Logo de l'émission "Toute une vie", sur France-Culture

Haïlé Sélassié (1892-1975), le dernier des rois d’Éthiopie

Intervention de Giulia Bonacci, historienne, membre de l’Urmis, dans le podcast “Toute une vie“, France-Culture, le 1er juillet 2023.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/toute-une-vie/haile-selassie-1892-1975-le-dernier-roi-des-rois-d-ethiopie-9275384

Presque 50 ans après sa mystérieuse disparition, les portraits du dernier roi des Rois éthiopiens veillent encore. Héros antifasciste et anticolonial, il fut aussi un personnage de récits romanesques, et même un Dieu vivant pour les rastas. Pourtant, sa vie reste méconnue….

Avec

  • Laurent Gaudé Romancier, poète et dramaturge
  • Fabienne Lehouérou Directrice de recherche au CNRS
  • Boris Abjemian Historien
  • Estelle Sohier Docteure en histoire
  • Giulia Bonacci Historienne, chargée de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement
  • Sisaye Mehabie Restaurateur
  • Ahma Abiyi Enseignant

C’est l’histoire d’un mythe, l’histoire d’une icône qui a fait le tour du monde et fait converger des millions de regards vers l’Afrique.
Quelle image reste-t-il d’Haïlé Sélassié ? Roi fantôme, souverain éclairé, brillant diplomate, pont entre l’Afrique et l’Occident, dictateur paranoïaque, père de l’Unité Africaine, messie du peuple noir dont les pieds reposent sur un cousin de velours brodé, Dieu des rastas, prophétique orateur à la SDN, héros mystérieux de romans et de la lutte contre le fascisme ? Sa biographie n’a pas encore été écrite, mais ces clichés traversent les siècles. Comme un négatif en chambre noire, son image révèle sa lumière et ses ombres avec le temps. À chacun son cadre, à chacun son regard.

Il y a ceux qui gardent l’image d’un homme digne à la tribune de la Société des Nations, le 30 juin 1936, face aux sifflets des fascistes italiens, alors que les troupes Mussoliniennes viennent d’écraser l’Éthiopie à coup de gaz toxiques interdits. Avec son regard triste et sa noble cape, sa Majesté incarne alors la dignité outragée et le vertige d’un monde qui va basculer. Il a 44 ans. Son discours entre dans l’histoire, bien avant celui de l’ONU en 1963. Il deviendra un tube de Bob Marley. Il promet la guerre au monde occidental qui ne s’interpose pas, ses mots fragiles auront un écho inattendu.

Et quand Sélassié s’exile en Angleterre, une jeune fille lui écrit qu’elle l’aime et qu’elle l’admire : elle s’appelle Elisabeth et deviendra Reine.

La reine Elizabeth II et Haïlé Sélassié, lors d'une visite officielle de la souveraine en Éthiopie (février 1965)
La reine Elizabeth II et Haïlé Sélassié, lors d’une visite officielle de la souveraine en Éthiopie (février 1965) © AFP

Le 2 novembre 1930, le fils unique Ras Makonnen, Ras Tafari, est lui-même devenu Roi avec pour nom de règne Haïlé Sélassié (Pouvoir de la Trinité), seigneur des Seigneurs, Lion Conquérant du Royaume de Juda, Lumière du Monde, élu de Dieu, se proclamant descendant du roi Salomon et de la reine de Saba devant caméras et les journalistes du monde entier venus couvrir cet évènement inédit.
Sa personnalité mystérieuse et son règne atypique huilés par les courtisans vont inspirer les récits occidentaux les plus divers (de Jean Yanne à Laurent Gaudé, Kapuscinski ou Evelyn Waugh). Certains diront qu’il a modernisé son pays, créé une imprimerie, aboli l’esclavage, offert un hymne officiel à l’Éthiopie, mais on connait mal la vie de cet homme qui a joué des mythes et des images pour gouverner et pour durer.

Jusqu’à sa mystérieuse disparition à 84 ans, il ne cesse d’être photographié : Tafari à quatre ans immortalisé par des missionnaires catholiques français, Sélassié drapé dans une cape avec épée et gants blancs, l’Empereur en habit de souverain couronné d’or, le Négus coiffé d’un casque colonial ou d’un chapeau à plumes, à la fois le dernier roi des Rois et le premier dirigeant africain à peser la scène internationale.

Le Ras Tafari Makonnen, nouveau roi d'Abyssinie sous le nom d'Haïlé Sélassié, quitte le palais en voiture après son couronnement (Addis-Abeba, Ethiopie, 1930)
Le Ras Tafari Makonnen, nouveau roi d’Abyssinie sous le nom d’Haïlé Sélassié, quitte le palais en voiture après son couronnement (Addis-Abeba, Ethiopie, 1930) © Getty – Photo by Keystone-France\Gamma-Rapho via Getty Images

En 1963, avec l’installation de l’Organisation de l’Unité Africaine à Addis-Abeba, le voilà un héraut du panafricanisme. Plus extraordinaire, il est même considéré comme une divinité par les rastas, qui se nomment ainsi en hommage à son premier titre Ras Tafari (« Ras » qui signifie tête ou chef, et Tafari, son prénom de baptême qui veut dire « celui qui est craint »). Eux ne croient pas à sa mort en 1975 quand le commandant Mengistu Haile Mariam plonge le pays dans une terreur rouge et fait assassiner le roi, tout en cachant son corps. C’est comme si Lénine avait renversé louis XIV commente le Times de l’époque.
L’absence de dépouille de Sélassié va d’ailleurs nourrir les fantasmes jusqu’à son inhumation officielle vingt-cinq ans plus tard.

L'empereur d'Éthiopie Haïlé Sélassié (1892 - 1975) et le Charles de Gaule (1890 - 1970), alors président de la République française, à Addis-Ababa (Éthiopie, 08.1966)
L’empereur d’Éthiopie Haïlé Sélassié (1892 – 1975) et le Charles de Gaule (1890 – 1970), alors président de la République française, à Addis-Ababa (Éthiopie, 08.1966) © Getty – Photo by Fox Photos/Getty Images

Mystérieux et fascinant, ce petit homme a souvent joué de son aura mystique et religieuse. Et le portrait de Sa Majesté s’affiche encore dans les maisons en Jamaïque et ailleurs, comme une photo énigmatique qui veille au mur…

Que reste-t-il des rapports du Négus au monde ? Des photos d’archives avec De Gaulle ou le Duke d’York, une chanson de Gainsbourg, des récits romancés de Kapuscinski, une aura teintée de reggae ? Qui a construit son image ? Le Monarque lui-même ou le regard que le monde a posé sur lui ?

Merci au restaurant Le Négus, 52 rue de Montreuil, Paris 11ème, pour son accueil.

Dans “Le monde comme il va”, “ONU : bilan d’une année 1952-1953”, discours de Hailé Sélassié (11.09.1952) à Addis-Abeba sur l’entrée de l’Erythrée dans une fédération avec l’Éthiopie (RTF, 28.09.1953)

2 min

Bibliographie sélective

  • Ras Tafari, Hailé Sélassié : visages du dernier empereur d’Ethiopie, Denis Gérard (L’Archange Minotaure, Forcalquier, Hautes-Alpes, 2006)
  • Ma Vie et les Progrès de l’Ethiopie de 1892 à 1937, Hailé Sélassié (autobiographie traduite par Pascal Mawuli Macé) (Pascal Mawuli Macé, 2013)
  • Negus Christ : histoires du mouvement rastafari, Giulia Bonacci, Robert A. Hill, Jakes Homiak et Boris Lutanie (Afromundi)
  • La fanfare du négus. Les Arméniens en Éthiopie (XIXe-XXe siècles), Boris Adjemian (‎École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2013)
  • Exodus ! L’histoire du retour des Rastafariens en Ethiopie, Giulia Bonacci (L’Harmattan, 2010)
  • Écoutez nos défaites, Laurent Gaudé (Actes Sud, 2016)
  • Récits romanesques :
  • Le roi fantôme, Maaza Mengiste (L’Olivier, 2022)
  • Hiver africain (1903-1966), Evelyn Waugh (Quai Voltaire, 1991)
  • Le Négus, Ryszard Kapuściński (Flammarion, 1984)

Avec les lectures de Écoutez nos défaites de Laurent Gaudé (Actes Sud)

Haïlé Sélassié (1892-1975) lors d'une conférence de presse au palais Ménélik à Addis-Abeba (Éthiopie, 03.11.1974)
Haïlé Sélassié (1892-1975) lors d’une conférence de presse au palais Ménélik à Addis-Abeba (Éthiopie, 03.11.1974) © Getty – Photo by Michele LAURENT/Gamma-Rapho via Getty Images

Musique

Serge Gainsbourg, Negus Negast – Bob Marley, Concrete jungle – Arat Kilo, Enie konjo – Hymne à la Mère de Dieu lors de la messe du 17 aout 1989 par le Chœur de la Cathédrale de Kidana-Mehret – Emahoy Tsege Mariam Gebru, Farewell Eve – Hymne national d’Éthiopie par La Musique Militaire de la Garde Impériale – Haile Selassie’s 80th birthday celebration : Borana tribe – Era fascista, Faccetta nera – The Souljazz Orchestra, Negus negast – Arat Kilo, Minew jal intro – Gloire à Haïlé Séllasié 1er par La Musique de la Garde Impériale – Compro Oro, Greetings From The Colony – Kolonel Djafaar, Recording 68′ – STILL, Haile selassie is the micro-chip – Arat Kilo, Masarat 52” et Zar (version 3) – Bob Marley, Selassie is the Chapel – Bob Marley, War – Arat Kilo, Zar (version_2) – Sinead O’connor, Jah Nuh Dead – Phillys Dillon, Picture on the wall.

Générique

Un documentaire de Élodie Maillot, réalisé par David Jacubowiez. Prises de son, Raymond Albouy, Ollivia Branger, Jean-François Salle et Thimotée Hubert. Mixage, Eric Boisset. Coordination, Anaïs Kien. Archives Ina, Marie Chauveau. Attachée de production et page web, Sylvia Favre-Steyaert.

Les personnes migrantes attendent et attendent à la préfecture de Nice

Présentation d’un mémoire de recherche du master Migration Studies – Université Côte d’Azur avec la collaboration de 2 étudiants de 3e année de licence en sociologie, stagiaires à l’Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes.

Leur analyse critique met en lumière les enjeux et les défis auxquels font face les personnes étrangères engagées dans des démarches administratives. Elle traite des interactions sociales à l’œuvre à la préfecture, ainsi que des dynamiques de pouvoir dans la file d’attente des guichets pour étrangers.

Compte-rendu par Pinar Selek, enseignante-chercheuse à Université Côte d’Azur et coordonnatrice de l’Observatoire, qui a encadré ce travail de recherche et sa restitution à l’Association Habitat & Citoyenneté, à Nice, le 20 juin 2023 :

Intervention de nos étudiant.es à l’Association Habitat & Citoyenneté : Les personnes migrantes attendent et attendent à la préfecture de Nice

Nous sommes très heureuses et heureux de vous informer que nous avons terminé avec un grand succès une nouvelle expérience de stage au sein de l’Observatoire des Migrations 06 : faire travailler ensemble les étudiant.es de différents niveaux d’études pour qu’ils-elles répondent mutuellement à leurs besoins respectifs.

Deux étudiants de L3 Sociologie, Saleh Freddy Ramazani, Cheikh Seye ont fait une enquête de terrain qualitative, qui consistait à l’observation directe et participante, dans le cadre de la recherche sur les files d’attente devant la préfecture, de Mathilde Demuro en M1 Migrations Studies, qui leur a guidé dans cette démarche en partageant ses connaissances méthodologiques.  Le mardi 20 juin, ces trois étudiant.es ont restitué les résultats de cette recherche, à l’Association Habitat & Citoyenneté,  aux acteurs du terrains, spécialistes de la question.

Quatre points importants :

  • La salle était comble
  • Les trois interventions étaient passionnantes
  • Les échanges et le débat qui ont suivi les interventions étaient très intéressantes.
  • Les acteurs de terrains attendent la publication du mémoire ou d’un rapport de cette recherche sur le site de l’Observatoire.

Merci à toutes les personnes qui ont contribué à cette expérience. Merci surtout à l’EUR Odyssée.

Le tourisme en Outre-mer : le paradis, vraiment ?

Participation de Jean-Christophe Gay, géographe, professeur Université Côte d’Azur, membre de l’Urmis, dans l’émission Géographie à la carte, France-Culture, jeudi 5 janvier 2023.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/geographie-a-la-carte/le-tourisme-en-outre-mer-le-paradis-vraiment-8744827

Pourquoi le tourisme dans les îles de la France d’outre-mer demeure-t-il si confidentiel ? Quels critères doivent-ils être remplis pour qu’une île devienne une destination touristique ?

Avec

  • Jean-Christophe Gay Agrégé de géographie, professeur des universités à l’IAE de Nice (université Côte d’Azur).

La carte du territoire

Carte de la fréquentation touristique dans l'espace Caraïbe
Carte de la fréquentation touristique dans l’espace Caraïbe – Jean-Christophe Gay

Si vous tapez le mot « vacances » dans votre messagerie téléphonique, il y a de grandes chances pour que votre smartphone vous propose instantanément une image paradisiaque d’île et de palmiers, même si vous aviez en tête de partir à la montagne. Car l’idée des vacances semble irrémédiablement associée à un imaginaire insulaire et tropical.

Or, et c’est paradoxal, car les clichés liés à cet imaginaire leur sont associés, les îles de la France d’outre-mer restent peu fréquentés par les touristes…

La Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, la Réunion, la Nouvelle Calédonie, au large de l’Australie, la Polynésie française dans l’océan Pacifique, Wallis et Futuna dans le pacifique également, Mayotte au large de Madagascar, ou encore les îles Kerguelen : en tout, ce sont 2 760 000 habitants qui y résident sur 13 entités. Qu’ont-elles en partage ?

Peut-être est-ce le sentiment de proximité et d’éloignement qu’il faut avoir à l’esprit lorsqu’on étudie ces territoires. Si Tahiti, la Réunion, la Nouvelle Calédonie sont très différents et distants les uns des autres, ils ont en commun l’insularité, l’éloignement géographique de la métropole, de se situer presque tous en zone tropicales ou équatoriales (si l’on excepte les terres australes antarctiques et Saint-Pierre-et-Miquelon), et aussi d’être soumis à de forts aléas climatiques (cyclones, volcanisme, tremblements de terre).

A l’exception de Bora-Bora et de Saint Barthélémy, pourquoi les voisins étrangers, tel Cuba, Saint-Domingue ou la Jamaïque, exercent- ils une plus forte attractivité que les territoires français ? Sur quoi repose leur vulnérabilité ? Face au tourisme de masse, à la perte d’identité traditionnelle qu’il engendre et à son impact environnemental, le sous-tourisme ne serait-il pas un atout ?

Pour en parler, Matthieu Garrigou Lagrange reçoit Jean-Christophe Gay, géographe, directeur scientifique de l’Institut du tourisme Côte d’Azur (ITCA) et co-directeur du master Management de l’Hôtellerie Internationale (Université Nice Côte d’Azur).Il a co-dirigé, avec Philippe Violier, Philippe Duhamel et  Véronique Mondou  Le tourisme en France Volume 1, Approche globale et Le tourisme en France Volume 2, Approche régionale (Iste éditions). Il a par ailleurs publié La France d’outre-mer : terres éparses, sociétés vivantes aux éditions Armand Colin.

Retrouvez la carte du territoire dès le mardi sur @Mgarrigou

Harcèlement scolaire : l’Etat à la traîne ?

Participation de Catherine Blaya, professeure en sciences de l’éducation à Université Côte d’Azur, membre de l’Urmis, dans l’émission Les Matins de France-Culture, le vendredi 9 juin 2023.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/l-invite-e-des-matins/harcelement-scolaire-l-etat-a-la-traine-6539949

Chaque année, près d’un élève sur dix serait concerné par un harcèlement scolaire. Un chiffre loin d’être anodin, comme l’illustrent les suicides de jeunes Lucas et Lindsay ces derniers mois. L’Etat a-t-il trop longtemps négligé ce fléau ? Comment lutter contre le harcèlement ?

Avec

  • Catherine Blaya Professeur en sciences de l’éducation
  • Nesrine Slaoui Journaliste

“Seule”, l’histoire de la mort tragique d’une adolescente harcelée

« Le livre Seule, je l’ai écrit après le 14 mars 2021. C’est le jour où je suis allée à la Marche blanche à Argenteuil, raconte Nesrine SlaouiAlisha, c’est une jeune adolescente de quatorze ans qui avait été harcelée par ses camarades. Et sa mort est tragique. Ils l’ont poussée dans la Seine, sous le pont de l’autoroute à Argenteuil. En me rendant sur place, en discutant à la fois avec les anciens camarades de classe d’Alisha, en discutant avec les professeurs, la famille, j’ai commencé à m’interroger. Comment on peut arriver à la mort tragique d’une adolescente ? Que ce soit par suicide ou parce qu’elles sont tuées, les dynamiques en réalité, sont malheureusement les mêmes. Ce qui m’avait d’ailleurs beaucoup marquée dans le parallèle entre Lindsay, la jeune fille qui s’est suicidée au mois de mai et Alisha, c’est le fait que des signalements avaient été fait plusieurs fois, que ce soit aux chefs d’établissement, aux CPE, aux parents des autres élèves ou à la police. Il y a une espèce d’atonie générale, où personne ne réagit ou en tout cas personne ne sait comment réagir, jusqu’au moment où ça devient fatal. »

Comment protéger une jeunesse hyper connectée ?

« Le harcèlement existe depuis tout temps et en tout lieu. Ce qui a changé massivement avec Internet, c’est que le harcèlement scolaire ne s’arrête pas à la porte de l’école et c’est là que cela devient dangereux, estime Nesrine SlaouiQuand on était victime de harcèlement scolaire, dans ma génération, on rentrait chez nous, on n’avait pas encore de téléphone, on pouvait oublier. On passait de très mauvaises nuits mais on pouvait avoir des sas de répit, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Les adolescents sont hyper connectés. Quand on va voir des professeurs et des chefs d’établissement en leur disant qu’on a un problème de harcèlement scolaire, ils vous disent d’éteindre vos téléphones et cette réponse-là ne peut plus marcher. C’est une réponse très dangereuse, c’est une inversion de la culpabilité. C’est considérer Internet comme un outil annexe. Il faut en tant que société, que l’on réalise qu’Internet, c’est la vraie vie. La seule manière de lutter contre ce qu’il s’y passe c’est de codifier Internet par les mêmes lois que dans l’espace public. »

« On a des jeunes qui sont particulièrement vulnérables, acquiesce Catherine BlayaIls n’ont aucun répit et d’autant moins de répit que, quand bien même ils changeraient d’établissement, à partir du moment où ce harcèlement est inscrit en ligne et a lieu sur Internet, les jeunes continuent d’être harcelés, où qu’ils soient. Que les établissements suggèrent que la victime change d’établissement n’est pas la bonne solution, c’est une double peine. La formation des enseignants, c’est absolument nécessaire », conclut la professeure.


Ouvrage de Catherine Blaya aux éditions Mardaga, juin 2023.
ISBN : 9782804731144
Broché 179 pages
Prix : 19.90€
Disponible en librairies le 13 juin 2023

Présentation et commande sur le site de l’éditeur : https://www.editionsmardaga.com/products/le-cyberharclement-chez-les-jeunes

Unacceptable judicial persecution of sociologist and writer Pinar Selek

Born on 20 November 1971 in Istanbul, Pinar Selek is a Franco-Turkish sociologist, writer and activist known for her academic research and her work on marginalised minorities in Turkey, in particular the Kurdish and Armenian communities. She is also known for her literary writings, as well as for her militant feminist and pacifist activities, focusing on human rights, social movements and gender issues. She is also an important voice for the freedom of research.

Pinar Selek, now a French citizen and lecturer at the Côte d’Azur University, has been the victim of judicial persecution by the Turkish courts for over 25 years for a terrorist attack that never took place. Despite four judgements fully acquitting her each time, the political and legal harassment against her continues.

25 years of judicial harassment

In 1998 Pinar Selek was imprisoned for over two years and tortured because she refused to provide the names of the Kurds she had interviewed as part of her sociological research. The Turkish authorities then decided to make her a “terrorist” by claiming that the explosion at the Istanbul Spice Market in 1998 – an accident – was a terrorist act for which she was responsible.

In December 2000, Pinar Selek was released (for lack of evidence). She decided to leave the country and went to Berlin and then to France to continue her sociological research, first in Strasbourg, then in Nice. She was granted French nationality in 2017.

In Turkey, the Public Prosecutor has systematically appealed against all of the four acquittals pronounced by the Criminal Court, in 2006, 2008, 2011 and 2014. Seven years later, the Turkish Supreme Court overturned the fourth acquittal on 21 June 2022. In January 2023, an international arrest warrant was issued for Pinar Selek, with a request for her immediate imprisonment.

A new hearing was held on 31 March 2023. Around 100 MPs, local councillors, lawyers, academics and university heads, leaders of human rights associations, feminist activists, artists and journalists from France, Switzerland, Belgium, Germany and Norway attended the trial at which Pinar Selek was not present. They wished to express their solidarity with Pinar and their indignation at the political and judicial persecution inflicted on her by the Turkish authorities.

The presence of this large delegation, supported by numerous associations, organisations and municipalities (list below), prevented the Supreme Court’s decision of June 2022 from being confirmed. The court decided to fix a new hearing on 29 September 2023. It also renewed the international arrest warrant and the demand for her immediate imprisonment. In addition, the Turkish judiciary is demanding that Pinar Selek personally travel to Istanbul this autumn to give evidence. France and Europe must react against this unacceptable proposal. She must be able to give evidence without leaving France. Her safety and her life are at stake.

Even in France Pinar Selek is not out of danger. Far from it. She has received clear threats from the Turkish extreme nationalist Grey Wolves who live with impunity in France. Her life is in danger.

The political and judicial persecution of Pinar Selek is taking place against a backdrop of restricted freedoms and increasing violence against minorities and political oppo- nents. The democrats of France and Europe have a duty to act against these serious threats, which go beyond the person of Pinar Selek and affect all our democratic free- doms, in particular the freedom of research and expression.

On support of Pinar Selek:

  • Amnesty International League for Human Rights
  • Pen Club International (Duygu Asena Prize)
  • The Parliament of French-speaking Women Writers
  • La Fédération nationale Solidarité Femmes
  • Alliance of Women for Democracy
  • Les éditions des femmes-Antoinette Fouque
  • The French Sociology Association
  • Association of Sociologists Teaching in Higher Education
  • Acort
  • The cities of Nice, Marseille and Paris

Despite four acquittals, I live under the threat of life imprisonment. My trial reflects both the continuity of the authoritarian regime in Turkey and of repressive measures

Pinar Selek

pinarselek.fr

Acharnement judiciaire inacceptable contre la sociologue et écrivaine Pinar Selek

Née en 1971 à Istanbul, Pinar Selek est une sociologue, écrivaine et militante franco-turque connue pour ses recherches universitaires, pour son travail sur les minorités marginalisées en Turquie, notamment les communautés kurdes et arméniennes. Elle est également connue pour ses écrits littéraires, mais aussi pour ses actions militantes – féministes et pacifistes – axées sur les droits de l’homme, sur les mouvements sociaux et les questions de genre. C’est une voix importante pour les droits de l’homme et la liberté de recherche.

Pinar Selek, aujourd’hui citoyenne française et maîtresse de conférences à l’Université Côte d’Azur, est malheureusement poursuivie par la Justice turque depuis plus de 25 ans pour un attentat terroriste qui n’a jamais eu lieu. En dépit de quatre jugements qui l’ont à chaque fois acquittée à 100%, le harcèlement politico-juridique à son encontre continue.

Une nouvelle audience est fixée au 29 septembre 2023

Alors que le mandat d’arrêt international et la demande d’emprisonnement immédiat sont maintenus, la Justice turque exige que Pinar Selek se rende cet automne personnellement à Istanbul pour témoigner. La France et l’Europe se doivent de réagir contre cette proposition inacceptable. Pinar Selek doit pouvoir faire sa déposition sans quitter la France. Il en va de sa sécurité et de sa vie.

En 1998, Pinar Selek avait été emprisonnée pendant plus de deux ans et torturée parce qu’elle refusait de fournir les noms des Kurdes qu’elle avait interrogés dans le cadre de ses recherches sociologiques. Les autorités turques ont ensuite décidé de faire d’elle une “terroriste” en prétendant que l’explosion du marché aux épices d’Istanbul en 1998 – un accident – était un acte terroriste dont elle était responsable.

En décembre 2000, Pinar Selek est libérée (faute de preuves). Elle décide de quitter le pays et se rend à Berlin, puis en France pour poursuivre ses recherches sociologiques, d’abord à Strasbourg, puis à Nice. Elle a obtenu la nationalité française en 2017.

En Turquie, le procureur général a systématiquement fait appel des quatre acquittements prononcés par le tribunal pénal, en 2006, 2008, 2011 et 2014. Sept ans plus tard, la Cour suprême turque a annulé le quatrième acquittement le 21 juin 2022. En janvier 2023, un mandat d’arrêt international a été émis à l’encontre de Pinar Selek, avec une demande d’emprisonnement immédiat.

Une nouvelle audience a eu lieu le 31 mars 2023. Une centaine de député·e·s, d’élu·e·s, d’avocat·e·s, d’universitaires, de responsables d’associations de défense des droits de l’Homme, de militantes féministes, d’artistes et de journalistes français, suisses, belges, allemands et norvégiens ont assisté au procès de Pinar Selek sans sa présence. Ils et elles ont tenu à exprimer leur solidarité et leur indignation face aux persécutions politiques et judiciaires dont Pinar Selek fait l’objet de la part des autorités turques.

La présence de cette importante délégation, appuyée par de nombreuses associations, organisations et municipalités (liste ci-dessous), a empêché l’entérinement pur et simple de la décision prononcée en juin 2022 par la Cour Suprême. Mais Pinar Selek n’est pas tirée d’affaire. Loin de là. Actuellement les Loups gris, qui vivent impunément en France, la menacent sans retenue. Sa vie est en danger.

L’acharnement politico-judiciaire à l’encontre de Pinar Selek s’inscrit dans un contexte de restriction des libertés et de multiplication des violences visant l’ensemble des minorités et des opposant·e·s politiques. Les démocrates de France et d’Europe se doivent d’agir contre ces menaces graves, qui au-delà de la personne de Pinar Selek concernent toutes nos libertés démocratiques, en particulier la liberté de recherche et d’expression.

Au soutien de Pinar Selek, notamment :

  • Les villes de Nice, Marseille et Paris
  • Amnesty International
  • La Ligue des droits de l’Homme
  • Le Pen Club International (Prix Duygu Asena)
  • Le Parlement des écrivaines francophones
  • La Fédération nationale Solidarité Femmes
  • L’Alliance des femmes pour la démocratie
  • Les éditions des femmes-Antoinette Fouque
  • L’association française de sociologie
  • L’association des sociologues enseignant-e-s du supérieur
  • L’Acort

Malgré quatre acquittements, je vis sous la menace de la prison à perpétuité. Mon procès reflète à la fois la continuité du régime autoritaire en Turquie et des dispositifs répressifs.

Pinar Selek

pinarselek.fr

pinarselek.fr

Female Genital Mutilation and its ‘Imported’ Reconstructive Surgery: Medical Practices Confronting Discourses Regarding Nation Identity Building and Gender Issues

article PDF

Un article de Sarah Boisson, issu de sa thèse réalisée à l’Urmis-Université Côte d’Azur, article original publié en Grèce dans la revue NEW RESEARCH, #2, p. 61-70, publication en ligne 23 mai 2023 (https://www.sah.aegean.gr/metaptychiakes-spoudes/didaktoriko-diploma/periodiko-nees-erevnes/tefchos-2/)

Abstract: This article focuses on the implementation of a medical practice in Egypt, namely clitoral reconstruction surgery for women who have undergone female genital mutilation (FGM). Initially developed in the 1990s in France, the surgery has been over the past twenty years gradually ‘imported’ from European countries to some African countries. Egypt is an indicative case, since more than 80% of the female population is estimated to have undergone FGM. I explore from a sociological point of view the resistance and difficulties that accompany the ‘importation’ of this technique in Egypt and the relative discourses on national and sub-national cultural identity, especially when regarding gender issues.

Résumé : Cet article porte sur la mise en œuvre d’une pratique médicale en Egypte, à savoir la chirurgie de reconstruction du clitoris pour les femmes ayant subi des mutilations génitales féminines (MGF). Initialement développée dans les années 1990 en France, cette chirurgie a été progressivement “importée” des pays européens vers certains pays africains au cours des vingt dernières années. L’Égypte est un cas emblématique, puisqu’on estime que plus de 80 % de la population féminine a subi des MGF. J’explore d’un point de vue sociologique les résistances et les difficultés qui accompagnent l'”importation” de cette technique en Égypte et les discours relatifs à l’identité culturelle nationale et infranationale, en particulier en ce qui concerne les questions de genre.

Key words: female genital mutilation, feminine genital reconstructive surgery, Egypt, importation of medical techniques, national identity building.

Mots clés : mutilations génitales féminines, chirurgie reconstructive des organes génitaux féminins, Égypte, importation de techniques médicales, construction de l’identité nationale.

1. Introduction

This research article addresses the topic of the implementation of a medical practice in Egypt, namely clitoral reconstruction surgery for women who have undergone female genital mutilation (FGM).1 This technique was developed in the 1990s in France by a urologist, Pierre Foldès. Over the past twenty years, the surgery has been gradually “imported” from Europe to some African countries. Egypt is an indicative case, where more than 80% of the female population is estimated to have undergone FGM -and where the practice of FGM is increasingly medicalised (Population/Egypt, Associates/Egypt et International 2015).

This paper examines the resistance that results from the importation of this technique to Egypt from a sociological perspective. The discussion focuses on the following issue: how do imported medical practices such as clitoral reconstructive surgery confront discourses regarding national identity building and sub-national cultural identity, especially when regarding gender issues? This questioning is linked to the mistrust stemming from what would be akin to “sexual interference” from abroad.

The case of FGM reconstruction is a particularly heuristic solution to this problem. This analytical framework can also be used in other research topics related to gender issues and the way medical practices circulate. However, this framework constitutes one of my hypotheses used to explain the specificities of the development of this medical technique in Egypt. The effect of globalization on the circulation of medical practices, the history of Egyptian medicine, the socio-economic conjunctures, as well as the relations of gendered domination play also a crucial role in the way this question is addressed. Nevertheless, in this article I focus only on the question of the importance of this technique in relation to the subject of sexual nationalism – to use George Mosse’s (1985) concept. In addition, drawing from the growing body of scholarship on everyday nationalism (Ayuandini and Duyvendak 2017, Billig 1995, Fox and Miller-Idriss 2008, Skey 2011), I focus on how the Egyptian national identity enters the context of practising a medical procedure such as clitoral reconstructive.

2. Methodology

This research is based on data collected during five-months of fieldwork (in 2021) conducted in Cairo and Alexandria.2 During this period, I interviewed several types of subjects, asking them to respond to my research question. First, I interviewed women (n=12) who had undergone FGM, some had already done the surgery, some were thinking about it and others were strongly against the procedure. The aim was to understand the motivations behind this surgery, as well as to document the reluctant attitudes that coexist within the local social context. I also interviewed health professionals involved in this practice, and institutional representatives such as UN organizations, Egyptian public health authorities, as well as associative actors (NGOs, local association) whose work can be linked to this surgery (n=17).

I used two types of techniques to gain access to my female respondents, which was not easy for a foreigner in the Egyptian context3. In the first one I used my interpersonal network and in the second “the snowball sampling method”. The second way of gaining access to the women was through an association in Alexandria that supports women in financial difficulties by providing social assistance and gynaecological care. Semi-directive interviews were conducted with them in Arabic with the help of an Egyptian colleague from CEDEJ.

In addition to this, I made ethnographic observations in waiting rooms of clinics and had regular informal meetings with health professionals and medical students in Cairo. Medical confidentiality denied my access to gynaecological or surgical consultations. However, by regularly meeting the same health professionals, their colleagues, medical students, and by following some of their training — notably one organized in the premises of the Ministry of Health for gynaecologists wishing to specialize in genital cosmetic surgery — I was able to attend a large number of informal discussions and thus, to collect a large amount of ethnographic data.

3. Historical background on female genital interventions in Egypt and the process of nation building

3.1. Nation building and female genital mutilation

In this paper, I argue that the process of nation building (Wimmer and Schiller 2002) is not independent from gender norms and representation in societies. It is thus a question of combining in the same theoretical framework gender studies and research works on national identities, mainly developed within the discipline of history studies. Indeed, throughout history, gender roles, sexuality and gendered body images have played a significant part in the process of national identity building: in other words, by establishing clear boundaries between “us” and “them” (Barth 1998, Poutignat, Streiff-Fenart and Barth 2008).

In the early 1980s, historian George Mosse introduced the concept of sexual nationalism, which refers to an overlap between discourses on sexuality and the process of establishing national boundaries. He argues that the definition of the nation influences the construction of sexual norms and the so-called “respectable” sexuality, and in turn these norms shape national identity. He describes, for example, how Jews and African peoples were presented in the 19th century as counterexamples of “bourgeois respectability”. Jews and African peoples were indeed at the time seen as having a “deviant” sexuality (Mosse 1985: page?). Currently, several contemporary works have taken up this concept to question the issue of excision and gender norms in immigrant societies (Ayuandini and Duyvendak 2017, Bader 2016, Fassin 2006, Jaunait, Renard and Marteu 2013). However, there are few works that examine the sexual nationalisms of the countries of the “South” and in which this type of discourse is developed, and this only as reactions to the symbolic attacks that have been made in Europe. Moreover, they seem to use these discourses within the framework of claims linked to the history of independence or in order to express a defensive counter argument. They are linked to a rhetoric of resistance against the norms and knowledge “imported” from abroad – and particularly from the countries of the North.

Recent work on gender and women’s issues in Arab countries highlights a wide social division between “feminist, so-called ‘Westernized’ elites and Islamist currents, which resonate with large sectors of the female population (Roussillon and Zryouil 2017). This cleavage exposes a common accusation regarding gender related topics in the public sphere: on the one hand, there is the “Western” point of view represented by foreign authorities and privileged isolated elites, against the more “local” point of view, sometimes called “traditional”, “national”, or even linked to a religious characterization: “Islamic”. While this rhetoric is often played out at the level of representations or ideology, it ultimately expresses internal social economical fractures. The important thing remains that the discourses play a central role in the construction of cleavages and strategies of rejection and resistance to “normative imports” likely to detract from national unity and cultural legitimacy.

The purpose of this line of argument is not to assert that this medical technique, the practice of female circumcision or the performance of gender roles would intrinsically have to do with the constitution of some kind of Egyptian identity. However, at the semantic level, in the discourse of the actors, these practices and the question of gender are very often instrumentalized to orient public policies and establish nationalist discourses. Baron (2006) studied for instance, the use of visual images of femininity and the question of female honour, in relation to Egyptian nationalism. She “juxtaposes the idealization of the family and the feminine in nationalist rhetoric with transformations in elite households and the work of women activists striving for national independence” (Baron 2005: page). Thus, in this article I situate my questioning in the context of these works. This framework of historical interpretation around gender norms and post-colonial issues, as well as North-South discursive rivalry, sheds light on what I develop in this article.

3.2. Emergence of a new “imported” technique of genital reconstruction

Why should we speak of importation, when it is a technique that has already been available in Egypt since 2003, according to the existing literature (Thabet 2003)? The technique was mainly developed in France by the surgeon-urologist Pierre Foldès in the 1990s and is progressively spreading to African countries, especially those with a particularly high rate of female circumcision. However, it is mainly in Europe that this technique has been developed with the creation of “multidisciplinary” centres (sexology, psychology, gynaecology, surgery) in France, Switzerland, Germany, Sweden and the United Kingdom. Moreover, this first paper of Thabet regarding the Egyptian context drew information only from a single clinic in Cairo where clitoral reconstructions was performed. At present, about twenty doctors in Cairo are familiar with this technique and less than a dozen uses it regularly with their excised patients. This reconstructive surgery involves the aesthetical and functional recovery of the clitoris. The reconstruction of the clitoris after FGM aims at restoring a “normal” anatomy of the clitoris and if possible, convert it to a functional organ. It is a process comprising scar revision and then freeing the body of the clitoris while preserving the innervation. A clitoral glans is reconstituted by wedge-shaped plasty, then re-implanted in its position (Foldès, Droupy and Cuzin 2013).

This medical practice was gradually introduced into the Egyptian context and was the initiative of Egyptian doctors who had been trained abroad or influenced by the work of Foldès. During my investigation, many people pointed out this clear affiliation, others defended themselves by explaining that they had “improved” or “revisited” the technique of Foldès. The fact remains that the circulation of this technique follows a north-south flow. One surgeon I met, Rana, even told me that she would like to be able to build in Egypt a treatment centre like those in Europe:

I mean, the fact that those structures are open abroad is fantastic…. But we actually have the main problem here in Egypt so that is why you really need a centre like that. Look, I wish I could just take one of these centres and bring it here. You know just like, we are ready and give it to us (Rana, surgeon, Cairo, 2021).

The demand for reconstructive surgery may also have a distant link to the idea of importation, as it is implicitly nested in the preventive worldwide policies against FGM and therefore, generates reluctance among patients, as well as local institutional actors and part of grassroots health workers. For instance, there have been numerous prevention media campaigns in Egypt since the 1990s, nearly all of which have been conducted with the support of international UN organizations in collaboration with national actors (Ghafir 2021). These campaigns were the aftermath of the international conference of 1994 in Cairo4. Ghafir (2022: 41) questions the impetus of “international norms” in the fight against FGM through national programs and mentions the theories of the “global convergence of norms” at an international level (see also Hassenteufel and de Maillard 2013). These theories identify a global movement of transferring international and transnational norms to national contexts and subnational communities in the form of discourses and public policies. These norms, far from generating perfect homogenizations, are then recovered, adapted, or rejected at the local level. This is the case of gender standards, an area where a top- down transfer predominates. Local actors are then able to identify and dismiss those imports under the pretext of foreign affiliations.

4. Discourse on “western” and “foreign” imports of gender standards in relation to medical practices

4.1. Distrust among patients towards the doctors’ expert knowledge on sexuality

What is reflected in the discourse of the women interviewed is the accusation that doctors convey “foreign” discourse, which results in a mistrust of identity; a fact that also betrays underlying social tendencies. Medical students intending to perform this operation in Egypt explained to me the difficulty of its implementation and questioned the effectiveness of national awareness campaigns against FGM.

Some health professionals also confided in me that they are victims of very serious threats related to their practice. They are accused of participating in the “westernization of women’s bodies”, as one surgeon told me (Ali, surgeon, Cairo 2021), or of pushing women to have an “immoral sexuality”. I argue that this criticism is only linked to the idea of sexual nationalism because the image of the “virtuous” woman has become a national pride (Baron 2006). Associating the image of the Egyptian woman with that of a woman having sexuality and pleasure is therefore problematic. Most of the anti-FGM awareness campaigns do not mention the sexual consequences for women as part of the harmful effects of this practice. Some campaigns have even glorified the image of the “virtuous” Egyptian woman to encourage mothers to stop cutting their daughters (Ghafir 2022). In order to dispel suspicions about this medical practice and promote this surgery, health professionals try to circumvent the problem by avoiding talking openly about the surgery. One of them said that when he talks to public health authorities, he focuses on the idea of repairing the physical consequences for women.

4.2. Resistance and scepticism regarding surgical genital reconstruction based on national and subnational identities

The practice of female genital cutting has various justifications depending on the context, the family, and local beliefs. Some of the reasons given are traditional, others hygienic, others aesthetic, others symbolic — the practice signifies a rite of passage in the development of sexual bodies and the passage to adulthood — yet others are based on religious arguments, although FGC is practised in very different religious communities, not in Christian, but either in animist or Islamic, and that in cases recommended by Islamic canonical texts. The fact remains that these justifications are often linked to discourses of identity, either national or local. One respondent, Nouran, who is reluctant to undergo surgery and has already undergone several medical consultations in connection with her excision, angrily tells me the extent to which the practice of excision is linked to her roots and her environment: “All the sheikhs say it’s sunnah and you have to cut your daughters and the priests in Upper Egypt say you have to do that because it’s the Egyptian way (Nouran, 42, Cairo 2021)”5.

She told me that the thought of having reconstructive surgery was something that made her “aware that she was going against her culture”. Another woman, Inaya, who was interviewed, was very pro-excision and had been excised, and explained that “that’s how girls are at home [cut]”. Later, when she learns of the existence of reconstructive surgery, she explains that such surgery can only be for wealthy, foreign women. She is very surprised to know that this could exist in Egypt:

Inaya: oh no, they are spoiled people, it’s in France, in Europe and not here. G: There are some here in Egypt, and even in Alexandria.

I: What economic level are we talking about?! Do we need cosmetic surgeries for the genitals?!

G: Yes.

I: You have to work on what is visible before looking for what is hidden (laughs), That’s too much! (Inaya, 46 years old, Alexandria 2021)

The social stratification and the environment (urban or rural) are factors affecting the current discourse. The logic of identity linked to a local or national custom seems stronger in lower social classes. A surgeon in Alexandria says, for example, that the demands for genital operations are very different as they depend on the social background and the geographical area.

He emphasizes that in Upper Egypt, it is excision that is requested from the doctor while in the large urban areas, cosmetic operations. For him, reconstructive surgery can only be performed in large urban areas, which are more open and cosmopolitan: Alexandria and Cairo only, as there would be fewer reactions against such practices. Thus, these varied distributions of medical care in terms of social differences, differences of culture and in accordance with local-foreign logic also correspond to the medical discourse. Doctors believe, even if they are not against reconstructive surgery, that in places where customs play an important role, it is unacceptable to employ this medical technique. Even if this discourse is based on a certain number of practical facts, it also arises from the doctors’ unwillingness to exercise such practice as they fear that “they will not have a client”, that “people will not understand”.

4.3. Difficulties of implementing this medical technique because of the prevailing sexual nationalism

The implementation of this medical technique in Egypt is thus subject to resistance at both a micro and national level. As a result of these identity-related tensions linked to national discourses on sexuality and the image of women in Egypt, many taboos and difficulties stand in the way of a smooth implementation of this technique. These difficulties are of an institutional nature, linked to the reality of the Egyptian medical environment. This medical practice still has a clandestine dimension due to its lack of legitimacy.

The introduction of this surgery is quite recent and has not yet been met with great institutional support. All of the doctors who were interviewed spoke about their various, fruitless attempts to mobilize public authorities. Some have organized conferences in Egypt that had no effect, others have asked for funding. One of my interviewees even explained that he had taken part in a commission on medical care before 2011, but that all the work had been abandoned with the political upheavals and regime changes (the Arab spring in 2011).

This can be explained by the fact that for a long time, prevention actually took precedence over medical care, as explained by an employee of UNFPA Egypt:

We do theatre [in the villages] to raise awareness, so that women don’t do it to their daughters. But we once found ourselves in front of women who asked: ‘What do I do now? You know… there is no option… well, there is nothing we can do… (FGM Program Manager, UNFPA Egypt).

The problem of public health and medical care for women with FGM is not articulated in political terms. Therefore, the medical procedure is largely impacted: less standardized, not well known, not available everywhere.

In Egypt, it is interesting to note that, unlike in France, this repair is little promoted by doctors, which may be understandable in the historical and social context of the country. Given that the majority of women in the country are excised, repairing means going against the majority norm. This is why one of the doctors interviewed explained that he performs this operation almost clandestinely: “It is a subject that is taboo, despite the laws. We get threats…” (Amr, surgeon, Cairo 2021). For him, it is also a question of protecting women from social reproaches, within the family and the community of relatives. One of the strategies for evading this is often to use other health problems as a reason to hospitalize a patient, such as an abscess or other genital problem with false medical certificates.

Publicising the possibility of such repair cannot be conveyed through conventional means: internet sites, advertisements in front of surgeries, explicit announcements in congresses, etc. Everything is done by word of mouth, especially through associations that act as intermediaries to the doctor who, in his own advertisements, never mentions the intimate repair surgeries that he performs:

And so doctors send me patients and priests too (…) I have been operating for 15 years there {in Egypt}, I have another specialty so I do different types of surgery, in a private clinic, I have a practice. (…) So as I see, I see knees, hips, in the waiting room, no one can guess why this woman, she is there (George, surgeon, Cairo 2021).

This surgeon has the advantage of having a double speciality, which allows him to mix his patients and thus, guarantee a minimum of discretion to the women who come to him for a repair. Some doctors make false medial certificates so that women do not have to explain their hospitalization to their family or husband. Thus, the secrecy surrounding this medical practice is directly related to the national context.

In contrast to physicians performing reconstruction or simply refusing to perform FGM, a significant number of women are circumcised by medical professionals (DHS, 2014). A 2009 study of 193 Egyptian physicians revealed that 51% of the physicians surveyed performed FGC primarily out of conviction and 30% for profit. The first determinant was cultural influence (81%), followed by “lack of knowledge” on the subject (35%) (Refaat 2009). The issue of lack of knowledge, both anatomical and statistical, about FGM, was confirmed in the interviews I conducted with medical students and a recently published survey, which revealed that most have very little knowledge about the effects and types of FGM (Tadwein for Gender Studies 2021). Moreover, a significant percentage of them still favours performing the practice. According to statistics (UNICEF 2013), more than 75% of the women who had undergone FGM, had it done by a doctor who in Egypt are highly skilled professionals, a fact that makes the Egyptian context unique. In the end, it is in this particularly divided medical context, where the reconstructive surgery of the clitoris emerged and has to continuously adapt, as it is being practiced in a medical world where FGM is both conducted and healed.

Finally, an interviewed surgeon mentioned the lucrative attraction of performing FGC by physicians and how it banalizes medical interventions on female genitalia:

E: Oh yes, no, but I think the doctors make a living out of it. It’s easy money, very easy… It’s a bit like circumcision…

S: And do you know any of your colleagues who do it or is it taboo to say so? Is it taboo for a doctor to say that he proposes excisions or not? Do you have any colleagues who have ever said to you: I do that.

E: No, but in general, they say that they do aesthetics (George surgeon, Cairo, 2021)

Today, since the recent criminalization of the practice prevents doctors from openly reporting that they perform FGC, they report that they perform “cosmetic surgery,” as also shown in a 2019 national survey (El-Gibaly, Aziz and Abou Hussein 2019).

4. Conclusion

To conclude, this new reconstructive technique has been introduced in Egypt for about twenty years. It is the result, in many respects, of an import by health professionals but also, at the normative level, an import at the level of international health standards and “Western” medical knowledge. It forms then the object of recovery and adaptation in the Egyptian context but comes up against gendered representations of female bodies. These representations seem to be partly conveyed by discourses of “sexual nationalism”: in public discourse, in the words of patients, but also among health professionals. The idea that this technique comes from outside (from abroad) leads to it being viewed with suspicion by patients, doctors and health authorities (not always explicitly, but often in connection with the implicit taboo surrounding female sexuality). This dimension is only one aspect of understanding the North-South circulation of this medical practice. It is interesting to underline the extent to which female bodies, and in particular their genitalia, are at the centre of political power issues.

Bibliography

  • Ayuandini, S., and Duyvendak, J. (2017). “Becoming (more) Dutch as Medical Recommendations: How Understandings of National Identity Enter the Medical Practice of Hymenoplasty Consultations”, Nations and Nationalism, 24: 390-411.
  • Bader, D. (2016). “Nationalisme sexuel : le cas de l’excision et de la chirurgie esthétique génitale dans les discours d’experts en Suisse”. Swiss Journal of Sociology, 42(3): 574-598.
  • Baron, B. (2006). “Women, Honour, and the State: Evidence from Egypt”. Middle Eastern Studies, 42(1): 1-20.
  • Barth, F. (1998). Ethnic Groups and Boundaries: The Social Organization of Culture Difference, Long Grove, Illinois: Waveland Press.
  • Billig, Michael. (1995) Banal Nationalism. London: New Publisher.
  • El-Gibaly, O., Aziz, M., Abou Hussein, S. (2019). “Health Care Providers’ and Mothers’ Perceptions about the Medicalization of Female Genital Mutilation or Cutting in Egypt: A Cross-sectional Qualitative Study”. BMC International Health and Human Rights, 19(1): 26.
  • Fassin É. (2006). “La démocratie sexuelle et le conflit des civilisations”. Multitudes, 26(3): 123.
  • Foldès, P., Droupy, S., Cuzin, B. (2013). “Chirurgie cosmétique de l’appareil génital féminin”. Progrès en urologie, 23(9): 601-611.
  • Fox, J. E., Miller-Idriss, C. (2008) “Everyday Nationhood”. Ethnicities, 8(4): 536-563. Ghafir, M. (2022). “The Fight against Female Genital Mutilations in Egypte.
  • Explaining Heterogeneous Policy and Enforcement through a Level-Multi Analysis of Gender Norms”. Khamasin. The Politics of Gender Equality (Spring): 40-50.
  • Hassenteufel, P., de Maillard, J. (2013). “Convergence, transferts et traduction. Les apports de la comparaison transnationale”. Gouvernement et action publique, 2(3): 377-393.
  • Jaunait, A., Renard, A. L., Marteu, É. (2013). “Nationalismes sexuels ? Reconfigurations contemporaines des sexualités et des nationalismes “. Raisons politiques, 49(1): 5-23.
  • Population/Egypt, M. of H., Associates/Egypt, E.-Z. and, International I. C. F. (2015). “Egypt Demographic and  Health Survey 2014”. Available at https://dhsprogram.com/publications/publication-fr313-dhs-final- reports.cfm?cssearch=849802_1
  • Poutignat, P., Streiff-Fenart, J., Barth F. (2008). Théories de l’ethnicité : Suivi de Les groupes ethniques et leurs frontières. Paris: Presses Universitaires de France – PUF. Refaat, A. (2009). “Medicalization of Female Genital Cutting in Egypt”, Eastern Mediterranean Health Journal 15(6): 1379-1388.
  • Roussillon, A., Zryouil, F.-Z. (2017). Être femme en Égypte, au Maroc et en Jordanie. Le Caire: CEDEJ – Égypte/Soudan, Dossiers du Cedej.
  • Skey, M. (2011). National Belonging and Everyday Life: The Significance of Nationhood in an Uncertain World. Springer, New York: Palgrave MacMillan.
  • Tadwein for Gender Studies (2021). « Une enquête sur la connaissance, les attitudes et pratiques des étudiants en médecine » (report),” لختان اإلناث في مصراتجاهات و ممارسة طالب كليات الطب دراسة استقصائية حول معرفة و” Available at https://tadwein.org/en/category/resources/publications/.
  • Thabet, S. M. A., Thabet A. S. M. A. (2003). “Defective Sexuality and Female Circumcision: The Cause and the Possible Management”. Journal of Obstetrics and Gynaecology Research, 29(1): 12-19.
  • UNICEF, (2013). “Female Genital Mutilation/Cutting: A Statistical Overview and Exploration of the Dynamics of Change”. Available at https://data.unicef.org/resources/fgm-statistical-overview-and-dynamics-of- change/
  • Wimmer, A., Schiller, N. G. (2002). “Methodological Nationalism and Beyond: Nation–State Building, Migration and the Social Sciences”. Global Networks, 2(4): 301-334.
  1. As a reminder, there are four types of female genital mutilation according to the typology of the World Health Organization (WHO): from excision of the clitoral prepuce to various unclassified practices such as puncture, piercing or incision of the clitoris and/or labia. []
  2. This survey was conducted during a stay as a guest at the CEDEJ research centre in Cairo. []
  3. The expression of distrust is very visible when it comes to foreign researchers, even among the working classes, and it is linked to the political context and a popular critical discourse towards Western interference in Egypt. []
  4. In 1994, images of an Egyptian girl being cut were broadcast on CNN. Under pressure from the international community, the practice was officially banned. []
  5. All patient quotes have been translated from Arabic into English for the purpose of this article. All interviews with health professionals were conducted in English. []
pancarte Justice pour Pinar Selek

Vidéo : Pinar Selek au magazine Mediterraneo 

Le magazine télévisé Mediterraneo du 27 mai 2023 a consacré un long reportage à Pinar Selek, en revenant notamment sur l’explosion accidentelle du marché aux épices qui a servi de prétexte pour lancer un harcèlement sans fin, depuis 25 ans, par l’Etat turc à l’encontre de notre collègue sociologue, universitaire et écrivaine. Le reportage présente également les images de la conférence de presse organisée (mais interdite par la police) devant le Palais de justice d’Istanbul le 31 mars 2023 et les témoignages de Pinar Selek et de collègues ou membres de son comité de soutien.

Reportage à visionner et à partager pour élargir le soutien à Pinar Selek en vue de la prochaine audience du 29 septembre à Istanbul :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/programmes/france-3_provence-alpes-cote-d-azur_mediterraneo-provence-alpes?id=4961854

Turquie : la gueule de bois. Intervention de Pinar Selek sur France Inter au lendemain des élections en Turquie

© Radio France

© Radio France

Notre collègue Pinar Selek était l’invitée de Fabienne Sintes sur France Inter pour l’émission Un jour dans le monde, le lundi 15 mai, pour commenter les résultats des élections en Turquie. Durée : 17 minutes… Vous pouvez écouter ou podcaster l’émission ici :

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/un-jour-dans-le-monde/un-jour-dans-le-monde-du-lundi-15-mai-2023-5939328

L’espoir d’un changement pour l’opposition politique en Turquie s’éloigne de plus en plus. Au lendemain des élections présidentielles, Erdogan arrive en tête des scrutins, sans pour autant passer la barre des 50%. Il affrontera son opposant Kemal Kiliçdaroglu lors d’un second tour le 28 mai.

Recep Tayyp Erdogan a raté de peu l’élection présidentielle qui avait lieu hier en Turquie. Le scrutin lui donne un peu plus de 49% des voix contre 44% pour son principal adversaire, Kemal Kiliçdaroglu. Des résultats qui nécessitent donc un deuxième tour, prévu le 28 mai. Une première en Turquie.

Mais la victoire est déjà remportée pour le chef de l’AKP. Au pouvoir depuis 20 ans, il se dit convaincu de “servir encore son pays pendant cinq ans”. Il revendique également avoir remporté la majorité des 600 sièges du Parlement lors des législatives, organisées également hier.

Avec près de 89% de taux de participation, les électeurs turcs semblent donc orienter leur pays vers le maintien au pouvoir de la coalition gouvernementale. D’après les sondages, une partie croissante de la société aspirait pourtant à un changement de cap. En rassemblant une coalition de six partis d’opposition, Kemal Kiliçdaroglu était considéré comme le plus enclin à mettre fin au règne d’Erdogan.

Avec nous pour en parler, Pinar Selek, sociologue et politologue à l’Université Nice Sophia Antipolis.


Le Bruit du monde est ce soir à la frontière mexico-américaine

Des milliers de migrants, venus d’Amérique centrale et du Sud se rassemblent devant des portes closes et des barrières, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Ils espèrent que la fin du fameux Titre 42, une mesure qui facilitait les expulsions expéditives durant la pandémie, leur sera favorable. Mais le gouvernement de Joe Biden a annoncé de nouvelles mesures restrictives envers les demandeurs d’asile. La crainte, c’est un chaos à la frontière. Le reste, c’est Emmanuelle Steels qui raconte.


Egalement au programme de cette émission

Sous les radars, par Sébastien Laugénie

Le choc des Empires en Russie, Sylvain Tronchet

Le monde d’après, par Franck Mathevon

Débat France 24 avec Pinar Selek sur les élections en Turquie

Second tour de la présidentielle en Turquie le 28 mai : vers une nouvelle victoire d’Erdogan ?

Intervention, notamment, de notre collègue Pinar Selek dans le débat organisé par France 24 sur le résultat du premier tour des élections en Turquie. Lundi 15 mai 2023.

https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/le-d%C3%A9bat/20230515-turquie-vers-victoire-erdogan-second-tour-entre-president-et-kilicdaroglu

Publié le : 15/05/2023 – 20:26

Vidéo par :Stéphanie ANTOINE

La Turquie aura son second tour de l’élection présidentielle, le 28 mai. Le dernier comptage attribue 49,5 % des suffrages à Recep Tayyip Erdogan contre 44,9 % à son rival Kemal Kilicdaroglu. L’opposition progresse dans ses fiefs du Sud-Est et dans les grandes villes mais pas assez pour battre le président sortant qui a mieux résisté que prévu dans les régions touchées par le récent séisme. L’issue du second tour risque de dépendre du troisième candidat, l’ultranationaliste Sinan Ogan (5,2 %).

Une émission préparée par Mélissa Kalaydjian, Léonore Jaury et Morgane Minair

NOS INVITÉS

  • Marc SEMO, Collaborateur Le Monde et ancien correspondant de Libération en Turquie
  • Guillaume PERRIER, Grand reporter Le Point, ancien correspondant en Turquie, co-auteur de “Les loups aiment la brume – Enquête sur les opérations clandestines de la Turquie en Europe” (éditions Grasset, 2022)
  • Pinar SELEK, Sociologue et écrivaine turque
  • Ahmet INSEL, Politologue et économiste turc, ancien chroniqueur pour Cumhuriyet, co-auteur de “Le national-capitalisme autoritaire – une menace pour la démocratie” (éditions Bleu Autour, 2021)

cabaret migratoire

Le cabaret migratoire : un cabaret d’exception

Vous pouvez écouter sur le média ligne16.net l'enregistrement du "cabaret migratoire" organisé à Nice le mercredi 12 avril 2023 dans le cadre du Printemps des migrations… Avec les interventions notamment de Swanie Potot, Marie Lesclingand et Yvan Gastaut, membres de l'Urmis et de l'Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes…

http://www.ligne16.net/le-cabaret-migratoire-un-cabaret-dexception le 25/04/2023

Mercredi 12 avril, après l’émission publique de Ligne16, a eu lieu le Cabaret migratoire, animé et organisé par Aurélie Selvi, citoyenne engagée et co-auteure du livre « Les sentinelles » avec Térésa Maffeis. Aurélie a proposé un cabaret d’exception dans la salle d’accueil de l’Entre-Pont, qui nous a pertinemment informé sur la situation des exilé(e)s à la frontière. Se sont enchaînés des entretiens avec des membres d’organisations expertes telles que l’URMIS*, l’Observatoire des migrations, Amnesty International et des performances d’artistes, des chansons engagés ainsi que la lecture de textes et témoignages, issus du livre “Le manège des frontières” et du livre Les Sentinelles – Chroniques de la fraternité à Vintimille, exprimés par la comédienne Sophie De Montgolfier accompagnée du duo Dada Rose. Les photos Europe, ouvre-toi ! de Guy Ouillon, sur le grand écran derrière, ont accompagné visuellement le cabaret ; et les dessins “Après la mer”, originaux de Marie Khaldi de solidaires « croqués » pour l’ouvrage « Les Sentinelles », ont été exposés pour la première fois.

Pour réécouter l’ensemble :

Au programme et dans l’ordre, vous pouvez entendre :

  • Introduction avec l’écoute des avis recueillis par les jeunes de Ligne16 à la question « Pour vous, que signifie le mot migration ? » [de 2m28s à 9m16s]
  • Swanie Potot, directrice de l’URMIS [10m24s à 16m]
  • Paolo Lizzardo, artiste italien engagé [16m à 21m54s]
  • Yvan Gastaut, historien et spécialiste des migrations dans les Alpes-Maritimes [21m56 à 30m14s]
  • Philippe Cara, artiste engagé, accompagné de Nicolas Saibène [30m14 à 36m09s]
  • Sophie De Montgolfier, comédienne avec Dada Rose, musiciens [36m09s à 40m32]
  • Marie Lesclingand, de l’Observatoire des migrations et de l’URMIS [40m32s à 50m05s]
  • Paolo Lizzardo [50m42s à 58m37s]
  • Philippe Cara et Nicolas Saibène [1h00m38s à 1h09m32s]
  • Sophie De Montgolfier avec Dada Rose [1h09m42s à 1h14m14s]
  • Christine Poupon d’Amnesty International [1h14m14s à 1h25m56s]
  • Sophie De Montgolfier avec Dada Rose [1h27m12s à 1h31m46s]
  • Fané, jeune malien qui vient témoigner de son parcours de migration [1h31m46s à 1h38m54s]
  • Philippe Cara et Nicolas Saibène [1h38m54s à 1h46m]
  • Sophie De Montgolfier avec Dada Rose [1h47m23s à 1h57m49s]
  • Roland qui nous lit deux poèmes [1h58m30s à 2h03m30]

*URMIS : Unité de Recherches Migrations et Société

Ce cabaret a été organisé dans le cadre du Printemps des migrations (festival du 1er au 30 avril 2023 dans différents lieux à Nice).

T.C.
Merci à Fredo et Philippe du Hublot pour toute la technique son et lumière.
Photos : Guy Ouillon.

Interview Pinar Selek

En Turquie, le procès sans fin de la sociologue Pinar Selek renvoyé au 29 septembre

Un article de France 24 avec une intervention (vidéo ci-dessous) de Pinar Selek présentant les enjeux du "procès" du 31 mars 2023 à Istanbul

https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20230331-pinar-selek-cible-d-une-traque-judiciaire-en-turquie-nous-luttons-de-fa%C3%A7on-tr%C3%A8s-d%C3%A9termin%C3%A9e

Publié le : 31/03/2023 – 16:28 Modifié le : 31/03/2023 – 18:47

Réfugiée en France depuis quinze ans, la sociologue turque et défenseure des droits humains et des minorités Pinar Selek était rejugée à Istanbul par contumace, vendredi. Mais après trois heures d’audience, son procès a été renvoyé au 29 septembre. Accusée d’avoir commis un attentat, il s’agit d’un énième épisode d’une procédure judiciaire qui dure depuis 25 ans.

La saga judiciaire dure depuis un quart de siècle. La justice turque, qui s’acharne à vouloir rejuger la sociologue et écrivaine Pinar Selek, réfugiée en France depuis quinze ans et quatre fois acquittée a, vendredi 31 mars, renvoyé son procès au 29 septembre et réclamé son extradition.

“Nous avons demandé son extradition aux autorités françaises, c’est à elles de la faire respecter”, a déclaré le juge du tribunal d’Istanbul au terme de trois heures d’audience, en l’absence de l’intéressée mais devant un prétoire comble, où l’important comité de soutien à la chercheuse avait pris place.

D’ici au 29 septembre, les élections présidentielle et législatives prévues le 14 mai risquent néanmoins de voir une nouvelle équipe portée au pouvoir en Turquie.

Un procès au “caractère politique”

Depuis 15 ans, l’infatigable militante féministe et défenseure des droits humains et des minorités est réfugiée en France pour échapper à l’insistance judiciaire qui la cible dans son pays.

Pinar Selek, qui suivait l’audience depuis le siège de la Ligue des droits de l’Homme à Paris, a de nouveau dénoncé par visioconférence “le caractère politique” de ce procès. “Cette décision (du tribunal) met la responsabilité sur les épaules de la France et de l’Europe en demandant mon extradition. L’acharnement continue, la France et d’autres pays européens doivent prendre une position très ferme sans attendre que les choses s’aggravent” a-t-elle ajouté. Pinar Selek a par ailleurs demandé à Paris “d’affirmer une position nette et ferme dans cette affaire”.

La chercheuse de 51 ans, arrêtée en 1998 pour ses travaux sur la communauté kurde, a été ensuite accusée de liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK, considéré comme organisation terroriste par Ankara et ses alliés occidentaux) puis d’avoir participé à un “attentat” – en réalité une explosion accidentelle qui avait fait sept morts en 1998 sur le marché aux épices d’Istanbul.

Son père, avocat âgé de 93 ans, et sa sœur Seyda Selek, devenue avocate pour la défendre, étaient présents sur les bancs de la défense au côté d’avocats venus de France, de Paris et de Marseille.

“Traque judiciaire”

“Nous pensons que l’acquittement déjà prononcé à quatre reprises par le passé le sera de nouveau”, assène tout d’abord Me Akin Atalay notant qu’une “telle affaire est exceptionnelle dans une carrière”.

Mais le procureur n’en démord pas et demande au tribunal de respecter la décision de la Cour suprême qui avait annulé le quatrième acquittement prononcé en 2014.

“Nous souhaitons vivement que ce parcours judiciaire, cette traque judiciaire depuis 25 ans, un quart de siècle, cesse… On n’est pas quatre fois déclaré innocent par hasard, Pinar Selek a été par quatre fois déclarée innocente. Il faut aujourd’hui que tout cela cesse”, a plaidé l’avocate française, Francoise Cotta.

Une centaine de personnes venues de France, Suisse, Belgique, Allemagne, Italie, Norvège – parlementaires, élus, avocats, représentants d’organisations de défense des droits humains, universitaires – ont fait le voyage d’Istanbul en soutien à l’universitaire et romancière.

“Acharnement politico-judiciaire”

“Ce procès, qui a commencé avant (l’arrivée au pouvoir de Recep Tayyip) Erdogan et dure depuis 25 ans, montre à la fois la continuité du régime répressif et les nouveaux dispositifs de ce régime”, avait estimé Pinar Selek dans un récent entretien à l’AFP à Nice, dans le sud de la France, où elle enseigne la sociologie depuis 2016.

Après deux ans et demi de prison, maintes fois condamnée et quatre fois acquittée – en 2006, 2008, 2011 et 2014 – Pinar Selek ne s’attendait pas à ce que son cas revienne une fois de plus devant la justice. Mais en juin l’année dernière, la Cour suprême a annulé la totalité des acquittements, puis un nouveau mandat d’arrêt international a été lancé en janvier, assorti d’un mandat d’emprisonnement immédiat.

“Cet acharnement politico-judiciaire du pouvoir turc, qui dure depuis 25 ans, s’inscrit dans un contexte de répression inouïe visant toutes les personnes qui défendent la démocratie et l’État de droit” a affirmé Amnesty International dans un communiqué de soutien à Pinar Selek.

“Si ce procès dure depuis 25 ans, c’est grâce à notre lutte forte” pour la justice, expliquait Pinar Selek dans un entretien accordé à France 24, quelques minutes après l’ouverture de l’audience vendredi. La sociologue poursuivait alors : “Nous luttons vraiment de façon très déterminée”.

Avec AFP

Emission ligne 16

Émission publique sur l’accueil des étudiants étrangers

Compte rendu par le média ligne16.net de la table-ronde / émission radio sur l'accueil des étudiant·es étranger·es puis du "cabaret migratoire" organisés à Nice le mercredi 12 avril 2023 dans le cadre du Printemps des migrations… Avec la participation notamment de Laura Schuft, Géraldine Bozec, Yvan Gastaut, Marie Lesclingand et Swanie Potot, membres de l'Urmis.

http://www.ligne16.net/emission-publique-sur-laccueil-des-etudiants-etrangers/

Mercredi 12 avril a eu lieu à 18 heures l’émission radio publique des jeunes de Ligne16* dans le cadre du Printemps des Migrations à l’Entre-Pont à Nice. Avec comme invités, les chercheuses Laura Schuft et Géraldine Bozec du Laboratoire URMIS* et Joël Mathieu de RESF*, cette émission a permis de mieux comprendre la situation des étudiants étrangers arrivant à l’Université de Nice, les discriminations dont ils font l’objet, et plus particulièrement ceux qui sont issus de pays non européens. L’absence d’accueil humain, la barrière de la langue et la bureaucratie française, font que certains se découragent et abandonnent leur cursus.

Des solutions ont été évoquées comme celle de créer un “kit de survie” avec toutes les informations utiles pour mieux se repérer, le parrainage qui existe dans d’autres universités où un étudiant plus avancé peut accompagner un étudiant étranger et favoriser donc son inclusion.

Concernant les classes UPE2A créées dans certains collèges et lycées, “il en faudrait beaucoup plus“, exprime Joël de RESF.

Cette émission s’est poursuivie par un magnifique “Cabaret Migratoire orchestré par Aurélie Selvi qui a co-écrit le livre “Les Sentinelles“. Un programme riche avec Philippe Cara, Paolo Lizzandro, des musiciens engagés, Sophie de Montgolfier comédienne accompagnée de Dada Rose, Yvan Gastaut historien et spécialiste de la migration, Marie Lesclingand et Swanie Potot de l’Observatoire des migrations, Christine Poupon d’Amnesty Internationale ainsi que des exilés qui ont aujourd’hui sont plus en place en France. Ils sont venus exprimer leur parcours. Pour le final, Tram’baleti nous a fait danser au son de l’accordéon, de la vielle à roue, des percussions, de la guitare et du chant. Quelques 200 personnes ont pu ainsi échanger sur le sujet et profiter aussi de l’exposition des portraits dessinés par Marie Khaldi.

*URMIS : Unité de Recherches Migrations et Société
*RESF : Réseau Éducation Sans Frontière


Photos :

emission-ligne16-migrations-12avril2023_33

emission-ligne16-migrations-12avril2023_33

emission-ligne16-migrations-12avril2023_32

emission-ligne16-migrations-12avril2023_32

emission-ligne16-migrations-12avril2023_31

emission-ligne16-migrations-12avril2023_31

emission-ligne16-migrations-12avril2023_30

emission-ligne16-migrations-12avril2023_30

emission-ligne16-migrations-12avril2023_29

emission-ligne16-migrations-12avril2023_29

emission-ligne16-migrations-12avril2023_28

emission-ligne16-migrations-12avril2023_28

emission-ligne16-migrations-12avril2023_27

emission-ligne16-migrations-12avril2023_27

emission-ligne16-migrations-12avril2023_26

emission-ligne16-migrations-12avril2023_26

emission-ligne16-migrations-12avril2023_24

emission-ligne16-migrations-12avril2023_24

emission-ligne16-migrations-12avril2023_22

emission-ligne16-migrations-12avril2023_22

emission-ligne16-migrations-12avril2023_21

emission-ligne16-migrations-12avril2023_21

emission-ligne16-migrations-12avril2023_20

emission-ligne16-migrations-12avril2023_20

emission-ligne16-migrations-12avril2023_19

emission-ligne16-migrations-12avril2023_19

emission-ligne16-migrations-12avril2023_18

emission-ligne16-migrations-12avril2023_18

emission-ligne16-migrations-12avril2023_16

emission-ligne16-migrations-12avril2023_16

emission-ligne16-migrations-12avril2023_15

emission-ligne16-migrations-12avril2023_15

emission-ligne16-migrations-12avril2023_14

emission-ligne16-migrations-12avril2023_14

emission-ligne16-migrations-12avril2023_13

emission-ligne16-migrations-12avril2023_13

emission-ligne16-migrations-12avril2023_11

emission-ligne16-migrations-12avril2023_11

emission-ligne16-migrations-12avril2023_08

emission-ligne16-migrations-12avril2023_08

dig

dig

emission-ligne16-migrations-12avril2023_06

emission-ligne16-migrations-12avril2023_06

emission-ligne16-migrations-12avril2023_05

emission-ligne16-migrations-12avril2023_05

emission-ligne16-migrations-12avril2023_02

emission-ligne16-migrations-12avril2023_02


Avec *Amine (présentateur), Nada, Ela, Mohamed et Brahim (chroniqueurs-ses),
Ayoub (photographe) et Rayana (assistante micro),
Tania (coordinatrice de Ligne16), Fredo (sons) et Philippe (lumières).

Lien vers l’article original sur ligne16.net : http://www.ligne16.net/emission-publique-sur-laccueil-des-etudiants-etrangers/

Les voix de Sabra à Beyrouth

Dans l'émission "Écouter le monde" sur RFI, réalisée par Monica Fantini, le 17/09/2018, diffusion à partir du travail de Nicolas Puig, chercheur à l'Urmis, d’une pastille sonore construite à partir des enregistrements du marché de Sabra dans le cadre d’une enquête sur les interactions entre établis arabes et migrants d’Asie et du Bangladesh. Durée : 02:29.

https://www.rfi.fr/fr/emission/20180915-voix-sabra-beyrouth

Au marché de Sabra, à côté des établis libanais, palestiniens et syriens, passent, s’installent et travaillent les migrants d’Éthiopie, du Sri Lanka, des Philippines et du Bangladesh. De nouvelles langues et de nouvelles voix se greffent dans un espace déjà saturé. Au marché de Sabra, les langues s’imposent par bribes. Sabra c’est Babel. 

Le marché de Sabra, au Liban. Hoda Kassatly, 2013

Cet épisode a été réalisé avec Nicolas Puig, anthropologue à l’Institut de recherche pour le développement, unité de recherche migrations et société.

Pour aller plus loin :

– Le marché de Sabra à Beyrouth par l’image et le son. Retour sur une enquête intensive
– SabraSonore