Archives mensuelles : mars 2023

Derrière le cas de Pinar Selek, la recherche en danger en Turquie et ailleurs dans le monde

Pinar Selek pendant une conférence à Paris en 2010. Streetpepper/Wikipedia, CC BY-NC
Un article de Valérie Erlich, Université Côte d’Azur, membre de l'Urmis ; Fanny Jedlicki, Université Rennes 2 ; Pascale Laborier, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières et Sylvie Monchatre, Université Lumière Lyon 2, publié dans The Conversation le 27 mars 2023. Cet article est vraiment complet sur le cas de Pinar Selek, sur le contexte politique en Turquie et sur les atteintes aux libertés académiques...

Ce 31 mars 2023 se tiendra à Istanbul un procès contre Pinar Selek, sociologue, écrivaine, militante féministe, antimilitariste et pacifiste, exilée en France depuis fin 2011 et qui risque la prison à vie en Turquie.

Elle subit depuis 25 ans une persécution judiciaire constante de la part du pouvoir turc. La moitié d’une vie. Motif : son refus de révéler l’identité des personnes qu’elle a interrogées lors d’une enquête qu’elle a conduite sur les mouvements kurdes.

Arrêtée en juillet 1998, elle est torturée et emprisonnée pendant plus de deux années. Elle apprend en prison qu’elle est accusée d’avoir déposé une bombe qui aurait explosé sur le marché aux épices d’Istanbul, faisant 7 morts et 121 blessés.

Libérée fin décembre 2000, elle est acquittée en 2006, en 2008, en 2011 et en 2014, les expertises ayant toutes montré que ce drame était dû à l’explosion accidentelle d’une bouteille de gaz. Bien que la justice turque l’ait blanchie à quatre reprises, le procureur a déposé un recours après chaque acquittement. Après un silence de près de neuf années, la Cour suprême de Turquie a annoncé l’annulation de son dernier acquittement et donc ce nouveau procès, qui se déroulera en son absence.

Avant même l’audience du 31 mars, Pinar Selek fait l’objet d’un mandat d’arrêt international en vue de son emprisonnement immédiat en Turquie. Difficile de ne pas lier le « réveil » de la justice turque, neuf ans après le dernier acquittement de la chercheuse, au fait que l’année 2023 sera cruciale pour la Turquie, en raison des élections présidentielles et législatives prévues en mai et de la célébration du centenaire de la République turque.

Au-delà du sort personnel de Pinar Selek, cet épisode est révélateur de la répression dont les universitaires font l’objet en Turquie depuis des années et qui s’est encore intensifiée après la tentative de coup d’État de 2016.

La liberté scientifique en danger

« Je ne lâcherai rien », promet la « chercheuse recherchée » pour « crime de sociologie ».

Image pour le Comité de soutien à Pinar Selek, Pays basque. Cliquer pour zoomer. Fred Sochard, Author provided

Depuis son arrivée en France en 2011, elle a soutenu une thèse de doctorat en sciences politiques à l’Université de Strasbourg, publié de nombreux travaux scientifiques et enseigne à l’Université Côte d’Azur depuis 2016. Après l’aide du Programme national d’accueil en urgence des scientifiques et des artistes en exil (PAUSE) les deux premières années, l’Université Côte d’Azur a créé pour elle un poste pérenne d’enseignante-chercheure en 2022.

À travers elle, c’est aussi la liberté académique qui est en jeu. Les présidences des universités Côte d’Azur et de Strasbourg, ainsi que de nombreux laboratoires de recherche et d’autres instances universitaires et scientifiques ont publiquement pris position en sa faveur. Des collectifs de soutien universitaires, étudiants et militants se sont également constitués. Elle a été nommée présidente d’honneur de l’Association des Sociologues de l’Enseignement Supérieur. Une délégation de près d’une centaine de représentants français et étrangers des mondes civils, associatifs, culturels, artistiques, politiques, juridiques, scientifiques, universitaires et étudiants se rendront à Istanbul pour assister à son procès, exiger la vérité et demander officiellement que justice lui soit rendue.

Engagée dans un mouvement d’ouverture des sciences sociales sur la société et de critique des postures scientistes au service de l’ordre établi, Pinar Selek est une « scientifique en danger ». Même si elle a obtenu la nationalité française en 2017, elle continue à subir la violence politique d’un régime autoritaire qui s’attaque à l’autonomie du monde académique – un phénomène dont la Turquie n’a pas le monopole. Nombre d’universitaires irakiens, syriens, afghans, égyptiens, turcs, iraniens et tant d’autres payent un lourd tribut à la répression d’État.

Une situation qui s’est envenimée en Turquie depuis 2016

La situation de Pinar Selek reflète la montée de l’autoritarisme en Turquie, particulièrement sensible depuis le renforcement des pouvoirs présidentiels consécutif au référendum d’avril 2017.

Suite à la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 au cours de laquelle des centaines de civils, de soldats, de policiers ont perdu la vie, un grand nombre d’universitaires ont été désignés comme cibles par le président de la République, Recep Tayyip Erdoğan. Les signataires de la pétition des universitaires pour la paix ont été accusés de terrorisme, victimes d’ostracisme professionnel, de poursuites judiciaires et de lynchage médiatique.

Parmi eux, 549 universitaires ont été forcés de démissionner ou de prendre leur retraite, licenciés, révoqués et bannis de la fonction publique en vertu des décrets-lois. Le cas des « sept de Gezi » est emblématique de la répression massive des droits humains dans le pays. Parmi eux, l’éditeur et mécène Osman Kavala, emprisonné en 2017, a été condamné à la prison à vie pour avoir organisé et financé les manifestations de Gezi en 2013, sans possibilité de libération conditionnelle après avoir été injustement reconnu coupable de tentative de coup d’État. Même s’il y a eu une décision de la Cour constitutionnelle turque le 26 juillet 2019 les acquittant, ces universitaires ont perdu leur emploi et ont été victimes de harcèlement dans leur milieu professionnel. De plus, l’Agence nationale de recherche turque bloque leurs publications. Les accusations pour terrorisme continuent, en particulier en lien avec la question kurde. Ainsi, en octobre 2021, l’écrivaine Meral Simsek est condamnée à un an et trois mois d’emprisonnement pour « propagande en faveur d’une organisation terroriste ».

Les menaces pèsent également sur des chercheurs installés en France. En 2019, le mathématicien Tuna Altinel, enseignant-chercheur à l’Université Lyon 1, accusé de propagande terroriste pour avoir participé, à Villeurbanne, à une réunion publique sur les crimes de guerre de l’armée dans le Sud-Est du pays, a été arrêté en Turquie. Libéré au bout de trois mois, il n’a pu récupérer son passeport et rentrer en France qu’en juin 2021, à l’issue d’une longue bataille qui n’est pas terminée à ce jour.

Des centaines d’arrestations abusives, des acquittements prononcés – le plus souvent annulés en appel par la Cour de cassation –, des affaires rejugées malgré les recommandations de la Cour européenne des droits de l’homme, émaillent ce sombre tableau. Mais les nombreuses épreuves auxquelles chercheurs et chercheuses ont dû faire face ont renforcé leur solidarité, ainsi qu’en témoignent leurs récits rassemblés dans le documentaire Living in truth d’Eylem Sen.

Au nom de l’inconditionnalité de la liberté d’expression des chercheurs

« En condamnant Pinar Selek, c’est à l’indépendance de la recherche en sciences sociales que s’attaque le gouvernement turc », titre une tribune d’un collectif d’universitaires parue dans Le Monde en juillet 2022. Le combat de Pinar Selek nous rappelle la vulnérabilité des chercheurs et chercheuses face aux attaques qu’ils et elles subissent dans de nombreux pays.

Les conférences et déclarations internationales réaffirment régulièrement la protection des libertés académiques, mais le maintien de celles-ci nécessite des combats permanents de la communauté universitaire et elles ne sont, de fait, jamais pérennes : les étudiants, professeurs et chercheurs sont toujours au mieux suspectés ou menacés ; au pire arrêtés, torturés et tués, quand s’installent des pouvoirs forts auxquels ils refusent de se soumettre.

« Militante de la poésie », comme elle aime à se définir, Pinar Selek, qui est aussi l’autrice de romans et de contes pour enfants, fait l’objet d’une violence politique qui ne pourra être combattue que par la dénonciation et l’annulation de sa condamnation à perpétuité. Son combat sans relâche contre les injustices, les oppressions, les atteintes à la liberté académique aujourd’hui fragilisée en de nombreux endroits du monde, illustre celui de tous les scientifiques menacés dans les pays autoritaires, mais aussi dans les démocraties. Notre solidarité avec elle constitue plus qu’un devoir moral. Elle s’inscrit dans une lutte partagée au service de la liberté de la recherche et de l’exercice d’une citoyenneté qui doit plus que jamais s’affirmer comme transnationale.

Valérie Erlich, Maîtresse de conférences de sociologie, URMIS (Unité de recherche Migrations et Société), CNRS, IRD, Université Côte d’Azur; Fanny Jedlicki, Maîtresse de conférences de sociologie, Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Innovations Sociétales (LIRIS), Université Rennes 2; Pascale Laborier, Professeure de science politique, Institut des sciences sociales du politique (ISP), Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières et Sylvie Monchatre, Professeure de sociologie, Université Lumière Lyon 2

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Pinar Selek

Face à l’acharnement du pouvoir turc contre la sociologue Pinar Selek, les pays européens doivent cesser de regarder ailleurs

Tribune collective à l’initiative de la LDH et de l’Acort et signée par des personnalités – Justice pour Pinar Selek

Alors que va s’ouvrir en Turquie un nouveau procès contre la franco-turque résidant en France, des personnalités parmi lesquelles les Nobel Shirin Ebadi et Annie Ernaux et l’ancien garde des sceaux Robert Badinter appellent, dans une tribune au Monde, le gouvernement à protester officiellement auprès des autorités turques.

25.03.2023 – https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/03/25/face-a-l-acharnement-du-pouvoir-turc-contre-la-sociologue-pinar-selek-les-pays-europeens-doivent-cesser-de-regarder-ailleurs_6166957_3232.html (article réservé aux abonné·es du Monde.fr mais publié sur https://www.ldh-france.org/29-mars-2023-tribune-justice-pour-pinar-selek-publiee-dans-le-monde/

Le 31 mars 2023, un procès va s’ouvrir à Istanbul à la demande de la Cour suprême de Turquie. Ce sera la mise en accusation d’une parole libre, de l’intelligence critique, de la démocratie. Ce procès sera le dernier d’une longue série qui s’étend sur vingt-cinq années à l’initiative du pouvoir turc et dont la sociologue Pinar Selek est la cible.

Que reproche le pouvoir turc à Pinar Selek ? Tout. Qu’a-t-elle fait ? Rien. Rien de répréhensible, rien d’illégal, rien de scandaleux. N’empêche : ce rien est en trop, il dérange. C’est un rien qui parle de sujets dérangeants dont la seule évocation vaut blasphème pour le pouvoir.

En démocratie, ce rien-là s’appellerait liberté de conscience ou encore liberté de la recherche, voire liberté, tout court. En Turquie, il expose à la vindicte cruelle d’un gouvernement pour qui ces libertés ne sont que désordre, qui en bannit la mémoire et réprime sauvagement ceux – et plus encore celles – qui auraient l’audace de s’en réclamer, publiquement ou non. Pinar Selek en a fait l’expérience douloureuse.

Quatre verdicts d’innocence !

A la fin des années 1990, elle est étudiante à l’université d’Istanbul, où elle travaille sur le traitement des minorités en Turquie. Cela déplaît. Arrêtée en juillet 1998, elle se voit sommée de livrer les noms des militants kurdes interviewés dans le cadre de ses recherches. Son refus lui vaut d’être torturée et de rester emprisonnée plus de deux années. Sur ces entrefaites, une bonbonne de gaz explose sur le marché des épices d’Istanbul. Le gouvernement se saisit immédiatement de cet « attentat » pour promouvoir Pinar Selek au rang infâmant de terroriste.

Depuis, sur la base de ces charges, Pinar Selek a été jugée à quatre reprises : en 2006, en 2008, en 2011 et finalement en 2014. A chaque fois, la justice turque, peu réputée pour sa mansuétude, l’a acquittée. Pinar Selek ? Innocente, une fois. Innocente, deux fois. Innocente, trois fois et, pour une dernière fois le 19 décembre 2014, innocente. Quatre verdicts d’innocence ! Cela suffirait à n’importe qui, n’importe où.

La Cour suprême de Turquie, elle, n’entend pourtant pas en rester là. Le 21 juin 2022, elle a annulé le dernier acquittement de Pinar Selek. Cela pourrait n’être qu’ubuesque, n’était que, de ce fait, elle se retrouve sous le coup d’une condamnation à la prison à perpétuité et d’un mandat d’arrêt international délivré à son encontre.

Pour un coup d’arrêt à cet acharnement liberticide

Il est plus que temps de porter un coup d’arrêt à cet acharnement liberticide ; les pays européens doivent cesser de regarder ailleurs et la France, pays d’adoption de Pinar Selek, devrait mettre un point d’honneur à peser de tout son poids pour défendre, au-delà de Pinar Selek, les principes qu’elle affiche.

Un proverbe turc affirme : « Mille amis, ce n’est pas trop ; un ennemi, c’est beaucoup. » L’ennemi de Pinar Selek est puissant. Pour l’affronter, elle n’aura pas trop de mille amis. C’est pourquoi nous nous tenons à ses côtés, dans son combat pour la justice, la démocratie, la liberté.

C’est pourquoi nous appelons le gouvernement français à prendre toutes les mesures de protection et de sécurité pour Pinar Selek, citoyenne franco-turque, et à adresser une protestation officielle auprès des autorités turques.

C’est pourquoi nous exigeons des autorités turques qu’elles annulent immédiatement et sans condition la condamnation à perpétuité de Pinar Selek, qu’elles mettent fin au harcèlement judiciaire ininterrompu dont elle est victime.

Premiers signataires : Etienne Balibar, philosophe ; Robert Badinter, ancien Garde des Sceaux ; Patrick Baudouin, président de la LDH (Ligue des droits de l’Homme) ; Gérard Chaliand, écrivain ; Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix ; Annie Ernaux, prix Nobel de littérature ; Ariane Mnouchkine, directrice du Théâtre du soleil, Jean-Claude Samouiller, président d’Amnesty International France ; Leila Shahid, ancienne ambassadrice de la Palestine ;  Françoise Vergès, politologue et féministe antiraciste.

Autres signataires : Gilbert  Achcar, professeur, SOAS ; Florence Alligier, avocate ; Patricia Allio, metteuse en scène, réalisatrice ; Irène Ansari, LFID ; Marie-Elisabeth Ardoin, chanteuse traditionnelle ; Gérard Aschieri, rédacteur en chef Droits & Libertés ; Claudine Avram, co-présidente Roya Citoyenne ; Leïla Bahsaïn, écrivaine ; Katy Barasc, philosophe ; Jeanne Barseghian, maire de Strasbourg ; Léa Basso, orthophoniste ; Viviane Baudry, co-présidente Couserans Palestine ; Jean-François Bayart, professeur ; Mohamed Ben Said, J’y suis j’y vote ; Ingeborg Beugel, journaliste ; Michel Blay, directeur de recherche honoraire CNRS ; Françoise Bloch, socio-anthropologue ; Nohra Boukara, avocat ; Danielle Bousquet, ancienne députée et présidente du HCE ; Michela Bovolenta, Syndicat des services publics (CH) ; Olivier Brachet, ancien juge HCR à la CNDA ; Pascal Brice, ancien directeur général de l’Ofpra ; Claire-Akiko Brisset, enseignante-chercheuse ; Eva Bronnenkant, présidente Solidarité Femmes 25 ; Sophie Bussière, porte-parole EELV ; Claude Calame, EHESS Paris ; Charlotte Cambon, avocat ; Marie-Alix Canu-Bernard, avocat ; Damien Carême, député européen ; Anaïs Carton, réalisatrice ; Orélie Chen Fuchs, artiste ; Nara Cladera, SUD Education ; Dominique Clemang, avocate ; Valérie Clivet, GAF ; Solange Combes, La Ribambelle ; Benjamin Coriat, professeur émérite ; Isabelle Côte Colisson, GAF ; Françoise Cotta, avocat, Défense sans frontières – Avocats solidaires ; Jacques Cotta, journaliste, réalisateur ; Marie-Laure Coulmin, essayiste, traductrice ; Geneviève Couraud, ECVF et ADF ; Sylvain Crépon, maître de conférences en science politique ; Sophie Crozier, médecin hospitalier ; Marina Da Silva, journaliste ; Didier Daenkinckx, romancier ; Mireille Damiano, prix des droits de l’Homme 2020 du CNB ; Cybèle David, Solidaires ; Claire Davignon, professeur ; Denise Desautels, écrivaine ; Denis Desbonnet, journaliste ; Christine Détrez, directrice centre Max Weber ; Claudette Dhelens, professeur ; Catherine Sophie Dimitroulias, présidente Afem ; Antonio Dores, professeur ; Marie Dosé, avocat ; Bernard Dreano, président Cedetim ; Alain Dru, conseiller CGT au Cese ; Jean-Pierre Dubois, président d’honneur LDH ; Nathalie Duclos, AFSP ; Françoise Dumont, présidente d’honneur de la LDH ; Thomas Durand, journaliste ; Marianne Ebel, vice-présidente MMF/Suisse ; Ivan Ebel, artiste, graphiste ; Didier Epsztajn, animateur blog « Entre les lignes entre les mots » ; Julia Erazo, comité international péruvien ; Anne Eydoux, économiste ; Eric Fassin, professeur de sociologie ; Didier Fassin, professeur au Collège de France ; Nina Faure, réalisatrice ; Isabelle Faure Cromarias, avocat ; Sonia Fayman, sociologue ; Laurence Fleury, ingénieure de recherche ; Claire Fougerol, comité de soutien Paris ; Claude Fourcade, médecin ; Laurent Frajerman, sociologue, historien ; Patrice Franceschi, écrivain ; Gabriella Gagliardo, présidente Cisda ; Ursula Gaillard, traductrice littéraire ; Stéphane Gaillard, SOS Asile Vaud (CH) ; Anne Gainet, Solidarité Femmes ; Pierre Galand, sénateur honoraire (Belgique) ; Jean-Jacques Gandini, ancien président Saf ; Antoine Garcia Sanchez, avocat honoraire ; Xavière Gauthier, universitaire, autrice ; Chantal Girard, co-président Cel Marseille ; Hélène Gispert, professeure émérite Université Paris Saclay ; Susy Greuter, Afrika Bulletin ; Nilufer Gros, artiste de théâtre ; Janique Guiramand, SUD Recherche ; Agathe Hamel, conseillère Cese ; Benoît Hamon, ancien ministre ; Jacqueline Heinen, professeure émérite de sociologie ; François Héran, professeur au Collège de France ; Hélène Hernandez, Femmes libres (Radio Libertaire) ; Cédric Herrou, paysan ; Béatrice Hibou, directrice de recherche au CNRS ; Béat Hirsbrunner, professeur émérite Université de Fribourg ; Natalia Hirtz, sociologue ; Maryvonne Holzem, maître de conférences ; Ana Hopfer, artiste ; Sylvestre Huet, journaliste ; Sabina Issehnane, économiste ; Slobodan Ivicevic, artiste peintre ; Corinne Jacquet Garcia, CGT Ain ; Martine Jacquin, Défense sans frontières – Avocats Solidaires ; Christophe Jaffrelot, Association française de Science Politique ; Mohamed Jaite, avocat, AMDH ; Julia Jan, juriste ; Fanny Jedlicki, Ases ; Aurélie Journée-Duez, anthropologue ; François Journet, psychiatre ; Jacqueline Julien, Bagdam Espace lesbien ; Karolina Katsika, groupe Proudhon ; Jean Kehayan, journaliste, essayiste ; Nelly Kehayan, professeur ; Delphine Klopfenstein Broggini, conseillère nationale Les Vert-e-s (CH) ; Bernard Kouchner, ancien ministre ; Eugénie Kuffler, compositrice-interprète ; Smaïn Laacher, sociologue ; Souad Labbize, autrice ; Pascale Laborier, professeure ; Bernard Lahire, sociologue ; Myriam Laïdouni-Denis, conseillère régionale EELV ; Thierry Lamberthod, Amitiés kurdes Lyon ; Louise Lambrichs, écrivain ; Denis Langlois, avocat ; Eric Laugerotte, CGT Ferc Sup ; Michèle Le Doeuff, philosophe ; Kévin Le Détour, SUD Education ; Renée Le Mignot, présidente honoraire Mrap ; Henri Leclerc, président d’honneur de la LDH ; Annalisa Lendaro, chargée de recherches CNRS ; Alice Lenormand, avocate ; Inès Leraud, journaliste ; Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien ; Michael Löwy, directeur de recherches émérite au CNRS ; Yannick Luce, avocate ; Maryam Madjidi, écrivaine ; Maïté Maillet, présidente CNDF 84 ; Georgia Makhlouf, écrivaine, journaliste ; Nelly Martin, MMF/France ; Yves Martin Sisteron, CGT ; Marie-Thérèse Martinelli, MMF Occitanie ; Gustave Massiah, Forum social mondial ; Christian Masson, Mrap 06 ; Henry Masson, président La Cimade ; Antoine Math, chercheur Ires ; Nonna Mayer, directrice de recherche émérite ; Philippe Meirieu, professeur d’université, président Cemea ; Umit Metin, Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (L’Acort) ; Lilia Meunier-Mili, avocate ; Jean-Marie Michel, économiste ; Yorgos Mitralias, journaliste ; Catherine Nave-Bekhti, Sgen-CFDT ; Christine Nedelec, FNE Paris ; Camille Neve, avocate ; Aminata Niakate, porte-parole EELV ; Elisabeth Nicoli, avocate, AFD ; Vladimir Nieddu, People’s Health Movement France ; Rina Nissim, auteure ; Mel Noat, Planning familial ; Jean-Paul Oddos, Les Nuits & les Jours de Querbes ; Fabienne Orsi, économiste ; Danielle Othenin-Girard, psychologue ; Mathieu Oudin, avocat ; Dimitri Paratte, juriste ; Olivier Parriaux, professeur émérite ; Jacques Perreux, président Ami.e.s de la Roya ; Alexandra Picheta, doctorante études de genre ; Gilles Piquois, avocat ; Myriam Plet, Château de Goutelas ; Marie Pochon, députée EELV ; Stéfanie Prezioso, députée (CH) ; Suzel Prio, co-présidente Roya citoyenne ; Juan Prosper, avocat ; Dominique Quiroga, co-présidente Recif ; Elisa Ralle, avocate ; Isabelle Rhégi, présidente AFJD ; Diane Régimbald, Académie des lettres du Québec ; Catherine Renaux-Hemet, avocate ; Sandra Renda, avocate ; Marjolaine Renversez, avocate ; Marie Pilar Ric, Apiaf ; Julie Richard, psychologue ; Riki Van Boeschoten, professeur d’université ; Irinda Riquelme, JRS France ; Anne Rochette, sculpteure ; Anne Roger, Snesup-FSU ; Laurence Rossignol, vice-présidente du Sénat ; Gilles Rotillon, professeur émérite ; Josiane Rouiller, Migration Conseils Valais (CH) ; Constance Rudloff, avocate ; Hélène Saulou, Comité de soutien Hautes- Pyrénées ; François Sauterey, co-président Mrap ; Nicole Scheck, Habitat & Citoyenneté ; Anne-Françoise Schmid, professeur ; Camille Schmoll, professeur ; Patricia Schulz, ex-rapporteure du Cedef ; Véronique Sehier, Planning familial ; Linda Sherwood, Femmes solidaires 26 ; Dominique Sopo, président SOS Racisme ; Anne Souyris, adjointe EELV Paris ; Patricia Staine, Solidarité Femmes ; Mylène Stambouli, avocate ; Flor Tercero, avocate ; Benoît Teste, secrétaire général FSU ; Nicole Thuet, MMF Paca ; Michael Tolley, professeur honoraire ; Maryse Tripier, sociologue de l’immigration ; Aurélie Trouvé, députée ; André Ughetto, écrivain ; Miguel Urban Crespo, député européen ; Sixtine Van Outryve, doctorante en droit ; Nena Venetsanou, autrice-compositrice ; Marie-Christine Vergiat, vice-présidente LDH ; Patrice Vermeren, professeur de philosophie ; Nicolas Viano, éducateur ; Christine Villeneuve, co-directrice Editions des femmes ; Emmanuel Vire, SNJ-CGT ; Michèle Vitrac, présidente ECVF ; Christine Wyss, MMF Suisse ; Edmond Yanekian, président UCFAF ; Jean-Jacques Yvorel, historien ; Valentine Zuber, directrice d’études

Militant.e.s de Convergence 84, lors de l’étape de Chartres, 1984 © José Vieira

La cause immigrée : mobilisations, organisations & militant.e.s, dans la France des années 68 à nos jours

Photo : Militant.e.s de Convergence 84, lors de l’étape de Chartres, 1984 © José Vieira

Camille Gourdeau, chercheure associée à l'Urmis, nous annonce cet appel à collaboration intéressant tou·tes les chercheur·es travaillant sur les questions de migrations en France...

Appel à collaborations

La cause immigrée : mobilisations, organisations et militant.e.s dans la France des années 68 à nos jours (CAUSIMMI).

Le projet CAUSIMMI vise à étudier la cause immigrée, des « années 68 » jusqu’à aujourd’hui, cause englobant l’ensemble des mobilisations aspirant à l’égalité de droits et de traitement en France, entre nationaux et étrangers ou perçus comme tels, dans différents domaines : entrée et droit au séjour ; droit de vote, droit d’association et droits syndicaux ; travail ; logement ; santé ; police et justice ; administration et action publique ; ou encore culture.

CAUSIMMI prend en considération l’ensemble des organisations ayant pris part à ces mobilisations : organisations constituées par des travailleurs et des étudiants étrangers dès les années 1960, que ce soit des comités de lutte centrés sur des thématiques précises ou bien des associations autonomes aux préoccupations plus larges et souvent structurées sur une base nationale, communautaire et politique ; associations de jeunes immigrés créées dans les années 1980 ; groupes de femmes immigrées nés à partir des années 1970 ; associations de solidarité avec les immigrés, qu’elles soient anciennes ou plus récentes ; associations de défense des droits de l’homme ou antiracistes engagées dans la cause immigrée ; collectifs de militant.e.s apparus à partir du début des années 1990 et se définissant à la fois comme des héritiers de l’immigration et des habitants de quartiers populaires ; groupes apparus après 2004 et se reconnaissant dans de nouvelles formes d’identifications collectives et ayant concouru à faire exister des concepts émergents autour des questions de racisation, de décolonialisme, d’intersectionnalité ou d’afroféminisme.

De façon équivalente, CAUSIMMI prend en compte des organisations ne se concentrant pas sur la seule cause immigrée, mais qui ont pu en être actrices à divers degrés. À ce titre, sont donc inclus des militant.e.s appartenant à des partis politiques de gauche, et notamment PS, PC, PSU et Verts ; à des organisations d’extrême gauche, en particulier maoïstes, trotskyste, anarchiste, communistes libertaires, autonomes, ou encore antifascistes ; à des organisations s’inscrivant dans le champ du christianisme social ; ou encore à des syndicats dont l’action en faveur de la cause immigrée a souvent dépassé le domaine du travail.

En recensant ces mobilisations et ces organisations, le projet CAUSIMMI constituera une base de données concernant les militant.e.s de la cause immigrée et produira environ 400 notices biographiques reprenant le modèle du MAITRON (le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social).

Ce projet collectif s’appuie sur les sources laissées par des générations de chercheuses, chercheurs et militant.e.s spécialistes de la cause immigrée. Il ne pourra prendre en compte toute la diversité de cette cause qu’avec l’aide de contributrices et contributeurs s’engageant de façon ponctuelle ou régulière.

L’équipe CAUSIMMI lance donc un appel à collaborations. Celles-ci pourront consister à écrire des notices biographiques ; proposer des listes d’organisations et de militant.e.s de la cause immigrée ; indiquer l’existence d’informations biographiques concernant ces militant.e.s dans tels ou tels travaux ou documents ; ou simplement faire des suggestions.

Si vous souhaitez participer d’une manière ou d’une autre, merci de contacter l’équipe CAUSIMMI.

Conseil scientifique : Emmanuel Bellanger ; Françoise Blum ; Paul Boulland ; Samir Hadj Belgacem ; Vincent Gay ; Camille Gourdeau ; Abdellali Hajjat ; Narguesse Keyhani ; Liêm-Khê Luguern ; Victor Pereira ; Mathilde Pette ; Karim Taharount.

Structures porteuses : Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS) ; Dictionnaire Maitron ; Laboratoire de Changement Social et Politique (LCSP) ; Laboratoire Triangle.

contact.causimmi@gmail.com

Pétition du comité de soutien Université Côte d’Azur

Le Comité de soutien des membres d’Université Côte d’Azur apporte à Pinar Selek, son entière solidarité face à la persécution dont elle est victime et s’engage à défendre à travers elle la liberté académique et l’autonomie des chercheur·es vis-à-vis-à-vis de tout pouvoir.

Récapitulatif sur l’affaire et actions en cours : https://urmis.hypotheses.org/actualites-sur-pinar-selek

Soutenons notre collègue Pinar Selek !

Signons massivement la pétition !

Aux prises avec une procédure judiciaire qui dure depuis 25 ans, notre collègue Pinar Selek, sociologue et enseignante-chercheure à l’Université Côte d’Azur, doit faire face à présent à un arrêt d’annulation de son acquittement prononcé par la Cour suprême de Turquie daté du 21 juin 2022. Cette décision inique rend exécutoire, depuis le 6 janvier 2023, un mandat d’arrêt international à son encontre avec à la clé son emprisonnement immédiat. Elle intervient avant même que les juges de la juridiction d’Istanbul ne se soient prononcés, la première audience étant fixée au 31 mars 2023.

Arrêtée en 1998, alors qu’elle travaillait sur le traitement des minorités en Turquie, Pinar Selek est torturée et emprisonnée pendant plus de deux ans pour avoir refusé de livrer les noms des militants kurdes qu’elle avait interviewés dans le cadre de ses recherches sociologiques. Officiellement, elle est accusée d’avoir commis un attentat sur le marché aux épices d’Istanbul (le 9 juillet 1998, une explosion y fit sept morts et plus de cent blessés). Depuis, à plusieurs reprises, cette accusation a été réduite à néant par plusieurs expertises qui ont montré que l’explosion avait été occasionnée par une fuite de gaz. Pourtant, 25 ans plus tard, notre collègue Pinar Selek est toujours poursuivie pour un crime dont elle a été innocentée à quatre reprises.

Exilée en France depuis fin 2011, notre collègue a soutenu sa thèse de Doctorat à l’Université de Strasbourg qui lui a accordé la protection académique. Elle a ensuite été accueillie à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon où elle a été faite Docteur honoris causa en 2013, puis à l’Université Côte d’Azur qui lui a apporté un soutien constant et créé un poste d’enseignante-chercheure au Département de Sociologie-Démographie en 2022. Elle a obtenu le statut de réfugiée en 2013 et la nationalité française en 2017.

En tant que sociologue, elle mène des recherches sur les migrations à l’URMIS. Elle est également co-responsable de l’Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes.

Engagée en faveur du droit des personnes et des minorités, notre collègue Pinar Selek, sociologue, écrivaine, poursuit ses recherches et affronte cette nouvelle épreuve avec courage et dignité, malgré l’acharnement politico-judiciaire dont elle fait l’objet en Turquie. En condamnant Pinar Selek, c’est aussi à l’indépendance de la recherche et aux libertés académiques que s’attaque le gouvernement turc.

Comme dans de nombreuses autres villes et universités, un Comité de soutien d’Université Côte d’Azur a vu le jour début février pour réclamer justice pour notre collègue Pinar Selek, lui manifester notre entière solidarité face à la persécution dont elle est victime et faire valoir son droit de conduire librement ses recherches.

Soutenir et demander justice pour Pinar Selek aujourd’hui, c’est également défendre les libertés académiques et l’autonomie des chercheur·es vis-à-vis de tout pouvoir politique, ces valeurs essentielles proclamées à nouveau par la Magna Charta Universitatum, signée par 960 universités de 94 pays en 2020.  

En ce début du mois de février 2023, par la voix de son Président, l’Université Côte d’Azur a très clairement renouvelé son soutien à notre collègue Pinar Selek et à son travail. Membres d’Université Côte d’Azur, défendons haut et fort notre collègue Pinar Selek :

Signons massivement cette pétition que nous diffuserons dans les médias !

Rejoignons-nous sans tarder dans le comité de soutien à Pinar Selek !

Je signe la pétition de soutien à Pinar Selek.

Je rejoins le comité de soutien à Pinar Selek des membres d’Université Côte d’Azur.

Contact : soutien-pinar-selek@urmis.fr