habitants du Tigré n’ont pas bénéficié d’appui fédéral dans leur lutte contre les criquets. La guerre a commencé au début de la période des récoltes, dans une région dont environ quatre cinquièmes des habitants dépendent de l’agriculture vivrière.

De plus, après l’organisation par le TPLF d’élections régionales contestées en septembre, le gouvernement fédéral a décidé de la suspension des transferts de fonds vers l’administration régionale. Cette suspension comprend le Productive Safety Net Program, une aide alimentaire dont dépendent environ un million d’habitants du Tigré.

INFOGRAPHIE LE MONDE

A Makalé et dans les villes du Tigré, les banques ont été fermées, puis les retraits soumis à un plafond de 2000 birrs (45 euros), entraînant de fait un manque de liquidités. Les villes manquent de médicaments de base, d’essence et le prix des denrées alimentaires a fortement augmenté.

La guerre ne réglera ni les oppositions entre les différents partis politiques, ni les fractures au sein des élites éthiopiennes. Les civils font face aux conséquences désastreuses d’un conflit qui menace de s’étendre aux autres régions d’Ethiopie et aux pays voisins.

Nous appelons le gouvernement français et l’Union européenne à prendre position en faveur d’une cessation rapide des hostilités et à œuvrer en ce sens.

SIGNATAIRES : David Ambrosetti, politiste, CNRS, LAM/Sciences Po Bordeaux ; Martina Ambu, doctorante en histoire, Collège de France ; Stéphane Ancel, historien, chargé de recherche au Centre d’études en sciences sociales du religieux, CNRS, Paris ; Vincent Ard, préhistorien, chargé de recherche au CNRS, Toulouse ; Jean-Nicolas Bach, politiste ; Anne Benoist, archéologue, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon ; Guillaume Blanc, historien, maître de conférences à l’université Rennes 2 ; Ninon Blond, géographe, ENS, Lyon ; Giulia Bonacci, historienne, chargée de recherche à l’IRD, université Côte d’Azur ; Jean-François Breton, archéologue, CNRS ; Claire BoscTiessé, historienne de l’art, conseillère scientifique à l’INHA, chargée de recherche au CNRS, Paris ; Jessie Cauliez, préhistorienne, chargée de recherche au CNRS, Toulouse ; Amélie Chekroun, historienne, chargée de recherche au CNRS, Aix-en-Provence ; Isabelle Crevecœur, paléoanthropologue, chargée de recherche CNRS, université de Bordeaux ; Anne Damon-Guillot, ethnomusicologue, professeure d’université, UJM, Saint-Etienne ; Anne Delagnes, préhistorienne ; Marie-Laure Derat, historienne, directrice de recherche au CNRS, Orient et Méditerranée, Paris ; Cécile Doubre, géophysicienne, université de Strasbourg ; Elise Dufief, politiste et coopération internationale ; Samir El Ouaamari, agronome et géographe, maître de conférences, Agroparistech ; François Enten, anthropologue ; Eloi Ficquet, anthropologue et historien, EHESS ; Karen Fontijn, volcanologue, Université libre de Bruxelles (Belgique) ; Emmanuel Fritsch, chercheur indépendant ; Marzia Gabriele, archéologue ; Iwona Gajda, historienne, épigraphiste, CNRS, Orient et Méditerranée, Paris ; Jean-François Girard, géophysicien, professeur, université de Strasbourg ; Yves Gleize, archéologue, Orient et Méditerranée, Paris ; Anne-Lise Goujon, archéologue ; Raphaël Grandin, géophysicien, maître de conférences, Institut de physique du Globe de Paris ; Pierre Guidi, historien, CEPED, IRD ; Thomas Guindeuil, historien, chercheur associé à l’IMAF ; Chloé Josse-Durand, politiste, IFRA, Nairobi (Kenya) ; Makéda Ketcham, réalisatrice de films documentaires ; Lamya Khalidi, préhistorienne, archéologue, chargée de recherche au CNRS, Nice ; Mehdi Labzaé, sociologue ; Anaïs Lamesa, archéologue ; René Lefort, chercheur indépendant ; Alice Leplongeon, préhistorienne ; Julien Loiseau, historien, professeur des universités, Aix-Marseille ; Roland Marchal, chercheur CNRS/Sciences Po, Paris ; Sigrid Mirabaud, conservatrice en chef du patrimoine, INHA, Paris ; Yanis Mokri, doctorant en histoire à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne ; Carlo Mologni, géomorphologue, CNRS, université Sophia Antipolis ; Clélie Nallet, chargée de recherches en sciences sociales ; Clive Oppenheimer, volcanologue, Cambridge (Royaume-Uni) ; Hervé Pennec, historien, chargé de recherche au CNRS, IMAF ; Raphaël Pik, géologue, directeur de recherche au CNRS, CRPG, Nancy ; Pierluigi Piovanelli, historien, directeur d’études sciences religieuses, Laboratoire d’études sur les monothéismes, EPHE, PSL, Paris ; Sabine Planel, géographie politique, chargée de recherche IRD, IMAF ; Sandrine Prat, préhistorienne, paléoanthropologue, directrice de recherche au CNRS, Paris ; Gérard Prunier, historien et politologue ; Jérémie Schiettecatte, archéologue, chargé de recherche au CNRS, Orient et Méditerranée ; Wolbert Smidt, ethnohistorien ; Anne Socquet, géophysicienne, physicienne du CNAP, université de Grenoble ; Estelle Sohier, maître d’enseignement et de recherche, université de Genève (Suisse) ; Céline Vidal, volcanologue, université de Cambridge (Royaume-Uni) ; Emmanuelle Vila, archéozoologue, chargée de recherches au CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon ; Anaïs Wion, historienne, chargée de recherche au CNRS, Institut des mondes africains.

Par quoi l’Université est-elle menacée ?

Jocelyne Streif-Fénart

Suite à la polémique suscitée par les propos du ministre de l'éducation nationale quant à la menace islamo-gauchiste à l'université, Jocelyne Streiff-Fénart, ancienne directrice de l'URMIS, a rédigé un propos qui, bien que n'appartenant qu'à son autrice, reflète la position d'un certain nombre de membres de l'Urmis. Merci à elle !
Swanie Potot, directrice de l'Urmis 

La sortie de Jean Michel Blanquer sur l’islamo-gauchisme à l’université ne tombe pas du ciel. Elle s’inscrit dans une série d’accusations visant en particulier les sciences sociales, venant de l’extérieur ou s’exprimant en leur sein, qui s’emploient à dénoncer leurs « dérives » dans plusieurs directions :

  • réfuter leur travail de compréhension des ressorts sociaux de comportement illicites (par exemple la délinquance, le terrorisme) comme des « excuses » dédouanant leurs auteurs de leur responsabilité. En 2015, Manuel Valls dénonçait les « explications sociologiques ou culturelles des phénomènes de terrorisme ».
  • dénoncer le « déni » de vérités scientifiques « dérangeantes »  qui seraient occultées par l’auto-censure des chercheur.e.s : le poids des cultures familiales sur les comportements délinquants ou la « réalité » des flux migratoires.
  • les accuser de trahir les valeurs de la République (la laïcité, la culture de l’universel) dans les lieux (l’université) et par les acteurs (les enseignants fonctionnaires) qui seraient les premiers chargés de la diffuser. Sont visés notamment les études post-coloniales, les termes d’islamophobie ou de racisme d’Etat, le communautarisme « à l’américaine ».

La déclaration de J. M. Blanquer franchit un pas supplémentaire :  parce qu’elle émane du Ministre de l’Éducation, parce qu’elle met à l’index des universitaires désignés par un terme (islamo-gauchiste) d’abord cantonné aux polémiques dans la sphère politique, parce qu’elle suggère une relation de causalité entre des enseignements et la radicalisation islamiste, parce qu’elle appelle à un contrôle du contenu de l’enseignement.  

Le caractère disruptif de cette déclaration est attesté par le fait qu’au-delà des protestations des enseignants-chercheurs, elle a suscité des réactions de la part des institutions du monde universitaire : la Conférence des Présidents d’Université (CPU), mais aussi la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

La réponse de F. Vidal à J. M. Blanquer est intéressante à double titre : d’une part, contrairement à la consternante tribune « des cent » (https://manifestedes90.wixsite.com/monsite), elle rend manifeste ce qui sépare la pensée scientifique de la rhétorique politico-idéologique. La Ministre y inflige notamment un désaveu cinglant de la stigmatisation du « comprendre », et des idées « importées », requalifiées en « confrontation d’idées » (https://www.lopinion.fr/edition/politique/l-universite-n-est-pas-lieu-d-encouragement-d-expression-fanatisme-227464).

D’autre part, cette affirmation de la transnationalité de la science est de façon paradoxale soutenue par l’affirmation qu’il incombe aux universitaires de transmettre les valeurs de la République :  « C’est à l’université que sont formés nos enseignants et c’est en ce lieu qu’ils reçoivent comme un héritage à transmettre aux plus jeunes, à l’école, les valeurs et les principes de la République : la liberté d’expression naturellement comme la tolérance et le respect qui sont au cœur de notre conception de la laïcité ». On ne s’étonnera guère de cette conception ministérielle du rôle de l’Université qui vient justifier l’amendement au projet de loi de programmation de la recherche (LPR) conditionnant l’exercice des libertés académiques au « respect des valeurs de la République ».

Cette conception nationaliste de l’enseignement universitaire soulève une question qui mérite d’être abordée de front : les universitaires sont-ils investis de la mission de transmettre des valeurs ? de défendre des principes ? de préserver un héritage ? S’agissant en particulier des sciences sociales leur mission consiste à transmettre des connaissances fondées sur des enquêtes et à les faire progresser en les mettant en débat, à forger de nouveaux concepts (dont « racisme d’état », « privilège blanc », « colonialité du pouvoir ») pour rendre compte des évolutions en cours dans les sociétés et à les soumettre à la critique des pairs, y compris sous forme d’oppositions parfois polémiques au sens universitaire de la disputatio.

C’est ce qu’elles font par exemple :

  • En mettant en évidence les discriminations par l’établissement de données statistiques fondées sur l’origine et en ouvrant un débat sur leur potentiel d’essentialisation des catégories ethniques.
  • En renouvelant l’étude du racisme : par l’hypothèse de son caractère systémique soumise à l’épreuve  d’études empiriques sur les institutions comme la police, les organismes de logement ou l’école ; par le développement d’analyses sur les liens entre modernité, esclavage et hiérarchisation raciale.
  • En s’interrogeant sur le poids de l’héritage colonial et en confrontant ses interprétations divergentes, en explicitant les ruptures épistémologiques et leurs limites, comme pour les postcolonial studies et la notion de postcolonial.
  • En débattant sur la prédominance de la position économique (la classe) ou de la différence anthropologique (la race, la culture) dans la hiérarchisation sociale.
  • En mettant en évidence les processus d’assignation  à l’œuvre dans les constructions d’identités (en proposant par exemple de nouveaux termes comme « racisé », « racialisation »), ce qui ne relève pas d’une essentialisation mais du contraire.

Cette mission de production et de transmission des connaissances implique de retracer l’histoire et d’analyser la genèse de notions comme la Nation, la laïcité, l’universalisme, de prendre un recul critique sur leurs fonctions politiques et leurs usages rhétoriques.

Le monde universitaire a ses propres valeurs qui ne demandent pas à être enseignées, encore moins inculquées, mais mises en pratique quotidiennement dans l’exercice du métier d’enseignant-chercheur : la liberté d’expression, la soumission des idées à la critique des pairs, la production de données fondée sur un appareil méthodologique contrôlé, la mise à disposition des connaissances en les soumettant à évaluation dans des supports de publication spécifiques.

Plutôt que de contrôler le contenu des enseignements et les pratiques pédagogiques, ou la rectitude républicaine des analyses des chercheur.e.s, on attend des organismes de tutelle qu’ils garantissent les conditions, matérielles et institutionnelles, permettant de faire vivre ces valeurs.