Archives mensuelles : juillet 2023

Deux photographies de Julie Chauvet à l’exposition du congrès de l’Association française de sociologie

A l’occasion de son 10e congrès, à Lyon en juillet 2023, l’Association française de sociologie (AFS) organisait une exposition de photos sur le thème général du congrès : Intersections, circulations. L’objectif de cette exposition [était] de mettre en valeur des photographies réalisées par des sociologues sur leur terrain traitant les individus, les idées, les savoirs, les biens ou encore les virus qui circulent et/ou sont à l’intersection de plusieurs espaces et rapports sociaux.

L’AFS souhait ainsi donner à voir « en images » – « avec des images », les manières dont les circulations et les intersections travaillent, se caractérisent et peuvent s’identifier. Cette exposition est l’occasion de croiser photographie et sociologie autour de terrain d’enquêtes variés et dévoiler les façons dont les multiples circulations et intersections se font et se défont.

Julie Chauvet, doctorante à l’Urmis, travaille sur les trajectoires des jeunes migrant·es, sur leurs modes de prise en charge, leur accès à l’autonomie, les enjeux de la majorité et leur insertion sociale.

Deux de ses photos, prises avec un sténopé1 ont été retenues pour l’exposition…

Les voici avec l’explication de la démarche.

(Cliquer pour voir en plein écran)


Julie Chauvet, Capter le passage, France Alpes Maritimes, 2023.
Comment capter les passages dans un lieu, sans être intrusif.ve avec un appareil photo ? Ce cliché est le résultat d’un sténopé resté pendant deux heures sur une armoire. L’idée de cette photographie est de voir l’immobile : le bureau c’est-à-dire le sol, le plafond, les murs, les fenêtres, la décoration. Et de percevoir le mouvement par les chaises qui ont différentes positions ou encore par les silhouettes sombres dans le fond de l’image. En d’autres termes, illustrer le passage en préservant l’anonymat des enquêté.es aussi bien les jeunes pris en charge par l’institution que les éducateur.rices.


Julie Chauvet, Continuité, France Alpes Maritimes, 2023.
Ce tirage est un sténopé doublement exposé dans deux espaces distincts : un espace intérieur et un espace extérieur. La présence des grilles sur l’image symbolise la frontière entre l’institution de placement en protection de l’enfance et ce qui se trouve après, à la majorité. Que reste-t-il des liens tissés avec l’institution ? Les néons visibles dans la partie supérieure de l’image sont envisagés comme la continuité des liens maintenus entre les jeunes sortants et les éducateur.rices.


  1. Un sténopé est un dispositif optique simple qui permet de prendre des photos sans lentille en faisant passer la lumière à travers un trou de très faible diamètre en lieu et place de l’objectif. Ce dispositif utilise le principe de la chambre noire, la lumière de la scène à photographier passe à travers le trou, est diffractée, et il se forme une image inversée au fond de la boite. On peut fixer l’image en utilisant du papier photosensible ou une pellicule.

    Exemple d’un sténopé ouvert

    []

Logo de l'émission "Toute une vie", sur France-Culture

Haïlé Sélassié (1892-1975), le dernier des rois d’Éthiopie

Intervention de Giulia Bonacci, historienne, membre de l’Urmis, dans le podcast “Toute une vie“, France-Culture, le 1er juillet 2023.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/toute-une-vie/haile-selassie-1892-1975-le-dernier-roi-des-rois-d-ethiopie-9275384

Presque 50 ans après sa mystérieuse disparition, les portraits du dernier roi des Rois éthiopiens veillent encore. Héros antifasciste et anticolonial, il fut aussi un personnage de récits romanesques, et même un Dieu vivant pour les rastas. Pourtant, sa vie reste méconnue….

Avec

  • Laurent Gaudé Romancier, poète et dramaturge
  • Fabienne Lehouérou Directrice de recherche au CNRS
  • Boris Abjemian Historien
  • Estelle Sohier Docteure en histoire
  • Giulia Bonacci Historienne, chargée de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement
  • Sisaye Mehabie Restaurateur
  • Ahma Abiyi Enseignant

C’est l’histoire d’un mythe, l’histoire d’une icône qui a fait le tour du monde et fait converger des millions de regards vers l’Afrique.
Quelle image reste-t-il d’Haïlé Sélassié ? Roi fantôme, souverain éclairé, brillant diplomate, pont entre l’Afrique et l’Occident, dictateur paranoïaque, père de l’Unité Africaine, messie du peuple noir dont les pieds reposent sur un cousin de velours brodé, Dieu des rastas, prophétique orateur à la SDN, héros mystérieux de romans et de la lutte contre le fascisme ? Sa biographie n’a pas encore été écrite, mais ces clichés traversent les siècles. Comme un négatif en chambre noire, son image révèle sa lumière et ses ombres avec le temps. À chacun son cadre, à chacun son regard.

Il y a ceux qui gardent l’image d’un homme digne à la tribune de la Société des Nations, le 30 juin 1936, face aux sifflets des fascistes italiens, alors que les troupes Mussoliniennes viennent d’écraser l’Éthiopie à coup de gaz toxiques interdits. Avec son regard triste et sa noble cape, sa Majesté incarne alors la dignité outragée et le vertige d’un monde qui va basculer. Il a 44 ans. Son discours entre dans l’histoire, bien avant celui de l’ONU en 1963. Il deviendra un tube de Bob Marley. Il promet la guerre au monde occidental qui ne s’interpose pas, ses mots fragiles auront un écho inattendu.

Et quand Sélassié s’exile en Angleterre, une jeune fille lui écrit qu’elle l’aime et qu’elle l’admire : elle s’appelle Elisabeth et deviendra Reine.

La reine Elizabeth II et Haïlé Sélassié, lors d'une visite officielle de la souveraine en Éthiopie (février 1965)
La reine Elizabeth II et Haïlé Sélassié, lors d’une visite officielle de la souveraine en Éthiopie (février 1965) © AFP

Le 2 novembre 1930, le fils unique Ras Makonnen, Ras Tafari, est lui-même devenu Roi avec pour nom de règne Haïlé Sélassié (Pouvoir de la Trinité), seigneur des Seigneurs, Lion Conquérant du Royaume de Juda, Lumière du Monde, élu de Dieu, se proclamant descendant du roi Salomon et de la reine de Saba devant caméras et les journalistes du monde entier venus couvrir cet évènement inédit.
Sa personnalité mystérieuse et son règne atypique huilés par les courtisans vont inspirer les récits occidentaux les plus divers (de Jean Yanne à Laurent Gaudé, Kapuscinski ou Evelyn Waugh). Certains diront qu’il a modernisé son pays, créé une imprimerie, aboli l’esclavage, offert un hymne officiel à l’Éthiopie, mais on connait mal la vie de cet homme qui a joué des mythes et des images pour gouverner et pour durer.

Jusqu’à sa mystérieuse disparition à 84 ans, il ne cesse d’être photographié : Tafari à quatre ans immortalisé par des missionnaires catholiques français, Sélassié drapé dans une cape avec épée et gants blancs, l’Empereur en habit de souverain couronné d’or, le Négus coiffé d’un casque colonial ou d’un chapeau à plumes, à la fois le dernier roi des Rois et le premier dirigeant africain à peser la scène internationale.

Le Ras Tafari Makonnen, nouveau roi d'Abyssinie sous le nom d'Haïlé Sélassié, quitte le palais en voiture après son couronnement (Addis-Abeba, Ethiopie, 1930)
Le Ras Tafari Makonnen, nouveau roi d’Abyssinie sous le nom d’Haïlé Sélassié, quitte le palais en voiture après son couronnement (Addis-Abeba, Ethiopie, 1930) © Getty – Photo by Keystone-France\Gamma-Rapho via Getty Images

En 1963, avec l’installation de l’Organisation de l’Unité Africaine à Addis-Abeba, le voilà un héraut du panafricanisme. Plus extraordinaire, il est même considéré comme une divinité par les rastas, qui se nomment ainsi en hommage à son premier titre Ras Tafari (« Ras » qui signifie tête ou chef, et Tafari, son prénom de baptême qui veut dire « celui qui est craint »). Eux ne croient pas à sa mort en 1975 quand le commandant Mengistu Haile Mariam plonge le pays dans une terreur rouge et fait assassiner le roi, tout en cachant son corps. C’est comme si Lénine avait renversé louis XIV commente le Times de l’époque.
L’absence de dépouille de Sélassié va d’ailleurs nourrir les fantasmes jusqu’à son inhumation officielle vingt-cinq ans plus tard.

L'empereur d'Éthiopie Haïlé Sélassié (1892 - 1975) et le Charles de Gaule (1890 - 1970), alors président de la République française, à Addis-Ababa (Éthiopie, 08.1966)
L’empereur d’Éthiopie Haïlé Sélassié (1892 – 1975) et le Charles de Gaule (1890 – 1970), alors président de la République française, à Addis-Ababa (Éthiopie, 08.1966) © Getty – Photo by Fox Photos/Getty Images

Mystérieux et fascinant, ce petit homme a souvent joué de son aura mystique et religieuse. Et le portrait de Sa Majesté s’affiche encore dans les maisons en Jamaïque et ailleurs, comme une photo énigmatique qui veille au mur…

Que reste-t-il des rapports du Négus au monde ? Des photos d’archives avec De Gaulle ou le Duke d’York, une chanson de Gainsbourg, des récits romancés de Kapuscinski, une aura teintée de reggae ? Qui a construit son image ? Le Monarque lui-même ou le regard que le monde a posé sur lui ?

Merci au restaurant Le Négus, 52 rue de Montreuil, Paris 11ème, pour son accueil.

Dans “Le monde comme il va”, “ONU : bilan d’une année 1952-1953”, discours de Hailé Sélassié (11.09.1952) à Addis-Abeba sur l’entrée de l’Erythrée dans une fédération avec l’Éthiopie (RTF, 28.09.1953)

2 min

Bibliographie sélective

  • Ras Tafari, Hailé Sélassié : visages du dernier empereur d’Ethiopie, Denis Gérard (L’Archange Minotaure, Forcalquier, Hautes-Alpes, 2006)
  • Ma Vie et les Progrès de l’Ethiopie de 1892 à 1937, Hailé Sélassié (autobiographie traduite par Pascal Mawuli Macé) (Pascal Mawuli Macé, 2013)
  • Negus Christ : histoires du mouvement rastafari, Giulia Bonacci, Robert A. Hill, Jakes Homiak et Boris Lutanie (Afromundi)
  • La fanfare du négus. Les Arméniens en Éthiopie (XIXe-XXe siècles), Boris Adjemian (‎École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2013)
  • Exodus ! L’histoire du retour des Rastafariens en Ethiopie, Giulia Bonacci (L’Harmattan, 2010)
  • Écoutez nos défaites, Laurent Gaudé (Actes Sud, 2016)
  • Récits romanesques :
  • Le roi fantôme, Maaza Mengiste (L’Olivier, 2022)
  • Hiver africain (1903-1966), Evelyn Waugh (Quai Voltaire, 1991)
  • Le Négus, Ryszard Kapuściński (Flammarion, 1984)

Avec les lectures de Écoutez nos défaites de Laurent Gaudé (Actes Sud)

Haïlé Sélassié (1892-1975) lors d'une conférence de presse au palais Ménélik à Addis-Abeba (Éthiopie, 03.11.1974)
Haïlé Sélassié (1892-1975) lors d’une conférence de presse au palais Ménélik à Addis-Abeba (Éthiopie, 03.11.1974) © Getty – Photo by Michele LAURENT/Gamma-Rapho via Getty Images

Musique

Serge Gainsbourg, Negus Negast – Bob Marley, Concrete jungle – Arat Kilo, Enie konjo – Hymne à la Mère de Dieu lors de la messe du 17 aout 1989 par le Chœur de la Cathédrale de Kidana-Mehret – Emahoy Tsege Mariam Gebru, Farewell Eve – Hymne national d’Éthiopie par La Musique Militaire de la Garde Impériale – Haile Selassie’s 80th birthday celebration : Borana tribe – Era fascista, Faccetta nera – The Souljazz Orchestra, Negus negast – Arat Kilo, Minew jal intro – Gloire à Haïlé Séllasié 1er par La Musique de la Garde Impériale – Compro Oro, Greetings From The Colony – Kolonel Djafaar, Recording 68′ – STILL, Haile selassie is the micro-chip – Arat Kilo, Masarat 52” et Zar (version 3) – Bob Marley, Selassie is the Chapel – Bob Marley, War – Arat Kilo, Zar (version_2) – Sinead O’connor, Jah Nuh Dead – Phillys Dillon, Picture on the wall.

Générique

Un documentaire de Élodie Maillot, réalisé par David Jacubowiez. Prises de son, Raymond Albouy, Ollivia Branger, Jean-François Salle et Thimotée Hubert. Mixage, Eric Boisset. Coordination, Anaïs Kien. Archives Ina, Marie Chauveau. Attachée de production et page web, Sylvia Favre-Steyaert.