Archives mensuelles : avril 2023

cabaret migratoire

Le cabaret migratoire : un cabaret d’exception

Vous pouvez écouter sur le média ligne16.net l'enregistrement du "cabaret migratoire" organisé à Nice le mercredi 12 avril 2023 dans le cadre du Printemps des migrations… Avec les interventions notamment de Swanie Potot, Marie Lesclingand et Yvan Gastaut, membres de l'Urmis et de l'Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes…

http://www.ligne16.net/le-cabaret-migratoire-un-cabaret-dexception le 25/04/2023

Mercredi 12 avril, après l’émission publique de Ligne16, a eu lieu le Cabaret migratoire, animé et organisé par Aurélie Selvi, citoyenne engagée et co-auteure du livre « Les sentinelles » avec Térésa Maffeis. Aurélie a proposé un cabaret d’exception dans la salle d’accueil de l’Entre-Pont, qui nous a pertinemment informé sur la situation des exilé(e)s à la frontière. Se sont enchaînés des entretiens avec des membres d’organisations expertes telles que l’URMIS*, l’Observatoire des migrations, Amnesty International et des performances d’artistes, des chansons engagés ainsi que la lecture de textes et témoignages, issus du livre “Le manège des frontières” et du livre Les Sentinelles – Chroniques de la fraternité à Vintimille, exprimés par la comédienne Sophie De Montgolfier accompagnée du duo Dada Rose. Les photos Europe, ouvre-toi ! de Guy Ouillon, sur le grand écran derrière, ont accompagné visuellement le cabaret ; et les dessins “Après la mer”, originaux de Marie Khaldi de solidaires « croqués » pour l’ouvrage « Les Sentinelles », ont été exposés pour la première fois.

Pour réécouter l’ensemble :

Au programme et dans l’ordre, vous pouvez entendre :

  • Introduction avec l’écoute des avis recueillis par les jeunes de Ligne16 à la question « Pour vous, que signifie le mot migration ? » [de 2m28s à 9m16s]
  • Swanie Potot, directrice de l’URMIS [10m24s à 16m]
  • Paolo Lizzardo, artiste italien engagé [16m à 21m54s]
  • Yvan Gastaut, historien et spécialiste des migrations dans les Alpes-Maritimes [21m56 à 30m14s]
  • Philippe Cara, artiste engagé, accompagné de Nicolas Saibène [30m14 à 36m09s]
  • Sophie De Montgolfier, comédienne avec Dada Rose, musiciens [36m09s à 40m32]
  • Marie Lesclingand, de l’Observatoire des migrations et de l’URMIS [40m32s à 50m05s]
  • Paolo Lizzardo [50m42s à 58m37s]
  • Philippe Cara et Nicolas Saibène [1h00m38s à 1h09m32s]
  • Sophie De Montgolfier avec Dada Rose [1h09m42s à 1h14m14s]
  • Christine Poupon d’Amnesty International [1h14m14s à 1h25m56s]
  • Sophie De Montgolfier avec Dada Rose [1h27m12s à 1h31m46s]
  • Fané, jeune malien qui vient témoigner de son parcours de migration [1h31m46s à 1h38m54s]
  • Philippe Cara et Nicolas Saibène [1h38m54s à 1h46m]
  • Sophie De Montgolfier avec Dada Rose [1h47m23s à 1h57m49s]
  • Roland qui nous lit deux poèmes [1h58m30s à 2h03m30]

*URMIS : Unité de Recherches Migrations et Société

Ce cabaret a été organisé dans le cadre du Printemps des migrations (festival du 1er au 30 avril 2023 dans différents lieux à Nice).

T.C.
Merci à Fredo et Philippe du Hublot pour toute la technique son et lumière.
Photos : Guy Ouillon.

Interview Pinar Selek

En Turquie, le procès sans fin de la sociologue Pinar Selek renvoyé au 29 septembre

Un article de France 24 avec une intervention (vidéo ci-dessous) de Pinar Selek présentant les enjeux du "procès" du 31 mars 2023 à Istanbul

https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20230331-pinar-selek-cible-d-une-traque-judiciaire-en-turquie-nous-luttons-de-fa%C3%A7on-tr%C3%A8s-d%C3%A9termin%C3%A9e

Publié le : 31/03/2023 – 16:28 Modifié le : 31/03/2023 – 18:47

Réfugiée en France depuis quinze ans, la sociologue turque et défenseure des droits humains et des minorités Pinar Selek était rejugée à Istanbul par contumace, vendredi. Mais après trois heures d’audience, son procès a été renvoyé au 29 septembre. Accusée d’avoir commis un attentat, il s’agit d’un énième épisode d’une procédure judiciaire qui dure depuis 25 ans.

La saga judiciaire dure depuis un quart de siècle. La justice turque, qui s’acharne à vouloir rejuger la sociologue et écrivaine Pinar Selek, réfugiée en France depuis quinze ans et quatre fois acquittée a, vendredi 31 mars, renvoyé son procès au 29 septembre et réclamé son extradition.

“Nous avons demandé son extradition aux autorités françaises, c’est à elles de la faire respecter”, a déclaré le juge du tribunal d’Istanbul au terme de trois heures d’audience, en l’absence de l’intéressée mais devant un prétoire comble, où l’important comité de soutien à la chercheuse avait pris place.

D’ici au 29 septembre, les élections présidentielle et législatives prévues le 14 mai risquent néanmoins de voir une nouvelle équipe portée au pouvoir en Turquie.

Un procès au “caractère politique”

Depuis 15 ans, l’infatigable militante féministe et défenseure des droits humains et des minorités est réfugiée en France pour échapper à l’insistance judiciaire qui la cible dans son pays.

Pinar Selek, qui suivait l’audience depuis le siège de la Ligue des droits de l’Homme à Paris, a de nouveau dénoncé par visioconférence “le caractère politique” de ce procès. “Cette décision (du tribunal) met la responsabilité sur les épaules de la France et de l’Europe en demandant mon extradition. L’acharnement continue, la France et d’autres pays européens doivent prendre une position très ferme sans attendre que les choses s’aggravent” a-t-elle ajouté. Pinar Selek a par ailleurs demandé à Paris “d’affirmer une position nette et ferme dans cette affaire”.

La chercheuse de 51 ans, arrêtée en 1998 pour ses travaux sur la communauté kurde, a été ensuite accusée de liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK, considéré comme organisation terroriste par Ankara et ses alliés occidentaux) puis d’avoir participé à un “attentat” – en réalité une explosion accidentelle qui avait fait sept morts en 1998 sur le marché aux épices d’Istanbul.

Son père, avocat âgé de 93 ans, et sa sœur Seyda Selek, devenue avocate pour la défendre, étaient présents sur les bancs de la défense au côté d’avocats venus de France, de Paris et de Marseille.

“Traque judiciaire”

“Nous pensons que l’acquittement déjà prononcé à quatre reprises par le passé le sera de nouveau”, assène tout d’abord Me Akin Atalay notant qu’une “telle affaire est exceptionnelle dans une carrière”.

Mais le procureur n’en démord pas et demande au tribunal de respecter la décision de la Cour suprême qui avait annulé le quatrième acquittement prononcé en 2014.

“Nous souhaitons vivement que ce parcours judiciaire, cette traque judiciaire depuis 25 ans, un quart de siècle, cesse… On n’est pas quatre fois déclaré innocent par hasard, Pinar Selek a été par quatre fois déclarée innocente. Il faut aujourd’hui que tout cela cesse”, a plaidé l’avocate française, Francoise Cotta.

Une centaine de personnes venues de France, Suisse, Belgique, Allemagne, Italie, Norvège – parlementaires, élus, avocats, représentants d’organisations de défense des droits humains, universitaires – ont fait le voyage d’Istanbul en soutien à l’universitaire et romancière.

“Acharnement politico-judiciaire”

“Ce procès, qui a commencé avant (l’arrivée au pouvoir de Recep Tayyip) Erdogan et dure depuis 25 ans, montre à la fois la continuité du régime répressif et les nouveaux dispositifs de ce régime”, avait estimé Pinar Selek dans un récent entretien à l’AFP à Nice, dans le sud de la France, où elle enseigne la sociologie depuis 2016.

Après deux ans et demi de prison, maintes fois condamnée et quatre fois acquittée – en 2006, 2008, 2011 et 2014 – Pinar Selek ne s’attendait pas à ce que son cas revienne une fois de plus devant la justice. Mais en juin l’année dernière, la Cour suprême a annulé la totalité des acquittements, puis un nouveau mandat d’arrêt international a été lancé en janvier, assorti d’un mandat d’emprisonnement immédiat.

“Cet acharnement politico-judiciaire du pouvoir turc, qui dure depuis 25 ans, s’inscrit dans un contexte de répression inouïe visant toutes les personnes qui défendent la démocratie et l’État de droit” a affirmé Amnesty International dans un communiqué de soutien à Pinar Selek.

“Si ce procès dure depuis 25 ans, c’est grâce à notre lutte forte” pour la justice, expliquait Pinar Selek dans un entretien accordé à France 24, quelques minutes après l’ouverture de l’audience vendredi. La sociologue poursuivait alors : “Nous luttons vraiment de façon très déterminée”.

Avec AFP

Emission ligne 16

Émission publique sur l’accueil des étudiants étrangers

Compte rendu par le média ligne16.net de la table-ronde / émission radio sur l'accueil des étudiant·es étranger·es puis du "cabaret migratoire" organisés à Nice le mercredi 12 avril 2023 dans le cadre du Printemps des migrations… Avec la participation notamment de Laura Schuft, Géraldine Bozec, Yvan Gastaut, Marie Lesclingand et Swanie Potot, membres de l'Urmis.

http://www.ligne16.net/emission-publique-sur-laccueil-des-etudiants-etrangers/

Mercredi 12 avril a eu lieu à 18 heures l’émission radio publique des jeunes de Ligne16* dans le cadre du Printemps des Migrations à l’Entre-Pont à Nice. Avec comme invités, les chercheuses Laura Schuft et Géraldine Bozec du Laboratoire URMIS* et Joël Mathieu de RESF*, cette émission a permis de mieux comprendre la situation des étudiants étrangers arrivant à l’Université de Nice, les discriminations dont ils font l’objet, et plus particulièrement ceux qui sont issus de pays non européens. L’absence d’accueil humain, la barrière de la langue et la bureaucratie française, font que certains se découragent et abandonnent leur cursus.

Des solutions ont été évoquées comme celle de créer un “kit de survie” avec toutes les informations utiles pour mieux se repérer, le parrainage qui existe dans d’autres universités où un étudiant plus avancé peut accompagner un étudiant étranger et favoriser donc son inclusion.

Concernant les classes UPE2A créées dans certains collèges et lycées, “il en faudrait beaucoup plus“, exprime Joël de RESF.

Cette émission s’est poursuivie par un magnifique “Cabaret Migratoire orchestré par Aurélie Selvi qui a co-écrit le livre “Les Sentinelles“. Un programme riche avec Philippe Cara, Paolo Lizzandro, des musiciens engagés, Sophie de Montgolfier comédienne accompagnée de Dada Rose, Yvan Gastaut historien et spécialiste de la migration, Marie Lesclingand et Swanie Potot de l’Observatoire des migrations, Christine Poupon d’Amnesty Internationale ainsi que des exilés qui ont aujourd’hui sont plus en place en France. Ils sont venus exprimer leur parcours. Pour le final, Tram’baleti nous a fait danser au son de l’accordéon, de la vielle à roue, des percussions, de la guitare et du chant. Quelques 200 personnes ont pu ainsi échanger sur le sujet et profiter aussi de l’exposition des portraits dessinés par Marie Khaldi.

*URMIS : Unité de Recherches Migrations et Société
*RESF : Réseau Éducation Sans Frontière


Photos :

emission-ligne16-migrations-12avril2023_33

emission-ligne16-migrations-12avril2023_33

emission-ligne16-migrations-12avril2023_32

emission-ligne16-migrations-12avril2023_32

emission-ligne16-migrations-12avril2023_31

emission-ligne16-migrations-12avril2023_31

emission-ligne16-migrations-12avril2023_30

emission-ligne16-migrations-12avril2023_30

emission-ligne16-migrations-12avril2023_29

emission-ligne16-migrations-12avril2023_29

emission-ligne16-migrations-12avril2023_28

emission-ligne16-migrations-12avril2023_28

emission-ligne16-migrations-12avril2023_27

emission-ligne16-migrations-12avril2023_27

emission-ligne16-migrations-12avril2023_26

emission-ligne16-migrations-12avril2023_26

emission-ligne16-migrations-12avril2023_24

emission-ligne16-migrations-12avril2023_24

emission-ligne16-migrations-12avril2023_22

emission-ligne16-migrations-12avril2023_22

emission-ligne16-migrations-12avril2023_21

emission-ligne16-migrations-12avril2023_21

emission-ligne16-migrations-12avril2023_20

emission-ligne16-migrations-12avril2023_20

emission-ligne16-migrations-12avril2023_19

emission-ligne16-migrations-12avril2023_19

emission-ligne16-migrations-12avril2023_18

emission-ligne16-migrations-12avril2023_18

emission-ligne16-migrations-12avril2023_16

emission-ligne16-migrations-12avril2023_16

emission-ligne16-migrations-12avril2023_15

emission-ligne16-migrations-12avril2023_15

emission-ligne16-migrations-12avril2023_14

emission-ligne16-migrations-12avril2023_14

emission-ligne16-migrations-12avril2023_13

emission-ligne16-migrations-12avril2023_13

emission-ligne16-migrations-12avril2023_11

emission-ligne16-migrations-12avril2023_11

emission-ligne16-migrations-12avril2023_08

emission-ligne16-migrations-12avril2023_08

dig

dig

emission-ligne16-migrations-12avril2023_06

emission-ligne16-migrations-12avril2023_06

emission-ligne16-migrations-12avril2023_05

emission-ligne16-migrations-12avril2023_05

emission-ligne16-migrations-12avril2023_02

emission-ligne16-migrations-12avril2023_02


Avec *Amine (présentateur), Nada, Ela, Mohamed et Brahim (chroniqueurs-ses),
Ayoub (photographe) et Rayana (assistante micro),
Tania (coordinatrice de Ligne16), Fredo (sons) et Philippe (lumières).

Lien vers l’article original sur ligne16.net : http://www.ligne16.net/emission-publique-sur-laccueil-des-etudiants-etrangers/

Les voix de Sabra à Beyrouth

Dans l'émission "Écouter le monde" sur RFI, réalisée par Monica Fantini, le 17/09/2018, diffusion à partir du travail de Nicolas Puig, chercheur à l'Urmis, d’une pastille sonore construite à partir des enregistrements du marché de Sabra dans le cadre d’une enquête sur les interactions entre établis arabes et migrants d’Asie et du Bangladesh. Durée : 02:29.

https://www.rfi.fr/fr/emission/20180915-voix-sabra-beyrouth

Au marché de Sabra, à côté des établis libanais, palestiniens et syriens, passent, s’installent et travaillent les migrants d’Éthiopie, du Sri Lanka, des Philippines et du Bangladesh. De nouvelles langues et de nouvelles voix se greffent dans un espace déjà saturé. Au marché de Sabra, les langues s’imposent par bribes. Sabra c’est Babel. 

Le marché de Sabra, au Liban. Hoda Kassatly, 2013

Cet épisode a été réalisé avec Nicolas Puig, anthropologue à l’Institut de recherche pour le développement, unité de recherche migrations et société.

Pour aller plus loin :

– Le marché de Sabra à Beyrouth par l’image et le son. Retour sur une enquête intensive
– SabraSonore

Pinar Selek, France Inter

France Inter : entretien avec Pinar Selek

A écouter sur France Inter, émission L’invité de 9h10, le 28 mars 2023, Pinar Selek, une sociologue traquée par la justice turque.

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-invite-de-9h10/le-7-9h30-l-interview-de-9h10-du-mardi-28-mars-2023-3285633

La sociologue et auteure turque Pinar Selek est accusée d’avoir commis un attentat il y a 25 ans à Istanbul. Depuis, elle clame son innocence. Son cinquième et dernier procès doit avoir lieu ce vendredi. Pinar Selek est l’invitée de 9h10.

Avec Pinar Selek sociologue et politologue à l’Université Nice Sophia Antipolis

Pinar Selek est turque. Elle enseigne la sociologie et les sciences politiques à l’université de Nice. Elle est réfugiée en France, sous le coup d’un mandat d’arrêt international. Vendredi, aura lieu à Istanbul son 5e procès. Victime d’un acharnement judiciaire sans précédent en Turquie. Rencontre avec une femme qui a fraternisé avec les prostituées, les Kurdes, les enfants des rues et les poètes.

Son histoire et ses combats

Pinar Selek raconte au micro de Sonia Devillers ce qui lui est arrivé en 1998 : “Je suis chercheuse, et à l’époque, je faisais une recherche, une enquête sociologique sur le mouvement kurde et j’ai été arrêtée pour cette raison-là. On m’a demandé les noms de mes interlocutrices et interlocuteurs, et j’ai résisté. À l’époque, il y avait des disquettes, ils ont confisqué toutes les disquettes. Si je donnais les noms, je pouvais partir. J’ai dit non. Et à cause de cette résistance, j’ai été torturée, ce qui m’a empêchée de bouger pendant des mois.”

Deux mois après, ils l’ont accusée d’avoir perpétré un attentat. C’est un dossier judiciaire monté de toute pièces. Elle est sans cesse condamnée et acquittée. Elle a dû fuir le pays. Elle explique en quoi son cas est emblématique : “Mon procès montre la continuité du régime répressif parce que ça a commencé avant ce gouvernement. Avant Erdogan. Je parlais du génocide des Arméniens, de toutes les répressions contre les Kurdes, contre les Grecs, contre d’autres personnes et j’essayais de comprendre la lutte des Kurdes.

Elle a été se frotter à toutes les marges de la société turque, à toutes les minorités de la société turque, à tous les brimés de la société turque. Elle a aussi écrit des contes pour enfants, car elle a travaillé auprès des enfants des rues en Turquie. Elle a aussi fraternisé avec des prostituées, qu’elle a aidées. Elle s’est même demandée si ce n’était pas la raison de son arrestation au départ.

Beaucoup de combats et beaucoup de soutiens

Pinar Selek va être jugée vendredi à Istanbul, mais ne va pas s’y rendre. Beaucoup de gens vont y aller à sa place, des universitaires en pagaille, des étudiants, ses maisons d’édition, des élus de Paris, de Marseille, etc.

Son père, qui a 93 ans et qui est avocat, continue de défendre sa fille. Sa sœur a également quitté son travail pour devenir avocate et la défendre.

Autour d’elle, il y a des convergences importantes. Elle est aussi soutenue par des militantes et militants féministes, écologistes, antimilitaristes. Pinar Selek s’associe à la militante féministe noir américaine Bell Hooks pour dire : “Dans le mouvement des femmes, nous n’avons pas de priorités parce qu’il y a différentes personnes, il y a des Noirs, il y a des pauvres, etc. Elle disait que tous les problèmes, il ne faut pas les hiérarchiser.

Féminisme

Concernant la déchirure liée à l’exil, elle ne se dit plus vraiment concernée, de par son parcours et ses convictions : “J’avais de la chance parce que j’étais féministe. J’ai grandi et je me suis construite dans le mouvement féministe en Turquie. J’étais très antimilitariste parce que c’est un féminisme très antimilitariste et qui ne croit pas aux frontières. Donc moi, je ne croyais pas aux frontières parce que j’étais aussi très proche des Kurdes, des Arméniens, et je savais que ces frontières ont fait couler beaucoup de sang. Donc cette histoire, cette connaissance m’a permis aussi de ne pas me sentir loin de mon pays.”

À lire aussi : Une femme est victime de féminicide chaque jour en Turquie

À Nice, elle a rassemblé des milliers de personnes pour soutenir un événement qui s’intitule ‘Toutes aux frontières’ pour dénoncer les violences dont sont victimes les femmes migrantes. Elle explique : “pour nous, c’était très important parce que les femmes exilées et surtout sans-papiers sont les plus invisibles de l’Europe. Elles sont très très nombreuses et elles endossent, comme les autres sans-papiers, beaucoup de travaux de services. Je peux même vous dire que l’économie européenne respire grâce à ces personnes. Les fragilités administratives les rendent plus dociles au niveau économique. Donc nous avons voulu faire une action.”

À lire aussi : Accusée de terrorisme, une chercheuse turque a trouvé refuge en France

Le Costa Rica, au cœur des migrations sur le continent américain

Un entretien mené par Elisabeth Cunin, anthropologue, IRD-Urmis, avec Carlos Sandoval et Guillermo Navarro Alvarado, Universidad de Costa Rica. Article original publié dans The Conversation le 3 avril 2023.

Ce 3 novembre 2022, comme tous les jours, Ronaldo, jeune adolescent, est posté en compagnie de sa mère à un carrefour non loin du centre de San José, la capitale du Costa Rica. Une pancarte de fortune autour du cou les identifie comme Vénézuéliens. Ils vendent des bonbons pour gagner de quoi manger. Pour arriver ici, ils viennent de traverser, à pied et en bus, la Colombie, le Panama (via le Tapón del Darién, une jungle auparavant aux mains des narcotrafiquants et désormais entre celles des passeurs) et une partie du Costa Rica.

Les images de migrants vénézuéliens mendiant à tous les coins de rue du centre de San José ou dormant dans des campements de fortune ont fait le tour des médias nationaux. On trouve parmi eux des familles entières, mais aussi beaucoup de femmes seules avec des enfants. Fuyant un pays en situation de crise profonde, dénués de ressources, sans idée claire sur la suite de leur parcours, ils espèrent rejoindre les États-Unis. Mais le 12 octobre 2022, le gouvernement Biden, au nom d’un programme d’immigration humanitaire temporaire, a de fait durci sa politique migratoire. Résultat : les migrants vénézuéliens de San José sont coincés au Costa Rica, créant une situation inédite de « crise migratoire » subite dans ce petit pays de 5 millions d’habitants.

Selon le Service national des migrations du Panama, 133 726 personnes ont été enregistrées comme transitant par le Panama en 2021, pour 248 284 en 2022. Le plus probable est qu’elles ont ensuite passé la frontière avec le Costa Rica, mais ce pays n’est pas en mesure, aujourd’hui, de produire ses propres données, signe de son impréparation face à l’ampleur des flux migratoires actuels. Ces chiffres augmentent fortement depuis le début de l’année 2023. Ces migrants venaient très majoritairement du Venezuela en 2022, de Haïti et de Cuba en 2021. Mais on compte aussi de plus en plus de migrants d’Afrique ou d’Asie.

Cliquer pour agrandir

Le 30 novembre 2022, le président du Costa Rica, le populiste Rodrigo Chaves, modifie les conditions d’obtention de l’asile dans son pays en adoptant deux décrets qui créent une catégorie migratoire spéciale pour les migrants du Venezuela, du Nicaragua et de Cuba. Le ton est donné : face aux plus de 220 000 demandes d’asile reçues depuis 2018, le gouvernement conditionne l’accueil de ces migrants au soutien financier international et met en cause la légitimité de leurs demandes d’asile politique. Ces mesures sont un tournant. Jusqu’ici, le Costa Rica se positionnait comme un pays d’accueil pour les migrants. L’adoption des décrets est un tel choc que la Cour constitutionnelle a invalidé, le 14 février 2023, celui concernant l’asile.

Comment le Costa Rica est-il devenu l’un des centres du phénomène migratoire sur le continent américain, et comment expliquer l’évolution de ses politiques dans ce domaine ? Les travaux de deux chercheurs de l’Universidad du Costa Rica, Carlos Sandoval et Guillermo Navarro, permettent de mieux comprendre les tendances actuelles et de les replacer dans un contexte socio-historique plus large.

Du Nicaragua vers le Costa Rica : une migration ancienne, précaire et indispensable

8 % de la population du Costa Rica est originaire du Nicaragua voisin – un chiffre qui rappelle l’importance des migrations Sud-Sud. La vague migratoire actuelle en provenance du Venezuela, très médiatisée et politisée, n’efface pas cette migration structurelle plus ancienne, précaire et invisibilisée.

Les migrants nicaraguayens occupent en effet principalement des postes de travailleurs agricoles, d’agents de sécurité, d’ouvriers de la construction et d’employées domestiques. L’agriculture intensive (ananas, café, canne à sucre) a fortement recours à cette main-d’œuvre bon marché. Le modèle économique costaricien ne correspond pas toujours à la carte postale envoyée au niveau international (écotourisme, énergies renouvelables, reforestation) et s’appuie également sur des pratiques destructrices de l’environnement et des sociétés (voir les travaux de Rodríguez Echavarría et Prunier sur l’ananas, dont le Costa Rica est le premier producteur mondial).

Aujourd’hui, la dictature du couple Ortega-Murillo au Nicaragua conduit à des départs de plus en plus nombreux, bien souvent pour demander le statut de réfugié politique.

La loi sur la migration adoptée en 2009 met en avant l’hospitalité, l’intégration et le respect des droits humains. Néanmoins, le diable se cache dans les détails : « En termes de procédure, les exigences et les coûts de la régularisation sont très élevés et laissent de nombreuses personnes sur le carreau. Le problème n’est pas que la loi n’est pas appliquée, mais qu’elle est inaccessible », explique Carlos Sandoval, qui souligne que, au-delà d’un texte très généreux, le coût et la complexité de la procédure violent les droits fondamentaux des personnes concernées. Un grand nombre des migrants nicaraguayens vivent ainsi sans le statut de résident auquel ils pourraient avoir accès.

Le statut des Nicaraguayens au Costa Rica renvoie à l’idée bien ancrée dans le pays d’un exceptionnalisme costaricien : la stabilité politique, l’état social de droit, le pacifisme seraient liés à l’homogénéité ethnique et même à la « blancheur » de la population, au cœur du récit national sur une population d’origine européenne. Il est dès lors difficile de penser un « autre de l’intérieur », qu’il soit nicaraguayen, indien ou afrodescendant. L’altérité minimale (même langue, même religion, même histoire) des Nicaraguayens n’en est que plus menaçante. Surtout, la fermeture des frontières liée à l’épidémie de Covid a alimenté le rejet de l’autre, vu comme responsable de la circulation du virus.

L’autre trait marquant la migration nicaraguayenne est son invisibilité. Carlos Sandoval rappelle que près de 20 % des nouveau-nés au Costa Rica aujourd’hui ont un père ou une mère originaire du Nicaragua. Cette deuxième génération et les couples mixtes sont absents des récits sur l’identité nationale, de la littérature, des espaces interculturels et des mémoires familiales. L’instabilité migratoire et la xénophobie ordinaire font ainsi de l’origine nicaraguayenne un « secret de famille bien gardé. Cette expérience binationale se vit mais ne se raconte pas ».

Migrations planétaires et adaptation des politiques migratoires

Les migrations actuelles modifient radicalement la situation : nombreuses, multiples, souvent très visibles, il s’agit essentiellement de migrations de transit.

Guillermo Navarro fait remonter le début de ces nouvelles migrations aux années 2000. Ce flux migratoire continu devient subitement visible en 2015, lorsque le Nicaragua, pays de passage vers les États-Unis, ferme sa frontière avec le Costa Rica. Des milliers de migrants se retrouvent alors bloqués au Costa Rica. La petite ville de La Cruz, dans le nord du pays, devient malgré elle le lieu d’arrivée et d’immobilisation forcée de migrants cubains, tout d’abord, puis africains et haïtiens.

Peinture murale réalisée par des migrants cubains en remerciement de leur accueil à La Cruz, au Costa Rica. Élisabeth Cunin, Author provided (no reuse)

Si la migration cubaine a laissé le souvenir d’une solidarité culturelle et politique, les migrations africaine et haïtienne qui lui succèdent ont provoqué des situations de tension, de peur, de rejet, face à des populations à la fois différentes (religion, langue, pratiques alimentaires) et inconnues, faisant l’objet de stigmatisation raciale.

Le gouvernement du Costa Rica met alors en place des centres d’accueil. La question migratoire devient un problème public et l’État adapte ses politiques en créant un permis de transit temporaire pour traverser rapidement le Costa Rica. « Cela a conduit l’État à se mobiliser, précisément en mettant en avant le récit de la crise migratoire. Entre 40 et 44 abris ont été ouverts, gérés par les communautés, les gouvernements locaux et le gouvernement central », selon Guillermo Navarro.

Centro de Atención Temporal a Migrantes (CATEM), La Cruz, 29 septembre 2016. Dirección General de Migración y Extranjería Costa Rica

Ces nouvelles trajectoires migratoires sont longues et complexes. Les Cubains commencent leur voyage en prenant l’avion jusqu’au Nicaragua, qui les accueille sans visa. Les Haïtiens ont souvent passé des années dans le cône Sud (notamment le Brésil de Lula et l’Équateur de Rafael Correa) avant de reprendre la route vers l’Amérique du Nord, suite au ralentissement des économies nationales ou au renforcement des contraintes migratoires. Les Africains cherchent à traverser en bus au plus vite le Costa Rica. Ces nouvelles migrations touchent maintenant pratiquement tous les pays d’Afrique, mais aussi la Syrie, le Népal, l’Afghanistan, le Bangladesh, etc., sans que l’on connaisse précisément les motivations de ces migrants (crises économiques et politiques, fermetures de frontières, migrations par étapes, etc.) et leurs routes migratoires qui les emmènent en Amérique latine pour une destination finale qui reste les États-Unis.

Avec le Covid, les frontières du Costa Rica se ferment en avril 2020 et le gouvernement démantèle le système de soutien aux migrants qu’il avait mis en place. Les flux ne s’arrêtent pas mais deviennent clandestins. Lorsque les frontières s’ouvrent à nouveau et que les migrations reprennent plus fortement, le Costa Rica n’a plus d’outils et d’infrastructures.

Les hésitations du gouvernement Chaves et son discours répressif, mais aussi la politique erratique du Nicaragua, favorisent le développement de réseaux de passeurs, le racket des migrants et la stigmatisation de la migration. Un nouveau système de contrôle est progressivement instauré, qui passe par la construction de centres d’accueil pérennes, dont Guillermo Navarro souligne l’influence internationale (formation des fonctionnaires de migration, circulation des idées et des personnes) et la contribution financière des États-Unis et de l’UE. Les agences spécialisées (OIM, HCR) et les bailleurs de fonds internationaux (Banque interaméricaine de développement) sont désormais bien présents.

« Le Costa Rica est actuellement un laboratoire en train d’expérimenter le contrôle et le soutien humanitaire. L’Amérique centrale entre dans le système mondial migratoire, non seulement pour expulser et recevoir les migrants, mais aussi gérer la migration », constate Navarro.

18 février 2023. Ronaldo et sa mère ont réussi à économiser suffisamment d’argent pour payer le bus jusqu’au Panama puis l’avion vers le Venezuela. Retour à la case départ, où les attend la même situation de pauvreté extrême, même s’ils ne seront plus désormais des migrants illégaux contraints à la mendicité…

Autrice de l’entretien :

Élisabeth Cunin, Anthropologue, directrice de recherche à l’Unité de Recherche Migrations Et Société (URMIS), chercheuse associée à l’Université du Costa Rica, Institut de recherche pour le développement (IRD)

Interviewés :

Carlos Sandoval, Centro de Investigacion en Comunicacion, Universidad de Costa Rica

Guillermo Navarro Alvarado, Instituto de Investigaciones Sociales, Universidad de Costa Rica

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Rassemblement pacifique le 31 mars 2023, devant le tribunal d'Istanbul, cerné par 2 cordons de policiers surarmés...

Inquiétude mais aussi espoir après l’audience du 31 mars à Istanbul – Le combat continue !

Communiqué de la Coordination des collectifs de solidarité avec Pinar Selek
Le 31 mars 2023

A l’audience du 31 mars 2023, la 15ème chambre de la Cour d’assises d’Istanbul a décidé de reporter les débats au 29 septembre et confirmé le mandat d’arrêt émis contre Pinar Selek.

Pinar Selek a été acquittée à quatre reprises dans la même affaire. La Cour d’assises n’a pas remis en cause ces acquittements, mais Pinar Selek est toujours menacée d’une peine de prison à perpétuité. Pinar Selek est la victime d’un acharnement sans précédent dans l’histoire judiciaire de la Turquie, dans le cadre d’un procès politique qui dure depuis un quart de siècle.

La Coordination des collectifs de solidarité avec Pinar Selek dénonce les intimidations d’une présence policière disproportionnée qui a nassé la délégation et empêché la tenue de la conférence de presse. C’est la reconnaissance de notre force et l’aveu de leur faiblesse.

La Coordination, forte de la participation de nombreuses élues, demande au gouvernement français de faire savoir publiquement son soutien plein et entier à la sociologue, son refus de l’extrader et son engagement effectif à assurer sa protection. Elle réitère au président de la République sa demande d’intervention auprès des autorités turques, dont l’obstination conduit à un déni de justice, pour Pinar Selek et toutes les autres victimes de cette affaire. Elle demande à la France de se coordonner avec les pays européens pour refuser l’application du mandat d’arrêt international et de permettre ainsi la libre circulation de Pinar Selek.

Sa famille, ses nombreux avocat·es, la centaine de représentant·es de la délégation, ses ami·es et soutiens de Turquie, l’ACORT et la LDH et toutes celles et tous ceux qui partagent ses espoirs, continuent la lutte.

Nous ne lâcherons rien. Nous savons que la vérité finira par l’emporter. Nous prenons l’engagement de continuer activement notre lutte pour le droit et la justice.
Nous serons toujours avec Pinar Selek, et contre toutes les dominations !

La délégation internationale et la Coordination des collectifs de solidarité avec Pinar Selek