Archives mensuelles : janvier 2021

L’héritage de Donald Trump dans la politique migratoire mexicaine

Un article de Maria Dolores PARIS POMBO, Chercheuse, Département d’Études culturelles, El Colef (Tijuana, Mexique), publié le 20 janvier 2021 sur la page de El Colef : https://www.colef.mx/estudiosdeelcolef/el-legado-de-donald-trump-en-la-politica-migratoria-mexicana

Depuis des décennies, on peut observer l’influence du gouvernement étatsunien sur la politique migratoire mexicaine. Les opérations destinées à contenir les flux migratoires au Mexique ont été réalisées à des moments-clés des négociations entre les deux gouvernements, qu’elles soient migratoires ou commerciales. L’une a été lancée en 1993 au moment de la fondation de l’Institut National de Migration quelques mois avant l’entrée en vigueur du Traité de Libre Commerce d’Amérique du Nord (TLCAN). En 2001, au moment où le gouvernement de Vicente Fox négociait un accord migratoire avec celui de Georges W Bush, le Mexique a mis en route le Plan Sud et établit plusieurs ceintures de contention des migrants près de la frontière avec le Guatemala. A l’été 2014, quand le président Barack Obama a déclaré une crise humanitaire à la suite de l’arrivée massive d’enfants et d’adolescents non accompagnés, son vice-président, Joseph Biden, s’est rendu au Mexique pour négocier des mesures de contention de la  migration centraméricaine. Deux jours plus tard, le président Enrique Peña Nieto annonçait la mise en route du Plan Intégral pour la Frontière Sud. Avec une stratégie très similaire à celle du Plan Sud (2001-2003), ce programme consistait à établir les mêmes ceintures de sécurité entre l’Isthme de Tehuantepec, au sud du pays, et la frontière avec le Guatemala, et à déclencher de multiples opérations destinées à faire descendre les migrants centraméricains des trains de marchandises.

Mais au cours des dernières années, à travers plusieurs accords entre les gouvernements de Donald Trump et de Andrés Manuel López Obrador, nous avons assisté à des changements qui représentent une inflexion dans la politique migratoire et qui auront des effets durables dans toute la région.

1) En décembre 2018, pour la première fois de son histoire et en violant ses propres lois, le Mexique a accepté de recevoir sur son territoire des personnes ayant entamé des démarches d’immigration et de demande d’asile dans des tribunaux étatsuniens. Cette politique, connue sous le nom de “Reste au Mexique”, et officiellement appelée Protocoles de Protection du Migrant, a entraîné, en deux ans, le renvoi de près de 70 000 demandeurs d’asile non mexicains au Mexique.  En d’autres termes, nous pouvons affirmer que le territoire mexicain s’est transformé en une gigantesque salle d’attente où les personnes étrangères particulièrement vulnérables et supposées protégées par le droit international sur le statut des réfugiés, ont été contraintes de s’établir dans le pays voisin pendant les mois ou les années qu’a duré leur processus d’immigration ou d’asile. La plupart d’entre elles ont vécu sans aide d’aucun des deux gouvernements, dans des conditions extrêmement précaires et soumises à de multiples violations de leurs droits. Avec la crise sanitaire et la fermeture partielle de la frontière terrestre, leurs procès migratoires aux États-Unis ont été repoussés indéfiniment, tout comme leur séjour au Mexique.

2) La militarisation du contrôle migratoire au Mexique avec la participation de la Garde Nationale, composée principalement de membres de l’armée, est un autre changement fondamental. Elle s’est produite en réponse immédiate à Donald Trump, en mai 2019, qui a menacé d’augmenter progressivement les droits de douane de 5 % à 25 % sur tous les produits tant que le problème de l’’immigration clandestine ne serait pas résolu. Le gouvernement mexicain lui a répondu en réalisant des changements législatifs et institutionnels avec une rapidité surprenante pour mobiliser, en moins d’un mois, près de 6000 membres de la toute nouvelle Garde Nationale sur la frontière sud et 15000 autres sur la frontière nord. 

3) Avec le confinement sanitaire dû à la pandémie du COVID-19 et la fermeture partielle des frontières terrestres décrétée par les Etats-Unis le 20 mars 2020, le gouvernement américain a ordonné à la Patrouille Frontalière de renvoyer vers les pays limitrophes (Mexique et Canada), de manière expéditive, toute personne qui passerait la frontière de manière irrégulière.  Dans une note de presse, le Ministère des Affaires Etrangères (Secretaría de Relaciones Exteriores) a accepté que des migrants étrangers soient renvoyés au Mexique. De mars à décembre 2020, la Patrouille Frontalière a expulsé vers le Mexique 380 000 migrants, sans vérifier leur nationalité et de manière expéditive.

« Prototipo de muro », 2018, Alfonso Caraveo

4) La fermeture partielle de la frontière terrestre d’une durée de 9 mois, n’a pas non plus d’équivalent dans l’histoire de la région ; cela crée un précédent non seulement en matière migratoire mais aussi pour un large éventail de domaines concernant la population qui vit dans la région frontalière. Bien que les gouvernements aient interdit « les passages non essentiels de la frontière » à cause de l’urgence sanitaire, en fait, la fermeture partielle n’a été effective que du sud vers le nord : l’Institut National de Migration mexicain n’a pas contrôlé la circulation des véhicules vers le Mexique, de sorte que tous les passages du nord vers le sud ont continué à se faire sans entrave, que ce soit pour les affaires, les études, les loisirs, le tourisme, la santé ou tout autre objectif. 

Le gouvernement du Mouvement de Régénération Nationale (Movimiento de Regeneración Nacional (MORENA) est arrivé au pouvoir en décembre 2018 avec la promesse d’un changement de régime et d’une grande transformation de tous les domaines de l’Etat, y compris la politique migratoire. Les nouveaux gouvernants ont déclaré que contrairement à leurs prédécesseurs, ils mèneraient une politique régie par les principes des droits humains et du développement. A peu de temps de là, le gouvernement de Donald Trump les a forcés à prendre une toute autre voie.

« Prototipo de muro », 2018, Alfonso Caraveo

L’arrivée de Joseph Biden semble augurer des politiques et des lois bien plus favorables aux immigrants et aux demandeurs d’asile. Les déclarations récentes de Andrés Manuel López Obrador après sa première conversation téléphonique avec le nouveau président étasunien sont étonnamment semblables aux discours qui prévalaient au début de son gouvernement : on parle de nouveau de stimuler le développement au Mexique et en Amérique centrale, d’une migration sûre et d’une politique en accord avec les droits humains des migrants. Cependant, les conditions politiques et économiques ont subi un changement radical au cours de l’année écoulée, en grande partie à cause de la profonde crise sanitaire que connaissent les deux pays. Parmi les défis que devra affronter le nouveau gouvernement étatsunien, l’immigration ne sera probablement pas une priorité. L’héritage de Donald Trump dans la politique migratoire mexicaine ne disparaîtra ni à court ni à moyen terme.

Avortement légal en Argentine ! Et ailleurs en Amérique latine ?

Un article d'Olga L. Gonzalez, sociologue, chercheure associée à l'Urmis et Fellow de l’Institut Convergences Migrations, article publié le 5 janvier 2021 sur son blog.

La loi qui autorise l’avortement en Argentine, votée le 30 décembre 2020, est sans conteste le fruit de l’imposante mobilisation des féministes de ce pays. Pourquoi, dans la plupart des autres pays du continent, un débat parlementaire ouvrant le droit à l’IVG est aujourd’hui improbable ? Quelles sont les stratégies des féministes ailleurs ?

Le Parlement argentin a voté, à la toute fin de l’année 2020, une loi historique qui légalise l’avortement dans ce pays. L’interruption volontaire de grossesse devient légale jusqu’à la quatorzième semaine de la grossesse. Après Cuba, l’Uruguay, le Guyana et Puerto Rico, l’Argentine devient le cinquième pays d’Amérique latine à autoriser ce droit fondamental aux femmes. Du fait de son importance dans le continent, on pourrait penser que ce vote influera grandement dans les débats relatifs à l’avortement dans plusieurs autres pays d’Amérique latine. Cependant, on le verra, le débat se déroule de manière très différente dans les autres pays. En particulier, il est peu probable qu’un débat parlementaire y ait lieu.

Avant d’examiner les termes du débat et les lois relatives à l’avortement dans le reste du continent, il convient de s’interroger sur les raisons du revirement politique argentin. Il faut en effet se rappeler de l’immense déception de 2018, quand le Sénat argentin, lors d’un vote très serré, se prononça majoritairement contre le projet de loi pour l’avortement, alors que dehors, les rues étaient gagnées à la cause de l’avortement. La déception fut d’autant plus grande que c’était la première fois que le Parlement argentin examinait un projet de loi sur cette question. Qu’est-ce qui a changé depuis ? Quels facteurs expliquent le triomphe politique d’aujourd’hui ?

Le changement dans l’exécutif a été pointé par des analystes comme un facteur déterminant. En effet, le président Alberto Fernandez, péroniste, a été un soutien ferme de la loi. Aujourd’hui, il affirme aujourd’hui s’être toujours opposé, en tant que professeur universitaire (il est juriste), à la pénalisation des femmes qui avortent. Dès 2018, et avant de devenir candidat présidentiel, il avait ouvertement pris parti pour l’IVG ; celle-ci fut également une de ses promesses durant la campagne électorale de 2019. Mais ce soutien politique semble traduire surtout la volonté de se mettre en phase avec la majorité des citoyens. Le cas de son prédécesseur, Mauricio Macri est, lui très éloquent. Opposé personnellement à l’avortement, celui qui affirmait en 2015 : « L’Argentine n’est pas prête pour ce débat », ouvrait les séances parlementaires de 2018 en invitant à réaliser un débat sur l’avortement.

Dans ce même registre de volte-face politique, rappelons que l’ancienne présidente péroniste Cristina Kirchner (2007 – 2015) avait été, elle aussi, une ferme opposante à ce droit en raison de ses convictions personnelles. Si elle a changé d’avis en 2018, tout comme plusieurs autres députés et personnalités politiques, c’est sans aucun doute à cause de l’immense mobilisation féministe en Argentine.

Juin 2018. Face au Congrès, les opposants à la loi (à gauche) et les partisans de la loi (à droite) © Prensa obrera - https://www.prensaobrera.com/politicas/42817-en-las-calles-la-multitud-a-favor-de-la-ley-impuso-su-presencia, CC BY-SA 4.0, https:/ Juin 2018. Face au Congrès, les opposants à la loi (à gauche) et les partisans de la loi (à droite) © Prensa obrera – https://www.prensaobrera.com/politicas/42817-en-las-calles-la-multitud-a-favor-de-la-ley-impuso-su-presencia, CC-BY-SA 4.0

La lutte pour l’avortement est une des causes majeures du très dynamique et très divers mouvement féministe argentin. La « marée verte », du nom du symbole de la manifestation pour le droit à l’avortement (le foulard vert est brandi par les partisans de l’avortement, bien qu’on ignore l’origine précise de ce symbole) s’inscrit pleinement dans les mobilisations récentes dans le pays, et notamment celles, très imposantes, contre les féminicides (#NiUnaMenos), dès 2015. Porté majoritairement par les jeunes, ce mouvement est présent dans l’espace public sous le mode traditionnel des manifestations et également dans les réseaux sociaux. Dans tous les cas, il entend bousculer le patriarcat et son système de valeurs et de privilèges. Le projet de loi de 2018, puis celui présenté en 2020, ont été un catalyseur des différents secteurs féministes, des groupes locaux aux grandes fédérations d’étudiants, en passant par les représentants de syndicats, les mouvements de chômeurs, des usines « récupérées », etc. En somme, les deux projets de loi (2018 et 2020) sont la suite de cette immense mobilisation féministe (dont on peut voir des traits dans le documentaire de Felipe Solanas, Que sea ley).

Qu’en est-il des autres pays d’Amérique latine ? Au niveau légal, l’avortement y est pénalisé sauf, en règle générale, pour les exceptions relatives à ce que l’on nomme communément l’ « avortement thérapeutique », c’est-à-dire 1) l’interruption médicale de grossesse en cas de risque vital pour la femme enceinte ou 2) en cas de malformation du fœtus. Un troisième cas de figure, en cas de viol de la mère, est parfois pris en compte également. Cependant, tous les pays n’autorisent pas ces trois cas de figure (ainsi, au Pérou et en Équateur l’avortement n’est pas autorisé en cas de viol). De plus, certains pays (comme le Nicaragua, le Honduras, El Salvador ou la République Dominicaine) n’autorisent l’avortement sous aucuns cas de figure. Les procès et les peines sont sévères. Ainsi, au Salvador, au Pérou, en Colombie, en Équateur, au Mexique, des femmes sont dénoncées, poursuivies, harcelées, poussées au suicide, emprisonnées. L’avortement clandestin se pratique cependant au su de tout le monde, moyennant des sommes et des contacts que les femmes les plus pauvres, les plus isolées ou les plus jeunes ne peuvent pas se procurer. Ce sont elles qui courent le plus de risques en termes de santé ; ce sont elle, également, qui sont le plus souvent poursuivies dénoncées et pénalement poursuivies.

Dans un tel contexte, quel est le type de mobilisation déployé par les femmes ? Prenons le cas de la Colombie, troisième pays le plus peuplé du continent latino-américain après le Brésil et le Mexique. L’avortement y est autorisé dans les trois cas de figure signalés plus haut. Cependant, les avortements légaux ne représentent qu’une fraction des centaines de milliers d’avortements clandestins qui sont réalisés tous les ans. Et alors même qu’elles auraient théoriquement droit à l’avortement, de très nombreuses femmes ne réussissent pas à se faire pratiquer une IVG (une des raisons peut être, par exemple, le refus des gestionnaires d’établissements de santé d’autoriser cette intervention).

Les groupes féministes, conscients de cette situation, dénoncent les « barrières systémiques » pour avorter, même légalement. Études et données à l’appui, elles ont demandé à la Cour Constitutionnelle de statuer sur le droit à l’avortement. Pourquoi passer par les instances juridiques ? En Colombie comme dans la plupart des autres pays d’Amérique latine, il n’existe aucune possibilité pour que la dépénalisation de l’avortement soit votée au Parlement. Bien au contraire : les rares occasions où ce sujet a été abordé dans le Parlement se sont soldées par un énorme échec. Les raisons ? D’un côté, les partis hégémoniques dans ces parlements se situent aujourd’hui à droite. D’autre part, un bon nombre de députés appartiennent à des églises (qu’ils appartiennent ou non à des partis religieux) et militent contre les droits des femmes. Enfin, même dans les partis les plus progressistes, ou situés à gauche dans l’échiquier politique, le recours à l’IVG ne fait pas le consensus.

En conséquence, les ONG féministes déploient des stratégies juridiques: c’est par le biais de « tutelas  », un recours constitutionnel interposé par les citoyens en cas d’atteintes à leurs droits fondamentaux1, ou en évoquant des lois supranationales2, qu’elles espèrent obtenir des modifications légales. Ainsi, régulièrement, les juges et les magistrats doivent résoudre ces recours légaux. De fait, avant 2006, tous les cas de figure de l’avortement étaient interdits par la loi en Colombie. Une tutela permit d’autoriser les trois cas cités, qui cependant ne sont pas respectés et donnent lieu à de nouveaux recours de la part de femmes.

Bogota, 2020. Des militantes féministes brandissent le foulard vert devant le Palais de Justice, siège de la Cour Constitutionnelle qui doit examiner une "tutela" pour l'IVG. © Movimiento Causa Justa Bogota, 2020. Des militantes féministes brandissent le foulard vert devant le Palais de Justice, siège de la Cour Constitutionnelle qui doit examiner une « tutela » pour l’IVG. © Movimiento Causa Justa

Un changement sur le fond est-il possible ? En 2021, la Cour Constitutionnelle colombienne devra statuer sur un nouveau recours de tutela. Les plaignantes espèrent, une fois pour toutes, dépénaliser l’avortement. Cependant, leurs chances sont minces. D’un côté, les opposants à l’avortement sont forts et très organisés. Ils rassemblent les adeptes des églises (catholique et pentecôtistes) et les partis et secteurs conservateurs. Ils interposent, eux aussi des recours juridiques pour le restreindre davantage. D’autre part, les décisions dépendent de la présence de forces progressistes au sein des hautes Cours. Enfin, et surtout, ce type de débat porte sur des aspects juridiques relativement techniques et complexes, qui ne mobilisent pas la population. Or, comme l’expérience argentine le montre, les changements politiques s’inscrivent dans un cadre plus large de mobilisations féministes et de changement des mentalités. Il reste cependant à espérer que le grand bond en avant en Argentine insufflera des forces également aux mouvements féministes, bien présents dans les autres pays de la région.

  1. Bien qu’inspirée de l’ « amparo » espagnol, la « tutela » n’a pas de réel équivalent ailleurs dans le monde. Pour ses fondements juridiques, voir Manuel J. Cepeda, « El derecho a la Constitución en Colombia: entre la rebelión pacífica y la esperanza”, Revista española de derecho constitucional, año 15, número 44, mayo-agosto 1995. []
  2. Notamment, sont mobilisés les principes et les lois contenus dans la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme, CIDH, institution rattachée l’Organisation des États Américains et basée à Washington. Les juristes latino-américains s’appuient sur les décisions de cette institution pour appuyer leurs demandes. []